Des jours comme ça…

Il y a des jours comme ça…

Des jours où rien ne va comme il faudrait… ou du moins comme cela devrait.

Des jours où l’on se sent toute petite, impuissante…

Des jours où l’on a beau frapper à toutes les portes, utiliser tous les moyens d’aujourd’hui pour se faire entendre, les questions restent sans réponses, les messages s’étant sans doute perdus dans l’immensité d’une Toile incroyablement vaste, ou dans des sacs postaux oubliés dans un entrepôt.

Alors, on se laisse aller à la mélancolie… on pense à ces jours-là, à ceux où tout était pourtant plus difficile, où tout allait plus lentement…

Mais les lettres arrivaient à destination… fusse des années après leur envoi.

Je crois que l’on devenait facteur par vocation… mais j’ai sans doute tort.

Il y avait encore des postiers pour vous recevoir dans les villages, pour tout connaître, ou presque, de chacun, sans pour autant se montrer indiscret…

Il y avait là-bas des sourires à glaner, des mots tout simples mais qui faisaient du bien.

Un « bonjour » attentif et attentionné partout où l’on entrait. Une écoute…

Mais qui se souvient maintenant ?

Les bureaux de poste ferment, diminuent les horaires, donnent accès à des machines qui ont bien plus de défaillances qu’en avaient les employés des services postaux.

Au bout de la ligne téléphonique, un message enregistré vous accueille et vous demande de patienter, en répétant inlassablement les mêmes mots indifférents aux problèmes de celui qui a composé le numéro en espérant une réponse… qui ne vient pas, donc, malgré l’attente… Là-bas, sans doute trop pris, trop sollicité, l’interlocuteur, ou du moins celui ou celle qui aurait dû en faire fonction, a raccroché.

Il y a des jours comme ça, où l’on regarde, ébahi, son téléphone…

Il ne sert à rien de se révolter, de tempêter, de se dire que décidément la chance a oublié de passer par là… il n’y aura personne pour s’asseoir auprès de vous un moment, en oubliant de regarder sa montre.

Il n’y aura rien d’autre que ce silence incroyable qui se termine par la tonalité de ligne occupée…

Il n’y aura rien d’autre que ces mots qui s’inscrivent sur la page de votre serveur de messagerie : « aucun nouveau message »…

Rien.

Et pourtant… vous, vous savez que c’était important.

Alors… vous reposez le téléphone, vous éteignez l’ordinateur, instruments inutiles dans l’heure, et vous reprenez vos aiguilles, ou autre chose, juste pour vous occuper les mains, juste pour ne pas penser.

© Quichottine, 3 septembre 2015

150418_Quichottine

110 réponses à “Des jours comme ça…

  1. Quichottine je voulais te remercier pour paraboles je me suis délectée à la lecture et j’ai rangé le livre dans la chambre qui sert aux enfants, je prévois des douces soirées grâce à toi.
    Je t’embrasse

    • Quichottine

      Merci Josette, pour tout. Je suis contente que ça t’ait plu.
      Je t’embrasse. Passe une douce journée.

  2. Et bien moi , je viens te dire bonjour et te faire des bises VITA

  3. salut
    Lorsque l’on entend à la télé que les impôts seront déclarés par ordinateur pour tout le monde on se demande si ceux qui pondent des ordres de ce genre ont des grands mères ?
    Et après l’informatique ce sera quoi? Parce qu’il faudra bien trouver autre chose pour occuper les gens blasés?
    Bonne journée

    • Quichottine

      C’est vrai que je me pose encore la question…
      Bonne journée à toi aussi, Tiot.

  4. Ah le monde du self-service, partout des machines… et autres, heureusement il y a encore le petit commerçant de coin pour tailler une petite bavette chez son boucher… 😉 Bon vendredi au tricot Quichottine, bises

    • Quichottine

      Tu as raison… merci, jill.
      Je ne vais pas passer ton mon temps à tricoter.
      Une bonne lecture, c’est bien aussi. 😉
      Passe une douce journée. Bises.

  5. « Il y a des jours où, quand le jour se lève,
    On voudrait rentrer tout au fond d’un rêve »
    YD

    • Quichottine

      Sourire… Yves Duteil est de mes artistes préférés.
      Merci, eMmA.

  6. Mistigris34

    hé oui le progrès en tous genres n’apporte rien du tout , juste que l’homme devienbt de plus en plus égoïste, personnel, s’il n’y avait que les facteurs…!
    alors je passe te faire un coucou du Sud, où le temps est encore beau mais plus frais, et ici je
    suis aussi (encore ) en mode « tricot » pour les petites, grandes, et toutes petites ! comme toi !
    village envahi par les machines à vendanger, les tracteurs et les bennes, le polybennes, etc….
    voilà une tranche de vie en Languedoc, mais en pensant aussi à toutes celles et ceux des autres régions et des blogs,
    gros bisous, MIAOU !!!!

    • Quichottine

      Merci pour ce coucou ensoleillé… ça fait du bien. 🙂
      Je t’imagine bien en train de tricoter, je m’installerais bien dans ton salon, pour te tenir compagnie.
      Atelier tricot en vue ?
      Gros bisous et douce journée, Mistigris.

  7. Oh.. oui.. chère Quichottine il y a des jours bien gris.. où le soleil ne brille plus où simplement le son d’une sonnette ne résonne pas. Je ne tricote pas et suis admirative de ton travail exposé !
    Je tente d’être cependant positive et refuse tous les démons qui voudraient me perturber.. en « recopiant le brouillon d’espoir  » … haha.
    Je t’embrasse et souhaite voir ton beau tricot terminé !

    • Quichottine

      Brouillon d’espoir à recopier… tu as raison.
      Quelqu’un l’a fait pour moi, merveilleusement bien. 🙂
      Je t’embrasse fort. Passe une douce journée.

  8. Bonjour Quichottine,
    Oui, il y a des jours comme cela..
    Il nous reste, heureusement, quelques autres belles choses à faire…
    Belle journée.
    D@net.

    • Quichottine

      C’est vrai… ce serait idiot de baisser les bras.
      Belle journée à toi aussi, D@net.
      Merci.

  9. J’ai de la chance à Cergy, notre facteur est très sympa. Il nous connait, quand il nous rencontre dans la rue il nous dit bonjour. C’est le même depuis longtemps. Ici aussi aux Sables même s’il a une grande tournée et qu’il passe souvent tard.
    Je ne suis pas accro au téléphone, pour tout dire je déteste cela. Il sonne toujours quand il ne faut pas, je ne sais souvent pas quoi dire quand je ne vois pas la personne, ses réactions celles que l’on ne peut voir que visuellement.
    Ton texte m’a émue. Très belle ta bannière. Bisous et bon week-end.

    • Quichottine

      J’ai de la chance aussi de ce côté là… mais j’ai un peu de mal avec les expéditions en ce moment. Plusieurs envois en vadrouille en ce moment… 🙁
      Mais bon, je sais que d’autres sont encore plus ennuyés que moi et se heurtent à des murs d’indifférence.

      Merci pour tout Martine.
      Bisous et bon week-end à toi aussi.

  10. Nous sommes les nostalgiques du « temps d’avant », celui où l’on parlait physiquement à quelqu’un, celui on on téléphonait parce qu’on avait vraiment quelque chose à dire et rien à vendre. On dit qu’aujourd’hui tout va plus vite, peut-être est-ce nous qui avançons plus lentement ? On se connecte plus, on se parle moins et surtout on ne discute plus… on tchate (ou pas !) dans le vide de l’indifférence. Il fait gris dans ton coeur, mon amie ? Je t’embrasse.

    • Quichottine

      Un coup de blues… mais t’en fais pas, ça va mieux.
      Mon fils a reçu son colis… ouf !
      Je t’embrasse. Passe une douce journée.

  11. J’ai bien envie de te rejoindre dans ton si joli refuge pour t’offrir la tendresse d’un monde qui, au-delà de ses horreurs, porte encore en lui des gens comme toi, comme les enfants, comme les rêves de paix et d’humanité.

    • Quichottine

      Je voudrais que le souffle d’humanité qui nous anime soit majoritaire… Mais, hélas, il y a des moments où j’ai l’impression d’être totalement déconnectée de la réalité.
      Merci pour ta présence Emmanuelle.
      Passe une douce journée.

  12. Bonjour Quichottine, comme toi j’ai aussi parfois la nostalgie des jours passés et des relations humaines différentes. le monde change, nos repères se brisent nous chassant dans des repaires où l’on se ressource, parfois des tours d’ivoire. Les medias nous mettent sur la sellette, nous envoient à la figure des informations violentes. J’ose espérer que malgré tout, les « réseaux sociaux » ramèneront à une échelle humaine un quotidien d’attentions comme le bonjour du facteur, ou les vœux de la boulangère, le signe de main du voisin dans son jardin, le toc-toc discret d’un ami qui passe à l’improviste amener son surplus de légumes, 6 œufs, que sais je ? De l’amitié en quelque sorte, un peu ce tu fais pas les liens que tu tisses au travers de tes mages, merci pour tout

    • Quichottine

      Tu résumes très bien ce que je pense…
      Merci d’être là, Pierre;
      Passe une douce journée.

  13. mireille du sablon

    Ton texte m’a émue. C’est bien là le paradoxe, à l’heure de la communication, les gens ne se parlent plus que par appareil interposé, certains souffrent du manque ou du trop plein….. Pourtant, il suffit parfois de sortir de chez soi, se balader….. d’oser un sourire, un petit bonjour. Ne restons pas devant cet appareil, inactif….
    Bises du jour de Mireille du Sablon

    • Quichottine

      Tout à fait d’accord avec toi… donnons-nous la main, pour de vrai. 🙂
      Bises et douce journée à toi, Mireille.

  14. grandmistral

    C’est l’enveloppe du monde qui a changé , la mienne aussi et si je dois accepter ma transformation je dois le faire pour tout ce qui nous entoure……………..JE NE PEUX AGIR AUTREMENT.
    Alors je marche , je marche , je marche pour oublier le déclin , mon déclin , l’oxydation dévastatrice de mon être.
    Allez courage et bonne journée.

    • Quichottine

      J’aime suivre ton chemin…
      Merci pour cette lutte pour la vie.
      Bonne journée à toi aussi. Prends bien soin de toi.

  15. Un monde de plus en plus impersonnel……..

  16. Il y a des jours comme ça où mieux vaut prendre ses aiguilles et rester dans le silence absolu.

    • Quichottine

      OU alors se bouger… 😉
      Merci, Liza. J’espère que tout va bien pour toi.

  17. Il y a des jours où plus rien ne va… oui c’est comme ça. Et ces jours-là on a envie de rien.
    Bonne journée à toi

    • Quichottine

      C’est vrai…
      Pourtant, il suffit d’un oiseau, d’une fleur… d’un livre différent…

      Bonne journée à toi aussi, Marie.
      J’espère que tu vas bien.
      Je t’embrasse fort.

  18. Je crains souvent d’avoir laissé filer un message, parmi le flot qui arrive sur ma boîte, flot mêlé et emmêlé de  » propositions  » pas toujours claires, de publicités … Et parmi tout cela, un message important qui se trouve submergé et risque de passer à la trappe …
    Au téléphone, c’est la mode des numéros masqués et des numéros qui  » correspondent  » à des anonymes. Alors, parfois, on ne décroche pas …
    Quichottine, j’espère que le message important ne s’est pas complètement perdu.
    Bises et pensées

    • Quichottine

      Cela m’arrive aussi, hélas… et je t’assure que ce n’est pas de l’indifférence.

      Je l’espère de tout cœur, mais j’attends encore une réponse. Un autre problème vient de se résoudre, ça fait du bien.
      Il y a juste des moments où ça déborde un peu… trop.
      Merci pour tout, Midolu. Je t’embrasse fort.

  19. du courrier qui s’est égaré ? des réponses par internet que tu n’as pas ? je ne sais ce qui te conduit à cette nostalgie personnelle.
    J’ai des soucis domestiques du genre panne avec des difficultés à trouver un réparateur mais ils me semblent bien secondaires en regard de ceux qui ont tout perdu et plus encore à cause de la folie des hommes et qui errent sur les routes à la merci des rapaces que sont les passeurs et de l’indifférence ou du rejet de tant et tant.
    J’espère que tu retrouveras vite ton moral et ton énergie
    bises et belle journée malgré tout

    • Quichottine

      Je le croyais, mais ouf… mon fils a reçu son colis. D’autres réponses se sont fait attendre et j’avoue que je n’ai pas aimé ces non-réponses ou l’indifférence rencontrée.
      Le plus important vient de trouver sa solution.

      Peut-être tout cela arrivait-il à un moment où notre monde déborde un peu partout, où l’on ne sait plus vers quels cieux se tourner…
      Tu as raison, il y a ceux qui ont tout perdu. J’aurais dû relativiser.

      Merci pour tout, Jeanne.
      Bises et belle journée à toi.

  20. éternel dilemme qui se résume à :  » la montre ou la boussole ? »

    la boussole qui symbolise le cap à suivre pour sa vie, et pour la montre le rythme qui nous entraine dans une course folle qui ne nous correspond pas !

    comme toi je choisis la boussole , (mais toi, tu as les aiguilles en plus !)
    je retourne à mes gouges …..

    Amities Felix

    • Quichottine

      Sourire en te lisant… merci, Félix.
      Il y a des moments où des gouges seraient peut-être mieux pour moi si je savais m’en servir… 😉

      Passe une belle journée. Amitiés.

  21. Alors un énorme bisou en passant!

    • Quichottine

      et un grand merci pour toi, Chris.
      Un plein panier de bisous… 🙂

  22. Des journées comme « Ça » …nous plongent dans la mélancolie c’est pas toujours facile …
    A nous de chercher et trouver d’autres chemins un peu moins encombrés d’épines …
    Je t’embrasse très fort et te souhaite une journée pleine de lumière apaisante.

    • Quichottine

      J’ai ouvert un livre… j’aurais dû le faire plus tôt. 🙂
      Merci pour tout, Cri. Tes mots sont sages et ta présence une joie pour moi.
      Je t’embrasse très fort. Passe une douce journée.

  23. Je t’envoie un peu de mon soleil pour te réchauffer le coeur et te souhaiter une douce journée Quichottine
    Bisous ☼

  24. Se résigner, il le faut parfois, le monde ne tourne pas toujours rond, et même parfois il nous renvoie des images terribles, de celles qui nous restent en travers du coeur…

    J’espère que ces problèmes de communication se sont améliorés pour toi Quichottine !
    Je t’embrasse

    • Quichottine

      Je crois que sans qu’on le veuille, elles s’accumulent et pèsent tant que le moindre petit rien peut nous faire plonger dans la mélancolie.

      Une partie va mieux… pour le reste, j’espère que ça va s’arranger… patience et longueur de temps… 🙂
      Je t’embrasse. Passe une douce journée.

  25. Bonjour Quichottine,

    La machine remplace l’homme. Dans mon travail le boss a installé 4 caisses automatiques. Cela implique moins d’embauche et restriction du personne. Il y a des jours où le silence résonne et il nous reste nos amis virtuels et réels pour palier à ce vide mais parfois nous sommes bien seuls tout au fond de nous et là l’esprit se met à cogiter… Bisous et douce fin de journée.

    • Quichottine

      Je crois que nous sommes dans un monde qui se déshumanise… mais je me demande si nous pouvons revenir en arrière vraiment.
      J’essaie de résister…
      Mais il n’est pas toujours simple de ne pas utiliser les caisses automatiques… Ce que je trouve terrible, c’est que ce sont souvent les employés qui nous incitent à nous en servir…
      Courage à toi, Corinne.
      Bisous et douce fin de journée.

  26. Beaucoup de nostalgie, de désarroi même dans tes mots.
    Pour le moment, je n’ai pas ressenti cet état d’âme même s’il m’est arrivé de ressentir de l’impuissance devant certaines situations.
    Je ferai quoi, je ne sais pas tricoter !
    Merci pour ce nouvel écrit rempli de tas d’émotions.
    Bisous et à bientôt Quichottine

    • Quichottine

      Je crois qu’il y avait un « trop » partout qu’il fallait que j’écrive… mais c’est vrai, j’aurais dû faire preuve d’encore plus de patience.
      Une partie s’est arrangée.
      Pour le reste, je crois que je n’y peux rien.

      Merci pour tout, Pascale.
      Bisous et à très vite.

  27. Eh oui, à l’ère de la technologie, il n’y a plus de réelle empathie entre les gens; la machine a bien souvent remplacé le contact humain. C’est déplorable et souvent démoralisant. Bon courage, Quichottine, j’espère que tu auras rapidement tes réponses et l’aide escomptée…
    Mais tu as raison, en attendant, il vaut mieux lâcher prise et ne pas s’esquinter la santé… Bon tricot!! 🙂 Bisous.

    • Quichottine

      J’ai eu en partie gain de cause… le reste ne dépend plus de moi.
      Merci pour tout, Rebecca.
      Passe une douce journée.

  28. Un « coup de blues » qui touche à un pessimisme inquiétant … Mais j’ai lu que tu t’es reprise. Un moyen, peut-être, pour sortir de la solitude : les associations, où l’on rencontre des gens « en vrai ».
    LOIC

    • Quichottine

      Ne t’inquiète pas, je suis loin d’être isolée… mais je crois que j’ai accumulé beaucoup les derniers temps.
      Merci pour tout, Loïc.
      Passe une douce journée.

  29. je viens de lire un livre très intéressant « On est foutu, on pense trop » sur tous ces gens qui passent leur temps à pensouiller, à regretter, à accuser Dieu sait qui ou quoi de leur mal être, franchement quand on voit ces petits corps sans vie échouer sur des plages, ne crois-tu pas que c’est un sujet autrement difficile et que c’est pour cela que nous devrions nous mobiliser pas pour des lettres qui n’arrivent pas? La pensouillure, c’est juste une machine à morosité sans véritable objet, il faut juste lutter pour ne pas se laisser faire et tant que le soleil brille, un petit tour à pied, c’est bien meilleur pour le moral que le tricot et le canapé!

    • Quichottine

      Je n’ai rien à ajouter.

      Si, peut-être… ma page n’était pas un appel à se mobiliser… juste un coup de blues où cet enfant sur le sable avait sans doute aussi sa place.
      Je n’accuse personne.
      Je ne prétends pas être différente de ce que je suis… un grain de sable dans l’océan, qui essaie seulement de ne pas se noyer.

      Je ferai un tour à pied quand mon état me le permettra.

  30. Incroyable, j’ai l’impression que tu parles de moi … je suis tout à fait dans cet état d’esprit ces derniers jours … lasse, fatiguée, en attente d’inspiration pour que mes amis reçoivent une nouvelle newsletter … mais voilà, j’ai la tête toute vide …
    Alors j’ai fait de la couture, j’ai mis de nouveaux rideaux à mes fenêtres … mais hier j’ai cousu en pensant sans cesse à ce petit garçon échoué sur la plage tel un coquillage … j’ai mis la photo du monsieur le transportant très délicatement, sur ma page facebook, mais peu de personnes ont réagis, on partagé … pourquoi ? je ne comprends pas et mes amis me déçoivent.
    Aujourd’hui c’est chacun pour soi …
    Et il faut que çà change … je veux que çà change, çà ne peut que changer.
    Gros bisous Quichottine

    • Quichottine

      Ce billet était écrit avant que j’aie vu la photo…
      Je crois bien qu’aucune de ces images ne peut laisser indifférent.
      Je ne suis pas sur facebook, il y a des moments où je m’en félicite.
      Mais tu as raison, tout cela déborde. Réagissons.
      Gros bisous et douce soirée Annick.

  31. Oui, il y a des jours comme ça… mais heureusement il y a des jours heureux aussi…
    Bonne soirée Quichottine
    Bises

    • Quichottine

      Tu as raison, il y a des jours heureux.
      Heureusement.
      Bises et douce fin de semaine, Jackie.

  32. Ca alors, Quichottine qui a le cafard !
    Oui toutes les relations humaines diparaissent peu à peu. Je m’en suis rendu compte avec les 4 grands garçons qui étaient à la maison au mois de juillet.
    Curieux, ce matin on sonne, je vais à la porte et je m’écris : Pauline ! Une petite factrice, toute jeune, qui a fait cette tournée l’année dernière, qu’ils ont remerciée à la fin de son contrat et qu’ils viennent de réengager en contrat limité bien sûr. Et nous avons parlé du temps où le facteur prenait le café, faisait certaines petites courses pour les anciens… Tu vois … La modernité n’apporte pas que du bon.
    Ton tricot me fait penser au mien : rayures bleues. Mais j’ai vu que le tien était en finition, le mien traîne un peu.
    Tout est-il rentré dans l’ordre maintenant ? En tous cas, j’ai vu que ton fils a recu son colis.
    Bisous Quichottine
    .

    • Quichottine

      Je suis seulement humaine, comme vous tous… Qui peut se vanter de ne l’avoir jamais eu…
      Tout est rentré dans l’ordre, ne t’en fais pas.
      Merci pour tout, Pimprenelle.
      Bisous et douce soirée.

  33. Les jours où rien ne va dans le bon sens…???

    M’man t’aurait dit : Ces jours là il vaudrait mieux rester couché et encore on pourrait faire de mauvais rêves…

  34. Bonsoir Quichottine. Depuis deux ou trois ans je peste contre la poste : beaucoup de courrier perdu, et d’autre arrivé hors délai, comme dernièrement la carte d’anniversaire pour Alice envoyée le jeudi pour le samedi et reçue la mardi suivant… Bisous

    • Quichottine

      Ils ne sont plus aussi fiables qu’avant… mais il faut hélas faire avec…
      Bisous et merci pour ton témoignage.

  35. Bonsoir Quichottine ; Je ressens tellement de tristesse chez toi ce jour ! Non de Mélancolie !

    NON ENCORE AUTRE CHOSE DONT JE NE TROUVE PAS LE MOT !

    Un moment où tu ne vois pas comment en sortir des tout ce qu il peut arriver …. Et pourtant il y a encore des êtres réagissant à tout ce qui nous entoure , encore des êtres aidant les + démunis et même sans être démuni = dans un besoin affectif ou autre ….

    Ce matin j’avais mis un mot sur ma boite aux lettres car 2 cartes … pensant que c’était notre facteur habituel ( courant toujours MAIS s’arrêtant toujours à nos demandes ) != Mais non = un remplaçant ! MAIS il a sonné +++ = Je suis descendue lui donner mes lettres d’OR ! Si ! je fais comprendre qu’il est un homme très appréciable !
    EN TOUT CAS chaque année je le remercie +++ et j’aimerais + encore qu’à sa valeur !

    Lorsque nous avons su et vu cet enfant SYRIEN de 3 ans = j’ai eu envie d’en parler ; mais j’ai été rejetée par certaines personnes ! Plus envie d’allumer la TV ! Pourquoi se faire mal !
    Il est vrai que si GARDER ces futurs réfugiés pose un problème QUANT à ce que la France et ses français SI démunis n’ayant RIEN ! Alors qu’est il bon de penser ? Aussi lorsque Nous pouvons penser à « CHARLIE » ! Comment ne pas se tromper ….

    Il est difficile de SAVOIR CE QUI EST BON quelquefois !
    Il m’arrive souvent de penser à MON père SI vrai et SI droit ! Que penserait il §

    J’ai dû m’ EGARER ….

    QUICHOTTINE PLEINDEBISOUS !

    any

    • Quichottine

      Tu ne t’es pas égarée… tu as laissé ta pensée cheminer, et c’est bien ainsi.
      Je ne sais pas ce que nos anciens penseraient.
      Rien n’est facile.
      Plein de bisous pour toi aussi.

  36. Quichottine ! Je ne me souviens pas avoir VU cette page avec TON ARBRE §

    Donc 2 sites !!

    A BIENTOT

    any

    • Quichottine

      Non, pas deux sites… juste plusieurs bannières qui s’affichent selon la catégorie où j’ai choisi de poster mon article.
      A très bientôt, Any.

  37. Argh!
    je n’ai pas vraiment cette nostalgie pour n’avoir connu que des postes à longues files d’attente et grimaces au guichet.
    Pour les facteurs c’est autre chose, toujours un sourire, un coucou, un bonjour et parfois un café, au soleil… Encore aujourd’hui.

    Bisous tendres ma Quichott’

    • Quichottine

      Tu as de la chance… maintenant, chez nous, on n’entend même plus le facteur passer, il a une voiture électrique.
      Mais bon, quand je le croise, nous nous saluons encore, c’est tant mieux.
      Bisous tendres à toi aussi.

  38. C’est un cauchemar ces numéros où l’on n’a personne au bout du fil.Il faut taper le 1, le 2 , et perdre un temps fou sans savoir i quelqu’un va décrocher. Il n’y a plus aucune humanité dans l’administration .Tout cela pour la rentabilité.Un jour ,il faudra bien que les gens se révoltent
    !Bisous

    • Quichottine

      Je me dis que si l’on humanisait de nouveau ces services, il y aurait de nouveaux emplois à distribuer…
      Pas si mal, je crois.
      Bisous et douce soirée.

  39. Ces moments là je les ai vécus ! Tu les exprimes si bien que je croyais les revivre.Puis on se fait violence , on passe à autre chose , mais……
    A l’heure actuelle , on ne sais plus quoi inventer pour « réduire  » les prestations humanitaires directes où il y avait un regard, un sourire, une présence .Regarde les enfants , collés à la TV, branchés sur les jeux , obnubilés par leur SMS , ils ne savent plus écouter, entendre , s’intéresser , sourire et surtout communiquer .Ils deviennent des robots et ne se rendent même pas compte dans l’état où ils se trouvent! C’est très triste.
    Dans mon petit village , le petit bureau de poste vient de fermer , c’est la désolation.
    Je souhaite que tu reprennes confiance et courage.
    Douce soirée, bises Quichottine

    • Quichottine

      Merci pour ce témoignage, erato.
      J’ai fait le même constat et cela me navre toujours autant.
      Merci pour tout.
      Bises et douce soirée à toi aussi.

  40. hé oui..et demain sera un autre jour …

    • Quichottine

      C’est ce qu’on dit souvent.
      Prends bien soin de toi, Gérard.

  41. J’aime bien les mots de Pierre…
    J’aime ouvrir ma boite aux lettres pour autre chose que des factures… Des cartes qui nous font voyager…des petits mots pour dire bonjour, alors je n’oublie pas, aussi, d’en envoyer parfois.
    Jaune mieux les lettres aux mails comme j’aime mieux un bon livre que je tiens, touché, sens..aux liseuses (que je n’ai pas) ou lecture sur ordi….
    Tiens, je t’envoie par mail, par lettre, impossible, de ce que je fais en ce moment… Aux delà des imperfections, tu rêveras.

    • Quichottine

      En te lisant, je me dis qu’il faut vraiment que je me mette à jour dans mon courrier…
      Merci pour le rêve, Mahina.
      Bisous et douce soirée.

  42. Le monde moderne ma Quichottine… ainsi va la vie et tant pis pour ceux qui n’arrivent pas à suivre…!!! Bises

    • Quichottine

      Nous en laissons beaucoup sur le carreau, hélas !
      Merci pour tout, Zaza.
      Bises et douce soirée.

  43. Et oui, il y a des jours comme ça où tout est gris, morose et sans bruits… Mais en ce silence, une lueur veille, et illumine la journée pour moins s’ennuyer.
    Je retrouve tes pages avec grand plaisir.
    Bonne journée à toi
    Merci de ta visite.
    Maÿ

  44. Des relations virtuelles pour des questions qui ne sont pas virtuelles, et l’humain dans tout ça?

    Bonne journée à vous et toutes mes amitiés (non virtuelles)

    • Quichottine

      Une question qu’on a oublié de se poser…
      Merci pour tout, alphomega.
      Amitiés de nous deux.

  45. Eglantine

    je suis venue hier , j’ai commencé un com et je suis repartie…parce qu il y vrai qu’il y a « des jours comme ça « ! et que prétendre le contraire serait bêtise… et pour sourire il me revient une phrase idiote de je ne sais quand … « il y a des jours ou on ne voit pas la nuit » , oui, oui je sais c’est idiot mais quand j’étais jeune, ben oui tu ne savais pas que j’ai été Aussi jeune ? et bien ça disait bien ce que ça voulait dire …:-) pas grand chose ! j’espère juste qu’aujourd’hui c’est un jour un peu mieux 🙂
    bisousss

    • Quichottine

      Tu m’as fait rire…
      Mais enfin, Mère-Grand’, tu ne sais pas ? Tu es toujours jeune, et j’aime que ce soit ainsi.
      Bisous tout plein et douce soirée.

  46. Coucou Dame Quichottine
    Comme toi j’éprouve souvent de la nostalgie d’un temps passé où les choses semblaient plus simples… Rien de plus crispant que ces coups de fils où on n’obtient jamais les bonnes réponses à nos questions…
    Merci chaleureux pour les 8 ans de mon blog.

    Bisous ronronnants.

    Béa kimcat

  47. Tu as raison : c’est si souvent, qu’on se heurte, non au silence des machines, mais à celui des humains qui utilisent les machines comme des boucliers, contre toutes nos détresses.

    • Quichottine

      … les humains qui se cachent derrière les machines… c’est vrai, pour tout, pour ne pas reconnaître ses erreurs, pour ne pas prendre de décisions…
      Merci pour tes mots, Carole.

  48. Le chant des aiguilles
    en réponse
    à la voix muette
    de l’absence

  49. maintenant quand on veut qq au bout du fil il faut s’armer de patience

  50. J’ai comme l’impression aujourd’hui d’avoir vécu un jour comme cela, mais je n’attendais pas de réponse importante heureusement.
    J’espère que tu auras ta réponse Quichottine.
    Certains mails sont parfois noyés dans la masse de mails reçus, je viens de retrouver deux mails importants que je n’avais pas lus.

    • Quichottine

      Merci, Santounette. J’ai fini par l’avoir.
      Bises et douce journée.

  51. Je crois que l’on devenait facteur par vocation…
    question à poser aux voisins …
    elle et lui dans le métier
    mais ce qui est certain ..ils se sont rencontrés au travail et se sont mariés

  52. Quichottine je suis rarement sur le blog car j’ai décidé de « vivre » encore davantage des voyages.
    Il reste des « humains » oui mais tributaires de notre société ils ne sont guère nombreux, sur la toile en théorie ils sont en masse, mais dans la réalité ?
    C’est pourquoi je préfère être dans la réalité et de moins en moins sur la toile.

    Je suis ravie de ce passage et de cette lecture bien mélancolique mais si juste
    je t’embrasse

    • Quichottine

      Un choix que j’admire.
      Merci, LmVie.
      Je t’embrasse. Passe une douce soirée.

  53. Très beau texte émouvant.
    Le père de ma fille était facteur … 😉
    Bonne journée, ma chère Quichottine.
    ♥ Bisoux doux ♥
    Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ dom Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ

    • Quichottine

      Merci, Dom.
      Ton témoignage me touche beaucoup.
      Bisous et douce soirée.

  54. Un moment très angoissant très bien raconté.

  55. Que de pensées maussades ! On ne parle plus assez aux gens c’est vrai, on se perd de vue. Mais il ne tient qu’à nous de choisir le temps passé face à une machine et de dire « STOP ! là, c’est de chaire et de sang que je veux face à moi, une vie bouillonnante pour me sentir vivante ! »

  56. Rien de plus frustrant que de n’avoir personne au bout du fil pour vous répondre et d’avoir une bande enregistrée.
    Là, je sors d’une longue conversation téléphonique avec une responsable du Tourisme de l’Aisne s’occupant de l’informatique au niveau des réservations de gîte. Au moins, on se sent écouté et on peut échanger.
    Je vais rarement à la Poste à 2km de chez moi. Toutefois, j’ai toujours été bien reçue mieux qu’avec notre factrice qui passe en voiture et ne distribue le courrier que dans des boîtes concentrées en un même lieu. On ne la voit que lorsqu’il y a des colis volumineux mais elle n’est pas très aimable. Elle plie le courrier pour l’enfiler dans les boîtes, claque les portes de sa voiture, démarre en faisant patiner le moteur. C’est honteux comme elle peut abîmer le matériel de la poste. Elle passe très tard en milieu d’après-midi alors que ses remplaçantes passent le matin de bonne heure. Impossible de faire une réponse postale à une lettre dans la journée. Je rage quand je vois des fonctionnaires se fichent ainsi de leur travail.
    Enfin, il y a des jours où ça ne tourne pas ! On en est tous là.
    Bises et bon week-end Quichottine !
    PS: J’essaie de rattraper mon retard.