Ailleurs…

Je voudrais être encore ailleurs, là-bas…

– Là-bas ? Mais où ? Tu ne me montres rien ce matin !

C’est vrai… je n’ai pas encore rangé mes images, je les ai seulement mises de côté, sans savoir ce que j’allais en faire, tout est tellement compliqué !

– Tu n’as pas l’air dans ton assiette… Que se passe-t-il ?

Je suis triste…

– Tu n’as aucune raison de l’être. N’as-tu pas passé quatre jours merveilleux en compagnie de tes petits derniers ?

Si, bien sûr. C’est agréable d’avoir deux petits à câliner ! Ils sont encore à l’âge où tout est encore à construire, où les sourires sont sans raison, les gestes tendres sans arrières-pensées.

Spontanés.

Je fonds littéralement…

– Et donc ? Ils te manquent ce matin ?

Sans aucun doute.

Le quotidien revient toujours trop vite lorsqu’on s’en est déchargé, même pour quelques jours au Paradis.

Maintenant, il faut tout reprendre, bâtir un nouvel emploi du temps, garder du temps pour l’essentiel, se dire qu’on ne pourra de toute façon pas tout faire.

C’est ainsi.

Sur la route des vacances de grands panneaux s’illuminaient :

“Jouer ou conduire, il faut choisir.”

Je ne jouais pas…

– Tu ne conduisais pas non plus…

C’est vrai. Je ne conduis jamais quand je ne suis pas seule.

– Pourquoi ?

Une habitude…

– Les habitudes peuvent se perdre !

Je ne crois pas. Elles deviennent la normalité lorsque les années ont passé sans que je me sois jamais rebellée. Et puis, je pourrais me demander si j’aimerais aussi conduire… Je ne sais pas. Je ne crois pas.

Là-bas, sous les arbres, j’avais juste choisi le chemin de mes rêves, pas ceux de ma vie.

Que vos journées soient belles où que vous soyez.

 

123 réponses à “Ailleurs…

  1. Quichottine

    J’ai commencé à vous rendre visite, mais comme toujours lorsque je m’absente, il y a beaucoup à faire, partout.
    J’espère cependant que vous allez tous bien et que la canicule des jours derniers ne vous a pas trop fait souffrir.
    Prenez bien soin de vous. Je vous embrasse fort.
    Merci d’être là.

  2. Je souris …moi aussi j’ai toujours laissé le volant…par habitude !!!! quelques jours  » ailleurs  » ça fait du bien d’autant plus la présence de nos bouts de chou et puis aussi des grands…il y aura d’autres escapades 🙂

    Malgré les degrés annoncés chez nous, il me semble qu’on respire mieux depuis quelques jours.Ce matin le ciel est gris …et ça me met de la grisaille dans la tête… ce temps si long et qui en m^me temps passe si vite ! non t' »inkiète » la grisaille va s’envoler avec un bon coup de mistral ! il y a des jours comme ça ou tu ne sais même pas pourquoi …hier c’était la grand activité …en fonction de mes capacités, aujourd hui je traine ! allez Eglantine à la douche il est largement l’heure. Grosses bises

    • Quichottine

      Je crois que si l’on veut partager le volant, il faut le faire dès les premiers jours. 🙂
      Je pense à toi bien souvent, Églantine. Surtout ne laisse pas la grisaille t’affaiblir.
      Je t’embrasse fort. Passe une douce journée.

  3. Bon retour dans ta maison..
    profite de chaque minute.. elles ne reviendront pas !!
    Belle journée, je t’embrasse

    • Quichottine

      Tout à fait d’accord avec toi, les minutes passées ne reviendront pas. Faisons donc au mieux pour qu’elles ne soient pas vaines.
      Bisous et belle journée à toi aussi, Jeanne.

  4. après les vacances des petits le vide s’installe, le bruit, les rires disparaissent-
    il faut se réhabituer , reprendre ses vieilles habitudes-
    je ne conduit plus j’ai peur– mon mari doit me véhiculer partout- parfois il en a marre-
    le stress — intérieur sur la route —
    bonne journée ! gros bisous-

    • Quichottine

      Lorsque je dois aller quelque part seule, je le fais sans problème, sauf si c’est en dehors de mon périmètre habituel. 🙂
      Je n’ai aucun sens de l’orientation, c’est pourquoi l’inconnu me fait un peu peur aussi.
      Merci pour ce partage, Lady Marianne.
      Bisous et douce journée.

  5. Tous ces câlins et sourires te manquent mais ils sont gravés dans ton coeur Quichottine pense aux belles rencontres à venir…

    • Quichottine

      Bien sûr… il y en aura d’autres. Les petits ne sont pas si loin. 🙂
      Merci pour ta présence et tes mots, Josette.

  6. Mon ailleurs à moi le l’ai écrit un jour sue mon blog
    je te le pose là
    À mes petits enfants…

    Au bord de la Seine

    Assise sur une branche du vieux saule de la prairie
    les jambes pendantes au dessus des vaches
    enfant,je rêvais d’infinis paysages,
    d’années où les froids hivers seraient bannis
    pour que la douce musique du vent dans les feuilles
    fredonnent à chaque instant une gaie ritournelle…
    en levant les yeux vers le ciel,
    je ne voyais pas que les heures défilaient doucement comme les nuages parfumés des contes de fées…
    Ignorante du cruel maléfice du monde, je restais là, ma pensée faisant des pirouettes dans l’espace,
    mon tablier rose devenait robe de princesse et mes galoches, souliers de satin
    jusqu’au moment où le fermier entrait dans le clos pour mener son troupeau à l’abreuvoir
    et brisait mes rêves de sa grosse voix:
    « -Encore là, tu as vu l’heure?? Ta mère doit t’attendre pour la soupe »

    Solitaire? mais j’étais tellement bien ainsi dans cet univers magique peuplé de fleurs, de fruits, d’animaux et d’êtres sans nom…
    Je ne pensais pas à grandir!!
    D’abord, grandir, avoir un bon métier, travailler, vieillir, mourir quand on a 10 ans, c’est tellement invraisemblable!!

    Et l’avenir est devenu ce qu’il me réservait…
    une vie tranquille sans grandes et exaltantes aventures dangereuses…

    • Quichottine

      Un immense merci pour ces mots offerts, TooTsie.
      Nous devenons souvent autre chose que ce dont nous rêvions enfants, mais l’important est là, dans ces rêves que nous gardons malgré tout au fond du coeur.
      J’ai adoré ta rêverie d’enfant de dix ans, et surtout la façon dont tu la racontes.

  7. La reprise du quotidien est toujours un peu difficile surtout quand on est éloignés de ceux qu’on aime. Les petits enfants quand ils s’en font laissent un grand vide. Mais quelle joie de les retrouver. Les petites filles sont arrivées hier et elles sont avec nous à Cergy jusqu’à demain soir. Il faut beau et moins chaud. C’est super. bisous

    • Quichottine

      J’espère que vous avez bien profité de leur présence… c’est toujours une joie.
      J’espère aussi que tu n’as pas trop souffert des journées de canicule.
      Prends bien soin de toi, Martine. Bisous et douce journée.

  8. Un ange qui passe

    Qu’il doit être doux le chemin de tes rêves Quichottine 🙂
    Passe une belle journée.

    • Quichottine

      Un sourire pour toi… merci pour tout, Ange.
      Passe une douce journée.

  9. Tout cela est bien normal, pas d’inquiétude.
    Lorsque l’on a vécu bien entouré, avec rires, cris et grandes tablées, on éprouve à juste titre une sorte de nostalgie. Du coup, le calme et le silence peuvent être source d’une légère tristesse.
    Mais ton entrain va vite revenir… Les pauses sont souvent salutaires pour « se reprendre » (comme on dit en Normandie).
    Je te comprends.
    Je t’embrasse,
    eMmA

    • Quichottine

      Merci de si bien me comprendre, eMmA.
      Passe une douce journée. Je t’embrasse.

  10. Il est bon de se poser pour mieux repartir, pourquoi pas, cet été avec la chaleur nous a plombé un peu…
    Ailleurs dans le pays des nuages il y a des petits êtres qui savent nous insuffler de l’énergie pour
    continuer la route, si on les devine à un infime souffle lorsque le soleil décline et que l’horizon se fait silence…
    Je t’embrasse Quichottine

    Les photos de janvier à juillet 2015 ne sont pas revenues malgré mes tentatives, alors pour l’instant je continue sur OB, bien que Adblock que j’ai installé à cause des pubs bloque effectivement pas mal de logiciels…

    • Quichottine

      Je suis vraiment désolée pour tes photos… les nouvelles paraissent bien.
      Merci pour ta présence et tes mots, Marine.
      Bisous et douce journée.

  11. Les petits enfants, le temps qui passe, j’aime bien ta façon de nous le raconter. Puis j’ai un point commun avec toi, je me laisse conduire mais juste en voiture pour le reste je conduis ma vie, je suis mon chemin…Prendre le temps sans manquer quoi que ce soit, tout un art..Un juste équilibre à atteindre.

    Belle journée et gros bisous d’EvaJoe

    • Quichottine

      Dans la mesure du possible, je choisis aussi les chemins de ma vie, mais il y a des choses que je ne peux changer, même si je le voudrais.
      Merci pour tes mots, EvaJoe.
      Belle journée et gros bisous à toi aussi.

  12. La nostalgie est là et c’est normal ce manque. Il vaut mieux en avoir que pas de manque du tout car ça voudra dire qu’on est bien seul! Et moi aussi je me laisse conduire quand je pars en vacances… Bises bretonnes

    • Quichottine

      Un sourire pour toi, Marie.
      Plus j’y pense plus je me dis que notre génération s’est laissée conduire… Les jeunes partagent plus volontiers. 🙂
      Bises et douce journée.

  13. Un retour mélancolique, c’est vrai que ce n’est pas facile de reprendre ses habitudes, on était tellement bien en vacances… mais il faut profiter de chaque moment au présent.
    J’ai tendance aussi à laisser conduire mon mari, mais quand on fait des grandes routes, on se relaie toutes les heures pour ne pas fatiguer
    Bon retour chez toi Quichottine
    Douce journée & bisous

    • Quichottine

      Merci, Laure, pour tout.
      Bisous et douce journée à toi aussi. 🙂

  14. les enfants vont, les enfants viennent, ils partagent nos joies pendant un temps, sont heureux avec nous et puis s’éloignent! Mon petits fils de 4 ans disait à son papy « ce n’est pas tout le monde qui a un papy comme le mien » et à moi en regardant une mamie un peu vieillotte dans une histoire « toi quand même tu n’es pas comme ça, tu fais et tu sais plein de choses et puis tu es sportive » ça fait chaud au coeur et puis quand il a vu sa mère au bout d’un mois, nous n’existions plus du tout! C’est comme ça!
    Nous venons d’apprendre par facebook (enfin grâce au facebook de notre fille car je n’ai pas tous ces machins là qui m’enfermeraient encore plus) la naissance d’un petit neveu, le troisième de ma nièce qui est partie vivre en Guyane. Elle a déjà 2 enfants d’une première union. Nous connaissions bien son compagnon et là apparemment, elle un enfant avec un autre homme ce qui est très courant de nos jours, mais apprendre tout cela d’un coup par un réseau social nous a beaucoup choqués Jean-Louis et moi car son frère n’en n’a parlé à personne. Cela prouve que la famille parfois, il faut aussi s’en préserver! C’est incroyable ce que j’ai pu être proche de cette nièce quand elle était petite, elle ne voulait aller en balade qu’avec tata Michelle et maintenant ni nous ni son autre tante, ni son grand-père n’étaient au courant de la venue de son troisième enfant! C’est la même chose avec mes neveux qui ne viennent jamais voir ma mère, ne lui font jamais le moindre petit cadeau alors qu’elle a toujours été là pour eux et maintenant qu’elle est vieille et malade, la seule chose qu’ils savent faire, c’est venir récupérer un meuble de temps en temps!
    Tout cela me rend triste et cynique quand je regarde notre belle jeunesse!

    • Quichottine

      Je crois hélas que tu n’es pas la seule dans ce cas… certains enfants n’ont pas conscience du mal qu’ils peuvent faire en agissant ainsi.
      J’ai de la chance, je vois encore mes enfants et mes petits-enfants, même si la visite des plus lointains géographiquement est plus rare.
      Cependant, j’ignore ce que sera demain. En grandissant, ils peuvent avoir envie d’autre chose.
      J’espère pourtant que les enfants que tu connaissais si bien se souviendront un jour et te reviendront.
      La société a tout fait pour que les familles soient séparées et les réseaux sociaux nous donnent encore plus l’impression d’être mis de côté. 🙁

  15. C’est souvent le lot de la gente féminine vieillissante, ma Quichotine ! Idem chez moi, et le Poux Ronchon me prend en charge dans mon véhicule adaptée à mon handicap…!!! Ils sont forts ces hommes ! Au début je râlais, maintenant je me tais. Bises et bon mardi.

    • Quichottine

      Nous avons de la chance de les avoir… malgré tout.
      Je ne râle pas, mais j’ai l’impression d’être de plus en plus dépendante… et j’ai peur que ce ne soit pas vraiment un bien.
      Bises et douce journée ma Zaza.

  16. Un dialogue dans lequel on s’identifie avec douceur. Habitude n’est pas lassitude aussi le désir de rêver devient pouvoir sur les chemins routiniers. Ces derniers nous reposent de nos épreuves. Ne pas seulement les dénigrer. Merci pour tes visites. Amitiés.

    • Quichottine

      Ne t’en fais pas, je ne renie pas ce quotidien qui parfois me pèse. 🙂
      Merci pour ce partage, Suzâme.
      Passe une douce journée. Amitiés.

  17. Un moment nostalgie et puis revient le calme et d’autres joies et d’autres soucis. Vivre le moment présent est notre seule opportunité désormais, il ne dépend de personne sauf de nous mêmes.
    Les heures passent si vite.

    Je viens de lire le long commentaire d’Aza, les neveux, petits enfants oublient quand ils sont à leur tour parents ce qu’ils doivent à leurs anciens, à quelques exceptions, c’est dans la logique du temps générationnel, parfois et même souvent les enfants ignorent la détresse de leurs parents qui vieillissent.

    Bisous tendresse.

    • Quichottine

      J’ose espérer qu’ils l’ignorent… sinon, ce serait bien plus grave.
      Il faut attendre qu’ils soient à leur tour grands-parents pour qu’ils puissent comprendre ce que nous vivons. 🙂
      Les heures passent bien trop vite, tu as raison. Profitons de chaque instant.
      Bisous tendresse à toi aussi ma Polly. Passe une douce journée.

  18. Quand les petits-enfants s’en vont la maison est d’un coup trop silencieuse, trop rangée, trop vide…et pourtant c’est normal qu’ils vivent leur vie avec leurs parents, puis en grandissant leurs copains…
    Et nous nous vieillissons pendant ce temps et nous devenons moins importants pour eux enfin c’est ce que nous croyons…mais moi je ne le crois pas. Quand je vois à quel point j’ai été marqué par mes grands-mères et l’unique grand-père que j’ai connu, alors que je les voyais très peu finalement je me dis qu’on ne peut jamais savoir ce qui va rester chez nos petits, de quel souvenir ils vont se rappeler quand ils seront devenus adultes. Tout dépend de leur caractère. Alors je pense que l’important c’est d’être nous-même, authentique en quelque sorte, humain(e) et de ne rien forcer. Ils découvriront par eux-même ce que nous sommes… et c’est ce qui compte car d’après moi c’est ça qui restera.
    Alors maintenant que nous avons du temps libre profitons-en pour faire ce que nous n’avons jamais le temps de faire, même si nos désirs sont plus grands que notre temps libre, ils ont le mérite d’être là et de nous rendre plus vivants…Bisous Quichottine. Passe une douce après-midi…il y aura d’autres vacances et d’autres câlins tendres et mouillés.

    • Quichottine

      Je n’ai pas connu mes grands-parents… ils me manquent souvent, comme me manquent mes parents.
      J’aime bien tes mots… Merci, Manou.
      Passe une douce journée.

  19. Bonjour Quichottine,
    je suis en train de sourire et je suis émue à la fois. Je viens de lire le comm de ma très chère Manou et elle dit vrai, comme bien souvent… Tu ne sais pas ce que m’a dit Ethan,mon petit-fils, il y a quelques jours?… Je m’en vais te le raconter.
    Je connais un figuier, sur le bord d’une route, que personne ne se soucie, car ses lourdes branches, gorgées de fruits, semblent lancer un appel désespéré. je me suis dit: » Tiens, allons voir, si les figues sont mûres. De plus, le figuier n’étant pas très loin de chez mon fils, c’était dimanche, si ses copains ne traînent pas dans le coin, fais-toi payer le café ou autre. De la même façon tu verras les petits (enfants). Me voilà arriver devant la terrasse et j’aperçois mes deux petits bouts, 6 ans et 3 ans, très occupés à dessiner. Après les bisous, bien mouillés, Ethan, tout en continuant de dessiner, me lance: « Tu sais, Mamie, j’ai trouver deux boutons dans ma chambre et je me suis dit:Tiens, comme Mamie sait faire un tas de trucs, je suis sûr qu’elle saurait quoi faire avec ces deux boutons… Parce que Maman, elle, ne sait pas coudre ».
    Voilà, je n’en rajoute pas plus…Allez, ma belle, il aura d’autres vacances et d’autres câlins…pas trop mouillés, quand même. Je t’embrasse.

    • Quichottine

      Sourire en te lisant… Merci pour ce doux partage, Nell.
      Ethan est un bien gentil petit garçon.
      Je t’embrasse. Passe une douce journée.

  20. Les visites, souvent impromptues, des petits-enfants sont toujours des moments très agréables (et souvent surprenants). C’est vrai que les nôtres et leurs parents ne sont pas loin par la distance, mais c’est aussi pour ça que c’est encore plus difficile à vivre lorsqu’il n’y a pas de visites … Quichottine, le ton plus optimiste que je peux avoir à cet instant, c’est sans doute dû au passage à l’improviste de l’une des mamans des petits-enfants accompagnée de deux d’entre eux (15 et 11 ans), nous avons un court moment ensemble, mais nous savons en apprécier l’importance. L’un d’eux vient aussi parfois seul chez nous, de lui-même, lorsque le hasard d’une manifestation sportive le conduit dans les environs de la maison. 🙂

    Quant à la conduite, c’est l’inverse pour moi : je  » joue  » le plus souvent le rôle de chauffeur sur des courtes distances (sur plus long, on partage).

    Bises affectueuses Quichottine.

    • Quichottine

      Merci pour ces mots, Midolu.
      Je crois effectivement que ce doit être terrible quand ce n’est pas la distance qui empêche les visites…
      Bises et douce journée à toi aussi.

  21. Je crois que pour la rentrée, je vais m’acheter un monsieur qui me conduira tout partout avec sa voiture, d’une pierre deux coups ! un homme et une voiture ! finie la vie en solitaire et vive les balades hors ville. Non, je rigole, quoi que ? hi hi …
    Quand aux enfants et petits enfants … à lire tes commentaires, je vois que nos histoires de vie sont toutes différentes. Pour moi les occasions de voir mes trois enfants et sept petits enfants se font de plus en plus rares. Eloignement, divorce, petits enfants devenus déjà grands … alors, j’essaie de les aimer sans les attendre, de vivre au mieux ma vie de mamie seule et simplement d’être là quand ils ont besoin de moi.
    C’est pour cela que je reste très branchée internet, téléphone, facebook, skype etc … comme mes trois grands et leurs sept petiots devenus grands.
    C’est le temps de ranger ses valises et faire de beaux projets.
    Gros bisous Quichottine

    • Quichottine

      J’adore ton humour… et, tu vois, je te souhaite de trouver un jour le compagnon dont tu rêves. Ce serait chouette. 🙂
      Tu as raison pour tout, comme toujours. 🙂
      Gros bisous et douce journée à toi. Mes valises sont rangées, il me reste à continuer le tri que j’ai commencé.

  22. Moi aussi , j’ai pris l’habitude de ne conduire que quand je suis seule et pourtant j’aime conduire …
    Le temps des petits enfants, petits, passe vite , il faut en profiter et construire de la complicité pour plus tard .
    Il arrive un âge où tout devient nostalgie , je crois que c’est cela vieillir .
    Bises

    • Quichottine

      Je n’y avais pas pensé, mais tu as sans doute raison.
      Vieillir et nostalgie vont-ils de pair ?
      Il faudra que j’y réfléchisse un peu.
      Merci pour tes mots, Zoé. Passe une douce journée. Bises.

  23. Eh oui, les chemins sont si nombreux… On ne peut en suite qu’un. Moi, j’aime suivre ceux de traverse.
    Bisous amitié Quichottine.

    • Quichottine

      Tu n’es pas seul à aimer les chemins de traverse. 🙂
      Merci pour ta présence, Margimond.
      Bises amicales à toi aussi.

  24. Toujours très en retard dans mes visites

    Merci pour tes souhaits à l’occasion de mon anniversaire

    • Quichottine

      Ne t’en fais pas, tu n’es pas seule dans ce cas… j’ai un retard fou partout. 🙂
      Bisous et douce journée Kri.

  25. L'Espigaou

    Mince alors mon commentaire a disparu.
    Je conduis souvent car je suis souvent seule dans la voiture.
    Mais lorsque mes enfants viennent je leur laisse volontiers le volant
    et là je peux admirer la nature, lorsque qu’un espace est sans verdure je peux rêver et laisser courir mon imagination.
    C’est un des petits bonheurs de la journée, où j’oublie tous les soucis et les contraintes de la vie, je suis sur mon petit nuage où j’aime me réfugier.
    Les visites de mes 4 enfants, 9 petits enfants et Une arrière petites filles, là c’est un Grand bonheur
    dont je savoure et me rassasie de toutes les secondes, je fais des provisions d’amour pour après leur départ.
    Passe une douce journée
    Je t’embrasse fort
    Maryse

    • Quichottine

      Cela arrive parfois, je ne sais pas pourquoi…
      Merci pour tes mots en partage, Maryse.
      Profite bien de ces instants.
      Je t’embrasse fort. Passe une douce journée.

  26. Mélancolique, mais toujours si bien conté ; merci Quichottine !
    Douce soirée et gros bisous

  27. Le temps passe et emporte
    les derniers jours occupés…
    Mais le vide est un espace unique
    Où se créent et se dessinent
    les mots à venir
    pour vivre
    chaque instant comme un cadeau précieux!

    • Quichottine

      Comme toujours tes mots me touchent beaucoup. Merci, Marie.
      Profitons de chaque instant partagé.

  28. Ce regret qui nous poigne, « après », c’est la marque même du bonheur et des instants précieux. Nous le savons quand nous le vivons, pourtant c’est toujours aussi douloureux.
    Mais ils reviendront, tes petits enfants de paradis !

  29. Ah, la nostalgie, après des moments de bonheur intense …
    J’espère que tu vas un peu mieux ou … pas plus mal.
    Bon mercredi, toujours au soleil.
    Vais en profiter pour faire une tit’ balade …
    Bisoux doux, ma quichottine.

    • Quichottine

      Je vais mieux, ne t’en fais pas.
      J’espère que tu as pu profiter de ta balade comme tu le désirais.
      Bisous doux et belle journée ma chère Dom.

  30. C’est vrai que la reprise du quotidien peut être difficile parfois, mais on n’a pas le choix… J’espère que tout ira mieux pour toi dans les jours à venir 😉

    • Quichottine

      Comme tu l’écris, nous n’avons pas le choix. 🙂
      Merci, Victor. Tout va mieux.

  31. Un petit coup de cafard, avant de reprendre le chemin quotidien, les vacances sont belles car elles ne sont pas permanentes. Le bonheur des petits enfants est très profond et ancré en nous, mais leur présence ressemble aux vacances, de gros bouquets de tendresse, qui arrivent et repartent, pour mieux revenir…
    Bonne journée

    • Quichottine

      Merci pour ces mots, ABC. Si vrais…
      Bonne journée à toi aussi. 🙂

  32. le temps qui passe trop vite, nos petits grandissent , quels souvenirs vont-ils garder de nous,
    ce qui est certain c’est que nous, nous engrangeons de merveilleux souvenirs.
    bon courage
    bonne journée
    danièle

    • Quichottine

      Il faudra que je leur laisse un jour de quoi refaire avec moi ces moments passés… juste pour qu’ils ne les oublient pas.
      Merci pour tout, Danièle.
      Passe une douce journée.

  33. Coucou,
    Hier, j’avais un ordinateur qui ne voulait rien savoir, si, il savait qu’il me ferait plein de misères. J’espère qu’aujourd’hui, mon commentaire partira. Du coup … qu’avais-je bien pu t’écrire ? Que c’est le lot des parents, grands parents de maintenant de voir les enfants bien moins souvent et que, du coup, lorsqu’ils sont là, un peu, et qu’ils repartent … que c’est dur ! Et ce qu’ils soient petits ou grands.
    Parfois, je me fais, moi aussi, la réflexion et j’ajoute rapidement : combien de fois ai-je entendu mes parents dirent qu’ils ne me voyaient pas assez et ce, même lorsque nous habitions au village. Avant, papa m’appelait sa fille à la valise. Je suis certaine que tu sais combien ils te chérissent. Parfois on peut douter un peu et puis une petite réflexion d’un te remet vite sur les rails. Enfin, c’est comme cela pour moi. Je connais trop, je vais, je viens, je donne des nouvelles, je n’en donne pas, mais aussi le contraire : plus de nouvelles du tout, sauf celles qui arrivent comme cela certainement par le biais de mon coeur. Alors je me contente de ce qu’ils nous donnent (mais pas toujours !);
    Je ne crois pas que c’est ce que j’avais écrit hier.
    Va Quichottine ta route est encore longue et pleine d’amour, le tien et le leur.
    Au fait, pour la voiture, monsieur conduit pratiquement toujours depuis qu’il est rentré à la maison. Sauf pour les grands trajets et c’est plus une question de sécurité. Pour mes déplacements, je me suis interdit la conduite de nuit depuis que je me suis fait peur deux trois fois en ne distinguant pas la route des champs. Et ça, pour conter, c’est difficile. Heureusement que nous sommes deux. Je conduis de jour et mon amie de nuit.
    Un gros bisou ensoleillé mais très frais.

    • Quichottine

      Je ne conduis plus de nuit non plus… c’est parfois gênant. 🙁
      Pour le reste, je te lis et je me dis que nous ne sommes pas à plaindre… nos enfants ne nous oublient pas, même s’ils sont moins présents.
      D’autres n’ont pas cette chance.
      Se contenter de ce qu’ils peuvent nous donner, c’est le plus important pour que leur absence ne pèse pas trop.
      Gros bisous Pimprenelle. Merci pour tout.

  34. Salut
    Les retraités peuvent aller ailleurs maintenant vu que la garde des petits enfants est terminée
    bonne journée

    • Quichottine

      C’est le bon côté des choses… 🙂
      Bonne journée à toi aussi, Tiot.

  35. il y a des moments pour conduire et d’autres pour se laisser conduire
    il y a des moments pour rire et d’autres pour se souvenir
    il y a des moments pour accueillir et d’autres pour se recueillir.
    ainsi va le temps, ainsi va la vie…
    Amicalement Quichottine.

    • Quichottine

      Merci pour ces moments que tu partages ici. 🙂
      Passe une douce journée Jamadrou. Amicalement à toi.

  36. Je ne conduisais jamais quand j’étais en couple, seulement quand j’étais seule. Et je ne voulais jamais conduire la voiture de quelqu’un d’autre. J’ai changé depuis… Bisous et bon après-midi !

    • Quichottine

      Il faudra bien que je me débrouille si je me retrouve seule un jour…
      Pour l’instant, je conduis peu, mais avec plaisir, dans mon « périmètre ». 🙂
      Bisous et douce journée.

  37. toi tu te laisse conduire dans la nostalgie là…..Conduire justement tu devrais c’est super agréable enfin je trouve aller ou bon nous semble sentiment d’une liberé précaire certes mais liberté quand même. Bisous Quichottine

    • Quichottine

      Je conduis lorsque je ne peux pas faire autrement… et c’est vrai que c’est agréable, cette liberté.
      Merci, Renée.
      Bisous et douce journée.

  38. Un gros pincement au coeur quand il faut reprendre le quotidien, mais vite vite il faut penser à la prochaine escapade 🙂 Gros bisous

  39. Bonsoir, Dona. Un peu triste….Un peu fatiguée peut-être.., la reprise, ça a du bon aussi, on peut se donner de nouveaux objectifs, tiens par ex se remettre à conduire seule, c’est une liberté que tu as oubliée, même pour qq kms, s(évader un moment…S’enlever certaines obligations, être trop sérieuse…Je m’arrête , tu vas prendre peur! en tout cas, grossses bises VITA

    • Quichottine

      Fatiguée sûrement…
      Merci pour toutes tes suggestions, Vita.
      J’en appliquerai certaine, évidemment. 🙂
      Grosses bises et douce journée.

  40. Bon jeudi et bonne rentrée, pour ceux qui sont concernés !
    Moi, je préparerais plutôt ma valise …
    Bisoux doux, ma quichottine

    • Quichottine

      Merci ma chère Dom…
      Tu prépares tes vacances ?
      Bisous doux à toi aussi.

  41. Il n’est jamais trop tard pour faire coïncider le chemin de ses rêves avec celui de sa vie, au moins un peu… 🙂 J’espère que le coup de mou presque inévitable du retour est passé et que tu as repris les rênes avec toute la douceur et la lumière qui te caractérisent. Bisous.

    • Quichottine

      Même un peu, c’est toujours bon à prendre. 🙂
      Merci, Emmanuelle. Ne t’en fais pas, tout va reprendre son cours…
      Bisous et douce journée.

  42. Coucou ma douce Quichottine, normal ce petit passage à vide, ce n’est pas facile de se retrouver sans les calins et les sourires des petits-enfants. Mais tu n’as que de bons souvenirs. Tu vas retrouver tes marques et rêver d’un ailleurs avec beaucoup de joie.
    Meilleures pensées et je t’envoie mille bisous
    chatou

    • Quichottine

      Merci pour tout ma Chatou.
      Mille bisous et douce journée à toi aussi.

  43. Hélène ***

    Et si conduire devenait un jeu? Et si jouer était la nouvelle ligne de conduite? Dans l’intimité de la vie tout joue et rit. À nous de propager ce secret.
    Tendresse*

    • Quichottine

      Sourire… c’est vrai que ce serait une bonne idée. 🙂
      Merci, Hélène. Passe une douce journée.
      Tendresse…

  44. Ce que tu ressens, chère Quichottine, n’est pas le vide. C’est de la nostalgie. Et moi j’aime ça la nostalgie car pour moi la nostalgie n’est pas de la tristesse. C’est le souvenir d’un bon moment passé avec une personne que j’aime et quand le souvenir de ce moment revient, c’est comme si j’avais à nouveau une visite.
    Belle soirée Quichottine.

    • Quichottine

      Merci…
      La nostalgie est parfois envahissante.
      Passe une douce journée Mimi. Je t’embrasse fort.

  45. Bonjour Quichottine, « tout pareil », j’aimerais dire « reste la couleur du blé » comme dit le renard. Les miens (les petits enfants) sont bruns , très bruns alors je regarde le ciel de nuit et pense à cet univers à explorer, les espoirs des jours de vie. Bonne « rentrée » l’ambiance et la couleur de ces fins août début septembre sont imprimées dans nos émotions. Cordiales pensées

    • Quichottine

      Pour moi, ce sera la couleur du blé et des étoiles…
      Merci, Pierre.
      Que ta rentrée soit belle aussi. Amitiés.

  46. Bonjour chère Quichottine, heureuse de ta visite chez moi. J’ai aimé ce dialogue, comme si j’avais été présente aussi. Un échange qui fait du bien, on s’encourage, on se console, on se rassure mutuellement ! Je ne conduis plus à Paris et de moins en moins la nuit, alors qu’avant j’étais si « hardie » ! A bientôt, grosses bises.

    • Quichottine

      Conduire à Paris est pour moi totalement impossible… j’y vais par les transports en commun. 🙂
      Je n’ai jamais été très hardie mais il faut dire à ma décharge que je suis restée plus de dix ans sans voiture depuis que j’ai mon permis.
      Merci à toi, pour tout, Lenaïg.
      Passe une douce soirée.

  47. Je suis le pilote préféré de l’épousé… c’est tant mieux car j’aime conduire… et nous emmener « ailleurs » au gré de nos envies. Le quotidien revient trop vite je te le concède, mais il laisse aussi envisager un « ailleurs » en attendant de retrouver ceux qui te manquent 🙂
    Douce journée et GROS BISOUS ma Quichottine.

    • Quichottine

      Mon épousé s’est cassé un bras un jour, il a fallu qu’il se contente de moi comme chauffeur pendant près de trois mois. Je crois que c’était un pensum pour lui. 🙂
      Gros bisous et douce soirée Marité. Merci pour tes mots en partage.

  48. Balaline

    Pense fort aux prochaines vacances ou aux petits coucous téléphoniques; je sais il ya mieux mais quel bonheur ensuite de les serrer longuement dans nos bras !
    Bon week-end Quichottine, gros bisous.

    • Quichottine

      Il fallait seulement que je reprenne mes marques… Les vacances reviendront. 🙂
      Merci pour tout, Balaline. Gros bisous et bon week-end à toi aussi.

  49. La difficulté de revenir d’ailleurs… C’est presque aussi fort que la difficulté pour partir ailleurs…
    Heureusement, on peut se construire un « Ailleurs » où on laisse à la porte les soucis…
    Et alors, on ne regrette pas de se laisser conduire vers cet ailleurs… On n’a pas envie de se rebeller 😉
    Bises

    • Quichottine

      Tu as raison… Bien des possibles existent pour s’échapper quand le quotidien devient trop lourd.
      Bises et douce soirée Yvon.

  50. Merci pour ta visite, merci pour ton commentaire.
    Je vais me prendre le temps de glisser voir les commentaires à ton texte, et les remarques que tu y rajoutes. Je trouve le texte émouvant, mais je crains qu’il ne m’échappe un peu.
    Mélange de rêveries et de réalités, petits qui grandissent et dépendance qui augmente …..
    A la dépendance physique, ou matérielle, je vois aussi la dépendance du cœur.
    On pousse loin l’empathie, et la transmission de sentiments et notre niveau d’exigeance pour les sentiments en retour sont trop élevés. Peut être; le sujet est difficile et ton message t’appartient.
    Amicalement. Yann

    • Quichottine

      Chacun gère comme il peut son ressenti et ses sentiments.
      J’aime bien ta lecture, Yann.
      Merci pour tout.

  51. On apprécie d’autant plus leur présence quand il y a des absences
    Bon WE Quichottine

    • Quichottine

      C’est vrai… comme il est beau de croire en la lumière quand il fait nuit. 🙂
      Bon weekend à toi aussi, Kri. Merci. 🙂

  52. C’est toujours très bien dit comme tu sais si bien le faire

  53. Tu racontes un moment de ta vie que j’ai lu comme une histoire du lapin bleu. C’est très agréable à lire.

  54. Euh… mon clavier a fourché… je voulais dire le lutin bleu. Lutin, lapin, il y a des lettres communes.

    • Quichottine

      Ne t’en fais pas… je me suis doutée. 🙂
      En fait, il y a chez moi des lutins malicieux qui s’amusent à jouer avec les lettres des commentaires que déposent mes aminautes… tu ne le savais pas ?
      Bises et douce soirée Dalva.

  55. Oh les petites histoires, on se croirait au supermarché ou à l’épicerie du coin quand les vacanciers sont rentrés et qu’ils rencontrent des connaissances, elles aussi rentrées de vacances. Conduire une voiture, je le fais par nécessité, pas par plaisir comme certains hommes qui « en veulent » ! J’ai passé mon permis en 1979 car je déménageais en campagne. Et pour aller travailler c’est plus souple d’avoir une voiture que de prendre un bus. Bon week end et bises.

    • Quichottine

      Merci pour ce partage, Elisabeth.
      Je conduis par obligation, pas souvent par plaisir, mais j’aime en avoir la possibilité.
      Passe une douce journée. Bises.

  56. Il faut savoir, de temps en temps, partir « ailleurs » et prendre le chemin des rêves. On a tous besoin de se retrouver et de souffler un peu.
    Pour moi aussi, je ne conduis pas quand Daniel est là. Mais, sinon, la plupart du temps, c’est moi qui conduis et j’aime prendre le volant. Cela me détend, j’ai l’impression de « mener ma vie » comme je l’entends. Freiner, aller plus vite que la vitesse préconisée (sans excès quand même), surtout quand la route est dégagée, sèche, sans dégradations au sol, assez large et quand je connais le tracé. j’aime passer les vitesses, gérer mon allure, …
    Voilà encore des informations sur ma personnalité.
    Je rattrape mon retard en visitant les amis blogueurs. Je reviens du forum des associations où j’ai rencontré les amis photographes et pris en photos des groupes de danseurs.
    Passe une bonne soirée Quichottine ! Bises du soir

    • Quichottine

      Je suis du genre à respecter les limitation de vitesse, je n’aime pas quand on roule trop vite. 🙁
      Merci pour tes mots, Alrisha.
      Bises et douce journée.

  57. Lorsque nos petits sont là,le temps passe toujours trop vite .Le départ est toujours un déchirement , en sachant qu’on ne va pas les revoir bientôt.
    Les habitues sont tenaces;on voit plus souvent l’homme conduire dans un couple que le contraire.Mais parfois ,il est agréable de se faire conduire… Bisous

    • Quichottine

      Je trouve aussi qu’il est agréable de pouvoir se faire conduire… surtout en voiture sur les longs trajets.
      Bisous et douce journée ma Fanfan. Merci d’être là.

  58. Merci pour ce joli texte plein de tendresse et de vérités.

    Pour moi les vacances (et la vie aussi d’ailleurs) sont toujours des moments pleins d’inattendus, de surprises, de changements. Seul reste stable l’amour des enfants et des petits-enfants. Quel bonheur que les jeux, les cris, les rires…
    Quant au volant, aucune habitude pour moi, nous le partageons depuis toujours même si… Ouh la la ! Que de choses à dire sur ces partages là !

    Bonne journée Quichottine et à bientôt.

    • Quichottine

      Merci pour ta présence et ces mots.
      Je crois effectivement que chacun peut trouver des réponses…
      Passe une douce journée Françoise.

  59. Là-bas, sous les arbres, je te rejoins ………..
    Je voudrais être sur les chemins, toujours ……..si je pouvais !

    La vie nous emprisonne parfois …
    Ou, du moins, c’est ce que nous ressentons !
    Mais, dans ces mille et une choses à faire, si nous mettions plus d’amour que « d’habitudes », justement, tout nous paraîtrait sûrement utile et formidablement insolite !
    Et nous les ferions peut-être plus facilement, avec plus de légèreté …
    Je ne sais pas ? Je suis une errante, comme nous toutes et tous ici bas, possédant juste une miette de réponse à mes multiples questions …!

    Merci, Quichottine, pour cette « pause méditation » à laquelle j’avais finalement bien besoin ce matin …

    Je t’embrasse FORT : sabine

    • Quichottine

      Tu as raison, tout est sans doute dans le coeur que nous mettons à nos ouvrages… 🙂
      Merci pour tout, Sabine.
      Je t’embrasse fort.

  60. Bonsoir Quichottine
    Me voilà rentrée après une bonne dizaine de jours sans petits
    Après les avoir eu à tour de rôle durant deux mois d’ete j’avoue avoir apprécié ce repos mérité ..
    Quand ils sont là on est très heureux le temps passe si vite ..oceane 12ans déjà …et le petit dernier 3ans ..
    Et bientôt une petite fille va venir aggrandir la famille ..pas le temps de se poser ..
    J’aime conduire mais jamais avec mon mari à coté !!!
    Il faut profiter de tous ces moments de bonheur
    Gros bisous à toi

    • Quichottine

      Sourire… je conduis aussi lorsque je suis seule, c’est agréable.
      Merci pour tout, Claudine. Et surtout, bon retour chez toi.
      Gros bisous et douce journée.

  61. Là, j’ai beaucoup, beaucoup conduit, et Améline a souvent proposé de me remplacer… Elle plaisantait, bien sûr ! Mais la route peut parfois sembler bien longue quand on est simple passager et que le paysage est un peu monotone… et les centres d’intérêts différents ! Mais ce fut une belle escapade avec elle.

    • Quichottine

      Je suis heureuse que votre voyage se soit bien passé.
      Merci pour tout, Galet.