Deux jours

Il reste deux jours, deux petits jours en Quichottinie.

J’ai pesé le pour et le contre, j’ai tout mis dans la balance.

Devant un plateau en équilibre, il m’a fallu me demander ce qui était le plus important, pas pour ceux que j’aime, mais pour moi, pour une fois.

Pour ceux que j’aime, j’aurais dû tout fermer, et oublier ce qui fut moi pendant plus de deux ans… près de trois.

Pour mes visiteurs, j’aurais dû continuer indéfiniment à raconter ces moments d’émotion intense vécus sur leurs pages.

Pour moi… Que fallait-il ?

J’ai tiré à pile ou face… et j’ai pris un troisième chemin.

Une bibliothèque, un jardin, et le temps enfin d’écrire…

Tranquillement, posément, enfin, le plus possible… pour que ce que je laisserai à mes enfants soit autre chose que quelques cahiers pleins d’histoires inachevées.

Ici, au jour le jour, il y aura des nouvelles, des images… un peu de ces petits riens qui comptent tant.

Et puis, un jour, je reviendrai en Quichottinie.

J’ouvrirai ma fenêtre, et, je confierai à l’arbre aux souvenirs d’autres images pour que la dame aux cheveux blancs reste dans nos mémoires.

Photographie de Kri, Janvier 2004

Photographie de Kri, Janvier 2010

Merci à ceux qui me soutiendront ici.

20 réponses à “Deux jours

  1. siempre estare a tu lado…y esperare tus palabras
    besos de tu amigo
    fernando

  2. Je suis à la fois triste et heureuse. Triste parceque je ne trouverai plus chaque matin tes mots en cadeau, très heureuse parce qu’enfin tu as pris la décision de penser à toi.
    Je vais t’imaginer devant ton cahier ou encore ton ordinateur, laissant couler les mots qui deviendront au fil des jours ce roman que nous attendrons…
    Car je t’attendrai patiemment ma douce amie aux cheveux blancs…
    Je viendrai en pensée dans ton joli jardin, sous la fenêtre … Te surveiller.
    Je suis avec toi Quichottine, laisse aller ta plume, cela te va si bien.
    Je t’embrasse fort, très fort, (suis fière de toi!)
    Dame Sophie sous la fenêtre…

    • Les mots seront ici ou dans la bibliothèque… différents, peut-être, mais ne t’en fais pas. Il y aura sans doute autre chose à découvrir, bientôt.

      Merci de me comprendre et de ne pas m’en vouloir d’avoir abandonné ma Quichottinie.

      Je suis heureuse que tu sois fière de moi… j’espère que tu le seras davantage lorsque j’aurai fini.

      Je t’embrasse très, très fort.

      Prends soin de toi.

  3. Nous voilà donc à fermer une porte pour que s’ouvre enfin celle qui nous paraît plus importante.
    Tu fais le bon choix, celui de la conteuse que tu es, de la tisseuse d’histoire que l’on attend.
    Alors je serai là, aussi parce que j’adore t’écouter me raconter des histoires.

    Je t’embrasse très fort ma Quichott’.

  4. Tu ouvres la porte sur le jardin…Je viens partager avec toi le chant des oiseaux, les coucher de soleil et l’odeur des fleurs…C’est vrai, il faut de la sérénité pour écrire, lire ou relire ce qui tient à coeur…Les beaux jours arrivent, là sur la terrasse qui donne sur le jardin, je te vois tracer des lignes et des pages se noircissent……VITA

    • Je savais que tu serais là… tu m’aurais manqué, beaucoup, si je n’avais pas su te retrouver au jardin.

      Les beaux jours arrivent, c’est vrai.

      La douceur du jardin me sera bénéfique. Merci.

  5. ENFIN tu pense à toi !!!!!!!

    C’ est quelque chose qui me fait énormément plaisir !!!!

    Je t’ embrasse très très fort ma future Dame aux cheveux blancs

    • Sourire…Je suis heureuse que ma sœur aînée me soutienne ainsi !

      Te savoir là m’était nécessaire.

      Je t’embrasse très fort, très très fort.

      Merci, ma Clo.

  6. Bravo pour cette décision ! Il y a encore tant de belles choses que tu vas écrire

    pour toi et pour nous.

    Je t’embrasse.

  7. attends! attends! tu dis que tu tires à pile ou face…na,na,na,..et que tu prends un troisième chemin…t’as trichée? y’a que deux chemins pile ou face…alors faudrait voir à voir hen!…bon d’accord y’ le chemin de Yeur, mais celui là : il ne se tire pas à pile ou face…puisqu’il est tout seul….bon! a!!ez! cherche pas plus compliqué, et mène ta route parce qu’au monde au tout jamais : ce que tu fais : c’est pour toi, car à ta place : personne ne peut le faire… une et indivisible, car personne ne peut te remplacer…va ta vie et soit fière de toi. le chemin que tu choisis est le bon, puisqu’il est tien

    • Ben oui, j’ai triché… aucune des solutions ne me plaisait.

      Sourire…

      Oui l’un des chemins ne pouvait pas se discuter.

      Merci pour ton appui, Pat. Je suis vraiment contente que tu sois avec moi.

  8. Il y a mille manières de continuer. Le chemin que tu choisiras sera forcément le bon.

    • Mille, je ne suis pas sûre… mais je vais peut-être arriver à me décider pour l’une ou l’autre…

      J’ai supprimé aujourd’hui l’un de mes espaces…

      S je continue à les supprimer dans leur ordre chronologique de création, le prochain devrait être la Quichottinie. Mais je n’arrive pas à m’y résoudre. Je vais peut-être seulement l’alléger un peu…

       

      Nous verrons bien.

  9. Je serai là, enfin ici, plutôt. Je ne dis rien de plus car je sais que tu as fait un choix et je le respecte.
    Moi aussi, je suis en très grande interrogation. D’ailleurs je ne voyage plus beaucoup sur OB.
    Prends soin de toi, amie Quichottine.

    • Merci, Marie. Te savoir là me fait du bien.

      Je sais que tu m’accompagnes… Ce que j’espère, c’est que tes interrogations ne te conduiront pas trop loin de nous.

      J’aime encore ouvrir des fenêtres, et être charmée par ce que j’y trouve, même si je limite mes voyages, pour me donner ce temps dont j’ai besoin.

       

      Prends soin de toi aussi, mon aminaute.

  10. vavava prends ton temps, peaufine tes histoires et livre nous de jolis textes, et vis !!! pour toi !!!! grosses bises, Dame

    • Merci infiniment, Croc.

      Tu sais qu’il faut du temps… mais je suis heureuse de te savoir au jardin.

      Grosses bises à toi, plein.