Ne me dis pas… chez Clo

Il y a des moments comme ça, des moments où tout semble très loin, si loin !

Des moments où l’on a peur du lendemain, où l’on fouille dans ses tiroirs pour retrouver ses souvenirs.

Vous savez, ou vous ne savez pas, il m’arrive de m’arrêter longuement sur une image… différente.

– Différente ?

Oui, tu sais bien ! Les images que l’on dépose sur son blog sont souvent très belles…

– Si elles ne l’étaient pas, on ne les montrerait pas ! Tu dis des bêtises, Quichottine !

Essaie d’écouter jusqu’au bout !… Toi, tu serais de ceux qui anticipent tant qu’ils ne cherchent même plus à savoir si les cinquante premières pages sont ou non le reflet de l’ensemble d’un livre.

– Si tu me parles encore de Papilio, je fais un caprice !

La bibliothécaire obéienne retint difficilement l’éclat de rire qui aurait fait trembler le vitrail en camaïeu de bleus qui masquait le jardin tout proche.

Ce lutin était vraiment incroyable !

Elle l’imaginait sans peine se roulant sur le sol dans sa houppelande toute rapiécée, mais comment ferait-il pour se relever ensuite ? Il ne fallait pas oublier qu’il avait désormais plus de mille cinq cents ans… Il ne devait pas manquer de ces petits problèmes qui nous empêchent de courir dans les escaliers, de sauter à pieds joints les ruisseaux et…

– Tu crois vraiment que j’ai de l’arthrose ?

La voix de son ami se chargeait d’inquiétude. Quichottine ne lui faisait-elle plus confiance ? Il était sûr de pouvoir encore jouer à cache-cache au milieu des coquelicots et des bleuets sans que personne ne l’aperçoive… sauf s’il le voulait bien, évidemment !

Euh…

– Tu vois bien ! Tes aminautes ont raison de penser que tu divagues trop !

Je ne « divague » pas, je digresse, je prends mon temps pour aller à l’essentiel, je n’aime pas brûler les étapes, ni sauter les préliminaires…

– Pourtant tu l’avais fait avec Don Quichotte, tu avais sauté la préface, les dédicaces…

Il ne faut pas faire fi des dédicaces, elles sont importantes ! Surtout lorsqu’elles ont été préparées avec soin, qu’elles sont uniques…

– Voyons, voyons… comme celles de… Davy ?

Le Lutin bleu, à ce moment précis, aurait pu passer pour Louis Jouvet interrogeant Michel Simon

Bizarre, Bizarre… Je ne te parlais pas de lui. Ce n’est pas encore le jour ! Peux-tu me dire à quoi tu joues ? Tu m’interpelles, tu m’agresses, tu me titilles sans arrêt, et, même quand je ne dis rien, que je parle d’autre chose, tu m’obliges à revenir à…

Papilio ?

Le Lutin bleu lui avait coupé la parole. Il n’avait pas compris que Quichottine plaisantait. Elle avait envie de changer de sujet, mais elle voyait bien qu’il fallait qu’elle lui prouve qu’ils pouvaient cohabiter tous les deux sans dommage.

N’as-tu donc pas envie de partir chez Clo, pour une pause-conte au lieu d’une pause-café ?

– Pourquoi ?

Parce qu’elle pourrait bien avoir un jour envie de déménager aussi ce petit coin d’écriture où elle nous racontait son “ailleurs”…

– … et où tu lui as aussi, un jour, parlé d’un géant qui n’avait pas peur de l’eau ?

Pas tout à fait, écoute bien…

Dans la bibliothèque le silence se fit. Comme une volée de moineaux, les derniers visiteurs s’étaient soudain rassemblés et s’étaient installés confortablement sur leurs coussins multicolores. On se poussait un peu, pour trouver la meilleure place.

Quichottine se mit à raconter, sans hâte, l’histoire qu’elle avait autrefois offert à Clo, un conte à parenthèses et à points de suspension.

Je te devais une histoire… Tu te souviens ? Elle aura pour titre :

“Ne me dis pas”

Il était une fois, un géant.

(Ne me dis pas que c’est plutôt facile… Je le sais, jusque là, tout va bien.)

Mais ce n’était pas un géant ordinaire, de ceux qui se cachent dans le fond des rivières quand arrive la pluie

(Ne me dis pas que c’est parce qu’ils ont peur de fondre… Ils ne sont pas en sucre, les géants !)

…ou qui s’enfoncent dans les océans pour être sûrs que personne ne viendra les déloger…

(Ne me dis pas que tu ne sais pas que les géants, un jour, en ont eu marre de devoir s’enfoncer dans la terre pour être tranquilles… ils ont seulement changé d’élément !)

C’était un géant, magnifique, mais un peu rêveur, qui rêvait de s’installer dans la forêt où vivent les lutins.

(Ne me dis pas que tu n’as jamais vu les lutins de Quichottine ! )

Ce géant s’était mis en route, tout seul, comme il se doit. Mais, au bout de quelque temps, il s’était découragé. Comment trouver la forêt où vivent les lutins, quand on n’a jamais mis les pieds à Yeur ?

(Ne me dis pas que tu ne connais pas, je ne pourrais pas te croire…)

Il commençait à tourner en rond…
C’est alors qu’il aperçut une fée.

(Ne me dis pas que tu ne sais pas ce que c’est ? Ce sont des êtres un peu transparents, diaphanes, aux ailes translucides mais qui brillent dès qu’un peu de rosée s’y accroche… ça y est ? Tu vois de qui je veux parler ?)

La fée était au bord de la rivière, elle jouait avec une grenouille. C’est vrai, elle essayait de lui apprendre à parler. Mais, ce que la fée ne pouvait pas savoir, c’est qu’il eût mieux valu que la grenouille en perroquet se changeât. Elle n’y avait pas pensé. Elle ne savait même pas qu’il existait des perroquets, des aras, de ces oiseaux au magnifique plumage qui savent parfois dire autre chose que « quoâ ? »

(Ne me dis pas que la fée n’avait jamais quitté la montagne, c’était évident, non ?)

Lorsque le géant l’aperçut, il tomba tout de suite amoureux. Il ne pouvait faire autrement. Il n’avait jamais vu de fée, il ne voyait que sa beauté, sa légèreté, la transparence de sa robe…

(Ne me dis pas… Eh ! Mais c’est bien sûr ! Il n’y a rien de coquin là-dedans !)

Ce qui lui plut tout de suite, c’est qu’il crut qu’elle était fille du vent et des étoiles, et qu’elle saurait certainement où était le pays des lutins…

(Ne me dis pas qu’il était intéressé, ce n’est pas du tout le cas, il l’aurait aimé malgré son ignorance !)

Il s’approcha donc du ruisseau, de l’herbe humide où la fée se tenait… Malheureusement, son pied était lourd, même sur l’herbe. Il fit du bruit. C’était un géant un peu pataud…

La fée se retourna et glissa. Patatras ! Quoique bien légère, elle tomba dans la rivière et mouilla sa robe de fée. Ses ailes toutes flétries pendaient lamentablement lorsqu’elle réussit à sortir de dessous les roseaux !

Le géant était maladroit, mais il voyait bien que la belle avait froid !

(Ne me dis pas que tu ne le sais pas : il arrive que les gens très intelligents se conduisent avec maladresse, surtout lorsqu’ils sont amoureux !)

Alors, tout doucement, il cueillit dans le ciel des lambeaux de nuages, ils étaient doux et chauds… et il les offrit à la belle pour se faire pardonner.

(Ne me dis pas que tu ne le savais pas… tu étais là, tu l’as photographié !)

Gros bisous, Clo !

Commentaire n°27 posté par Quichottine le 07/04/2008 à 23h34

Voilà… Tu vois bien : il y a des images différentes, des images qui font rêver, qui ouvrent la porte des contes sans qu’on sache pourquoi.

– Mais je le sais moi !

Bien sûr… Tu étais bien avant moi dans notre monde, tu as écrit bien plus de pages que je n’en lirai jamais… Mais cette image-là, tu vois, c’était bien plus qu’une image…

– Allez ! Tu vas la montrer, oui ? Ou tu laisses Clo le faire chez elle ?

Les deux… ici, elle sera en tout petit… et chez Clo, en très grand.

Voici les mains du géant !

Une histoire à ranger dans le grenier de Quichottine, en hommage à Clo.

Son blog-photo a déménagé. Voici sa nouvelle adresse : http://lottomane.eklablog.com

94 réponses à “Ne me dis pas… chez Clo

  1. Une très belle photo et j’aime ton commentaire, que de travail. Bises

  2. Je me laisse emporter par tes dialogues qui vont bien plus loin que l’image …
    Bon mardi
    Bisoux doux

    dom

  3. Belle histoire !

  4. Encore un superbe lien… Merci Quichottine
    Douce journée

    • Les anciens du blog la connaissent bien, mais j’ai mis son lien parce qu’il a changé. J’aime énormément ce que fait Clo.

      Passe une douce soirée. Merci à toi.

  5. Une belle image ; la magie des mots, merci Quichottine
    Gros bisous & douce journée

    • Il y a « magie » dans « image »… et c’est bien que ce soit ainsi.

      Merci, Laure.

      Gros bisous et douce soirée à vous deux.

  6. J’ai été très contente de revoir Clo dans la blogosphère.
    Je te souhaite une belle journée

  7. Une belle image pour un bel hommage à notre amie commune….. Doux bisous d’ici

    • Merci, Croc.

      Je ne sais plus grâce à laquelle d’entre vous j’ai découvert l’autre, mais vous êtes toutes deux dans mon souvenir intimement liées.

      Passe une belle soirée, doux bisous.

  8. très belle photo!
    Je vais voir le blog de Clo

  9. Superbe moment de partage !!!!!
    Merci Quichottine
    Bises

  10. Superbe partage avec Clo ma Quichottine. Comme j’aime cette dualité entre dame Quichottine et le lutin bleu. Bises et bonne journée

    • Je suis ravie que cela te plaise.

      (Je te dirai quand j’aurai reçu ton chèque… j’ai vu chez Claudine que tu l’avais posté.)

      Bises et douce soirée, Zaza. Merci !

  11. une pause-conte! comme ce serait agréable …et avec une tasse de thé!
    bisous frileux

  12. de conte en rêve tu nous entraines…à des visites, à des découvertes !
    bonne journée et bises Quichottine et …autres aminautes (suivre les liens !)

  13. Ne me dis pas que… ce n’est pas un conte pour les petits et grands enfants… Je ne te croirais pas 🙂
    GROS BISOUS ma Quichottine

    • Ne me dis pas que tu pensais que je n’attendais pas impatiemment ce que tu dirais… Je ne te croirais pas non plus !

      Merci de rebondir ainsi.

      Je t’embrasse très fort. Passe une douce soirée.

  14. Sourire… Belle journée avec bises de nous deux.

    PS: ce matin, pas moyen de faire démarrer mon PC. pendant que nous étions sortis. Le fils est passé le mettre en route. Je vais le laisser en veille le soir. Il verra ce qu’il a vraiment samedi. La semaine dernière, il m’a fait la même chose deux jours de suite, mais j’avais tout de même réussi à le démarrer…

    Belle journée avec bises

    • J’espère que tu n’as pas attrapé le méchant virus qui traîne…

      Mais c’est peut-être seulement une mise à jour de ton ordinateur qui s’est mal passée. Je sais que ton fils saura t’aider.

      Ici, quand cela arrive, je fais une restauration du système pour revenir à son état avant la mise à jour embêtante. Ensuite, tout va bien.

       

      (Il faut revenir à la date à laquelle ça se passait bien. cela n’affecte pas tes propres fichiers mais cela annule les mises  jour et les installations de logiciels qui pourraient être à l’origine du problème.)

      Passe une douce soirée. Bises affectueuses à vous deux.

  15. Re coucou 🙂
    ça y est Téo revient de la BAL et Papilio était dedans 🙂
    Merci beaucoup pour la dédicace
    Gros bisous de nous trois & douce journée Quichottine

  16. Bonjour Quichottine,

    Sacré lutin bleu. Il va pas changer de couleur à force? 😉
    Une bien belle histoire. Merci pour ce joli moment
    Bisous qui filent à une réunion de lecture
    Martine

    • Non… Seul le Lutin bleu peut prendre les couleurs de l’arc-en-ciel à sa guise sans en être transformé.

       

      Je suis contente que tu l’aies aimée.

      Merci, Martine.

      Ta réunion de lecture s’est bien passée ?

       

      Bises et douce soirée.

  17. Une bien jolie histoire pour nous amener à cette belle photo. J’ai reçu Papillio hier, j’ai bien hâte d’en faire la lecture.

    • Chouette !!!

      Je suis ravie… j’espérais qu’il ne se perdrait pas et me voilà donc rassurée.

      Merci !

      J’espère que tu n’hésiteras pas à me dire ce que tu en auras pensé… ou que vous en aurez pensé. J’aimerais bien avoir aussi l’avis de N. s’il le veut bien.

      Passe une douce soirée. Je t’embrasse.

  18. il va réouvrir le café de Clo?

    • Je ne sais pas… il faut le lui demander. Pour l’instant, le blog n’a pas migré.

      Bisous et douce soirée, Annie.

  19. Les lambeaux de nuages dans les mains du géant.
    Une belle histoire. Normal, le lutin bleu est là.
    Bises

  20. quelle belle histoire ! j’aime beaucoup le géant qui cueille des lambeaux de nuages pour réchauffer la fée !
    bisous et bonne soirée

  21. Comme elle est tendre cette histoire d’amour entre le géant et la petite fée…
    Ne le dis pas au lutin bleu, mais j’ai pensé à Papilio et à son génial dessinateur et l’ai bien imaginé dessiner la petite fée aux ailes mouillées.
    j’aime ces images qui me ramènent à l’enfance ou tout simplement dans un joli monde de rêves et de légendes.
    Merci Quichottine.
    Je te fais de gros bisous.

  22. Coucou,

    Oui, la réunion c’est très bien passée. Nous avons chacune à notre tour parler d’un (ou de deux livres) de la bibliothèque nous avions apprécié. C’était très sympa. Détail amusant: plusieurs enseignantes à la retraite m’ont faite penser à toi, mais aussi à d’autre aminautes.
    Prochain rendez-vous: la première quinzaine de janvier.
    Gros bisous de bonne soirée chère Quichottine.
    Martine

    • C’est agréable quand c’est ainsi… Merci d’avoir pensé à nous.

      Gros bisous de douce soirée, même si ce n’est pas la même.

  23. Oui il est parti enfin… Navrée d’avoir mis autant de temps. Bises et bonne soirée

    • Il est même arrivé… je ne m’inquiétais pas vraiment mais j’avais peur qu’il se soit égaré dans le transport.

      Bises et douce soirée à toi aussi.

  24. Je ne connaissais pas Clo mais le café turc, si

  25. Mais comment fais tu , je suis tous les jours admirative, ce ‘est pas pensable d’avoir autant à mettre sur le papier, comment veux tu que lutin bleu puisse suivre !!! moi je n’y arrive pas !!
    bisou tardif

    • Bon, tu vas pouvoir te reposer un peu… je vais faire remonter de mes archives d’anciens billets… tu les connaîtras peut-être.

      Bisous et douce soirée. Merci encore pour ta présence, Dgidgi.

  26. Superbe, je me suis laissée bercer, j’ai bu tes lignes, merci
    Je t’embrasse

  27. Des emboîtements fascinants.
    Et, encore une fois, un blog migrateur… décidément…

  28. salut
    je te souhaite un bon mercredi

  29. Bon mercredi
    Bisoux doux

  30. « Quoâ, quoâ? » la grenouille est finalement curieuse et faute d’avoir un vocabulaire étoffé, elle fait donc parler les autres. « Moâ » aussi je me réjouis du retour des belles images de Clo.
    passe une bonne journée.

  31. C’est presque la « belle et la Bête » ! Un gentil géant maladroit amoureux d’une jolie fée fragile , on veut y croire !
    (J’aime bien tes disgressions )!
    Bisous

    • Merci !

      Saura-t-elle le transformer en prince de contes de fées ? Je ne sais pas.

      Bisous et douce journée, Fanfan. Merci pour ta présence et tes mots.

  32. Bravo pour ce joli conte en l’honneur de Clo. Je suis ravie que Clo soit revenue. Bisous Quichottine

  33. Encore une fois, j’ai divagué dans tes chemins creux. Heureusement, je n’y ai pas rencontré de géant ! Chez moi, les fées ne parviennent pas à sécher leurs ailes, les nuages sont trop humides…

    • Elles n’y arriveraient pas non plus ici… Trop d’humidité dans l’air après la pluie et la neige de ces jours derniers…

      Merci de t’être laissée porter.

      Passe une douce soirée. Je t’embrasse.

  34. J’avais perdu l’Ottomane en même temps que son dépanneur d’ordinateur avait perdu ses bottes à la traversée des Carpathes. Merci pour la nouvelle adresse que je rentrerai dans mes favoris tout à l’heure. Je n’ai fait qu’effleurer son nouveau site !

    Bises

    Christian

    • Elle a changé de plateforme, je le ferai peut-être aussi un jour.

      Over-blog change… et je n’aime pas forcément les nouvelles conditions d’utilisation.

      Heureuse que tu aies retrouvé Clo. J’étais contente qu’elle revienne.

      Bises à toi.

  35. Sonya972

    bel hommage à Clo
    je me suis régalée
    tu sais nous captiver
    douce soirée
    ti bo

  36. On voyage au travers de cette image et bon Quichottine arrête de taquiner petit lutin bleu lol, et oui tout le monde déménage, c’est l’année du changement ! la fin d’un monde ! OB !!!!!

    • Je vais arrêter de l’ennuyer, sinon, il risque d’aller voir ailleurs si le « moi » qui y est n’est pas plus sympa.

      Allez, nous verrons bien.

      Je n’ai pas encore testé WP… je dois dire que j’aime assez.

  37. dentelline

    Encore une bien belle histoire et de jolies photos!
    Merci pour cet agréable partage!
    Bonne journée!
    Bisous

  38. Bonjour Quichottine ! La photographie de papa et la photographie d’art… tout un art du clic ! Merci pour ta page du jour, je découvre !! Bon mardi à toi, bises de jill

  39. J’admire tes talents d’archiviste !!!!
    Je me souviens qu’à l’époque, j’avais été très émue par ce conte, mais là, je suis carrément confuse à la lecture de cette page.
    Merci beaucoup Madame ma sœurette

    • Tant que les lieux existent, c’est relativement facile… mais s’il faut un jour que je me munisse d’une truelle et d’un pinceau, j’ignore si j’y arriverai.

      Nous avons tant partagé, Clo !

      Je suis heureuse que tu sois revenue, même si tu as dû changer d’hébergeur pour ton blog photo.

      Merci à toi, Madame ma Soeur Aînée. Je t’embrasse tendrement.

  40. Anniclick

    Une belle histoire en homme à notre Clo qui nous a bien manqué pendant sa longue absence.
    Belle journée à vous deux
    Gros gros bisous Quichottine et à bientôt 😉

    • C’est grâce à elle que j’ai fait ta connaissance, je ne peux pas l’oublier. C’était une belle rencontre, tu te souviens de nos fouchettes ?

      J’avais adoré !

      Gros bisous à toi et douce journée.

      (Navrée pour le retard, mais tu auras bientôt ce que tu attends… La poste m’a joué des tours. )

  41. Clo… A l’époque de cette image j’avais un autre nom… qui rappelle le vent, comme il souffle d’ailleurs aujourd’hui… ou comme un instrument de musique… Mais le vent est une harpe – je digresse aussi… souvenirs souvenirs…- et ton imagination avait bien vagabondé ce jour-là aussi, comme Clo, qui elle, vagabonde superbement avec ses images et qui nous est revenue pour mon plus grand plaisir à moi.Bonne journée.

    • Le vent a emporté Eolina, a emporté Petite Elfe, et puis, le temps a passé sans que s’envolent nos souvenirs.

      Je crois que tu es loin d’être la seule à apprécier ce retour… J’en suis très heureuse aussi.

      J’aime te retrouver ici, quelle que soit l’apparence que tu prends, tu es toujours celle qui m’a tant émue lorsque j’ai rencontré au hasard de mes premières fenêtres ouvertes ma première image.

       

      Merci pour cela, Marie.

      Je t’embrasse. Passe une douce soirée.

  42. Comme je comprends que cette image t’es fait partir en conte, merci en tout cas de le partager avec nous en faisant un cadeau à Clo, tu nous gâtes aussi…
    Je suis un peu triste de voir tout le monde partir ainsi, depuis quelque temps on ne sait plus où trouver les uns et les autres, cela devient bien compliqué. Beaucoup gèrent deux blogs, il faut jongler d’une adresse à l’autre, on perd beaucoup d’articles et quelques relations sympathiques… Cela m’attriste, moi qui attends toujours de voir ce que donnera la suite des évènements, n’ayant ni le temps ni l’envie de créer un nouveau blog…

    • Beaucoup ont déménagé… Certains sont encore là, plus ou moins, parfois seulement à demi.

      Pas facile de vivre ce grand bouleversement. J’ignore si c’est la fin d’un monde ou le début d’un nouveau auquel il faudra bien se faire.

      Je verrai après les fêtes. Pour l’instant, je me suis contentée de sauver les meubles…

      Passe une douce soirée. Merci encore, pour tout.

  43. Bien sur que j’ai déjà vu des lutins, et des fées, sinon je ne serais pas aussi porté aux rêves !
    Bises ma Quichottine

    • Sourire… Merci pour ces moments où nous partageons ainsi nos petits personnages.

      Passe une douce soirée. Bises Nettoue.

  44. Anniclick

    Pour la poste, si je peux te donner un conseil, évite d’envoyer un vendredi, car les paquets restent en attente dans un entrepôt le week-end où il peut se passer des choses… Ma fille a souvent des problèmes pour ses commandes. Galère maintenant la poste.
    Je ne me souvenais plus des fourchettes, on s’est bien amusé avec çà !
    Bonne soirée et gros gros bisous

    • Je note… Pas d’envoi le vendredi.

      C’est vrai que les défis de Clo sont incroyables. (Je n’ai pas envie de dire « étaient »… Je suis sûre qu’elle nous en proposera d’autres.

      Gros gros bisous à toi aussi.

  45. jean-marie

    bonsoir, ma chère Quichottine,
    seuls les mots d’amies parlant d’amies à des amis semblent pouvoir me tirer de ma léthargie aujourdhui…
    (oui, je sais, j’ai déjà dit ça)
    ah Clo et les fourchettes !
    et son café du grand Turc
    et ce conte si gentiment présenté
    Croc et ses colères et son immense générosité…
    et puis elles ne sont pas si nombreuses les amies de la toile que j’ai rencontrées « pour de vrai » et chez elles
    bon… j’arrête ces évocations souriantes….
    je me rendors
    gros bisous d’amitié
    jean-marie

    • Je suis touchée…

      Si l’évocation de Clo te permet d’aller mieux, j’y aurai recours plus souvent…

      Merci pour tout, Jean-Marie.

      Gros bisous à toi aussi.

  46. Une superbe image mise en valeur par un très beau conte . Je me laisse porter par tes mots au-delà de la réalité du conte .
    Douce soirée, bises Quichottine

    • Merci, ma douce Rêveuse. Je suis contente que cela te plaise et puisse t’emporter au-delà des mots.

      Belle soirée à toi aussi, Erato.

  47. Durgalola

    j’ai bien reçu le livre aujourd’hui – merci à tous les deux pour vos dédicaces .. livre emballé pour dimanche
    bises

    • Merci Andrée. J’en suis contente. J’avais vraiment peur qu’il arrive en retard

      Bises et douce soirée. Passe un bon dimanche.