Homme

Ce jour-là, comme si souvent, il était question de nos différences, enfin, plutôt de celles qui existent entre un homme et une femme…

Ben…
Je ne me vois pas forcément avec du poil aux jambes et des grands pieds… je me vois très mal transformée en tampon jex…

Mais…
(parce que bien sûr il y a un “mais” !)

Être un mec présenterait quand même quelques avantages…
Entre autres, je pourrais te faire la cour. J’imagine assez. Mais bon, tu m’enverrais certainement bouler à moins que je ne me fasse PD…

Non, je plaisante. Je n’ai pas vraiment envie d’être un mec… En fait, comme je n’ai ni envie d’être une femme ni envie d’être un mec, si je me faisais “ange”… Ce serait une façon de répondre à ton défi de l’autre jour… les anges ont-ils un sexe ? C’est étrange mais être-ange… je pense c’est oublier un peu les contingences matérielles auxquelles on n’échappe pas lorsqu’on a un sexe justement dont il faut tenir compte.

Être femme, ça peut être soigner son apparence, vouloir séduire, ne jamais employer de mots un peu osés… bref, savoir se mesurer…
Tu mets derrière le mot “femme” tant de choses… la fille, la sœur, la mère, la maîtresse (à ne pas confondre avec la putain, qui est une autre sorte de femme)… et il faut être tout à la fois pour plaire.

Un mec, c’est un mec… A-t-il vraiment à jouer plusieurs rôles ?
J’écris ça et je me dis qu’en fait il en joue plusieurs aussi.

Pourquoi vouloir être autre chose ? Je suis comme je suis… et puis je vais le rester, tant pis pour ceux à qui je ne plais pas !

Passe une belle journée, Chris !

Commentaire n° 1 posté par Quichottine
le 08/11/2007 à 09h22

Hier, c’était la journée de la femme. Mercredi, ce sera le « printemps des poètes »…

C’est bizarre.

Je me demandais pourquoi nous éprouvions le besoin de créer des journées pour ce qui semble peu à peu disparaître.

La poésie et la femme… je les mettais dans le même panier aux concepts en voie de disparition.

Fragilité de la douceur de vivre, des moments de tendresse…

Nous sommes fragiles, pourquoi crier notre force ?
Pourquoi vouloir à tout prix nous faire passer pour ce que nous ne sommes pas ?

Notre fragilité, c’est peut-être notre force à nous… Nous déployons des trésors d’imagination pour palier les différences.

Nous avons la patience qu’ils n’ont pas, nous avons l’endurance qu’ils n’ont pas… Ils ont la force et les certitudes que nous n’avons pas.

Nous avons des visions différentes… pourquoi ne pas les mettre en commun pour faire avancer ce qui doit être mis en avant ?

6 réponses à “Homme

  1. je ne suis pas une féministe enragée, pour tout te dire je ne suis pas toujours d’accord avec leurs idées; je suis une femme avec tout ce que ça comporte et il y a des choses que je laisse volontier aux hommes , sans pour autant me sentir inférieur a eux ^^

    Mais comme tu dis a en vouloir trop je me demande si cette douceur faite femme ne va pas disparaitre au nom de l’égalité, j’espère que non 😉

    • Je souris… je me sens un peu moins « bizarre » tout à coup !

      Merci…

      Et j’espère que non, aussi !

  2. tu as bien raison dans ta conclusion Quichottine….

    « fragilité »… je pense que nous les femmes, nous osons la regarder en face, l’accepter, ou aller à l’encontre de mille manières que ce soit, mais eux..les hommes… eux aussi, ont cette fragilité..mais ils ne savent pas le reconnaitre, l’accepter, elle est déniée, repoussée, tue, haïe…

    • Je crois que c’est parce que nous les avons élevés ainsi. Un homme doit être fort… sinon, sur qui pourrions nous nous appuyer ?

      En fait je me dis que nous sommes très complémentaires, nous pouvons nous appuyer l’un sur l’autre, nous ne sommes pas faibles de la même façon et devant les mêmes obstacles.

      Je crois…

  3. Petite Elfe

    Les femmes poètes sont rarissimes… tout au moins les célèbres…
    Journée de la femme… mais c’est tous les jours, notre journée pourquoi en créer une?
    Les hommes… ne nous comprendront jamais. On vit avec notre sensibilité, on EST sensibilité, coeur… Dès qu’on leur parle sentiments, ils se referment comme des huitres. Comme tu dis, si on pouvait mélanger les deux… Bonne journée.

    • Je crois que le problème est plutôt là. Nous avons besoin de mots… et eux n’aiment pas « dire », ils pensent que le « faire » est suffisant.

      Nous avons besoin des deux, d’être « plus » que le « faire ». Nous vons besoin de la tendresse et de ses mots.

      Bonne journée à toi aussi Petite Elfe.