La lettre

101117_La_lettre.jpg  

 

 

Elle l’a lue cent fois… davantage peut-être

 

 

Il est bien loin, si loin !

Mais pour lui, chaque jour, elle se pare, comme s’il était là.

 

 

Le soir venu, elle la sort d’un coffret ouvragé.

C’est une lettre écrite en pointillés : quelques lignes chaque fois qu’il pouvait la reprendre.

 

 

Elle lit dans ses mot tous ceux qu’ils doivent taire.

Et chaque instant volé lui prouve son amour.

 

Il est loin mais tout près, si près !

Elle ressent encore le goût de ses baisers.

 

 

Le long de la soie de sa robe, sur ses épaules nues, les mots s’attardent, comme un souffle, les mots doux, mots caresses, ces mots mémoire d’instants passés, lovée entre ses bras.

 

 

Ce sont ces mots, tendres et rêveurs, qu’elle découvre encore sur les blancs de sa page.

 

Dans la lettre qu’elle a lue et relue… plus de cent fois.

 

 

 

Voir le tableau dans ses couleurs originales sur cette page.

106 réponses à “La lettre

  1. a mi me emocona mucho…es terrible un amor ausente

    besos

    tilk

  2. ton texte décrit parfaitement ce qu’on peut imaginer en regardant ce tableau, ta version non colorisée lui donne une charme d’antan  . je dirais que le texte avec la version couleur pourrait être complètement différent  cela serait tentant d’essayer !! bonne nuit Quichottine… me revoici à mes heures favorites à gouter tes mots … magiques ! bizzoux

    • Tu peux essayer, Tricôtine.

       

      Cette page est conforme à ce que je ressentais au moment où je l’ai composée.

       

      Bisous et merci d’être si présente.

  3. Laissons ce tableau en noir et blanc …. Du temps où on écrivait encore des lettres à la plume… Le mail a remplacé la lettre, c’est moins romantique. Dommage. Bises

  4. Cette superbe image t’a inspiré un très beau texte qui correspond bien à ce qu’on ressent en la regardant …

    Bon début de semaine ! Bisoux

    dom qui rame toujours mais qui reprend espoir …


  5. Un bien joli billet pour commencer la semaine.

  6. coucou Quichottine

    je profite d’un p’tit moment de répit, pour venir voir mes amis

    C’est vrai, on a tous une lettre cachée qu’on lit et relie, que même on la connait par coeur

    Je te fais de gros bisous

    Je vais aller réveiller la miss, je suis certaine qu’elle va lever très vite ………. il neige

    • C’est vrai… et, en cette fin de semaine, ici, il neige encore…

      Merci d’être passée… Je sais combien tu es occupée.

       

      Gros bisous à toi aussi.

  7. Et comme tu as bien su rêver avec elle et nous replonger dans cette ambiance d’antan!

  8. Vu la pose lascive de cette jeune femme vêtue de soir on se doute qu’elle ne relit pas la liste des courses

  9. Je me demande si Eliane a conservé, les miennes……Sourires….. Bises de nous deux et belle journée.

  10. C’est magnifique Quichottine, photo et narration

    Amitiés, Flo

  11. que j’aimerais être cette lettre

  12. ah les lettres…. un truc en voie de disparition…. c’est un désastre ça

  13. L’ultime lettre…

    Il y a bien longtemps qu’elle lui a remis toutes les lettres qu’il lui avait écrit.

    Mots tendres et rêveurs, mots de passion et de souffrance, aussi…

    Les mots écrits ont un pouvoir étrange:

    Alors même que l’on a oublié les mots dits, ceux écrits restent à jamais dans nos mémoires…

    • Certains mots dits ne s’oublient pas… mais ceux écrits ressemblent parfois à de longues cicatrices, et, comme elles, elle sont sensibles à chaque changement de temps et de saison.

       

      Douce soirée, Hélène.

  14. se souvenirs des jours heureux ….

  15. Une lettre écrite et lue dans un écrin… Merci Quichottine.

  16. Le tableau en couleurs est superbe ! Là, je passes sur la pointe des pieds la laissant à ses pensées, ses chers souvenirs et le souffle de l’amant lointain, qui… que… bon, je n’insiste pas !

    Bisous Quichottine

  17. Je souris aux mots de Marine… L’amant qui, que… ah ces lettres, volées, lues et relues, espérées, jamais arrivées…

    Douceur des mots cachés, mais aussi nostalgie des mots perdus,  regrets des mots marivaudés..Mieux vaut alors les oublier…

    mais..les lettres des Amis, ah… celles-ci, que de douceur, de nostalgie heureuse, ces lettres gardées qui laissent un souvenir sucré, doux-amer parfois, mais heureux toujours….

  18. C’est douceur que de s’ennivrer de ces mots doux. Belle atmosphère feutrée ici que tu crées.  Une douce fin de soirée  Bises

  19. très romantique, magnifique texte

    bonne soirée

    clem

  20. Je suis sous le charme du tableau et de tes mots ;cela coule de source.Tu as su lire entre les lignes  ! Bisous

     

  21. Un manque délicieux!

  22. Soie de la robe

    Mots couchés

    Oubli de soi…

     

    Loop

     

    L’image en noir et blanc est plus forte.

    Merci

  23. C’est un bel ensemble la peinture et tes mots, vraiment très joli.

  24. Comme tu as bien décrit le plaisir de relire une lettre d’amour, avec les jolis mots qui caressent l’âme… Bisous

  25. Les hommes sentent les lettres, car elles sont souvent parfumées.Parfois ils les conservent dans un livre , et les relisent quand le livre retombe entre leurs mains ridées avec des taches de vieillesse sur le dos, c’est à ce moment là qu’ils versent une larme parfois!

    • Les hommes mettent-ils plus longtemps à comprendre qu’il est important de mettre des mots sur l’amour que l’on ressent ?

       

      Douce soirée, Pierre. Merci pour ce partage…

  26. harmonie parfaite entre ton texte et ce tableau
    l’ensemble nous enveloppe de douceur, bonheur, plaisir…….
    un grand merci

     

     

  27. J’aime tout : l’illustration et ton texte.

    Qui n’a jamais été dans cette situation ? Des mots sur une lettre qui semblent vouloir disparaître si on ne les regarde pas assez fort…

    • Les images qui disparaissent quand on ne les regarde pas assez fort… Oui, c’est sans nul doute ce que l’on peut ressentir.

       

      Espérer la réalité de l’écrit quand le réel s’est dérobé…

      Merci pour ces mots.

  28. Mistigris

    c’est beau, j’aime !!!!!!! je passais juste comme çà, MIAOUU!!!!!!!!!!

  29. Soie de la robe

    Mots couchés

    Oubli de soi…

     

    Loop

     

    L’image en noir et blanc est plus forte.

    Merci

  30. Très belle lettre, et tableau tout aussi beau, aussi bien en noir et blanc qu’en couleur. Bonne nuit, Quichottine.

  31. Ce dessin est magnifique. J’imagine ainsi ma Grand-Mère lisant des lettres de son mari pendant la Grande-Guerre, et les relisant depuis que son amour est mort à Verdun.

  32. Elle est bien jolie cette dame, c’est un moment de bonheur un peu oublié à notre époque, hélas!

    Marcelle

  33. et j’aime aussi les paroles de notre poète chanteur Renan Luce… sur cette lettre aussi…

    J’ai reçu une lettre
    Il y a un mois peut être
    Arrivée par erreur
    Maladresse de facteur
    Aspergée de parfum
    Rouge à lèvre carmin
    J’aurais dû cette lettre
    Ne pas l’ouvrir peut être

    Mais moi je suis un homme
    Qui aime bien ce genre d’enjeu
    Je veux bien qu’elle me nomme
    Alphonse ou Fred c’est comme elle veut
    C’est comme elle veut

    Des jolies marguerites
    Sur le haut de ses « i »
    Des courbes manuscrites
    Comme dans les abbayes
    Quelques fautes d’orthographes
    Une légère dyslexie
    Et en guise de paraphe
    La petite blonde sexy

    Et moi je suis un homme
    Qui aime bien ce genre de jeu
    Je n’aime pas les nones
    Et j’en suis tombé amoureux
    Amoureux

    Elle écrit que dimanche
    Elle s’ra sur la falaise
    Où je l’ai prise par les hanches
    Et que dans l’hypothèse
    Où je n’aurais pas le tact
    D’assumer mes ébats
    Elle choisira l’impact
    30 mètres plus bas

    Et moi je suis un homme
    Qui aime bien ce genre d’enjeu
    Je ne veux pas qu’elle s’assomme
    Car j’en suis tombé amoureux
    Amoureux

    Grâce au cachet de la poste
    D’une ville sur la manche
    J’étais à l’avant poste
    Au matin du dimanche
    L’endroit était desert
    Il faudra être patient
    Des blondes suicidaires
    Il n’y en a pas 100

    Et moi je suis un homme
    Qui aime bien ce genre d’enjeu
    Je veux battre Newton
    Car j’en suis tombé amoureux
    Amoureux

    Elle surplombait la Manche
    Quand je l’ai reconnue
    J’ai saisir par la manche
    Ma petite ingénue
    Qui ne l’était pas tant
    Au regard du profil
    Qu’un petit habitant
    Lui faisait sous le nombril

    Et moi je suis un homme
    Qui aime bien ce genre d’enjeu
    Je veux bien qu’il me donne
    (Papa)… S’il le veut

    • Cette chanson-là, je l’ai écoutée pour la première fois dans la voiture de ma cadette… elle est fantastique ! (oui, ma cadette aussi, mais pas que…!)

       

      Elle m’a fait découvrir quelqu’un dont j’ignorais l’existence et à qui je tire mon chapeau, parce qu’il m’a émue, beaucoup.

       

      http://www.youtube.com/watch?v=x1R3W5UC-Z8

       

      Merci tout plein pour ce texte, Mamalilou.

  34. Une absence si pleine et si présente! j’aime bcp ces petits textes échappés de leur enveloppe…

    • Merci !

      C’est un très beau moment que celui que je viens de passer sur ta page.

      Il y a des jours comme ça, des mots aussi que l’on attendait et qui ne viennent pas.

  35. Une lettre…celle que je dépose ici, de peur d’oublier tout ce que je n’ai pas dit depuis trop longtemps.

    Une lettre qui dirait, qui dit ceci : toutes mes lectures passées ici me donne l’image de papillons qui ne cessent de tourbillonner dans ma ptite tête et j’en aime leur bruit, léger et tendre au toucher.
    Une lettre par des mots qui ce soir, est légère comme le vent et douce comme la nuit.

    Tu en as fait du chemin depuis que je suis partie et je reprends mes jolies lectures ce soir, encore et encore, je découvre d’autres histoires et mots écrits et laissés par toi pour notre plus beau moment. Ca ressemble aussi à ce que j’ai écris en silence pour quelqu’un et ça me plait de lire tes mots ce soir car on n’oublie jamais le goût des baisers ni des soupirs, même souvenirs.

    Très joli moment à lire, relire, à nouveau cette lettre, la tienne.

    • J’ai pris cette lettre de toi et je l’ai lue à la lueur d’une lampe, doucement, pour m’imprégner de ses mots.

      J’aime ces papillons qui s’envolent vers toi, quel que soit le temps passé sans nous lire.

      J’aime ces mots de toi, parce que je sais que l’amitié est là, et qu’elle perdure aussi au-delà de l’absence toute provisoire.

       

      À tout bientôt, Betty. Chez toi.

  36. C’est très joli, Qucihottine. Il y a des lettres que j’ai relues cent fois…

  37. Quelques lignes et l’encre de tes mots se fait présente et plaisante. Je regrette aussi cette époque de la correspondance, l’attente de la réponse, l’imagination qui court quand la lettre n’arrive pas. Des sensations perdues dans la rapidité de l’époque !
    Merci
    Anne

    • Merci pour ce partage, Anne. C’est vrai que tout a changé avec la presque obligation que nous avons de répondre dans l’instant.

  38. C’est un texte magnifique !!!! il y a des écrits qui restent ainsi tellement forts qu’ils suffit parfois de simlement y penser pour revivre des instants magiques !

    Je t’embrasse fort Dame Quichottine

    Trinity

    • Merci, Trinity… Je suis navrée de te répondre si tard, je m’étais absentée…

      Mais j’ai aimé trouver tes messages en ouvrant ma bibliothèque à mon retour… Un vrai bouquet de mots-tendresse. Merci !!!

       

      Je t’embrasse fort.

  39. Ma Chère Quichottine,

    J’aimerais avoir plus de temps pour lire tes billets toujours en attente, mais ce n’est pas très facile de libérer des minutes. Alors quand je peux je viens me plonger dans tes beaux articles, tantôt drôles, tantôt nostalgiques, tantôt tristes, tantôt pensifs, tantôt futuristes, mais toujours d’une grande richesse !

    J’espère que tu vas bien, c’est important, car comme j’ai du retard il est possib le que j’aie manqué des informations.

    Quoiqu’il en soit prends bien soin de toi

    Je t’embrasse

    Claire

    • Merci de les avoir gardés en attente…

      Je vais bien, Claire… Je cours seulement après le temps.

      Mais ça ira mieux bientôt. Il me faut seulement apprendre à faire des choix.

       

      Passe un très beau dimanche. Je t’embrasse très fort.

  40. L’illustration est superbe ma Quichottine et elle t’a inspiré de bien jolis mots.Bises et bon lundi

  41. Oo° Kri °oO

    Tes mots aussi beaux , j’en suis sure, que ceux déposés sur cette lettre en pointillés…le tableau aussi est une merveille

    Bon lundi Quichottine

  42. IL est loin ce temps là …c’est dommage j’en aurais un peu la nostalgie , de ces petits mots qu’on gardaient précieusement , tendrement , qui n’etaient pas ridicules …au contraire ..

    ce tableau est très representatif de cette lettre ..merci pour cette tendresse de coeur

    bises Quichottine

    • Les mots de celui ou de celles qu’on aime ne sont jamais ridicules… Quand ils le deviennent, c’est que l’on n’aime plus, c’est dommage.

      Merci à toi pour ta présence et ces mots.

      Bises, Canelle.

  43. Grande rêveuse romantique….Bises  VITA

  44. ce tableau me rappelle le livre que je viens de terminer: les femmes qui lisent sont-elles dangereuses et tu as bien su traduire ce tendre abandon et cete soie des mots

    bises Quichottine

  45. Il l’aime.

    Les mots volés le lui disent toujours, et le temps qu’elle vole à la lire et la relire dans sa parure d’attente raconte son amour.

     

    On devine l’amant, on devine les rencontres furtives, les heures précieuses qu’ils trouvent si rarement.

     

    On devine l’attente, ils ne savent pas encore quand ils se reverront, se reverront-ils d’ailleurs?

     

    On devine que même dans l’absence l’essentiel est préservé, cette lettre en pointillé, de l’amour.

     

    On devine qu’elle s’en nourrit, comme lui là-bas doit se nourrir en silence des mots qu’elle lui a écrits aussi.

     

    Etreindre une lettre comme on étreint le bonheur, c’est allumer en soi tous les espoirs.

     

    • Et tout ce qu’on devine, tout ce qu’on imagine, n’est qu’un moment volé à notre propre souvenir.

      Merci, Polly…

       

      J’aime quand tu apportes la flamme des espoirs à venir.

  46. Le goût des baiser peut s’évanouir avec le temps mais pas les mots posés dans cette lettre 😉

    Bisous Quichottine Bonne fin de soirée

    • Qui sait ?

      Nous conservons beaucoup dans nos souvenirs… Les sensations comptent aussi.

      Bisous et bonne soirée à toi, Urban. Merci.

  47. jean-marie

    ces lettres que l’on ne se lasse jamais de lire et relire…
    un texte très agréable
    et émouvant
    bisous
    jean-marie

  48. C’est un très beau tableau et qui me remémore quelques souvenirs heureux… le temps des fiançailles… si loin…

     

    • Le temps des fiançailles… Tu as raison.

       

      Il me semble pourtant, au bout de tant d’années, que nous devrions encore écrire ce que nous ressentons, à défaut de savoir le dire.

       

      Merci pour ces mots-là, Marie.

  49. Je reviens juste pour dire que mon époux a conservé les siennes, enfin, les miennes… que j’ai relues il n’y a pas si longtemps d’ailleurs. Ça m’a fait tout « drôle » de revenir dans le temps…

    Et merci pour cette belle histoire… et belle fin de journée, blanche aussi chez toi?

    • Ici, nos lettres ont été réunies dans un tiroir après notre mariage, lors d’un déménagement…

      Revenir dans le temps… tu as raison.  Le faut-il ? Je ne sais.

       

      Ici, la neige tombe encore. Le paysage est blanc, c’est rare en cette saison.

      Mais, si j’en crois les images vues à la télévision, il y a bien moins de neige que chez toi…

  50. Il y avait très longtemps que je n’étais pas revenu sur ta page d’accueil : quand as-tu changé ta présentation ? Ce n’est pas mal, comme ça aussi !

    • Cela fait un moment… mais lorsqu’on est abonné, on a peu de chance de la voir.

       

      Merci d’être passé, Glorfindel.

  51. Bonjour,

    au lieu d’un long discours, j’ai reçu cette lettre il y a déjà longtemps, ce fut une bonne surprise de ma période étudiante…

    http://globox14.over-blog.com/ext/http://globox14.blogspot.com/

    Après, j’ai écrit d’autres lettres sur ce style de missive…

    recevoir des nouvelles de l’autre, c’est un grand plaisir pour celui qui aime les mots..

    Bon WE, je reviendrais…

  52. Superbe, je profite de ton absence pour puiser d’anciens articles. bises Quichottine, mail suit;