Pour vous…

Il y a des moments où l’on se perd un peu, où les mots semblent vains, où l’on se laisse aller dans la grisaille…

101219_Cergy1

Photographie de Quichottine

C’est humain… et pourtant, je crois qu’il ne faut jamais désespérer.

Il y a toujours sur nos chemins de vie la fleur qui s’ouvre en un sourire, l’arbre qui tend ses bras pour nous vers le ciel pour y déchirer les nuages, le banc où nous attend l’Ami(e), et les mots que l’on découvre un matin à sa porte et qu’on n’attendait pas.

C’est à ce moment là que le regard change, que la vie revient, plus belle, comme le soleil ce jour-là.

101219_Cergy2

Photographie de Quichottine, décembre 2010

Que votre année soit pleine de ces sourires et de ces mots qui font que chaque chagrin est moins lourd à porter.

Je vous embrasse très fort, prenez bien soin de vous et de ceux que vous aimez.

30 réponses à “Pour vous…

  1. Merci, chère Quichottine.

    Les gris, je les apprécie car ils offrent un fond magnifique à la lumière, quand elle est présente. Un peu comme le gris d’un ciel d’orage, un peu comme la grisaille permet de prendre conscience des bonheurs  » simples  » …

    Mais il ne faut pas qu’elle s’éternise jusqu’à obscurcir l’existence.

    Bisous, tout doux, et de la douceur pour toi et pour tous.

    • J’aime aussi… pour tout ce qu’ils contiennent de couleurs en suspens.

      Mais tu as raison, allumons un peu le soleil.

      Bisous doux pour toi aussi, Midolu. Merci pour ta présence.

  2. Que cette année te soit douce mon amie, qu’elle nous permette encore et encore de nous tenir la main…

    Je t’embrasse fort.

  3. Tu as raison, les  brumes se lèvent toujours. Ne serait-ce que parce que le passant a souri, un vrai sourire qui vient d’on ne sait où et qui déchire le voile de l’indifférence.

    Prends grand soin de toi aussi ma Quichott’, préserve-toi autant que tu peux.

    Je te souhaite ici, une année tissées de nombreuses joies, et si jamais quelque tourment la perturbait, tu trouveras les mots pour panser les maux.

    Je t’embrasse très fort.

    • J’aime ce sourire qui déchire les voiles de l’indifférence… Merci pour ces mots et pour tes voeux.

      Je t’embrasse fort.

      Que cette année soit pleine et heureuse, Polly.

  4. la nature humaine est ainsi faite qu’elle arrive à passer par dessus les difficultés…c’est le pouvoir de l’oubli, l’effacement de la mémoire ou peut-être mieux : l’enfoncement dans la mémoire.

    • Enfoncer ce qui peine tout au fond de soi, très loin, avec au-dessus ce qui peut adoucir le quotidien.

      Je crois que tu as raison, Pat. L’important est de pouvoir surmonter ce qui pourrait nous inciter à laisser tomber.

      Il faut avancer.

  5. Une heureuse année à toi Quiqui, pleine de rencontres et de douces surprises. Une année en couleur 😉

  6. Merci Quichottine…a toi aussi : tout le meilleur pour 2011

  7. Nous avons tous besoin des autres mais ce qui nous donne beaucoup de force et de relativité, c’est la nature. Elle se rebiffe parfois, mais c’est pour mieux respirer. Ne le faisons-nous pas nous-mêmes à quelques périodes de notre vie… Je te souhaite de beaux moments qui te nourrirons l’intérieur. Bises

    • Merci pour ces voeux, Snow.

      Se nourrir l’intérieur, et respirer… Oui c’est une merveilleuse idée.

      Je te souhaite le meilleur, pour toi et ceux qui te sont chers. Bises.

  8. Je trouve tes voeux en feuilletant ton blog, comme toujous me laissant guider par le hasard. Aidons-nous les uns les autres à sourire, à surmonter l’instant de mélancoie, à dire l’émoi du coeur ou sa tristesse. à faire la pause quand elle est bienvenue, à garder la paix intérieure. A bientôt, chère Quichottine, je passe, je frappe à la porte, je risque un oeil, tout est calme, je m’en retourne, je te laisse ce petit mot, je t’embrasse fort.

    • Ce qui est drôle, c’est que tu tombes parfois dans la bibliothèque, parfois au jardin, et je ne sais pas pourquoi…

      Merci de m’avoir laissé ici ce petit mot affectueux…

      À très bientôt, chez toi sans doute.

      Je t’embrasse fort.

       

  9. Presque un mois de retard pour venir avec tous tes amis te souhaiter une très bonne année…

    Bien sûr que tu auras des jours « gris », mais crois-tu que tu pourrais vivre sans ?

    Je suis depuis quelques mois au Soleil de ma Provence, et je me dis que parfois je me prends à rêver de jours gris alors que le soleil nous caresse encore et toujours…

    Mais ne t’inquiète pas je sais que si tes jours te paraissent un peu trop gris, les sourire de tes amis les rendrons agréables.

    • Sans jours gris ? Je ne sais… Je pense que nous avons besoin d’ombre pour apprécier la lumière.

      J’ai aussi beaucoup de retard ici… mais l’important, c’est que vous soyez passés, vous, mes amis.

      Merci pour ta présence, Yvon.

      Bisous.

  10. J’aime bien faire des  » retours sur image « , et aussi, parfois, revenir en arrière …

    Entre tes deux images, entre gris et lumière, il y a ce moment de brume rose, où la lumière est si tendre, comme ici, chez DonQuijote, avec un superbe clin d’œil du soleil  :

    http://donquijote.over-blog.com/article-les-yeux-du-soleil-68495364.html

    Je t’embrasse très fort, Quichottine. Que l’après-midi soit beau chez toi …

     

    • Merci ! J’ai vu ces yeux du soleil… je les lui emprunterai en retrant.

      Son image est tout à fait splendide et j’aimerais lui écrire une histoire..

      Merci  pour cette découverte !

      Je m’absente une semaine… Je t’embrasse très fort. Prends bien soin de toi.

  11. Marie-Claire

    Bonjour Quichottine,
    La vie est belle même si parfois le ciel est bien gris.
    Les nuages finissent toujours par céder la place…
    Je te souhaite un très bel après-midi dominical,
    Bises bretonnes.

  12. de la douceur…. toujours

  13. J’étais venue lire le jour J et puis je devais revenir et puis… ma mémoire me joue des tours. Désolée pour ce retard ici Quichottine. Il me suffit peu de choses: un peu plus de monde autour de moi, quelques occupations qui me prennent un peu plus de temps que d’ordinaire et je suis vite débordée… Et c’est ce qui déborde justement qui me fait vivre. C’est ce soleil qui occulte le gris. Ces sourires auxquels tu fais allusion… Puisse ce soleil resplendir le plus longtemps possible pour toi et les tiens, même si l’on sait pertinemment que la vie n’est pas ce long fleuve tranquille.

    Merci pour ces voeux de lumière Quichottine.

    • Je te réponds si tard, Marie !

      J’en suis navrée… je me suis absentée aussi plus de douze jours, et c’est beaucoup pour tout rattraper.

      J’aime bien pourtant ces activités extrabloguesques, ces moments où la vie reprend ses droits.

      Merci pour ta présence, pour ces pensées qui me touchent toujours autant.

      Je t’embrasse fort et à très vite.

  14. La preuve c’est que les bourgeons grossissent, que les azalées commencent à fleurir…malgré la crise.

    • Eh oui !

      Merci d’être passé par le jardin, Charles.

      Que votre journée soit belle… malgré la crise et vos indignations justifiées.

  15. Tes images n’avaient pas de masque au début, si? Elles sont mises en beauté de cette façon….

    • Non, je ne mettais pas de masque… Ici, j’ai essayé pour voir ce que ça donnait.

      Ce sont des images bidouillées.

      Tu les préfères avec un masque ?