Clément et les lutins (2)

Dans la bibliothèque, ce soir-là, Quichottine avait pris son temps, comme souvent.

Elle n’avait fait qu’esquisser un tableau :

Un feu dans une clairière, une femme-flamme, et, autour d’elle, Clément le Troubadour et les deux lutins de ses histoires.

Les visiteurs de la nuit, comme toujours, l’avaient un peu taquinée. Bien sûr, elle avait répondu gentiment à tous, et, finalement, elle avait dû admettre que l’histoire ne pouvait pas rester inachevée.

Nous avions là nos deux lutins habituels, le lutin bleu et le lutin vert.

Le lutin bleu, tout penaud d’être pris en flagrant délit…

(De quoi ? Nous le verrons plus tard.)

… et le lutin vert au contraire tout content de pouvoir montrer, une fois encore, sa supériorité.

Comment vous dire sans vous troubler ?

Le lutin bleu est timide autant que faire se peut. Il ne sait jamais s’il a raison ou tort. Il rit ou pleure, comme un enfant, et pire, souvent à tort et à travers. Il se cache volontiers dans les endroits isolés.

Imaginez-le, riant et dansant sous la pluie, au moment où tous se calfeutrent.

Il saute à pieds joints dans les flaques et s’amuse à semer des boutons d’or et des pâquerettes dans les jardins… pour que les petits enfants puissent en faire des bouquets qui ne résisteront jamais au delà de la première heure.

Il est ainsi, le lutin bleu. Il aime ce qui est éphémère.

Il peut aussi pleurer lorsque le soleil brille… Mais, même si ces larmes vous paraissent inutiles, elles ont toujours une raison. En cherchant bien, vous trouverez auprès de lui la fourmi, ou le papillon qui est la source de son chagrin.

Il ne supporte pas de voir ses amis disparaître…

Mais le lutin vert…

(La voix de Quichottine se fit mystérieuse. Le murmure devint rauque… Dans la Bibliothèque ont vit les plus craintifs saisir la main de leur voisin ou s’accrocher à leur voisine…)

Le lutin vert n’a peur de rien…

Ce n’est pas qu’il n’aime personne, mais il se croit toujours le plus beau, le plus grand, le plus fort.

Il a toujours raison, même quand il a tort.

Les bêtises qu’il fait ne sont jamais de lui… sauf lorsqu’elles donnent naissance à des chefs d’œuvres !

À ce moment-là, il pérore, et tout le monde en est informé dans la forêt. « C’est moi qui l’ai fait »…

Mais il n’avouera jamais qu’il lui est arrivé de se tromper.

Le lutin vert est le plus terrible des lutins quand il est en colère. Il est encore pire que le lutin rose… Il a des colères qui ne font pas de bruit. Mais gare à celui qui voudrait l’affronter pour lui montrer ses torts !

C’est pour cela qu’ils sont amis.

– Ils sont amis parce qu’ils sont opposés ? C’est impossible ! Pas à ce point !

En fait, ils ont besoin l’un de l’autre. Vous vous souvenez ? Le lutin bleu ne peut pas être adulte tant qu’il n’a pas trouvé son lutin vert… et le lutin vert ne le peut pas non plus sans son lutin bleu. C’est ainsi depuis la nuit des temps.

– Tu peux nous expliquer ?

Ils s’apportent l’un l’autre ce qui leur permet de grandir, de changer, de s’accomplir. Le lutin bleu prend au lutin vert un peu de sa force de caractère, un peu de son orgueil… (Très peu, mais cela suffit à lui éviter de passer des journées entières au fond d’un fourré)… et…

– Et le lutin vert ?

Lui ? Il prend au lutin bleu un peu de sa douceur… (Très peu, mais cela suffit à le rendre supportable auprès des autres habitants de la Forêt des Merveilles)… et…

– Et ?

Généralement, cela se passait plutôt bien. Ils vivaient chacun dans leur coin, se recevaient parfois autour d’une coupe de rosée mêlée de miel, tartinaient des biscuits à la confiture de bisous… et ils refaisaient le monde des lutins à leur image. Tantôt vert, et tantôt bleu.

– Alors…

Alors… Clément est arrivé. Il ne savait pas tout cela. Il l’a seulement deviné. Il l’a écrit dans ses histoires…

– C’était grave ?

Oui, très… Parce que ce qu’il écrivait dans ses histoires semblait si vrai que les lutins crurent qu’ils ne pouvaient plus s’amuser. Ils devinrent sérieux. Le lutin bleu se prit pour un grand écrivain.

– Il ne l’était pas ?

Mais non, il était un peu « tisseur de rêves ». Il les mêlait au vent, aux chants des oiseaux, aux cailloux du chemin pour en faire de belles histoires. Il racontait ce qu’il voyait, ce pouvait être très beau, comme une fée qui se promène à la nuit tombante sur une plage.

Ce pouvait être triste aussi, comme celle qui attend sur un banc et que plus personne ne viendra rejoindre.

Il racontait… seulement ce qu’il imaginait et qu’il pensait être vrai.

Mais ce n’est pas ainsi qu’on devient écrivain. Il faut apprendre le « quand », le « qui », le « où », le « pourquoi » et même le « pour quoi » qui demande souvent un « comment ». Quand on a appris toutes ces questions, on essaie d’y répondre… C’est ainsi que naissent les romans.

– Tu ne crois pas que tu simplifies un peu ?

Si, bien sûr ! Il suffirait de demander à ceux qui savent écrire, qui font frémir leurs lecteurs, qui les font rire ou pleurer comme ça : pfutt !… (Quichottine fit semblant d’agiter une baguette magique)

– Ils nous diraient leur secret ?

Non, mais vous pouvez toujours aller les lire. Vous apprendrez beaucoup.

– Et le lutin vert ?

Lui, il se prit pour un artiste sans pair. Il était arrivé à donner des couleurs aux choses les plus noires, et il ne pouvait qu’en être très fier. Qu’en pensez-vous ? N’est-ce pas normal ?

(à suivre…)

Merci à Kate et à Arioul (photo découverte chez Muad) pour les images qui ont illustré l’histoire d’aujourd’hui.

96 réponses à “Clément et les lutins (2)

  1. j’aime bien ton analyse de caractère,il représente la réalité pour certains d’entre nous. Je ne te dirai pas si je suis le lutin bleu ou le vert !!!! Rires !!

    Bonne journée avec bises trempées de nous deux.

    • Rire ! Tu vois, je reste persuadée qu’il y a un peu des deux dans chacun d’entre nous… Nous sommes tous un peu « mélangés », en différentes proportions.

      Vous êtes sous la pluie ? Alors, surtout, prenez bien soin de vous deux.
      Bisous affectueux à vous partager.

  2. tu dois prendre autour de toi l’inspiration pour ces portraits si bien croqués!!
    bises

  3. Toujours inspirée, j’en suis toujours étonnée. Les caractères des lutins sont si semblables à ceux des humains… Bises

  4. Les auteurs ne font pas que faire rire ou pleurer. Ils peuvent distraire, faire réfléchir, rêver… Ils peuvent mettre en colère aussi parfois … Un peu comme les lutins..

    • Je sais bien… il y a tant d’écrits possibles !

      Mais je ne veux pas faire un essai sur la littérature, loin de là.

      Il est grand temps que je te lise ailleurs que sur ton blog.

  5. Coucou douce Quichottine, c’est si agréable de te lire je dirais que c’est aussi bon que de mettre les doigts dans le pot de Nutella.. alors tu vois ce n’est pas peu dire.. (oui je sais je suis gourmande )
    Ne nous sommes pas tous un peu le lutin bleu et le lutin vert, avec parfois un peu plus de l’un ou de l’autre!
    je te souhaite un très bon week end aussi.. il pluvine chez nous mais il ne fait pas froid.
    Quelques petits problèmes de santé mais rassures je garde les pieds sur terre.. je suis un bon matelot lol..
    brassée de bisous
    le matelot de la terre ferme

    • Un sourire pour toi, Chantal.

      J’aime aussi le Nutella, alors, je suis touchée par tes mots.

      Nous sommes tous l’un et l’autre, ensemble ou à tour de rôle, c’est certain.

      J’aime bien « il pluvine ». Lorsque j’étais en Limousin, mes amis disaient « il mousine »… et j’aimais bien.

      Contente te voir que tu gardes le cap.
      Hardi, matelot. Tiens bon la barre et le vent.

      Plein de bisous pour toi aussi.

  6. Les chemins de  » l’équilibre  » (celui où l’on se sent bien, en accord avec soi) sont semés d’embûches et de  » trébûches « , de trop, ou de pas assez …
    Trop sérieux, pas assez, ou imbu de soi-même … Il faut se frotter à la réalité, aux réactions des autres, pour évoluer, pour grandir.
    Mais, garder parfois une âme enfantine …

    Tes mots font réfléchir, sous la légèreté d’un lutin il y a la profondeur de l’esprit et des sentiments.
    Merc,i Quichottine
    Bisous

    • J’aime la façon dont tu me lis…

      Merci, Midolu.

      Je crois que l’avantage des lutins, c’est que chacun en comprend ce qu’il veut.
      Mon plaisir est de découvrir ce que vous avez lu.

      Bisous pour toi.

  7. Merci, en vrai …

  8. Le caractère de tes lutins ressemble assez à celui des humains. Tu as le don d’inventer des histoires intéressantes. Je te souhaite une belle fin de semaine.

  9. hé, j’la crois pas ton histoire quichotine, car les lutins, ça existe pas, non !
    j’aime bien la photo de la statue sur le banc…
    bise à toi, bon week end…

    • Tu ne crois pas aux lutins… C’est amusant, vois-tu.

      Je suppose que tu aurais dit à La Fontaine que les animaux ne parlaient pas.

      Tu as raison, je fais vivre des lutins qui, bizarrement, ressemblent à s’y méprendre à des personnes que tu pourrais rencontrer… tu n’y crois pas ?

      Je suis contente que cette photo te plaise.

      Bises à toi et très bon dimanche. Merci pour ta présence.

  10. Je l’aime bien moi le plus méchant qui se croit supérieur, ai-je raison ou tort? Le temps nous le dira, mais j’ai envie e croire en lui, car l’autre me ressemble beaucoup, il pleure bien trop…et ça, ça m’embête.
    Gros bisous et bon week-end
    Amitiés, Flo

    • Tu ne peux pas ne pas l’aimer, il est aussi une partie de toi… Nous avons tous en nous un peu de bleu et un peu de vert… Ne te laisse pas déborder par les larmes du lutin bleu.

      Gros bisous et bon weekend à toi aussi. Je t’embrasse fort.

  11. Lorsque je lis tes histoires, je deviens comme une enfant…Et j’adore la confiture de bisous.
    Tu m’as fait rêver ce soir ma ’tisseuse de rêves ».
    Je t’envoie une belle tartine de confiture de bisouspour une douce soirée.
    Bisous de Dame Sophie.

  12. On a toujours besoin des autres pour apprendre de nos différences. C’est bien vrai…Douce soirée

  13. On a toujours besoin des autres pour apprendre de nos différences. C’est bien vrai…Douce soirée

  14. J’ai l’impresion, en te lisant, d’être une petiote qui écoute bien sagement ce conte, les yeux grands ouverts, la bouche aussi presque.
    BISOUS.

  15. Nous sommes tous des petits lutiins et je viens de me rendre compte que j’étais un petit lutin cyan (un mélange de bleu et de vert) et d’ailleurs j’écris dans cette couleur sur mon blog…. Une question purement technique comment fais tu pour mettre en bas de tes articles d’autres articles en lien avec une photo. Est ce une application d’OB que je n’aurais pas vu. Bises

    • Je crois que nous sommes tous un peu bleu et vert… plus l’un que l’autre dans certaines occasions, plus l’autre que l’un dans d’autres…

      Pour le gadget dont tu me parles, c’est ce que OB appelle un « widget ».

      Tout est expliqué dans ce fil du forum. Tu regardes en page 4, j’ai expliqué ce que j’avais fait, en suivant les conseils de Loralia.

      Je n’ai aucun problème avec eux, et, a priori, aucune publicité intempestive.

      Bises à toi.

  16. Il a raison de se prendre pour un artiste car donner des couleurs à ce qui paraît  tout noir..c’est le propre d’un grand artiste, je crois

    • Tu vois, je crois que certains artistes peuvent le faire… d’autres vont au contraire souligner ce qui est noir.
      Pour autant sont-ils moins grands, je ne sais.

      Merci pour tes mots, Gazou.

  17. Je viens chercher ma tartine de confiture de bisous, et te laisse un gros paquet de papillotes de tendresse.

    J’ai écouté avec beaucoup d’attention les caractéristiques de chaque lutin, le vert et le bleu… et il en est des couples un peu ainsi.

    Je t’embrasse ma Quichott’

    • Les papillottes de tendresse… J’adore !

      Merci, ma Polly.

      Tu sais, les lutins peuvent être deux… comme dans un couple. Ils peuvent aussi être « un », et là, tu vois, je suis sûre que ceux qui se sentent parfois l’un plus que l’autre peuvent avoir un peu de mal.

      L’équilibre est important.

      Je t’embrasse très fort.

  18. Comme dis Sophie en commentaire, si la lune n’avait pas été là pour mon petit flocon, on aurai fait appel à un de tes lutin…à cogiter
    Gros bisous, Flo

    • On pourrait… Mais la lune restera présente, comme toujours, alors que mes lutins vont regagner leur livre.

      Gros bisous, Flo. Merci.

  19. Un petit passage, pour un petit salut de bonne fin de semaine, avec des bises pour ces 2 jours. Mets en au frais dans le figidaire, pour dimanche matin, avec les croissants !!

    Bises de nous deux.

    • Je les ai gardés au chaud.

      Avec des croissants qui sortaient du four.

      Bisous à tous les deux. J’espère que vous avez passé une bonne fin de semaine.

  20. Bigornette

    j’ai l’impression d’un sens caché derrière l’histoire du lutin vert et du lutin bleu… je dois me tromper sûrement ce n’est sans doute qu’une belle histoire pour nous faire rêver…Cependant je te vois bien en lutin bleu…(manque de confiance , timidité, gentillesse, sensibilité….) et puis nous mettons toujours un peu de nous dans nos histoires…En tout cas en ce qui me concerne je me fais l’effet de me poser encore beaucoup de questions sur l’écriture…je ne me considère pas encore comme auteur, ça viendra peut-être, mais moi j’ai encore plein de choses à découvrir, je suppose que je trouverai certaines de mes réponses en écrivant ce que j’appelle mon roman et qui ne se compose encore que de 5 chapitres à revoir…hihi…téméraire Bigornette !…qui rêve encore dans ce monde sans pitié… j’ai certes un côté lutin bleu, mais je lutte…pour devenir un peu verte…pas trop… car ton lutin vert à de gros défauts…
    gros bisous amie Quichottine…bon week end…

    • Il y a toujours un sens caché dans mes paraboles.

      Mais là, ce que je sais, c’est qu’il faut que je finisse cette histoire.

      Tu écris un roman ? Mais c’est génial !

      Je savais bien que tu étais un peu lutin bleu !

      Gros bisous et bonne fin de journée, Bigornette.

  21. Quel sens psychologique ! Les connaissant bien, tu dois avoir des rapports
    harmonieux avec ceux qui t’entourent…
    Beau dimanche.

  22. Quel sens psychologique ! Les connaissant bien, tu dois avoir des rapports
    harmonieux avec ceux qui t’entourent…
    Beau dimanche.

  23. superbe toutes ses photos passe un bon weeck end et bonne soirée evy

  24. tisseur de rêves!!!
    quelle belle expression
    éva
  25. oups je n’aimerai pas me retrouver face au lutin vert quand il est en colère
    d’après ce que tu dis ça ne rigole pas !!!! mais bon il a raison il faut avoir du caractère

    bisous

    • Je n’aimerais pas me trouver devant un lutin en colère, quelle que soit sa couleur.

      … Bisous à toi aussi, Corinne. Merci.

  26. J’adore t’écouter conter ! Dis, si je promets de ne pas poser mes doigts emmiellés sur tes pages, est-ce que je peux rapprocher mon coussin de ton grand fauteuil ?

    • J’aime bien quand tu es toute proche… alors, je t’en prie, fais comme tu le désires.

      Mais si tu mets du miel partout, gare à toi !

  27. elles sont belles et douces ces photos….un lutin vert qui devient vert de rage ou rouge de colère parfois ???

  28. cette idée d’ un apport que l’un et l’autre se donnent..un bel échange le bleu et le vert s’ajoutant des qualités,des aisances pour mieux vivre..une complicité ..ce n’est que ça l’amitié..ou l’amour..

    • Les deux sont importants.

      Je pensais à tout cela en te lisant, ici et là… Mais il ne faut jamais que l’un prenne le pas sur l’autre, où l’un et l’autre mourront.

      Je te souhaite une bonne soirée, Angel.

  29. C’est étonnant de voir comme les lutins nous ressemblent, ils sont complémentaires les uns aux autres tout comme nous.

  30. j’aime bien la notion de « ceux qui savent écrire »
    et ya aussi ceux qui savent qu’ils savent écrire
    ceux qui ne savent pas qu’ils savent écrire
    ceux qui ne savent pas encore écrire
    ceux qui écrivent sans savoir
    ceux qui savent sans écrire
    ceux qui écrivent qu’ils savent écrire
    ceux qui écrivent pour ne rien dire…
    ceux qui écrivent trop…
    bon euh, d’ailleurs, avant d’en être… je file…

    • Je me disais bien aussi que tu relèverais…

      Mais oui, il y a aussi tous ceux qui… et aussi ceux qui n’osent pas écrire… (tu n’en as pas parlé)

      … je fais partie des incorrigibles bavardes qui, souvent, disent des énormités, juste pour voir si quelqu’un va les relever.

      Merci d’être là, Mamalilou.

      Tu as raison de filer, je pourrais bien en dire une autre.

  31. L’ombre et la lumière… Ces deux photos sont superbes !

  32. C’est étrange mais juste avant que je ne lises ton explication sur le lien entre le lutin vert et le lutin bleu, j’étais en train de me dire que j’avais beaucoup de points commun avec le lutin bleu mais aussi beaucoup de points communs avec le lutin vert… Un peu comme si le lutin vert et le lutin bleu se battaient l’un contre l’autre, pas méchamment, pas avec violence… mais ils façonnent une sorte d’équilibre instable… Parfois le lutin bleu fait surface, et parfois le lutin vert… Dans le meilleur des cas ils travaillent ensemble…

    • Eh voilà ! Un autre adepte de plus pour cette double personnalité qui est en nous, je crois.

      Un peu bleu, un peu vert… Je suis plus souvent bleue… et toi, Jim ?

      Merci d’être là.

  33. Je suis plus souvent bleu, mais le vert commence à venir de plus en plus souvent maintenant

  34. bon quichottine,
    d’abord félicitation pour ton blog !!! avec une magnifique écriture
    je viens par ici car j’ai écrit aujourd’hui un texte sur la photo d’Arioul, superbe cliché qui laisse notre imagination vagabonder ici ou là….
    donc si j’ai bien compris la photo est d’Arioul c’est ça
    sais-tu de qui est la statue du coup ?
    et sais-tu si Arioul à un site, un blog (avec la photo) pour que je puisse lui en faire la demande de publication avec mon écrit
    bien à toi , dans l’attente de ta réponse
    bon dimanche à toi

    • Oui, le cliché est d’Arioul. Tu peux peut-être lui écrire via son blog :

      http://arioul.blog.lemonde.fr/

       

      Le blog où j’avais vu la photo (Le musée en plein air de Muad’Dib) n’existe plus, mais j’espère qu’Arioul consulte toujours les messages que l’on dépose sur son blog existant.

      Merci infiniment, et pardon d’avoir tardé à te répondre.

      Passe une belle semaine.

  35. Les chemins de  » l’équilibre  » (celui où l’on se sent bien, en accord avec soi) sont semés d’embûches et de  » trébûches « , de trop, ou de pas assez …
    Trop sérieux, pas assez, ou imbu de soi-même … Il faut se frotter à la réalité, aux réactions des autres, pour évoluer, pour grandir.
    Mais, garder parfois une âme enfantine …

    Tes mots font réfléchir, sous la légèreté d’un lutin il y a la profondeur de l’esprit et des sentiments.
    Merc,i Quichottine
    Bisous

  36. Merci, en vrai …

  37. Je viens chercher ma tartine de confiture de bisous, et te laisse un gros paquet de papillotes de tendresse.

    J’ai écouté avec beaucoup d’attention les caractéristiques de chaque lutin, le vert et le bleu… et il en est des couples un peu ainsi.

    Je t’embrasse ma Quichott’

  38. Bigornette

    j’ai l’impression d’un sens caché derrière l’histoire du lutin vert et du lutin bleu… je dois me tromper sûrement ce n’est sans doute qu’une belle histoire pour nous faire rêver…Cependant je te vois bien en lutin bleu…(manque de confiance , timidité, gentillesse, sensibilité….) et puis nous mettons toujours un peu de nous dans nos histoires…En tout cas en ce qui me concerne je me fais l’effet de me poser encore beaucoup de questions sur l’écriture…je ne me considère pas encore comme auteur, ça viendra peut-être, mais moi j’ai encore plein de choses à découvrir, je suppose que je trouverai certaines de mes réponses en écrivant ce que j’appelle mon roman et qui ne se compose encore que de 5 chapitres à revoir…hihi…téméraire Bigornette !…qui rêve encore dans ce monde sans pitié… j’ai certes un côté lutin bleu, mais je lutte…pour devenir un peu verte…pas trop… car ton lutin vert à de gros défauts…
    gros bisous amie Quichottine…bon week end…

  39. ~~ Kri ~~

    Même chez le Petit peuple les contraires s’attirent pour la complétude
    Bisous Elfiques Quichottine

  40. Aude Réco

    Rendez-vous pour les pré-commandes de mon prochain roman, dans le style « Dans la vie d’un autre », intitulé « Les insomnies de Khonsou », à découvrir ICI ! Kisses ma belle, Aude.

    • J’ignore si d’autres cliqueront sur ton lien.

      Je l’ai fait, mais je sais que c’est le genre de publicité qui me déplaît.
      Disons que ce commentaire s’auto-détruira dans une heure, le temps que tu viennes lire la réponse.

      Tu n’as fait aucun effort pour me connaître, pourquoi en ferais-je pour toi ?

      Edit :
      Comme suite à ton message privé, je vais laisser ce commentaire et ma réponse en y ajoutant ce qui suit.
      Je te souhaite beaucoup de lecteurs, je comprends que tu ne puisses pas être partout à la fois.
      Je ne suis pas fâchée. Loin de là.

      Mais évite, la prochaine fois, de déposer ta pub sans au moins regarder l’article où tu la mets.

  41. Le lutin bleu et le lutin vert sont donc complémentaires , un qui donne des couleurs à la vie et l’autre qui met des mots sur des images , des souvenirs ….
    Bonne soirée Quichottine
    Bisous

  42. qing et rene

    conte et legende de quichottine, ou la vie racontee par les lutins
    bon samedi
    qing et rene

  43. KERFON LE CELTE

    Chez les lutins comme chez les hommes, les couleurs sont des larmes…

    Bon ouikande à tous…

    KLC

    • Les couleurs sont des larmes…

      Là, il faudra que tu m’expliques.

      J’espère que tout va bien, Kerfon, et que ton weekend a été bon.

  44. Muad Dib

    Coucou Quichottine, c’est une très jolie parabole.
    Je te remercie d’éclairer ainsi et en images les méandres de l’âme lutine …
    Je te souhaite un très bon week-end.
    Je t’embrasse

  45. Petite Elfe

    Comme ce serait bien si l’on pouvait prendre chez les autres ce que l’on a pas …. je parle du bon évidemment… Nous serions alors proches de la perfection….
    Allez, on est là pour rêver… Bon samedi.

    • Je crois que l’on peut apprendre d’eux… mais je ne pense pas que cela suffise à nous rendre parfait.

      Mais rêvons encore un peu si tu veux bien. Juste un peu encore.

      Passe une belle fin de journée, Petite Elfe. Merci.

      (j’ai effacé, comme tu me le demandais, le commentaire que tu avais mis sous le mauvais article… )

  46. Nous avons en nous ces deux lutins qui s’étripent souvent….Les accepter et les faire cohabiter ds la profonde forêt….Bises   VITA

  47. Le lutin bleu se prend pour un grand écrivain et le lutin bleu pour un artiste sans pair….

    Il va donc falloir qu’ils se mettent à travailler pour le prouver, parce que ce n’est pas tout de se croire artiste, encore faut il avoir une idée à transformer en projet, et se mettre à l’ouvrage pour le réaliser..

    Avec la vie un peu bohême qu’ils ont mené jusque là, et leurs dons de lutins, ils risquent de se heurter à pas mal de déconvenues… il ne faudra pas non plus qu’ils se découragent… car ce n’est pas sûr qu’ils réussissent du premier coup…

    « Cent fois sur le métier remettez votre ouvrage… »..
    Je crois qu’ils sont sur le point de faire une vraie prise de conscience de ce qu’est la vie, même pour des lutins…

    Gros bisous tout doux pour toi ma conteuse
     

    • Le lutin vert est un grand artiste… tu le sauras tout bientôt.

      Mais de cette découverte, nous allons le perdre ici.

      Mes lutins vont retrouver leur livre.

      Gros bisous tout doux, Renard. Merci d’être là.

  48. c’est rigolo de voir « sa » photo illustrant un texte – bizz

  49. On a tous un petit lutin vert et un petit lutin bleu au fin fond de nos âmes…l’un ou l’autre se mêle suivant les jours pour nous faire artiste ou poète… pour donner des couleurs à la grisaille… Il en faut un peu tous les jours pour que naisse un sourire, et me^me les jopurs où l’angoisse est là… allez, je vais aller chercher mes petits lutins au fin fond de mon coeur…

    • C’est ainsi que je le vois…

      Mais bon, d’aucuns te diront que c’est une illusion.

      Je te souhaite une soirée toute en couleurs. Passe une bonne fin de semaine.

  50. parce que les larmes refletent les couleurs de l’arce en ciel et en sont toutes irrisées???
    (en réponse au com 20… sourire)

  51. Je suis restée un moment a regarder ces deux photos. j’aurai aimé les prendres moi même ces deux clichés, ils sont superbes ^^

    quand a tes lutins  ils me ressemble un peu, et son complèmentaire  , j’ai l’impression qu’on m’a coupé en deux et qu’ils sont deux parties de moi. colère douceur, finalement c’est sans doute que ces lutins ressemblent beaucoup a nous les humains 😉

    • Tu aurais pu les prendre… Il y en a aussi de très beaux chez toi.

      Merci pour tes mots, Loralia.
      C’est vrai, nous sommes tous un peu verts et bleus, selon les jours… C’est humain.