Le pourquoi et le comment

C’est Chantal qui réveilla Patriarch…

Forcément. Comment voulez-vous pouvoir dormir alors qu’une femme – montagnarde de surcroît – se met à crier à vos oreilles ? Impossible !

Vous vous souvenez ? C’était .
Sa chute l’avait conduite dans la cave où Patriarch dormait. Il lui avait dit de se taire parce qu’il revenait….

Il ? Ce n’était pas le lutin vert, alors, qui était-ce ?

Patriarch avait descendu de son plein gré l’escalier de la cave… Mais il ne pensait pas qu’il s’écroulerait sous lui et qu’il ne pourrait pas remonter.

Pour l’heure, il réfléchissait à son problème… Pourquoi étaient-ils coincés là ?

Lui, c’était simple, il avait eu soif… Mais Chantal ? Comment était-elle là ?

– Comment es-tu arrivée ?

– Je suis tombée dans un grand trou noir…

– Un trou noir obéien ?

– Oui, mais ce que je ne sais pas, c’est pourquoi je suis là !…

– Pourquoi ? Je ne sais pas… Tu sais bien que les voies obéiennes sont impénétrables ! Le principal, c’est de partir avant qu’il ne soit là !

– Qui ?

Elle s’inquiétait ! Patriarch se sentait l’âme d’un héros… mais un peu hors norme quand même.

– Bruno.

– Bruno ? Mais c’est un blogopote ! Il ne ferait pas de mal à une mouche !

– Mais si… Chut ! Je me souviens… Je me demandais ce que j’allais faire à la cave… Mais je n’avais pas soif. Je voulais trouver une excuse pour m’éloigner.

– Pourquoi ?

– Parce qu’il m’avait demandé de rédiger mon testament ! Il m’a semblé que c’était une idée bizarre…

– Ton testament ? Tu as pensé qu’il voulait te tuer ?

– Pourquoi m’aurait-il demandé de l’écrire sinon ? Je n’ai rien à léguer… Pas même un des lutins de Quichottine.

– Tu aurais pu inventer.

– Inventer quoi ? J’aurais pu léguer au ciel les nuages, au gazon les pâquerettes, au ruisseau quelques galets bien polis…

– C’est déjà quelque chose !

– J’aurais pu léguer à la plage un plein panier de coquillages…

– Tu vois, ce n’est pas rien !

– Et puis, aux cailloux du chemin, quelques grains de sable…

– Alors, pourquoi ne l’as-tu pas fait ?

– Chut ! Écoute ! Il est là…

Au-dessus d’eux, dans le moulin, la musique était revenue, douce, si douce… un peu triste. Mais où était le maître des lieux ?

Patriarch fouillait des yeux l’obscurité de la cave. N’y aurait-il pas un chemin ? Une lueur ?

C’est alors que Chantal aperçut deux petites émeraudes qui brillaient.

– Regarde, il y a un chat !

– Un chat ? Mais non ! Ce n’est pas un chat ! C’est un lutin !

– Petit, Petit…

– Chut ! Tu vas le vexer !

Le lutin s’approcha… Il avait senti un arôme bien particulier…

– Mais que cherche-t-il ? Je ne veux pas qu’il fouille dans mon sac !

– Qu’est-ce que tu y as mis ?

– De la vache qui rit !

– ?

Patriarch était abasourdi. De la vache qui rit ? Dans le sac de Chantal ? Décidément ! Il aurait tout vu !

– Pourquoi mets-tu du fromage dans ton sac à main ?

– Je devais l’apporter à Quichottine de la part de Liza.

– Pourquoi ?

– Parce qu’elle avait gagné un concours.

Tandis qu’ils discutaient ainsi, le lutin s’était emparé du paquet. Il en sortit une boîte enrubannée.


– Si tu veux le fromage, tu dois d’abord nous faire sortir d’ici !

Le lutin s’agrippait à la boîte, mais Chantal ne lâchait pas prise.

– Tu dois…

Chantal ne finit pas sa phrase. Le lutin leur avait jeté une pincée de poudre d’or… Oh ! Pas beaucoup, si peu qu’ils ne l’avaient même pas vue briller dans la nuit.

Ils se retrouvèrent comme par miracle devant le bureau de Quichottine, le moulin était loin, leurs hôtes aussi.

– Eh bien ? Vous voilà donc ?

Les yeux de Quichottine riaient.

– Mais ? Comment sommes-nous arrivés là ?

– C’est la magie de la poudre d’or… Il faudra me raconter ce que vous avez fait. Aujourd’hui, je suis fatiguée. Tu n’avais pas un paquet à me remettre ?

Chantal ne savait plus où se mettre. Patriarch, lui, éclata franchement.

– Je te l’ai pris en photo, moi, ton lutin ! Juste avant qu’il ne parte avec tes portions de fromage.

– Tu as photographié mon lutin ?

– Oui, le voilà !

Et Patriarch, fier comme un pape au lendemain de son élection lui remit la photo.

Quichottine sourit… Ce n’était pas son lutin vert, mais l’un des lutins de Liza. Même s’il ne restait plus que cette photographie, c’était un beau cadeau!

– Mais si ce n’est pas le lutin vert ? Où est-il ?

– Il n’a jamais quitté la bibliothèque. Polly l’avait deviné, dès le premier jour… Souvenez-vous, elle avait dit :

Comment va Liza?
J’espère qu’on est arrivé à la réanimer.

C’est incroyable comme tu as su animer tout un chacun.

Mais Quichott’, as-tu regardé dans tes tableaux? Tu sais bien que parfois ils savent s’y fondre, à moins qu’ils ne soient dans la vallée perdue.

Une tite intuition comme ça… à vérifier.

Je t’embrasse conteuse de mes matins. Commentaire n° 5 posté par Polly le 08/10/09 à 06h48

C’était vrai… Il était dans un tableau. Mais je vous le montrerai un peu plus tard… un autre jour.

Merci à Chantal74 et Patriarch pour leur participation, à Bruno pour le testament qu’il nous a demandé de rédiger, à Polly pour avoir donné la clef de l’énigme et à Liza pour le paquet reçu ces jours-ci et qui va me permettre de goûter à la « vache qui rit » grecque.

Merci à vous tous qui êtes passés cette semaine et qui m’avaient aidée à rédiger ce conte à plusieurs mains.

104 réponses à “Le pourquoi et le comment

  1. Voilà, j’avais tout bêtement raté le lien ! Cachottine Quichottine pour qui la moindre histoire (et celle-ci n’est pas des moindres) est prétexte à nous envoyer sur les chemins les plus directs pour aller visiter ses blogopotes ! Je ne m’en plainds jamais, il y a temps à découvrir ! Par contre, je tiens peut-être là l’explication de la lenteur de distribution de mon courrier certains jours… Et si la semaine prochaine je croise la route d’une boîte à Vache grecque, sûre je la ramène à mes trois Schroumff qui adorent çà !

    • Non, je crois que lorsque tu es passée, le lien n’était pas encore là.

      Le courrier est aléatoire… et pas seulement à cause des paquets de Liza.

      J’aime bien « cachottine »… je vais m’en resservir un jour.

  2. Et bien, tu peux demander des droits d’auteur !!!!! Rires !!

    Bonne fin de journée chez toi. Bises de nous deux.

  3. Heureuse de te retrouver aux portes de l’imaginaire mais toujours sur le chemin de l’amitié ! merci Quichottine de ta visite dès mon retour; très belle soirée à toi!

  4. et voilà un conte peut-être bien écrit à plusieurs mains mais quand même av ec une main directrice qui tient magistralement les rênes

  5. mistigris

    MIAOUUUUUUUUUUU!!!!!!!!!!! que c’est beau ! non non je ne l’ai pas croqué le lutin vert, mais j’aimerai bien …le rencontrer un jour, juste pour discuter, comme çà ! mille merci Quichottine, c’est vraiment génial, je reviendrai pour une autre histoire, aussi jolie, miaouuuuuuuuuuu!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    • Merci, Mistigri.

      Je suis contente que ça t’ait plu.

      Le prochaine histoire ne sera pas pour tout de suite… mais il y en aura d’autres.

  6. Elle finit joliment ton histoire de Lutin, ce Lutin chapardeur qu’il faut gronder, un petit peu…Non mais quel toupet !

  7. Bonne semaine, Quichottine, et concoctes nous un autre conte pour ces jours ci !! J’aime bien retourner à la maternelle !!!

    Bises de nous deux.

    • Sourire… Pas tout de suite, Patriarch.

      Mais c’est promis, tu auras d’autres histoires.

      Dans les jours qui viennent, je vais plutôt t’emmener avec moi à la fac… Tu veux bien ?

      Bisous à vous deux.

  8. Et pendant ce temps la la vache en a marre de se marrer sans cesse…. La poudre d’or lui est rentré dans les yeux et l’a transformé en vache qui pleure…. Bisous

  9. Voilà une blogohistoire qui tient un peu plus la route que les miennes !
    Quoi qu’il en soit, j’adore ce genre de partage inter-blogs.

    Bon début de seaine à toi ô reine des contes.
    Bisous

    • Elle est seulement différente des tiennes…Elles tiennent la route aussi !

      Je suis heureuse que ça t’ait plu. Merci; Léa.

      Bonne semaine à toi. Bisous.

  10. J’espère que ton problème s’est arrangé. OB était très ralenti depuis une semaine et je n’arrivais pas à poser de commentaires. Bonne semaine Quiqui.

    • Over-FAQ a fait le nécessaire, le commentaire et sa réponse ont été supprimés. Ouf !

      Je pense qu’il n’y aura plus de problème. Merci.

      Bonne semaine à toi aussi, LLT.

  11. Ce n’est pas tout à fait un lutin mais un « karagiosis » – personnage principal du théâtre de marionnettes très populaire ici …

    • Ah… Merci !

      Je ne connais pas du tout… alors, j’apprends grâce à toi.
      C’est joli comme nom !

      (Mon mari m’a demandé la traduction de ce qu’il y avait autour de ton image… je n’ai pas su répondre. Tu me diras ?)

  12. que de lutins intéressants sur ta planète!

    • C’est vrai… il y en a de nombreux. Mais je vais faire un peu la pause-lutin pour revenir à des lectures plus sérieuses.

      Bonne soirée, Edith.

  13. J’étais tellement pressée de te répondre, que j’ai fait « de glosses fotes » que je viens seulement de voir… Blogbises

  14. Encore une fois, bravo à tous
    Gros bisous, amitiés, Flo

  15. Bonjour,

    merci pour ton passage chez moi. Ton nom ne m’est évidemment pas inconnu. Et ton blog est super-poétique.

    dominique

    • J’ai suivi le chemin indiqué par Muad. Mais je sais que j’étais déjà allée chez toi.

      Merci, Dominique. Passe une belle soirée.

  16. je te souhaite une belle journée. bises

  17. Un lutin gourmand… c’est encore plus mignon !
    Et les yeux ? Pas de doute possible, c’était ceux du lutin ? Ce n’est pas le chat fantasque marqué d’un coup de pinceau noir sur le museau ?  

  18. Mais… Qu’est-ce qu’un grand trou obéien ?
    Peux-tu éclairer ma lanterne ? Sinon je vais avoir trop peur en pensant à ce trou noir ! 

    • C’est celui où disparaissent certains blogs… ou certains commentaires, au moment où l’on s’y attend le moins.

      Aucun souci pour toi, Marie. Tu ne risques pas d’y tomber : il n’y a pas de lutin farceur dans ton entourage… à moins que… 

  19. C’était un beau conte. Si les lutins aiment la Vache qui rit on saura comment les retrouver à l’avenir. Bonne journée.

    • Il suffira d’en mettre une boîte pas trop loin…

      Mais ils sont aussi très fantasques, je ne sais pas si ce qui a marché une fois marchera encore la fois suivante…

      Bonne soirée, Solange. Merci.

  20. Chapeau bas Mme la conteuse, tu mêles les écrits, les articles et les défis de tes amis dans une délirante histoire, tu as vraiment inventé un nouveau genre d’écriture interactive…j’en suis tout « lutinoquichottiné »

    Gros bisous

  21. une belle fin…et un joli partage!
    belle soirée a toi

  22. Si tu veux la traduction de ce qui est sur la boîte de vache qui rit c’est « Source naturelle de calcium » ..;
    Si c’est ailleurs, indique-moi où car je en vois rien d’autre …

    • Non, je voudrais la traduction de ce qu’il y a sur ton image.

      Οχαραγχιόξηςσχουπιδιάρης (c’est au dessus du dessin, en grand, et cela semble être un seul mot.)

      Ναύπλιογ’93 (c’est écrit en bas et à gauche, sous le dessin. Il s’agit peut-être de la date… )

      Ομάδα παιδιών « Φίλοι Πελοποννησιακού Λαογραφικού Ιδρύματος » (Là, c’est écrit en bas aussi, mais à droite.)

      Voilà, si tu peux me dire, c’est bien, sinon, ce n’est pas grave. Je ne crois pas avoir fait de faute en recopiant…

      Mais j’ignore comment sortiront les « caractères spéciaux » Enfin, ce sera peut-être lisible pour toi…

  23. je savais bien qu’il n’était pas parti il est trop bien chez quichottine en tous cas moi je ne serais pas parti je resterais la à écouter ses histoires

    besos
    tilk

  24. Bonsoir Quichottine et merci pour tes belles histoires qui font rêver… Bonne soirée à toi et amitiés

  25. Coucou mon amie,

    Me revoici, un peu perdue ce matin…Il me faut lire toutes les parutions pour me retrouver .
    Je vais le faire doucement mais avant de me retirer doucement, je te dis merci pour le commentaire laissé à la petite maison.
    Je suis contente de te retrouver tu sais…
    A très bientôt, je suis là tout près

    Dame Sophie t’embrasse fort, très fort.

    • Coucou Dame Sophie !

      Que je suis contente de te revoir !

      Prends ton temps, ne t’en fais pas… je ne vais pas te mettre aux travaux forcés. Je ne t’en voudrai pas de ne pas pouvoir tout lire !

      Merci à toi pour ta présence aujourd’hui.

      Je t’embrasse fort.

  26. ce qu etu m’as fait rire avec cette histoire surtout le passage avec la vache qui rit, le délice de mon petit (il me mange des boites et des boites). Et puis la vache va bientôt fêter ses 90 ans !!

    • Mon fils adorait… et j’en ai acheté longtemps, rien que pour lui.

      Moi, ce qui me plaît, c’est ce sourire immuable. Une vache de bonne humeur depuis quatre-vingt-dix ans, ça vaut la peine d’en parler !

  27. ce n’était pas un bug Quiche, c’est moi qui me suis embrouillé les pédales …j’ai préparé un article sans mettre la date il est donc sorti avant, j’ai corrigé presque de suite  mais le mal était fait !!!
    bises

    • Vu… mais de toute façon, il y a beaucoup de choses qui ont du mal à retrouver un fonctionnement correct en ce moment… et ce n’est pas forcément la faute d’OB et de son staff. Ils font ce qu’ils peuvent je crois.

      L’informatique est un vrai mystère pour moi…

      Bises à toi.

  28. je connais Liza, je reconnais le lutin mais alors qui est dans la boite de vache qui rit!

    • Dans la boîte de vache qui rit ?

      Bonne question. Je crois qu’il n’y avait que du fromage. Je vais tester l’une des recettes de Liza pour voir si le fromage grec leur donne un arôme particulier.

  29. Et bien quelque fois on cherche bien loin ce qu’il y a sous notre nez, la preuve est encore faite ^_^ Tu as une imagination débordante, tu me fais penser a ma fille,quand elle était petite elle ne s’ennuyait jamais. toujours a mettre en scène ses poupées, et a leur inventer des histoires . je suis sure que tu ne t’ennuyais pas toi non plus petite 😉

    • Je ne m’ennuie jamais…Même encore aujourd’hui. Pourtant, mon imagination me joue des tours si j’en crois ceux qui vivent avec moi.

      Merci pour tes mots, Loralia. Ta longue visite m’a fait plaisir !

  30. je me suis délectée et est découvert une bien joli communauté de mots, merci à toi, l’amie quichottine …

  31. alors c’est fini? déjà? J’aurais bien aimé que l’histoire soit plus longue ..
    J’ai attendu pour lire la fin … pour garder un peu de rêve  dans ma tête!! ; Polly avait bien deviné !!  il nous a bien fait marcher ce petit lutin vert!!
     bises

    • C’est fini, oui… mais ne t’en fais pas, tu auras encore de quoi lire !

      Les lutins ont plein d’aventures… et vous ne les connaissez pas tous (les lutins).

      Merci, Fanfan, pour ta présence auprès de moi.

  32. Nous retrouvons chez Quichottine la boîte à vache qui rit grecque gagné lors d’un concours de boite à fomage relooké proposé chez Lizagrece…
    Quelle sympathique retrouvaille…
    Le lutin voleur était donc un adepte de fromage… crèmeux si ce n’est fondu !

  33. Dans l’ordre pour en revenir à la traduction du grec au français cette fois :
    – 1- (C’est le nom du personnage de théâtre de marionnettes, soit en traduction littérale ): « Karagiosis l’Eboueur »
    -2- Nauplie ’93 ( la ville et l’année où a été fait le dessin)
    -3- Groupe d’enfant « Amis du groupe de dessin populaire du Péloponnèse » (groupe auteur du dessin)

    J’ai trouvé cette reproduction au Musée populaire de la ville de Nafplio (Nauplie) – je trouvais qu’il y avait un rapport entre ce personnage et Don Quichotte –
    Bises

    • Merci pour cette traduction, Liza…

      Ouf ! J’avais eu peur que tu ne puises pas accéder aux caractères spéciaux correctement.

      Il faudra que je me renseigne davantage sur lui.

      Bisous tout plein.

  34. hihi..le testament ! sacré Bruno, moi aussi j’ai fait ce fichu testament…et figures-toi qu’en l’écrivant je pensais que j’avais déjà fait des textes qui s’étaient réalisés, heureusement qu’il était loufoque ça va peut-être me sauver…c’est comme les 10 commandements… là par contre j’ai triché un peu et je me suis marrée… bisous Quichottine bonne soirée, toujours agréable de suivre ton lutin…

    • Comme tu dis… Sacré Bruno ! Mais je l’aime bien, même si j’ai décidé de ne pas faire partie de sa communauté.

      Bisous à toi, Bigornette. Bonne soirée.

  35. Tu es trop toi tu sais…

  36. Sacré lutin…quand je pense qu’il nous a tous fait courir partout!!Qu’on s’est fait du souci pour rien et lui, tranquillou, il s’était fondu dans les couleurs d’un tableau de la bibliothèque…!!! C’est une très jolie fin, enfin à moi, elle me plaît!

  37. Bonjour douce Quichottine, enfin je sais ce que je faisais dans cette cave humide  et rassurée que Patriarch ne m’avait pas entraîné là avec de mauvaises intentions  qu’aurait dit sa charmante épouse… et quand je pense que le lutin de Liza est parti avec ma boite de vache qui rit, moi qui adore ça.. c’est un comble.
    Mais je suis triste que ce n’était pas le lutin vert.
    Merci à toi merveilleuse conteuse et je raconterai à mes petits enfants, (si j’en ai un jour ) que je fus l’héroïne d’une belle histoire.
    tendres bisous
    le matelot de la terre ferme

    • Il n’aurait pas osé ! M’enfin !!!

      … Je ris ! En plus j’ai bien fait de parler de vache qui rit… je suis contente que tu aimes ça ! Tu imagines si tu n’avais pas aimé ?

      Merci, Chantal, je suis heureuse que tu aies fait partie de cette histoire interblogs.

      Tendres bisous à toi aussi.

  38. ah bah voilà, c’est le lutin vert dont parle écureuilbleu… me voilà au courant!!
    bisou électrisé
    faut bien ça pour se réchauffer today!!!
    passe un délicieux WE

    • Merci.

      C’est vrai qu’Ecureuil bleu en a parlé… J’ai beaucoup aimé son rêve.

      Tu as raison. Il faut se réchauffer, c’est l’hiver !

      Passe un délicieux weekend aussi, Mamalilou.

  39. Ouf, Chantal et Patriarch ont pu sortir du grand trou noir obéien.
    La fin est inattendue, le facétieux lutin s’était caché dans un tableau et je vois qu’il est gourmand aussi et moi qui pensait que seule la musique pouvait le faire sortir de sa cachette.  

  40. Bonjour Quichottine , je viens de faire un petit tour chez toi , on y est bien , on se pose , on lit , on ecoute , on rêve et me voilà sur ce conte vraiment très joli et frais , ton blog me fait du bien…merci à toi
    bises Quichottine

  41. Je me laisse envouter par tes hsitoires. Bonne journée à toi !

  42. mistigris

    MIAOUUUUUUUUUUU!!!!!!!!!!! que c’est beau ! non non je ne l’ai pas croqué le lutin vert, mais j’aimerai bien …le rencontrer un jour, juste pour discuter, comme çà ! mille merci Quichottine, c’est vraiment génial, je reviendrai pour une autre histoire, aussi jolie, miaouuuuuuuuuuu!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  43. Voilà une blogohistoire qui tient un peu plus la route que les miennes !
    Quoi qu’il en soit, j’adore ce genre de partage inter-blogs.

    Bon début de seaine à toi ô reine des contes.
    Bisous

  44. Superbe conte avec ce qu’il faut de suspense pour tenir les lecteurs en haleine, de poésie pour leur donner l’envie de s’y attarder, et de panneaux indicateurs pour les diriger vers tes amis blogueurs.
    C’est vraiment tout un art car tu arrives même à nous faire participer à l’élaboration de l’histoire.
    Un grand bravo à toi Quichottine pour ce doigté que j’admire
    Je t’embrasse tout doux mon Aminaute 

  45. qing et rene

    Bonjour

    J’ai mis en ligne ce jour des napperons que je trouve fort joli, mais c’est crochet ou dentelle ??

    Je vous souhaite un bon lundi

    Qing et rené

  46. J’ai escaladé la montagne hier, juste pour voir si je ne m’étais pas trompée, que les lutins n’étaient à Yeur..
    J’ai rien trouvé, évidemment.
    Pourtant j’ai tenté de perce r les nuages…

    <img src= »http://idata.over-blog.com/1/26/74/22/fleurs/fleurs01085.jpg » class= »CtreTexte » height= »225″ width= »300″ />

    Je suis heureuse pour avoir un peu deviné.
    Maintenant il faut trouver dans quel tableau!

    Je t’embrasse très fort.

    • Je crois que tu sais dans quel tableau ils sont… mais ne dis rien. Il me faut un peu de temps pour les en sortir.

      Je t’embrasse très fort, ma Polly. Merci pour cette image.

      (Percer les nuages… ce n’est pas si facile. Mais je sais que l’on peut y arriver.)

  47. diche tribill (tout en vrac...)

    bon d’accord ils sont sortis, mais ? dans la cave : y’avait quoi : comme vin ?

  48. ~~ Kri ~~

    Des rebondissements imprévisibles…je suis accrochée à chacun de tes mots!!
    J’imagine le blogonaute qui débarque pour te lire…qui n’a pas lu le début…il doit vraiment se demander où il est arrivé!
     Bon lundi Quichottine

    • Le problème est là.

      Je crois que certains se perdent, quels que soient les fils que je leur donne pour s’y retrouver.

      Mais bon, l’histoire est terminée. Patriarch et Chantal sont sortis de la cave…

      Moi, j’ai un peu de travail sérieux à faire… en attendant le prochain délire quichottinesque.

      Bon lundi à toi aussi, Kri.

  49. Si maintenant les lutins se mettent à la vache-qui-rit…..Dona n’a pas fini de payer des royalties. Bises  VITA

  50. Même sans avoir quitté la bibliothèque, il nous a bien fait voyager ce petit lutin vert!!!!
    Bises de fin de soirée Quichotttine!

  51. Tttt… »le comment du pourquoi » je préfère;-) Betty? Oui, file dans ta chambre à la recherche du Lutin vert. Bon d’accord…
    Ben oui, pour la ptite histoire, son new ordinateur, est à nouveau dead et quelle chance, elle va pouvoir bouquiner à souhait! grosses bises ma belle Quichottine

    • Rire ! J’aime te retrouver ainsi. Prête à toutes les facéties ou jeux de rôle.

      Tu n’as plus d’ordi ?
      Pas de chance ! Il est temps que je fasse imprimer mes histoires, pour que tu n’aies pas besoin d’ordi pour les lire.

      Un bouquin de plus, ça t’irait ?

      Grosses bises, miss.

  52. annielamarmotte

    plus je monte plus c’est sympa…..j’adore la vache qui rit dans le sac à main

  53. Votre amie a souri, Grande Quichottine.
    Pour vous, en cette soirée et afin de vous souhaiter une douce soirée :

    Bonne nuit Quichottine.