Barbara Constantine, Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom

C’était, d’après Oxygène, un livre, un tout petit livre… Un livre à emporter en vacances, à lire n’importe où, un livre pour ne pas s’endormir n’importe où… au cours de ces instants volés où tout est important.

J’avais ce livre, moi, tout en bas de ma pile de livres à lire… vous savez ? Ceux qui me font de l’œil lorsque je suis devant mon ordinateur et que je vous écris.

Je l’avais acheté depuis sa sortie, ou presque. Peut-être à cause de ce titre à rallonge et à courants d’air, ce titre que l’esprit rythme comme les mots murmurés à l’oreille d’un tout petit enfant par sa maman, comme une litanie, comme une berceuse.

Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom…

Je l’imaginais, elle, sur un fauteuil à bascule, tenant un bébé dans les bras, emmitouflée dans un châle de laine blanche si douce, si fine, dentelle, chaude pourtant, pour qu’ils n’aient pas froid.

Cela peut vous sembler absurde… J’en suis consciente.

Acheter un livre pour quelques mots sur une couverture ! Où avais-je donc la tête ?

Peut-être encore dans mes nuages, ou dans un monde autre, où tout serait plus beau, plus tendre, plus… Juste différent.

Mais je ne m’en étais pas tenue à cette mélodie qui chantait pourtant si fortement dans mes souvenirs. J’avais, comme toujours, retourné le livre pour en lire la quatrième de couverture.

Même si ce n’est pas suffisant, ça peut servir, vous savez, quand on ne connaît pas l’auteur et que l’on fait un peu confiance à l’éditeur.

(J’ai dit « un peu », pas trop… Il  vaut mieux se forger sa propre opinion.)

Tom a onze ans. Il vit dans un vieux mobil-home déglingué avec Joss, sa mère (plutôt jeune : elle l’a eu à treize ans et demi). Comme Joss aime beaucoup sortir tard le soir, tomber amoureuse et partir en week-end avec ses copains, Tom se retrouve souvent tout seul. Et il doit se débrouiller. Pour manger, il va dans les potagers de ses voisins, pique leurs carottes, leurs pommes de terre… Mais comme il a très peur de se faire prendre et d’être envoyé à la Ddass (c’est Joss qui lui a dit que ça pouvait arriver et qu’elle ne pourrait rien faire pour le récupérer), il fait très attention, efface soigneusement les traces de son passage, replante derrière lui, brouille les pistes. Un soir, en cherchant un nouveau jardin où faire ses courses, il tombe sur Madeleine (quatre-vingt-treize ans), couchée par terre au milieu de ses choux, en train de pleurer, toute seule, sans pouvoir se relever. Elle serait certainement morte, la pauvre vieille, si le petit Tom (petit homme) n’était pas passé par là…

[…]

Encore une histoire d’enfant, d’adulte un peu décalé, d’amitié intergénérationnelle… Rien de bien nouveau, finalement. C’est ce que vous pensez ?

Je l’avais pris quand même, peut-être pour la dédicace de l’auteur, celle mise en page de garde, pour tous ceux qui font l’effort de la lire.

…À Raphaël, le dernier arrivé.

Et puis, à toutes et à tous,

(gros grincheux, dépressifs heureux,

vieilles immatures, petits branleurs

(là, il y en a plusieurs qui risquent

de se reconnaître), alcooliques

pas anonymes, agents très secrets),

ma reconnaissance.

Peut-être aussi pour ces fleurs « picales » parce qu’elles ne sont pas « trop » d’une citation enfantine mise en exergue à la page suivante…

Peut-être seulement pour rien, parce que le livre m’avait appelée, tout simplement, un jour que je passais près de lui, dans ma librairie habituelle.

Mais je l’avais, moi, ce « tout petit livre » dont Oxygène me vantait la teneur.

Je lui ai dit

Alors, là…
Je vais me dépêcher de m’installer au pied de ton arbre avec ce roman que je sors de ma PAL !!!

Bises, Oxygène. Merci pour cette envie-là !

commentaire posté par Quichottine le 27/09/2010 à 23h55

Et j’ai fait ce que j’ai dit, je l’ai lu, du début à la fin, sans m’arrêter ou presque… Juste un peu, malgré tout, pour déguster davantage certains moments, pour relire les mots rencontrés, regarder des images dans un livre qui n’est pas illustré.

Des phrases qui se dévorent, depuis la toute première page, et jusqu’à la dernière, dans un roman où la vie joue, elle aussi à tisser des liens.

Si vous le lisez, vous me direz peut-être qu’il y a des invraisemblances, que c’est trop « gros », digne d’une bluette… Mais non. Vous savez bien que ça existe aussi des mamans de treize ans, des enfants sans logis, des vieilles dames à l’abandon, des hommes qui ne savent pas comment dire qu’ils aiment.

Roman tendresse volée à un monde sans pitié où il faudrait se battre chaque jour pour exister.

Roman de rencontres où chacune compte, même la plus minime. Depuis le chat des voisins jusqu’à Madeleine, cette petite vieille qui a une voix de « casserole fêlée  » quand elle chante. Tom découvre que la vie a de multiples facettes, et qu’elle peut être belle, bien plus belle, seulement en prenant des responsabilités, en acceptant d’aider sans rien demander en retour.

Roman de cette jeune femme, celle qui chantait dans ma tête une berceuse, mais qui n’avait pas le cœur à chanter, qui veut à tout prix qu’on l’aime, autrement, pour ce qu’elle est vraiment.

Roman d’un homme qui… Non, il faut que je m’arrête. J’en dirais bien trop !

C’est une très belle histoire…

Oxygène m’avait prévenue. Elle avait écrit :

C’est un petit bijou de douceur, une parenthèse ensoleillée…

Un livre à offrir

Un livre à s’offrir

101012_Barbara_Constantine_Tom_petit-Tom.jpg

Un roman dont je ne dirai rien d’autre, rien. Juste que j’ai aimé.

Barbara Constantine

Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom

Calmann-Lévy, 2010

Prix Charles Exbrayat, 2010

102 réponses à “Barbara Constantine, Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom

  1. tu donnes vraiment envie de le lire, ce livre … Enfin, pour ceus qui en ont le temps

    Bon mardi ! Bisoux.


    • C’est vrai que le temps manque à beaucoup.

      Merci pour celui que tu passes ici.

      Bon mardi et bisous, Dom. À la prochaine.

  2. Mais tu en as déjà beaucoup dit et tu m’as donné l’envie de le lire. Bises

  3. Je note..Un de plus ou un de moins , la pile de livres n’en sera guère allégée ni surchargée..Je veux connaître Petit Tom

  4. Tu en parles tellement bien avec tant d’enthousiasme qu’il me faut le lire ce bouquin et d’ailleurs l’histoire est belle à n’en pas douter qui parle de ceux qui grattent un peu le vernis, comme on gratte la terre du jardin,  et trouvent la pure fleur blanche de l’amitié, de l’amour même,  qui ne fane jamais, qui éclaire tout même le sordide quotidien…

    • Je pense que si tu le lis, tu ne devrais pas en être déçue.

      Beaucoup de vérités y sont montrées, mais sans aucune lourdeur.

  5. Tu sais la couverture d’un livre est importante, parfois elle attire l’oeil, en plus si y a quelques mots forts qui y sont imprimés comment résister

    L’histoire semble en effet, très belle et je pensais et je me disais, c’est généralement les personnes qui doivent se battre constamment pour survivre qui sont les plus attentionnées, moins égoîstes que les personnes à qui tout souri.

    Ils savent ce qu’est la misère, la tristesse.

    J’aime la façon dont tu parles de ce livre

    Je te souhaite une belle journée qui s’annonce encore ensoleillée

    Bisous

    • L’histoire mérite d’être lue.

      Merci pour ce partage, Corinne.

      J’aime ce que tu dis.

      Belle journée ensoleillée à toi aussi.

  6. « acheter un livre pour qq mots  (une image sou simplement l’ombre d’une couleur sur la couverture… » j’en connais d’autres qui fonctionne ainsi :))) et aussi pour avoir lu le commentaire savoureux laissé, tu ne serais pas virtuelle personne ne sortirais jamais de ta bibliothèque :)))

    bisous

    • Merci pour ces mots-là, Fabienne.

      Je ri… je n’ai pas envie du tout de faire de vous des captifs. Alors, prions pour que je reste virtuelle.

      Bisous tout plein pour toi. Passe une bonne journée.

  7. J’ai entendu parler de ce livre. je ne l’ai pas lu. Je crains juste qu’il soit triste. Je n’aime pas la tristesse

    • Oh, il ne l’est pas. J’ai trouvé, comme Oxygène, qu’il était porteur de beaucoup d’espoir.

      Je n’aime pas non plus les histoires qui finissent mal.

  8. Hihi, je l’ai lu cet été, il est tout frais ce livre, j’ai adoré

    Amitiés, Flo

  9. Quichottine, la lecture de ton article me laisse les yeux embués d’émotion. Tu parles si bien de Tom…. Quel talent pour dire la beauté qui ressort d’une lecture et le bonheur que l’on éprouve à travers les mots. Un grand merci à toi pour ce magnifique article. J’espère que nombreux seront les copinautes qui auront le plaisir de découvrir Tom et son monde…

    Tu sais, j’ai lu ce livre au mois de juin et comme je n’ai pas la chance d’avoir une bonne mémoire, j’ai déjà oublié certains détails. L’émotion ressentie est par contre toujours intacte. Toujours est-il que j’ai déjà envie de relire Tom, petit homme…(ce qui m’arrive rarement…).

    As-tu lu d’autres livres de cet(te) auteur(e) ? (excuse-moi, j’ai du mal à me faire à a féminisation de certains mots…)

    Je vais envoyer le lien vers ton article à Vivi qui m’avait prêté ce petit livre vert et que je remercie mille fois pour ce bon choix.

    Gros bisous à toi Quichottine et encore merci pour tes mots.

    • Je n’avais jamais rien lu d’elle… et je n’aime pas non plus la féminisation de certains mots.

      Vivi aura peut-être déjà lu mon billet, elle passe de temps en temps par ici.

      Je trouve qu’elle a bien fait, et toi aussi. J’aurais peut-être pris plus de temps avant de le trouver dans ma pile, et je me suis vraiment régalée. C’est un très beau moment de vie.

      J’ai de la chance en ce moment… mes lectures me ravissent.

      Gros bisous, Oxygène. Merci encore.

  10. Juste un petit mot pour Lizagrèce. Je viens d’apercevoir son com au moment où j’envoyais le mien.

    Je ne pense pas que l’on peut parler de tristesse pour ce livre , même si certains moments sont très émouvants. Pour ma part, je dirais que c’est un livre plein d’espoir, plein d’espoir en la nature humaine…

    Qu’en penses-tu Quichottine ?

    • Je suis tout à fait d’accord avec toi.

      Tu as répondu avant moi à Liza… Merci.

      L’émotion est là, c’est certain, mais pas la tristesse contrairement à certains livres où elle est omniprésente. Là, le lecteur avance vers la lumière.

      Merci encore, Oxygène.

  11. Je vais demander à Eliane de me le trouver à la FNAC, quand elle ira chercher des livres pour son amie. je crois ou plutôt je suis sûr que je vais aimer !!

    Bises de nous deux et belle journée.

    • Il  a de fortes chances.

      En plus, il est physiquement très agréable à lire. Je n’aime plus quand c’est écrit trop petit. Mes yeux ne sont plus ce qu’ils étaient.

      Bises et belle journée à vous deux. Prends bien soin de toi.

  12. C’est bientôt Noël merci pour cette belle idée.

  13. La couverture donne très envie de lire le livre… je le rajoute à ma liste de livres à lire… liste horriblement longue, que je pense ne jamais finir ^^

    • Qui sait ?

      Pourtant, je me dis qu’avoir encore des livres à lire, c’est une bonne motivation pour avancer chaque jour…

  14. J’avais noté et… oublié. Il faut que je l’achète. Merci du rappel.

    Tu décris si bien l’émotion que tu as ressentie que j’ai vraiment envie de la partager.

    GROS BISOUS.

    • Merci, Marité. Je n’en suis pas toujours certaine, mais là, je pense sérieusement que ce livre te plairait.

      Gros bisous à toi aussi.

  15. Je l’ai acheté à sa sortie…il est des bijoux à ne pa smanquer

    Je t’embrasse

  16. J’avais lu d’elle « A Mélie sans mélo », j’avais beaucoup aimé alors quand elle sort un livre je la guette.

    Bises

  17. Hélène

    Comme  tu donnes envie de lire ce petit homme…

    Lorsque notre fils était tout petiot, pour l’endormir, je lui chantais « sa » berceuse, (elles me sont venues sur les lèvres, ces berceuses, une pour chacun, une que pour eux), et dans cette berceuse, revenaient toujours les mots: »petit d’homme, petit Tom, petit Dom, petit homme, petit dom-tom »…

    Un hasard?

    Un cailloux blanc?

    Merci pour cet article, Quichottine chère, grâce à lui, je l’ai retrouvé, le chemin où l’on prend le temps de lire …

    🙂

     

  18. Merci pour ton aide sur le forum.

    Les modérateurs ont l’art de m’agacer en annonçant le problème résolu sans même attendre de savoir si leurs réponses répondent réellement à ma question.

    Heureusement tu étais là.

    J’avance tout doucement le travail de relecture réécriture.

    Bises et à bientôt.

    • Les modérateurs ne pouvaient pas comprendre ton problème. Ils ne te connaissent pas.

      C’était le hasard, mais je suis contente d’avoir pu t’aider.

      … et contente que ton travail avance. J’ai hâte de pouvoir mettre ton livre sur mes étagères.

  19. Tu es championne pour nous donner le goût de lire un livre,  je vais essayer de le trouver ici merci. Bisous.

  20. Allo Quichottine, j’étais bien ici hier soir mais bon, j’ai fait du visiting! à suivre tes liens puis d’autres, Je suis revenue te dire que ce livre est sur ma liste, un genre pour rêver. Merci. Bises

  21. Tu me mets l’eau à la bouche !Déjà deux critiques favorables , à qui on peut faire confiance ,ce doit être un bon livre ; j’essaierai de le trouver .

    Bisous

  22. Tes critiques littéraires me plaisent Quichottine.

    De plus Tom évoque pour moi  mon petit fils chéri.

    Je l’attendrai en poche.

    Merci madame .

    Dame Sophie vous embrasse.

  23. Vividecateri

    Je ne pensais pas qu’en conseillant ce livre à Oxy , qu’il allait provoquer autant d’émoi. Je suis ravie de ton article . Ce livre m’a donné encore plus envie de vivre et j’ai aimé le partager. Il est parti de Corse vers  Belle-ïle en  Mer avec une amie qui voulait absolument que son mari le lise. Je crois que ce petit livre va avoir du succès et  le mérite. Bravo pour l’article. Je t’embrasse. Je sais je suis rarement sur ton blog et j’ai tort… Vivi

    • Mais non, tu n’as pas tort, Vivi. Je sais que tu fais ce que tu peux, et chacun doit rester libre dans ses visites en fonction du temps dont il dispose et des envies qui l’animent.

      Prends bien soin de toi. Je te lis ailleurs et cela me fait plaisir de savoir que tu continues à être présente ici ou là.

      Merci pour ces mots.

  24. Oxygène porte bien son nom en t’apportant ce souffle régénérant que tu nous transmets à ton tour (merci donc à Oxygène et à toi, qui te bats contre les moulins à vent de l’indifférence, le vent souffle beau en vous deux… dont les pseudos s’accordent bien)

    Ton très bel article donne des gratouillis tellement il chatouille en moi, en plusieurs j’en suis sûre, une urgente envie de le lire,  je vais le commander tout de suite

    • Merci pour ce partage, Colette.

      C’est vrai que j’aime bien Oxygène, que je fréquente assidûment depuis peu bien que je la connaisse depuis longtemps.

      J’ai aimé ce livre… et j’espère qu’il te plaira aussi. Tu me diras ?

  25. certainement que dans ma médiathèque

    il sera

    bonne soirée

  26. Ton enthousiasme est communicatif et quand je verrai ce livre, je l’achèterai ! Bisous

    • Et, si tu le lis, tu me diras ce que tu en auras pensé ?

      Tu peux peut-être le lire dans une bibliothèque auparavant ?

      Bisous.

  27. Et voilà … j’ai envie de le lire … Il y a 2 ou 3 ans (sais plus) j’avais lu un livre de cet auteur,  l’histoire complètement déjantée d’une famille incroyable et d’un chat encore plus incroyable, le chat s’appelle Bastos (je crois) et le livre c’est « Allumer le chat » c’est le titre qui m’avait fait de l’oeil!
    Je te souhaite une bonne soirée

    Un bisou amical
    Viviane

    • Je pense que tu donnes envie aussi !

      Finalement, c’est un auteur que je devrais suivre d’un peu plus près.

      Vous êtes plusieurs à m’avoir ainsi parlé d’autres livres qui, je le pense, me plairaient.

      Passe une bonne journée. Bise amicale pour toi aussi.

  28. Ce que tu écris et certains commentaires, voilà qui m’invite à lire ce livre, et comme souvent d’autres du même auteur …

    Merci de ce partage, à toi et à tous.

    Bonne soirée.

  29. a lire pendant les vacances de Noêl ce livre , là j’aurai un peu de temps , bise quichottine

  30. Ce titre comme une comptine ou comme amstramgram……Alire   VITA

  31. patricia11

    Le chant d’une  » casserole  » peut-être le frémissement d’une émotion, la vibration d’un coeur.

    • Ce n’est pas du tout une critique dans l’esprit de petit Tom, ni dans le mien d’ailleurs.

      Juste une description qui semble si proche de la réalité de cette vieille dame qu’elle m’a émue lorsque je l’ai lue.

      Il va réussir à lui redonner l’affection et les soins dont elle manque… et, cela, c’est merveilleux.

  32. Merci pour ta fidélité et tes mots!!!!

    bonne soirée!

  33. manu'elle

    Quichottine, je te baptiste « donneuse d’envies » !!!

  34. Faire découvrir que la vie peut être belle en donnant sans rien attendre en retour, voilà déjà qui fait l’intérêt d’une lecture. Merci Quichottine de t’en faire la porte parole. Amitiés

  35. Ca me donnerait presque envie de le lire …..

    Image hébergée gratuitement chez www.imagehotel.net

  36. Il est depuis un moment dans la liste des livres que j’ai vraiment envie de lire ! Je voulais attendre soit de le trouver à la bibliothèque, soit qu’il sorte en poche. C’est sûr, je n’arriverai pas à attendre. Je vais le commander au Père Noël pour la fin de l’année !   😉

    • Alors, quand tu l’auras lu, tu me diras ce que tu en auras pensé… ça, c’est chouette !

      Passe une belle journée, Marie. Navrée de te répondre aussi tardivement.

  37. Ni pathos, ni misérabilisme dans ce livre. Et pourtant … C’était un écueil qu’a su éviter Barbara Constantine.

    On sent la chappe de la pauvreté, une  » logique  » de la résignation qui est contournée par l’espoir que font fleurir des rencontres d’exception.

    J’ai apprécié …

    Ainsi que cette rencontre fortuite lundi après-midi, lors d’un salon du livre régional dans le village où je réside, avec Barbara Constantine !

    Je ne savais pas du tout qu’elle y participait, et une heureuse coïncidence nous a fait nous rencontrer … Un éditeur que je connais me conseillait un petit album inspiré de  » Tom-Tom et Nana  » et je lui ai répondu que c’était un autre Tom qui avait capté mon intérêt. Réaction de l’éditeur, et de la personne qui était près de moi à ce stand … C’était Barbara Constantine !

    Surprise partagée (surtout à cause des circonstances), discussion, gentille dédicace, ce fut une heureuse, une très heureuse rencontre …

    A bientôt, Quichottine. Bisous.  

    • Quel bonheur ! Merci pour ce récit, Midolu… J’aurais adoré être près de toi.

      Son livre m’a beaucoup plu et j’imagine qu’elle doit être comme son écriture…

      Je suis contente que tu aies aimé, la dédicace, et le livre.

      Douce soirée à toi. Je t’embrasse fort.

  38. Tu en parles tellement bien avec tant d’enthousiasme qu’il me faut le lire ce bouquin et d’ailleurs l’histoire est belle à n’en pas douter qui parle de ceux qui grattent un peu le vernis, comme on gratte la terre du jardin,  et trouvent la pure fleur blanche de l’amitié, de l’amour même,  qui ne fane jamais, qui éclaire tout même le sordide quotidien…

  39. belgique-chine

    bonjour quichottine, surement bien ce livre, note moi je suis plus policier, genre enquéte du juge Ti, dans l’ancienne Chine

    bon mardi

  40. Un livre qui me tente bien ma Quichottine. Bises et bon mardi

  41. Oo° Kri °oO

    Le but d’une couverture (de livre bien sur) c’est justement ca … c’est d’abord le titre et la couverture qui nous allèche

    ps : je me suis inscrite à ta communauté hier matin et je ne la vois pas dans ma liste

    • Maintenant tu la vois, c’est cool…

      Pour la couverture, je sais bien, et c’est pourquoi je m’en méfie d’habitude.

  42. canelle56

    Humm….cela donne envie vraiment de le lire !!! merci pour ta façon de donner suite….bises Quichottine

  43. Les bafouilles de Figaro

    Eh bien merci pour ce partage !

  44. tu m’as vraiment donné envie de le lire!

    en tous les cas les vols dans les jardins ne sont pas du tout de la fiction car notre village est en proie à un gang des potagers: 12 choux fleurs dans l’un, des poireaux dans l’autre, des salades des tomates et même l’énooooorme citrouille qui faisait la fierté de mon docteur jardinier! le pauvre venait de perdre sa femme volage qui est partie avec un autre! j’espère qu’il retrouvera une princesse bien vite! en tous les cas, les gens d’armes sont sur les dents et les jardiniers chasseurs montent la garde toute la nuit! De quoi écrire une autre histoire!

    bises Quichottine

    • Je sais bien… et je sais aussi qu’il est fort désagréable pour ceux qui y travaillent de se voir privés des fruits de leurs efforts.

      J’espère que ce gang sera démantelé.

      Bises à toi, Azalaïs. Merci pour ce partage.

  45. Je prends note Quichottine et comme tout le monde je vais dire qu’il me plairait bien… Tu as ce don de donner envie de lire… Ah si tu pouvais venir ici dans « ma » petite bibliothèque municipale d’où je ressors dépitée depuis quelque temps… tu aurais peut-être ce pouvoir de les faire venir… Une seule famille ce soir après l’école… et un adulte. Déconcertant.

    Bonne fin de soirée

    • Je ne sais pas si je saurais motiver des lecteurs dans ta bibliothèque.

      Peut-être faut-il leur demander ce qu’ils aimeraient y trouver ? Je suppose que tu l’as déjà fait.

      … mais, sachant ton attachement à cette bibliothèque, je comprends ton désarroi.

      Passe une bonne journée, Marie.

  46. Je note précieusement…

  47. Bien sûr, je vais d’autant plus me le procurer que Barbara Constantine, comme je te l’ai dit vient de recevoir le prix Exbrayat et qu’elle sera présente à la fête du livre de St Étienne ce week-end… Je ne pourrais pas y aller personnellement car c’est aussi la fête du livre chez moi, mais je vais me procurer le livre c’est certain.

    As-tu lu  » Le goût des pépins de pomme » de Katharina Hagena ? Je suis plongée dedans, je trouve l’écriture de ce livre merveilleuse. (Le traducteur est excellent)

  48. ♥ Trinity ♥

    Ton billet donne vraiment envie de le lire ce roman …..

    Je fais un peu comme toi lorsque j’achète des livres (exceptés ceux de mes auteurs chouchous que je prends systématiquement, question de fidélité littéraire probablement, même s’il m’est arrivé d’être un peu déçue on estimant que l’hitoire n’était pas à la hauteur de son auteur), je regarde la couverture, puis la quatrième, je lis la dédicace si elle y est et ensuite j’ouvre une page au hasard et je la lis.

    Alors j’ai le déclic ou je ne l’ai pas.

    Merci pour cet article qui me donne envie de faire connaissance avec Tom !

    Bises Quichottine

    Trinity

    • Je « suis  » aussi certains auteurs pour lesquels j’ai un véritable attachement.

      Merci pour ce partage… j’aime bien savoir que d’autres ont le mêmes réactions que moi quand il s’agit de livres et de leurs auteurs.

      J’espère que si tu le lis un jour, tu m’en reparleras pour me dire ce que tu en auras pensé.

      Bises, Trinity.

  49. ♥ Trinity ♥

    Ton billet donne vraiment envie de le lire ce roman …..

    Je fais un peu comme toi lorsque j’achète des livres (exceptés ceux de mes auteurs chouchous que je prends systématiquement, question de fidélité littéraire probablement, même s’il m’est arrivé d’être un peu déçue on estimant que l’hitoire n’était pas à la hauteur de son auteur), je regarde la couverture, puis la quatrième, je lis la dédicace si elle y est et ensuite j’ouvre une page au hasard et je la lis.

    Alors j’ai le déclic ou je ne l’ai pas.

    Merci pour cet article qui me donne envie de faire connaissance avec Tom !

    Bises Quichottine

    Trinity

  50. m'annette

    tiens, ça pourrait me plaire….

    m’en vais voir les étagères

    des marchands et libraires….

    Bonne journée

  51. Un petit Tom qui est allé rejoindre mon petit carnet…

  52. Ah Tom Petit homme, Tom….d’une traite jusque très tard…et le livre fermé… ce matin, j’ai relu le dernier chapitre parce qu’hier soir, j’aurai voulu que cela ne s’arrête pas, que la suite que je donnais au livre, j’aurai voulu la voir écrite, là, noir sur blanc! Ce matin…j’ai donc relu le dernier chapitre et la suite est toujours là, dans ma tête, devant mes yeux…L’amour ne peut s’en aller ainsi, sans suite, sans laisser des graines et donner du bonheur….

    Gracias Cariña para este libro soberbio, que me gustó

    • Je suis vraiment contente que ce livre t’ait plu autant qu’à moi… Merci pour ces mots, Mahina.

      Et merci pour cette suite que chacun de nous peut écrire en refermant le livre.

      Une suite heureuse, pleine d’amour.

      Je t’embrasse. Passe une belle journée.