Un jour là-bas… La bibliothécaire

Je vous avais parlé de mon Géographe, largement inspiré de celui du Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry…

 

Voici le second volet proposé aux membres de la Petite Fabrique d’Écriture.

 

L’image montrait une femme derière la fenêtre, serrant un livre contre elle..

 

 

Ce trompe-l’oeil, photographié par Laure à Chateauneuf de Galaure, s’appuie sur un détail d’un tableau de Vermeer, « L’atelier du peintre« , dont l’original peut être vu ici (clic).

 

 

110228_Laure_Chateauneuf-Galaure1C.jpg

 

Bien sûr, j’en ai fait « La Bibliothécaire », même si je dois ajouter que « Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ne saurait être que fortuite« , ce qui est la formule consacrée.

 

 

La Bibliothécaire

 

Un jour là-bas… Elle ne savait plus « quand », et il arrivait même de ne plus savoir « où », elle était née, avait grandi, avait même été heureuse.

 

Elle ne se souvenait que de jardins fleuris, de plantes luxuriantes, de rires d’enfants, de soleil.

 

Enfermée désormais dans une immense bibliothèque aux murs de pierre grise, elle allait et venait dans un univers feutré, où, malgré tout, elle continuait à rêver.

 

Le soir venu, elle prenait son grand livre, celui où elle lisait, les yeux mi-clos, les aventures d’un chevalier qui viendrait la délivrer, plus tard, quand il aurait compris que les jours passés loin d’elle seraient perdus à tout jamais.

 

Elle n’avait même plus à tourner les pages. Elle aurait pu en dire chaque mot à voix haute, si elle avait osé briser le silence qui régnait en ces lieux.

 

Il lui arrivait de s’approcher de la fenêtre, sans songer à ouvrir les yeux, serrant contre elle son livre, comme un nouveau né trop précieux pour être abandonné à d’autres.

 

À quoi bon ?

 

Là-bas, il aurait pu la rejoindre… Ici… pouvait-elle encore y compter ?

 

Les fleurs manquaient, et dans un ciel de grisaille, elle aurait vainement cherché un petit coin de ciel bleu.

 

Même la pluie n’aurait jamais plus le même goût.

 

© Quichottine, 01.04.2011

 

 

Cette image a inspiré (dans l’ordre de publication sur le blog de la communauté) : ABC (qui avait utilisé les trois images dans la rédaction de son poème), Aimela, Valdy, Picardine, Dominique, Adamante, Sido (qui, comme ABC, utilisait les trois images), Catheau (même remarque), Élise et Senta.

 

Vous pourrez lire leurs textes d’un simple « clic » sur leur pseudonymes.

 

Merci à tous.

102 réponses à “Un jour là-bas… La bibliothécaire

  1. como se puede estar triste en una biblioteca …

    besos

    tilk

  2. On se sent triste soudain à lire son attente et son « espoir », « même la pluie n’aurait plus jamais le même goût ». Amitiés. Adamante

  3. Très joli ton texte. Bonne semaine, bises Quichottine

  4. Bonne semaine bises!!!!!

  5. Son livre contre son coeur comme un viatique pour ne plus voir la grisaille , pour rêver à ce lointain pays de lumières, pour se souvenir, et pour continuer, nous sommes tous à la recherche du Pays perdu de notre enfance, mais tu l’exprimes avec émotion 

    Bisous Quichottine

  6. Comme d’autres, je relève la nostalgie, pour le pas dire la tristesse, de ce beau texte sur une vie fanée, sur une femme qui a laissé son coeur entre les pages d’un livre, sur ce symbole de toutes les héroïnes de romans sagement rangées sur des étagères, attendant, à défaut d’un preux chevalier, simplement que quelqu’un vienne feuilleter le recueil et leur redonne ainsi un souffle d’âme…

  7. toujours aussi créatrice….Bises et belle journée, malgré un vent très fort ici….

    • Merci, Patriarch.

      Bises et belle journée à vous deux… Ici, grisaille et humidité, mais j’espère que ça ne va pas durer.

  8. Bonjour Quichottine, belle exploitation de ce trompe l’oeil…. J’aime tes mots !  Bonne semaine à toi…. Bises de jill

  9. c’est très beau ce que tu as écrit ; beaucoup d’émotions , de la nostalgie  ; cela m »émeut .

    Je t’embrasse fort

  10. Ton imagination est merveilleuse Quichottine

    Amitiés, Flo

  11. Coucou Quichottine,

    Je passe te souhaiter un bon début de semaine ensoleillé.

    Bisous

  12. Belle composition, je trouvais pas facile d’écrire sur cette photo.

  13. j’aime cette façon que tu as eu

    de parler du livre

    en le comparant à un nouveau né

    auquel on tient énormément

    et que l’on serre fortement contre soi.

    Très poétique.

    bisous

    christelle

  14. Bonsoir Quichottine

    Merci beaucoup pour ce joli texte, je ne sais que dire, j’adore

    Gros bisous, Bruno

  15. hum hem homme,

    toute ressemblance…

    enfin on te voit

    pour une fois

     

    un livre serré

    pourquoi pas…

     

    enfin cela ne me dit pas

    ce que tu as fait

    de la consigne

    fameuse…

     

    car, je me suis inscrit à ta communauté

    et doux rêveur je suis…

    et : Votre demande est en cours de validation

    houps 

    mince, j’ai perdu la consigne aussi…

    Amitié

    Graphène

  16. Tu écris vraiment bien Quichottine.

    À bientôt.

  17. Un moment de nostalgie… Je trouve ce texte émouvant… Un peu triste même !
    Mais tu l’as si bien écrit !
    Bisous Quichottine.

  18. salut

    des chevaliers il y en a plus malheureusement

    bonne soirée

  19. magnifique ce trompe oeil et ton texte aussi d’ailleurs

    mais tu vois quand je l’ai regardé, je pensais à une maman qui voulait faire un bon et délicieux gâteau pour ces enfants, elle était donc dans sa cuisine, quand elle pris ce livre, elle le serra très fort tout en réfléchissant , que pourrait-elle préparer pour sa petite famille

    Bisous

    • Ce qu’il y a de génial, c’est que chacun voit les choses comme il veut, et j’adore ton interprétation…

       

      Un gâteau au chocolat… Miam… je crois que c’est ce que j’aurais cuisiné…

      Passe une belle soirée, Corinne. Merci !

  20. Même la pluie

    Surtout l’après-midi

    Jamais je m’ennuie

    Loop

  21. Pour des raisons personnelles, je serais absente quelques jours.
    Normalement jusqu’à vendredi …
    Ce serait sympa de continuer à faire vivre mon blog sur lequel il y aura des articles quotidiens.
    Je repasserais ici systématiquement, dès mon retour.
    Bon début de semaine !
    Bisoux et à très bientôt …

     

     

  22. Bonne journée chez toi!

    bises

  23. avec un seul regret, celui de ne pas pouvoir suivre avec gourmande curiosité en ce moment, la piste des autres textes proposés…

    délicieux bisou à toi pour ensoleiller ce mardi

  24. Il faut vivre d’espoirs… on se sent mieux …

    Belle journée. Je t’embrasse.

     

  25. Toute ressemblance…

    Je t’embrasse fort

  26. Encore un joli texte.

    Belle journée de mardi ensoleillée

    Bisous

  27. Tristesse et nostalgie se côtoient dans ce joli texte… J’espère que le « ciel » de la bibliothécaire redeviendra bleu lorsque les barreaux de sa « prison » s’effaceront pour laisser place à son amour…

    Bisous à toi Quichottine

    • Il est certain qu’il sera bleu bientôt… Il ne peut en être autrement.

      Bisous tout plein pour toi, Oxygène. Merci !

  28. Quelqu’un lira et lui dira la beauté de ses pensées et ce sera un bouquet de joie qui illuminera son coeur. J’arrête parce qu’elle va le marier et être heureuse lol!
    Je t’embrasse Quichottine…

  29. C’est une bibliothécaire attachante et en symbiose avec la jeune femme du tableau. Bisous

  30. J’aime ton texte, ta sensibilité si enrichissante. tu es belle Quichottine !

    Je reviendrai bientôt.

  31. Bon mercredi bises Quichottine!

  32. Bonjour Quichottine, je me suis absenté pour aller voir de la famille en Suisse, j’avais emprunté une carte au géographe et j’ai bien fait. j’ai visité un chateau dont une tour  aurait pu accueillir ta bibliothécaire nostalgique. On se demande si cette Tour d’Ivoire qu’elle s’est construite n’est pas une forteresse plus solide que les murs de pierre qui la compose, en tous cas on se laisse entrainés par le récit.

    Merci pour ce beau passage en Quichottinie

  33. Bonjour Quichottine,

    Cette composition de Vermeer vous a inspiré un bien joli texte. Ce tableau  qu’on peut contempler sans se lasser en imaginant les sentiments du doux sujet principal,  me rappelle heureusement qu’il n’y a pas que des barbares sur cette Terre qui aiment détruire les livres (dont Le Livre) et qu’il existe des génies humains qui nous consolent des méfaits des autres hommes.
    Un Mercredi j’ai eu envie d’aller à la Bibliothèque municipale, histoire de dérouiller et ma tête et mes jambes. Ce bâtiment tout en rez-de-chaussée est neuf . Dans un recoin près de la sortie, il y a toujours des livres qui ont trop vécu ou n’ont jamais eu assez de lecteurs et alors ils ont du céder leur place aux jeunes sentants bon la colle et l’encre fraîche. Mais moi je trouve toujours un titre intéressant dans ces bouquins destinés au pilon, ne serait-ce qu’à cause de l’ancienneté de leur édition et de leurs pages jaunies. Le dernier trésor était une grammaire pour apprendre le Chinois que j’ai donnée à mon fils pour jouer au lettré quand il voyagera pour son travail.  J’avoue que je n’aimais pas trop le silence qui y règnais dans cette salle vide le matin et je ne supportais que péniblement les yeux inquisiteurs de la bibliothécaire qui surveille mes fouilles de peur que je ne remette dans leur place exacte les livres que j’aime à feuilleter !  Soudain un gazouillis de petites voix monta de la rue et précéda une jeune femme tenant d’une main une longue corde à laquelle se cramponnaient en file indienne les menues mains d’élèves de l’école maternelle voisine ! Alors le visage de la bibliothécaire s’épanouit et elle se leva pour allumer tous les néons des plafonniers.
    Les bambins s’assirent en rond au fond de la salle sur le tapis et cessèrent de jacasser quand l’institutrice ouvrit un album qu’elle avait choisi et commença sa lecture. Quel beau spectacle que toutes ces petites têtes penchées en avant pour mieux vivre le récit. J’en étais presque jaloux: de mon temps nous n’étions jamais sortis de notre classe que pour nous chamailler dans la cour, et tout se passait intra muros: pas de visites au musée ou à la bibliothèque. Une fois dans l’an seulement nous avions droit à un film de Charlie Chaplin dans une salle où des bancs avaient été hâtivement transportés par l’économe. C’était ce jour là notre collection de rires jusqu’aux grandes vacances. Dommage que je n’ai pas connu alors la bibliothèque de Quichottine !

    • Merci infiniment pour ce partage, Georges… J’aime énormément lorsque vous partagez ainsi avec moi vos souvenirs et votre quotidien.

       

      La bibliothécaire était inquiète, parce qu’elle ne sait sans doute pas à quel point vous êtes respectueux des livres et de leur contenu…

       

      Quand à l’institutrice et aux enfants, je suis heureuse de voir qu’il y a toujours ces moment incroyables de lecture que je garde en moi comme le plus agréable de notre profession.

       

      Les enfants sont un auditoire merveilleux !

       

      Merci pour votre présence ici…

  34. J’ai lu ton texte avec plaisir; je ne pourrai pas lire les autres; je pars dans 5 min pour une soirée slam; je m’en réjouis d’avance.

    A+

  35. Pour des raisons personnelles, je serais absente quelques jours.
    Normalement jusqu’à vendredi …
    Ce serait sympa de continuer à faire vivre mon blog sur lequel il y aura des articles quotidiens.
    Je repasserais ici systématiquement, dès mon retour.
    Bon début de semaine !
    Bisoux et à très bientôt …

     

     

  36. Tu vas me rendre triste avec ta lecture …

    Bon début de semaine.
    Bisoux

  37. Tu vas me rendre triste avec ta lecture …

    Bon début de semaine.
    Bisoux

  38. ♫ ♪ Kri ♪ ♫

    Des mots murmurés en silence comme si elle voulait les garder au fond d’elle, contre son coeur …

     Bonne journée Quichottine!

  39. patdelapointe

    t’attendais des fleurs qui ne sont pas venues…ce qui est normal puisque tu sembles avoir écrit ce texte le jour du poisson..fleurs ou poisson : faut choisir…

  40. Oh c’est triste et en plus il pleut chez nous ce matin

    Quichottine

    • Il fait très gris aussi ici…

       

      Alors, un grand merci pour ce soleil-baisers à partager. Bisous et bonne journée, Laure. Navrée de t’avoir attristée.

       

      (et merci… pour tout)

  41. Marc Lefrançois

    Très beau texte… bravo pour cette douce évocation…

  42. canelle56

    Merci pour tous ces liens j’essaierais d’y passer très vite

    Bises Quichottine

  43. Lol moi c’est pas Dom mais Laure

    Le soleil a fini par montrer son bout du nez j’espère que c’est pareil chez toi

    Bisous Quichottine

     

    • Décidément… Je suis vraiment navrée !

      Pas encore de soleil ici… mais je l’attends. Avec tous ce que tu m’apportes, il devrait arriver.

       

      Je vais vite corriger ma réponse précédente… pardon !

  44. Pauvre bibliothécaire condamnée à dépérir ….

    Bisous ma Quich’ 🙂

  45. Pauvre bibliothécaire condamnée à dépérir ….

    Bisous ma Quich’ 🙂

  46. Heureusement elle peut toujours ouvrir les pages du livre pour se permettre de rêver et d’espérer !

  47. il y a de beaux ttrompe l’oel, j’aime bien

    Bonne soirée , biz

  48. il y a de beaux ttrompe l’oel, j’aime bien

    Bonne soirée , biz

  49. Déficience Mentale

    Et bien, pourquoi ne lancerait-elle pas ses cheveux à travers la fenêtre ? :)…. quelqu’un y répondrait peut être !  Il faut prendre des initiatives !

    Bonne nuit à toi Quichottine , bisouilles du soir

  50. jean-marie

    bonsoir, ma chère Quichottine,
    un trés beau texte
    mélancolique
    qui s’accorde très bien à l’image
    bonne soirée
    gros bisou d’amitié
    jean-marie

  51. Une belle impro Quichottine sur cette rêveuse à sa fenêtre. belle journée à toi

  52. elle était extra cette photo comme point de départ… superbe idée… Etonnant comme souvent on associe le métier de bibliothècaire à une personne qui n’a plus d’autres horizons que tous ces livres, mais évidemment elle a son préféré qu’elle lit et relit à s’en abimer les yeux…Comme si une personne enjouée et plein de vie ne pouvait faire fonction… je suppose qu’il faut effectivement avoir toute sa journée, soirée et nuit à soi comme les bonnes de curée…mais j’espère que ce n’est qu’un cliché…on peut aimer l’odeur des livres y passer beaucoup de temps et joyeusement aller rejoindre son homme aimé…

    Je t’accorde que celle-ci n’a pas l’air très gai… elle est pensive… bisous mon amie et bonne soirée…

    • Un sourire, Bigornette. Merci pour ce gentil message et pour ton impression.

      Je suis d’accord avec toi, elle peut aussi, plus tard, rejoindre celui qu’elle aime… Mais, là, elle était triste.

       

      Douce soirée à toi. Je t’embrasse.

  53. Ça me rappelle un peu quelqu’un, non pas derrière une fenêtre, mais assis sur un rocher… Nostalgie …