Le quichottinier de Christian

Juste avant de vous quitter pour une semaine au loin, je l’avais planté en Quichottinie. Un arbre différent, un arbre à mots, un arbre fait de commentaires déposés au pied des quichottiniers par Christian, le Grillon heureux.

Mais, pour ces mots, je n’avais pas d’image, j’avais donc emprunté l’arbre étoilé de Joëlle.

Depuis, j’ai trouvé sur le blog de Christian un magnifique quichottinier, qui, à lui seul, justifierait un nouvel article.

… Il faut dire que si Christian écrit de bien jolis mots, il prend aussi de belles photographies et c’est un vrai plaisir que d’aller chez lui, de le suivre dans ses promenades, où qu’il aille.

Il partage avec ses visiteurs son amour de la nature. C’est ainsi qu je le ressens, toujours. Il pose sur elle un regard émerveillé, serein… un regard de grillon heureux.

Alors, ne m’en veuillez pas de vous montrer de nouveau aujoud’hui son quichottinier, tel qu’il était au mois de janvier, perdu parmi tous ceux que j’avais plantés à la hâte avant mon départ. Mon article est identique, rien n’a changé, mais, il pourrait aujoud’hui se regarder autrement, à la lumière de son quichottinier.

♦ ♦ ♦

– Dis… Pourquoi tu nous montres une photo de Joëlle pour nous présenter le quichottinier de Chistian ?
Il ne sait pas dessiner ?

Mais si, bien sûr !
Mais il dessine avec des mots… alors, comme pour celui de Galet, je suis allée chercher une image.

Je l’ai trouvée chez Joëlle… Un arbre magnifique, un peu magique, un arbre étoilé pour m’y abriter tout en écoutant les mots de Christian.

100119 Joelle Chen Etoiles-d-arbre
Je ne vais pas tous vous les montrer, il y en a, ici où là, parmi mes commentaires, mais je vais noter ici ceux qui « racontent » le quichottinier.

Nom d’une Esquichottinade, voila que je cherche comment insérer une image depuis mon blog sans succès.

J’ai connu l’arbre à soucis, où j’accrochais mes ennuis de la journée à l’entrée du terrier pour les reprendre au matin, l’arbre à pain de Martinique qui évitait de passer chez le boulanger, l’arbre à mystères d’où sortait la baleine bleue volante qui atterrissait dans le bois voisin, où nous allions la rechercher, mon petit fils et moi, entouré de chevaliers et de gremlins aux ailles rouges.

Voila que tu te poses sur un quichottinier à rubans roses, au milieu d’une classe de tourterelles espiègles perchées n’écoutant pas leur hibou de professeur.  Il n’est pas très touffu, cet arbre, aux branches basses permettant d’y faire le poirier, et chante en clef de fa une sardane lorsque le vent d’Espagne lui bâtit un château de feuilles.

Tu vois, si j’avais pu, je te l’aurai dessiné !

Bises du grillon Commentaire n°53 posté par Christian le 08/01/2010 à 09h10

Il n’avait pas fait de dessin, mais il me l’avait offert, en mots, comme d’autres mais avec sa verve de Grillon heureux.

Bonjour

Hier, j’avais fait fleurir un quichottinier des sables, garni de corail  et de murmures. Il s’est évaporé entre NT et OB, dans la tourmente de neige et vogue, seul arbre satellite quelque part dans l’univers des blogs.

Aussi, ce matin j’inscris ce commentaire dans une tablette d’argile, modeste adepte de Rodin ou César, pour la hisser jusqu’à toi, qui nous fait vivre d’imaginaire et de poèsie. 

L’image m’a renvoyé en flash le titre d’un excellent livre : Balzac et la tailleuse chinoise ! Est-ce l’association de la jeune femme au ciseau et le nom de Chen ?
Il y a dans l’obstination de ton conte la même force que l’héroïne du livre.

Un de tes contes m’emmène rêver au loin, me décolle du réel et me fait voguer.

J’atterris toujours plus léger qu’au départ !

Bonne journée

Le grillon

Commentaire n°16 posté par Christian le 09/01/2010 à 11h28

L’article avait changé en première page et Christian ne retrouvait pas son commentaire parmi les nombreux mots reçus.
J’étais contente de voir que ma Tailleuse de pierre lui avait plu.

Le lendemain, il a été l’un des rares à comprendre que derrière la fenêtre de la dame aux cheveux blancs, l’arbre à souvenirs, l’arbre de l’évasion, pouvait être mon arbre à moi, mon quichottinier.

Bonjour Quichottine,

Le début d’une histoire nous offre un volet ouvert sur l’envol vers l’arbre aux souvenirs, vers l’imaginaire couleur marelle et cerisiers blancs, avec le petit prince et une corde à sauter comme témoins.

Mais le volet se referme sur l’inachevé, ou plutôt sur plusieurs chemins inexplorés. Que se passe-t-il entre « la séparaient du sol » et « Ce ne sera pas encore aujourd’hui » ??? J’imagine à tour à tour la chute ou l’envol, le rêve ou le réveil.

Qu’il y a-t-il derrière les carreaux soleil d’un volet clos ?

Bises du grillon

Commentaire n°14 posté par Christian le 11/01/2010 à 08h35

Il trouva même une explication convenable pour ma passoire et la façon dont je la portais !

Bonjour Quichottine,

Te voila maintenant avec des antennes permanentes, à la manière des petites filles africaines coiffées  en mappemondes réceptrices !  

Imagine que les ondes des blogs  convergent vers l’arbre, captées dans un premier temps par sa ramure, puis redirigée vers cette passoire miracle.

Je vais voir plus loin si je peux me brancher correctement !

Un grillon avec seulement deux antennes !

Commentaire n°59 posté par Christian le 17/01/10 jours à 19h02

Christian, c’est un grillon, il sait même observer ce qui se passe dans les arbres lorsqu’ils sont assez grands !

Bonsoir,

Les histoires à tiroirs, j’aime beaucoup les écouter quand le vent souffle et siffle sous les tuiles, curieux lui aussi et demandant de les emporter avec lui.

Des arbres eux aussi à tiroirs où l’on pe
ut dormir debout, quelle chance !

J’ai connu dans le grand parc de Londres, Hyde Park, un arbre si creux qu’un couple pouvait y pénétrer et s’y tenir  debout à deux. Mais chut, le lutin vert a des oreilles trop chastes pour savoir que l’on n’y dormait guère ! 

Bises du grillon

Commentaire n°44 posté par Christian le 17/01/10 jours à 21h00

Le commentaire suivant fut celui qui décida de ce billet-ci. Il ne fallait surtout pas que les mots du grillon se perdent dans les pages cachées de la Quichottinie, celles que si peu lisent, par manque de temps et non d’envie.

Un jour, un dictionnaire tomba amoureux d’une simple feuille blanche comme lys. Depuis ce jour là, il cessa de broyer du noir dans ses pages. 

Il lui envoya une lettre, le A comme amour qui la laissa toute chiffonnée de bonheur. 

Et ils s’unirent pour parcourir ensemble les parchemins de la vie, au mépris des palimpsestes et autres vélins jaloux.

Elle ne tarda pas à être pamphlétaire au bout de quelques mois et ils se lancèrent dans la culture ! Ils eurent le bonheur d’éditer de nombreuses feuilles de choux, quelques  navets, mais  heureusement des tomes de grande qualité couronnés par le prix des Bouquinistes de la ville de Quichotie, province de l’Osterblog. 

Je crois qu’ils demeurent aujourd’hui au 2 rameau de droite, 4ème branche basse, rue de la Marmotte à  Quichotville sur Songes.  

Le grillon

Commentaire n°52 posté par Christian le 17/01/10 à 21h29

Il m’a promis de nourrir mon quichottinier de chatouilles et de fous-rires… Vous y croyez, vous ? Moi, oui.

Christian, le Grillon heureux, c’est un merveilleux aminaute, savez-vous ?
Quelqu’un de sensible, de sincère… et, lorsqu’il m’a dit qu’il n’avait plus rien à dire, j’ai su qu’il était temps de montrer son quichottinier, celui, si fort, des jours heureux.

Bonsoir Quichottine,

Après le conte de Galet, je n’ai plus rien à dire, il a gardé l’âme d’un enfant pour inventer des histoires aussi belles que je m’en souviens de bout en bout après les avoir lus une fois.
 
Peux-tu lui transmettre mon admiration.

Les pins tordus de Chris Branruz sont des malheureux qui ont peur de la mer, qui savent qu’ils sont condamnés par la prochaine tempête, se jetant en arrière pour les plus menacés.

Une image bien sombre pour moi, qui ne connais pas le peintre et qui espère qu’il va bien, en bonne santé.

Le grillon qui a reculé devant ce tableau.

Commentaire n°30 posté par Christian hier à 21h50

Merci d’être là, tel Jiminy Cricket, la conscience de Pinocchio, tu sauras nous protéger de ces « trop » qui envahissent parfois nos pensées.

N’aie aucune crainte, Christian, il y a des arbres que l’on ne pourra jamais déraciner.

74 réponses à “Le quichottinier de Christian

  1. Devant Galet, j’étais muet d’admiration. Ici, je le suis de surprise.

    Continue à me faire rêver, j’aime bien t’écrire au petit matin quand je ne suis pas encore réveillé, mais si heureux d’être à nouveau vivant un jour de plus !

    Bises du grillon.

    • Que dire ?

      Un grand merci, pour toi, Christian. Pour ces mots laissés, qui me font tant plaisir.

      Je ne pensais pas te laisser muet, mais je suis heureuse que ma surprise t’ait plu.

  2. J’espère que cette absence ne se fait pas « à l’insu de ton plein gré »! Si elle est escapade, je la souhaite magnifique. Si elle est subie, qu’elle te soit la plus légère possible. Et ne t’inquiète pas : je suis comme la mauvaise herbe, je m’accroche ! A très vite.

    • Merci pour ce moment où tu t’es interrogée…

      J’ai passé du temps chez les miens, sans le Web, ou du moins sans pouvoir m’installer tranquillement devant un ordinateur… donc, sans blog.

      Je me suis rendue compte que ce n’était pas si facile. Je crois que l’on s’attache à ces petits messages reçus, ces gentillesses de chaque jour qui font chaud au cœur.

      Je suis contente de voir que tu t’es accrochée…

      Merci d’être là.

  3. Bravo à toi Quichottine qui sait mettre en valeur les superbes commentaires de Grillon. Reviens nous vite !
    Brigitte

  4. Christian parle de différents arbres, mais savait-il qu’il existe également « l’arbre à mouchoir » ? Si, si, c’est vrai, ça n’est même pas une plaisanterie…

    • J’ignore s’il le savait… J’ai vu des choses très bizarres sur les arbres aussi… Des objets disparates…

      J’aime bien aussi les arbres à poèmes qui fleurissent au mois de mars…

      (pour l’arbre à mouchoirs, je viens de le découvrir.)

  5. Oui, c’est bien lui, « l’arbre à mouchoirs » !

  6. Le Quichottinier de mots du premier commentaire de Christian me plait beaucoup mais je comprends que tu les aies mis tous et que tu aies du mal à choisir. Bises

  7. Je vois que même partie pour quelques jours tu n’oublies pas tes fidèles lecteur ma chère Quichottine, c’est adorable.
    Gros bisous à toi et douce semaine au loin,
    Syl

    • Merci pour ces mots…

      Tu sais, depuis que tu as déménagé, c’est beaucoup moins facile…
      Mais je passe aussi, tu as mis des photos de ciels absolument splendides !

      Gros bisous à toi aussi. Merci.

  8. je m’aperçois que tes quichottiniers font naître des « écrivains » ….rires !!! Belle semaine Quichottine, ton domaine devient très célébre !!!! Bises  de nous deux !!

  9. Un quichottinier qui se nourrit de chatouillis et de fous rires…quelle excellente nourriture…J’ai découvert christian il y a quelques jours et j’en suis ravie…Merci quichottine pour ce bel article

  10. La forêt de quichottiniers continue de pousser .. Même les arbres morts reprennent vie

  11. Le quichottinier-mots de Christian est un arbre de vie, un arbre nourricier qui va distiller ses chatouilles et ses fous-rires pour que tous, en Quichottinie, s’abreuvent de bonne humeur et s’étourdissent de plaisir, en consommant sans modération !

    • J’aime beaucoup l’idée d’un arbre nourricier.

      Et celui de Christian me convient tout à fait… Nous avons tous besoin de bonne humeur.

  12. Une découverte exceptionnelle grâce à toi Quichottine, on se sent bien petit devant Christian.
    Gros bisous

  13. Ah oui, je me souviens parfaitement de lui.
    Gros bisous, amitiés, Flo

  14. Je viens te souhaiter un bon début de semaine ma douce Quichottine et ce matin nous avons grand soleil.. d’ailleurs je t’envoie quelques rayons pour qu’ils transpercent ton arbre magique. Je me suis régalée à lire les commentaires de Christian..
    La barre n’est plus, paix à son âme … ouffffff
    mille baisers affectueux
    le matelot de la terre ferme

    • Nous n’avons pas de soleil aujourd’hui ici… mais j’en avais peut-être avant-hier, lorsque tu m’as laissé ce gentil message.

      Les commentaires de Christian sont extraordinnaires.

      La barre est revenue… et avec elle tous les ennuis.

      Mille baiser à toi.

  15. Oui, Quichottine, le grillon heureux dépose des commentaires qui sont émouvants et méritent d’être retenus dans la forêt des quchottiniers. Tu as bien fait.
    Belle journée. BISOUS.

  16. Quelle belle crinière flamboyante !

  17. on ne t’oublie mais ici c’est un peu la folie ces derniers jours
    passe de bonne vacance a très bientot

  18. Imagination, tu m’emerveilles…
    Florence

  19. Merci, mais n’en rajoute pas trop, tu vas me faire grossir !

    Bises

    • Mais non… Je ne le voudrais pas.

      Je n’ai fait que remontrer ton quichottinier… Mais je n’ai pas fait plus pour toi que pour tous ceux dont j’avais publié les quichottiniers avant de m’absenter au mois de janvier.

      Trop de publications simultanées nuisent à la visibilité de chacune.

      Mais je suis contente, vois-tu, parce que, du coup, j’ai pu ajouter l’adresse de ta photographie.

      Fais bon voyage, Christian, et encore merci, pour ta présence ici et tous les mots offerts.
      Bises à vous deux.

  20. Bravo, ils sont trops … les quichottiniers !

  21. Merci Quichottine d’être passée et d’avoir fait ces quelques pas dans la nuit ;demain sera peut-être bleu comme tous les arbres de ta quichottineraie !
    bises et que ta nuit soit belle

  22. On ressent la sincérité et le douceur dans les mots de Christian
    Et tu as raison, certains arbres ne seront jamais déracinés, certains arbres ne mouront jamais

    Bisous Quichottine

    • Certains ne mourront pas… mais qu’en est-il des autres, de ceux qui étaient un peu plus fragiles, plus tendres, plus sensibles ? Je ne sais pas.

      Bises à toi, Corinne. Merci d’être là.

  23. Ce soir je n’ai pas pu suivre ton lien il est bien tard.
    Voilà encore de bien jolis mots déposés par Christian, il sait très bien décrire les arbres et tu sais mettre ces mots en valeur.
    Je t’ai envoyé un mail, la réponse était trop longue.
    Gros bisous Quichottine

  24. Il a de très beaux mots Christian et mérite une belle place dans ta quichottineraie.

  25. Mistigris

    Bonjour quichottine, merci de répondre c’est trés gentil, je re-découvre Christian
    tu as raison d’y revenir, c’est un vrai délice ! voilà juste pour te dire BRAVO-MIAOUUUUUUUUUUUU!!!!!!!! Bonne journée

    • Merci, Mistigris. C’est bien normal que je réponde… et je suis désolée de le faire avec tant de retard.

      Merci pour Chistian.

      Bonne soirée à toi.

  26. J’aime beaucop les couleurs de ce quichottinier chaudes et vivantes ..
    Il parle bien Christian, c’est un plaisir de le lire!
    Bonne promenade;
    Oui,OB est très capricieux ces jours-ci!mpossible de laisser des coms .. 
    bisous

    • J’aimerais pouvoir l’écouter… Il doit savoir charmer son auditoire, même de vive voix.

      Impossible… et de quoi s’arracher les cheveux sur certains serveurs, la navigation est impossible.

      Bisous et merci d’avoir insisté, Fanfan.

  27. Et une nouvelle fois, sans que cela étonne qui que ce soit, AneverBeen s’est laissé prendre aux mots posés et présentés par Quichottine ; les siens comme ceux de son aminaute Christian qui, ma foi, fait preuve de grande imagination en plus de savoir manier la plume tel un réel écrivain !
    Il y ait des personnes qui écrivent, plus ou moins bien… D’autres qui écrivent avec plus d’aisance… Et d’autres, encore, qui font plus qu’écrire et sembent devenir leur propre plume.

    Bonne journée à Quichottine.

  28. Petite Elfe

    Merci d’avoir mis ici ces mots que tu as écrits sous ce quichottinier arrivé par la mer un après-midi d’hiver.
    Bonne soirée.

    • Ton quichottinier avait beaucoup voyagé… j’ai adoré ce que tu en as fait et je sais que les mots que je t’ai laissés juste après t’avoir lue sont ceux de l’instant, écrits sous l’émotion.

      Jamais je ne pourrais les récrire.

      Merci.

  29. Oui, je garde encore la barre pour le sondage!
    Après je pense que « not to barre »
    bonne soirée
    bises!

    • Je l’ai ôté… le sondage, c’est surtout pour faire réagir ceux qui pour l’instant l’ont encore.

      Merci, Fancri. Bises à toi.

  30. et je redis que ce feuillage aérien et enflammé est un bonheur des yeux……….bonne journée, Madame

  31. Tant d’ imagination poétique me subjugue .
    Je vais voir le grillon
    Bisous ma Quich’ et profite-bien de cette escapade

  32. Je viens de passer un bout de temps sur le blog de Christian, et j’ai même recopié une recette qu’il donne, j’aime beaucoup ce qu’il fait, merci de nous avoir guidés vers son site.
    Gros bisous de nuit à toi Quichottine 

    • Merci pour lui…

      Le blog de Christian mérite le détour, j’adore m’y rendre.

      Gros bisous d’un peu plus tard…

  33. annielamarmotte

    Bon Voyage Quichottine et à bientôt

    • Sourire… Mon voyage était passé lorsque j’ai republié le quichottinier de Christian…

      Le prochain voyage, ce sera bientôt.

  34. Alors grand merci à Christian qui sait mettre en mots les branches de la quichottineraie.

    Bisous plein ma Quichott’.

  35. Un coucou en passant revoir ce quichottinier

  36. Petite Elfe...en...pause

    J’ai suivi le lien…. …..
    Et j’ai découvert de magnifiques paysages de glace… entre autres…
    Et je te fais juste un petit coucou du soir.
    Et je ne sais ce qu’il se passe… Mon blog est tout le temps en maintenance.. Bizarre…
    Bonne soirée.

    PS- Je t’ai fait un petit clin d’oeil sur mon blog en pause…

    • Merci !

      Trop de bugs seront la mort de certains par ici… c’est si difficile de retrouver le bonheur de partager quand on ferme les portes de nos blogs préférés.

      Je vais remettre ici ce que j’ai écrit chez toi, ton montage mots/images est si beau ! C’est un merveilleux quichottinier.

      Que te dire ?

      Tant qu’il y aura des poètes pour écrire sur le sable les mots que la mer emportera, tant qu’il y aura des arbres pour abriter les oiseaux, pour chanter avec eux la mélodie du vent, tant que la liberté leur sera donnée de voyager au fil de l’eau, au fil du temps, tant qu’ils pourront retrouver leur rivage, pour une dernière prière ou un dernier récit…

      Nous, nous pourrons rêver à ces mots merveilleux, posés comme un cadeau, posés, si légers et si lourds, si tendres aussi, ces mots que l’on découvre au hasard d’un partage, gravés sur le chemin d’un éternel voyage sur un sentier bordé de fenêtres ouvertes.

      Regard au coeur, mots en volée, images… et cette musique qui dit que l’arbre qui voyage un jour nous reviendra.

      Merci, Petite Elfe, pour ce merveilleux quichottinier.
      Je t’embrasse fort.

      Commentaire n°2 posté par Quichottine le 15/02/09 à 19h48
  37. Brigitte L.

    Ils sont tous plus beaux les uns que les autres.Tu as compté tous les spécimens de ta quichottineraie?
    Bises!