Daniel-Rops, Mort où est ta victoire ?

Lorsqu’on reprend un livre lu longtemps auparavant, le regard est différent, je crois que nous en sommes tous d’accord.

Ici, c’était un vrai défi… D’abord parce qu’il ne s’agit pas d’un de mes livres cultes, ceux dont je lis quelques pages – ou davantage – de temps en temps, ensuite, parce que ma décision de le relire m’était en quelque sorte imposée.

« Lire sous la contrainte« … Je me retrouvais dans les conditions les pires qui soient.

C’est une chose que je ne fais jamais, que je n’ai fait qu’à l’école et à reculons… Ce n’est pas vraiment un plaisir, la plupart d’entre vous en conviendront.

Pourtant, passé le cap de la première page, des premières interrogations, j’ai oublié la consigne de Philippe, j’ai retrouvé un à un les personnages, chaque ligne en appelant une autre.

Laure Malaussène… un nom qui évoque pour moi désormais d’autres livres.

Si un jour je rencontre Daniel Pennac, il faudra que je lui demande pourquoi il a choisi le nom de Malaussène pour la famille dont il raconte les aventures dans sa grande saga pour adultes. Avait-il lu, dans sa jeunesse, comme je l’ai fait, les cinq cents pages qui nous permettent de découvrir, de suivre pas à pas, la vie d’une jeune fille pas tout à fait comme les autres ?

Il faudra que je vous présente un jour cette saga… mais pas aujourd’hui.

Nous parlerons de Laure, de cette vie gâchée puis sauvée, au regard de la morale et de la religion, de cette vie d’héroïne de roman à un moment où tout bascule, où l’on s’interroge sur le bien et le mal.

C’est amusant… Je n’ai souligné qu’un paragraphe dans le livre, lorsque je l’ai lu la première fois.

C’était à une époque où je marquais mes lectures, où je mettais volontiers des remarques dans la marge.

Il est vrai qu’ici la place aurait manqué.

Un paragraphe, un seul… que je vous donne ici avant de vous en dire davantage.

« – La vie, ce qu’il  a de terrible, c’est ce contact avec tous les êtres. Dans cette foule où chacun nous touche, nous blesse. Même ceux qui nous veulent du bien. Peut-être tout le monde n’éprouve-t-il pas ce sentiment-là, d’être différent, comprenez-vous, de ne pas participer à la vie des autres. C’est une chose si pénible. »

(p.279)

Raphaël parle avec sa belle-mère, Laure. Un dialogue qui marque un tournant dans le roman, au début d’un nouveau chapitre « Passion selon Saint Jean« .

Alors que j’ai terminé ma relecture, je relis ces mots en me disant que j’avais bien choisi le moment à conserver, même si… même s’il ne dit rien, même s’il ne suffit pas à présenter le roman.

Reprenons, voulez-vous ?

Un livre, cinq moments de lecture, du prologue « Barterand » à l’épilogue « Igne me examinasti« , une vie qui se déroulera pour vous aussi, dans la Bibliothèque, en cinq rendez-vous.

À partir de demain… Si vous le voulez bien.

120914 Daniel-Rops

 

 

 

Daniel-Rops

Mort où est ta victoire ?

© Librairie Plon, 1934

© Le Livre de Poche, 1968

pour lire la suite 

Bonus

Un film a été réalisé à partir du roman.

Pour en savoir davantage, voyager à partir de cette adresse :

http://cinema.encyclopedie.films.bifi.fr/index.php?pk=47160

81 réponses à “Daniel-Rops, Mort où est ta victoire ?

  1. Bonjour Quichottine, je me rémémore l’école aussi, lectures imposées pour un traitement de texte, sur l’estade la prof interrogeait, moi qui sautais les pages… c’était à la chance que d’y répondre ! Mort où est ta victoire tout un titre… Lirai-je un jour… dieu seule le sait ! Merci à toi… Bises de jill

    • Sourire… Tu sais, il m’est souvent arrivé de sauter des pages aussi. C’est notre droit de lecteur.

      … mais c’est embêtant quand on nous interroge sur ce qu’on n’a pas lu…

      Si tu le lis un jour, tu me diras ?

      Bises et douce journée, Jill. Merci !

  2. Visiblement tu n’as pas été plus convaincue que cela..alors dépêches toi de te replonger dans un de tes livres préfères
    Bises Quichottine

    • Ben… contrairement à ce que j’avais pensé, si.

      Il fallait juste un peu de temps pour le redécouvrir…

      Bises et douce jounée, Canelle. Merci pour ta présence.

  3. Je n’arrive plus à lire sous la contrainte. Un livre doit d’abord m’emporter loin de tout ce qui me tracasse, me faire rêver, ou me faire dire « J’ai de la chance de vivre ma vie, même avec tout ses soucis, ses peines, personne n’y échappe et il y a bien pire. J’ai au moins la chance d’être heureuse en amour !
    En ce moment, les livres sont mon refuge plus que « les arts du fil »….
    Bises Quichottine et bonne journée.

    • Comme je te comprends !

      C’est aussi mon but aujourd’hui quand je lis.

      Un grand merci pour ce partage, Cricri…

      Bises et douce journée à toi.

  4. lizagrèce

    A demain pour la suite alors !

  5. Lire sur commande, pas si facile que cela, mais si on choisit un peu,… A vrai dire je me souviens peu de ce que j’ai lu il y a des lustres, j’avoue, surtout si je n’ai pas été enthousiasmée…!

    • La moitié du chemin était fait…

      Certains livres nous marquent moins que d’autres… c’est vrai.

      Merci pour ce partage, Marine.

      Bises et douce journée.

  6. En fin de compte je pensais que ce livre m’avait marqué : je garde un bon souvenir de sa lecture mais curieusement aujourd’hui je ne m’en souviens plus. Je ne sais pas si je le relirai. Bises

    • Personnellement, je suis contente de l’avoir relu.

      C’est curieux comme les souvenirs reviennent au fil de la lecture.

      Bises et douce soirée, Martine. Merci !

  7. Félicitations pour être allée au bout de la tâche imposée !
    Même si le décor n’est pas celui de Belleville, même si l’atmosphère n’a pas la truculence de la famille Malaussène (loin de là, à lire la présentation), je te suis dans cette relecture.
    Je crois que j’ai mal interprété la citation … Il n’est pas question de  » perméabilité  » aux émotions, aux blessures des autres, mais un sentiment plus  » égocentrique  » et personnel. Les autres étant comme le contraste faisant ressentir l’intensité de la différence (et non le partage, comme je l’avais entendu à la lecture de la première phrase de l’extrait).
    Merci, Quichottine.
    Bises.

    • Le livre est très loin de ceux de Pennac… Rien à voir. Mais j’ai aimé qu’il m’accompagne dans ma redécouverte du roman.

      Tu sais, je crois qu’un paragraphe ne suffit pas pour ‘en faire une idée. J’aime ta lecture et ce partage.

      Je crois que c’est important de pouvoir échanger sur un roman si dense en émotions diverses.

      Merci à toi.

      Bises et douce journée.

  8. Bonjour douce Quichottine, je ne mettais pas de remarque dans les marges, mais je soulignais tout ce qui m’intéressait particulièrement et je le fais toujours, par contre il y a des livres qui sont remplis de languettes qui dépassent où je mets là des annotations.. nous avons tous notre technique lol.
    belle journée avec plein de bisous
    chatou

    • Je ne mets plus rien dans mes livres… Maintenant, je préfère le noter ailleurs.

      Belle journée ma Chantal. Merci pour ton passage.

      Plein de bisous.

  9. Lire sous la contrainte… Quelle torture ma Quichottine..!!! Je le vois bien quand il faut que je m’infuse des articles recommandés par poux ronchon, (souvent il y a une interrogation écrite dans la semaine), sur tel ou tel fonctionnement de logiciel. Nous attendrons « Mort où est ta victoire? » En attendant, Bises et bonne journée. ZAZA

    • Ce n’était pas si difficile, puisque j’avais choisi dans ma bibliothèque un livre qui répondait à la consigne de Philippe…

      Merci pour le partage, Zaza.

      Bisous et douce journée.

  10. Quichottine, en voyant la couverture de l’ouvrage présenté, j’ai été frappée par la ressemblance des traits de l’illustration avec d’autres couvertures anciennes de la collection du Livre de Poche. Les livres étaient reconnaissables à ces couvertures … Souvenirs … 😉
    Une courte recherche, et l’artiste qui a illustré  » Mort où est ta victoire ?  » est celui qui a dessiné la couverture d’autres titres parus dans la collection (82, normal qu’il y ait des points communs !), Lucien Fontanarosa.
    http://fontanarosa-art.blogspot.fr/2005/09/lucien-fontanarosa-1912-1975.html

  11. L’auteur de l’article a classé l’écrivain à  » Rops  » en mettant  » Daniel  » en prénom.

  12. je vais le mettre sur ma pile pour un jour…le relire
    bizzzzzzzzzzzz

  13. Tu en es donc finalement venue à bout malgré ton appréhension liée à cette contrainte. Je me rappelle bien ce titre entendu dans ma jeunesse mais ne l’ai jamais lu et ne sais même pas de quoi il parle. En quoi est-elle différente ? Je ne clique pas sur le lien ce soir, je préfère attendre ta présentation en cinq volets. A très vite donc. Bisous et belle soirée.

  14. Tu vois que tu es arrivée au bout… Je t’en savais capable (rires).
    Merci pour ta participation. Finalement, ce n’était pas une si mauvaise idée que ça, je pense.
    Bonne soirée.

  15. J’ai lu aussi sous la contrainte à l’école (petite et grande :-)… Aujourd’hui je lis pour le plaisir, mais il m’arrive de me replonger dans un livre (que j’ai aimé) pour le savourer de nouveau, ou pour voir si mes impressions ont changé.
    J’attends la suite…
    Douce soirée ma Quichottine et GROS BISOUS.

    • La suite sera tout à l’heure, je l’espère.

      La lecture change en fonction des expériences acquises, mais, pourtant, il reste un fond immuable, je crois… ici, c’était le cas.

      Douce et belle journée à venir, Marité. Merci pour le partage.

      Gros bisous.

  16. Pas beaucoup le temps de lire en ce moment.

    elle soirée chez toi, avec bises de nous deux

  17. Je ne connais pas ce livre Quichottine. La couverture est typique des anciens livres de poche. Bisous

  18. Ah si les hommes lisaient autant que les femmes, peut-être arriveraient-ils à leur hauteur…

  19. Ah ! Ces lectures forcées… On peut sauter des pages, y revenir… Inversement à la musique qui s’impose à nous que nous devons écouter sans passer à quelques secondes plus loin ou à revenir en arrière… Je me sens moins seule tout à coup !!!
    Je t’embrasse très fort Quichottine.

  20. Hello, Amielle. Je reconnais la couverture de ce Livre de poche que je dois avoir encore chez moi, dans un carton 😉
    Me donneras-tu envie de le relire dès que je serai au calme ?
    J’ignorais qu’un film lui correspondait (désolée, je ne vois pas assez clair pour regarder la vidéo… ce sera plus tard, un matin sans doute).
    A très bientôt. Douce nuit. Gros bisous, tout plein.

    • Je crois que d’ici là, je te donnerai autre chose à lire…

      Prends le temps nécessaire à la vraie vie, ma Dame de l’Océan. Il sera encore temps de le lire plus tard, quand tu ne pourras plus nous faire rêver sous la mer.

      Je t’embrasse très fort. Passe une douce soirée.

  21. Le moins que l’on puisse dire ce n’est pas le grand enthousiasme des lecteurs

  22. Tu n’as pas beaucoup aimé, je ne connais pas ce livre, mais lire forcé ça doit être difficile.

    • J’ai eu du mal à y entrer de nouveau… mais en insistant un peu, j’ai retrouvé le goût de ma première lecture.

      Passe une douce soirée. Bisous.

  23. Tu me donnes envie de le relire…

  24. Finalement tu as bien raison d’avoir retenu ce passage…
    Il rejoint l’experience commune.
    Merci

  25. Tu LIS SOUS la contrainte mais tu as choisi ton livre ; donc la contrainte n’est pas trop dure je pense.
    Ce n’est pas facile en effet de lire sous la contrainte.
    Tu as su t’adapter! J’aime bien ces réflexions du chapitre que tu as retranscrit.
    J’ai lu ce livre dans ma jeunesse mais j’ai oublié le sujet.
    Je vais lire la suite; Bisous

    • J’ai un peu détourné la consigne.

      J’avais oublié en partie aussi… mais c’est revenu très vite. Il a suffit de quelques lignes, d’une rencontre, d’un nom de personnage….

      C’était assez émouvant.

      Bisous et douce soirée, Fanfan. Merci pour ta présence et ces partages.

  26. Bonjour Quichottine, j’aime beaucoup les couvertures de cette époque (années 70?). Tu es courageuse de relire Ropps. Les Malaussène , je les ai lu en même temps que mes enfants, mais mon préfèré de Pennac reste « Comme un roman » . Il a une maison dans le Vercors et a commenté un beau livre de photos sur le « Gros Reymond » (Grand Veymont)
    http://www.deslivres.com/livre/9782841133628/Vercors-den-haut.html
    Par contre, je n’ai pas aimé sa prestation à La Grande Librairie sur son dernier livre « Journal d’un corps » !
    Passe un bonne journée et merci pour tes articles toujours très interressant.

    • J’ai adoré Comme un roman… c’est par ce livre que je suis entrée dans Pennac.

      Mais j’ai beaucoup aimé d’autres livres, qu’ils aient été rédigés pour les enfants ou pour les adultes.

      La série des Malaussène ne cesse de me surprendre, en bien.

      Je ne l’ai pas vu à la télé depuis longtemps… mais il est vrai que je la regarde de moins en moins.

      Merci à toi pour ce partage. Passe une douce soirée.

  27. J’ai eu cette même impression quand j’ai relu, adulte, le Petit Prince
    Bonne soirée Quichottine

  28. Lire sous la contrainte a ses bienfaits…On n’aurait peut-être jamais lu les classiques si…
    J’ai lu ce roman il y a qq années, je n’en ai plus de souvenirs, je l’ai depuis donné…Bonne nelle lecture. Bises VITA

    • Il y a comme ça des romans dont on ne garde que peu de souvenirs.

      Mais, tu vois, c’est très curieux, ils sont revenus d’un coup, juste avec quelques lignes et le nom d’un personnage.

      Merci pour tes mots, Vita.

      Bises et douce soirée.

  29. zut! zut!,je suis « débordée » C’est vrai!
    et je regrette de n’avoir pas de temps pour lire tes MORT OU ESt TA VICTOIRE! que je survole !
    Bonne après-midi
    Gigri

  30. katara C.Néri

    C’est bien d’être venu à bout de cette tâche que tu avais choisi belle journée Quichottine

    • Merci !

      Je trouve aussi… j’aurais été désolée de ne pas pouvoir le faire.

      Belle journée à toi aussi, Katara. Bisous.

  31. FéeLaure ♥

    J’aurais beaucoup de mal à lire un livre qui me serait imposé et qui ne me tenterait pas. Mais apparemment cette deuxième lecture t’a réussi 🙂
    Douce fin de journée Quichottine et gros bisous de nous deux

  32. Anniclick

    J’admire ton courage, je lâche vite un livre qui m’ennuie dès le début … où c’est lui qui me lâche ??? va savoir … il faut bien s’entendre avec son livre, comme avec un ami.
    Gros bisous

    • Les deux je crois… Il y a des rencontres qui ne se font pas.

      Nul ne peut dire quand il a rendez-vous avec « son » livre.

      Gros bisous et douce journée à venir, Anniclick. Merci !

  33. celiandra

    Pas evident de lire sous la contrainte. C’est bien ce que tu as fait et je t’en felicite
    Bisous tout plein et bonne soirée

    • J’ai un peu triché… et j’ai choisi le livre que j’ai lu.

      Bisous et douce journée, Celiandra. Merci pour ta présence.

  34. Je me le demande, c’est tellement mieux de sauvegarder la vie !
    B ises ma douce

  35. Sonya972

    tu as raison lire sous la contrainte ne procure pas de joie

    une relecture nous fait découvrir des choses qu’on aurait raté
    merci pour ce doux moment de partage
    belle semaine
    ti bo

    •-~•*’Ś Ő Ń Ŷ Á’*•~-•

    • Tout dépend de la façon dont on reçoit cette contrainte… Ici, j’avais un peu détourné la consigne.

      Mais j’en reparlerai…

      Bisous et douce fin de semaine, Sonya. Merci !

  36. C’est marrant le paragraphe que tu avais marqué , c’est quelque chose que beaucoup de personnes doivent ressentir 😉
    Bonne fin de soirée Bisous Quichottine (:-*

  37. ce contact est vital pour moi …. vital ! alors de temps en temps en décalage avec d’autres
    je t’embrasse
    bises

    • Ne pas oublier les anciens sans pour autant refuser d’autres découvertes…

      Je t’embrasse. Passe une douce journée.

  38. Lire sur commande , ce n’est pas facile ni agréable … il m’est arrivé de sauter des pages !
    Mais lire dans un but en pouvant choisir un livre …
    Rien n’égale la lecture par plaisir!
    Douce soirée, bises Quichottine

    • Je suis tout à fait d’accord. C’est pourquoi j’ai légèrement détourné la consigne.

      Douce soirée et bises à toi. Merci !

  39. Lire sur commande , ce n’est pas facile ni agréable … il m’est arrivé de sauter des pages !
    Mais lire dans un but en pouvant choisir un livre …
    Rien n’égale la lecture par plaisir!
    Douce soirée, bises Quichottine

  40. Bonjour Quichotinne! je ne connais pas ce livre, une occasion pour le découvrir… je file lireled la suite sur ton blog….Gros bisous!

  41. Bonjour Quichottine
    Je suis depuis un moment dans tes allées….pour entrer dans le jeu il faut remonter le temps et faire une escapade chez Philippe… Malaussene… c’est le nom d’un village près du Ventoux et je crois que D Pennac avait fait un lien… mais ma mémoire me joue peut être des tours!
    Pour finir un exercice de lecture très chouette!
    Belle journée à toi, je t’embrasse fort avec un grand merci de venir fidèlement sur mes potins en sommeil
    Dany

    • C’est tout gentil… merci !

      J’avoue ne pas avoir cherché…

      Passe une douce soirée, Dany. J’aime aussi quand tu passes, surtout que je sais que tu as beaucoup à faire.

      Bisous et douce soirée.