Clément le troubadour (sommaire)

Puisque je suis revenue dans la bibliothèque, que vous attendez impatiemment la suite de l’histoire que j’ai commencée pour vous, il est temps que je vous prépare un sommaire, un endroit d’où vous pourrez facilement partir pour lire ce que vous auriez manqué.

Lorsque j’ai commencé l’histoire, je ne savais pas trop ce que vous en feriez, si vous aimeriez ou non.

Ce n’est pas facile, lorsqu’on est troubadour, de raconter l’une ou l’autre de ces « chansons de geste », devant un auditoire qui autrefois était attablé devant de riches victuailles…

(Aujourd’hui, au cinéma, on se gave de sucreries et de douceurs diverses sans se préoccuper de savoir si les voisins en sont gênés…)

Vous avez aimé… si j’en crois les commentaires déposés sur les premiers chapitres.

Donc, l’histoire peut continuer, et, je déposerai ici, peu à peu, ce qu’il faut pour s’y retrouver.

Picasso, Le guitariste aveugle, 1903

Pablo Picasso, Le vieux guitariste aveugle, 1903
Huile sur bois [122,3] 121,3 x 82,5 cm
The Art Institute of Chicago
Avant propos Clément le troubadour… Où l’auteur se présente en tant que conteuse de l’histoire.
Chapitre 1 Où il est question du père… et où le lecteur pourra l’admirer comme il se doit.
Chapitre 2 Où le sujet est la mère… et où le lecteur prendra peut-être parti pour elle.
Chapitre 3 La naissance de Clément… Où l’on pourra se lamenter sur le destin funeste d’Aude-la-silencieuse avant de découvrir l’apprenti-ciseleur.
Chapitre 4 Dame Menehould… Où l’auteur continue l’histoire sans laquelle le lecteur ne pourra pas comprendre.
Chapitre 5 Petite enfance… Où le lecteur retrouve le fil égaré de l’histoire.
Chapitre 6 Enfance… Où l’auteur saute quelques années qui auraient pu lasser le lecteur mais pourront être narrées ultérieurement.
Chapitre 7 Fugue… Où il sera question de la fuite de Clément.
Chapitre 8 Le chien… Où l’on n’apprend rien de vraiment nouveau… si ce n’est que Clément a peur des chiens, mais où l’on reste sur sa faim.
Chapitre 9 Les loups… Où l’on apprend que l’on peut aussi surmonter ses peurs.
Chapitre 10 Nancy… Où Clément se mêle aux baladins et fait une étrange rencontre.
Chapitre 11 Mauvaise surprise… Où le lecteur fera connaissance avec Guy-le-balafré et apprendra qu’il n’est jamais très bon de suivre des inconnus.
Chapitre 12 Fin ?… Où l’auteur essaie de terminer son histoire.
Chapitre 13 Lettre au lecteur… Où le lecteur apprend qu’il va retrouver Clément le Troubadour-au-vert-pourpoint.
Chapitre 14 Le vert pourpoint… Où l’on découvre comment Clément le Troubadour a mérité son surnom.
Chapitre 15 Où l’on revient enfin au sujet !
Chapitre 16 Où le lecteur admiratif pourra donner à Clément une couronne de laurier pour son premier sonnet.
Chapitre 17 Où l’on assistera, grâce au récit de Clément, à une partie du voyage… ou comment le poème devint prose.

 

126 réponses à “Clément le troubadour (sommaire)

  1. Bonjour depuis canton (Guangzhou) Sud de la chine. en chine aussi il y a une sorte de troubadour des rues Bonne journée du samedi amitiés de canton Qing et rené A bientôt sur: http://belgique-chine.over-blog.com La Chine hors des sentiers battus, par le tourisme.

  2. J’adore cette période du Moyen-âge…et j’écris aussi une histoire avec en toile de fond…le Moyen-âge (XIII éme siècle)! Alors tu penses bien que je vais suivre les aventures de François, Aude et Clément!
    Par Saint Vincent, Quichottine, ma mie, souhaitons que Dame Aude ne se fasse point houspiller par son aimé lors de la naissance de son enfançon! Souhaitons aussi, amie, qu’elle ne succombe pas sous moult souffrances…

    P.S: j’ai suivi tes conseils et j’ai intégré une « newsletter » à ma caverne et pour ne point manquer la suite de Clément et C°, je me suis inscrite à la tienne :-))

    • Tes mots me comblent de joie !
      J’adore… Tu me diras quand tu l’auras écrite, et publiée ? Je sais que je me régalerai à te lire !

      Je ne vais pas te dire la suite tout de suite… Mais, comme elle est jéà écrite, je ne puis rien changer au destin ni de Clément ni de la belle Aude…

      Je me suis inscrite aussi chez toi… ta news me manquait ! Par manque de temps, il m’arrivait de ne pas passer, et après j’avais bien trop à lire !

      Passe un bon dimanche, Nickyza !

  3. Hier j’ai écrit sur un blog en commentaires que je n’aimais ps Picasso en ajoutant que je le connaissais mal et bien c’était stupide car je trouve ce tableau superbe vraiment dans l’expression et les couleurs…. Merci de ce moment d’émotion. Bises

    • La période bleue de Picasso est celle que je préfère… J’avoue ne pas aimer du tout les oeuvres de ses dernières années.

      Merci à toi d’être là.

  4. Bien sûr que j’attends la suite. C’est un peu la vie du compagnonnage !!! Salut et bises d’un maître- ouvrier

    • Grand merci…

      L’histoire est écrite… mais je vais la distiller un peu sur le blog.

      L’ennuyeux, c’est que je risque de te décevoir… j’espère que non !

      Gros bisous, Patriarch !

  5. Je suis non seulement, heureuse de voir que tu reviens, mais aussi de savoir que l’histoire continue
    Gros bisous ma Quichottine et écris nous la suite dans les plus brefs délais 😉
    Amitiés, Flo et Nelle

    • La suite est déjà écrite… mais je vais vous la donner au compte-goutte.

      Je veux que vous gardiez le plaisir de l’attente.

      … et j’espère que vous ne serez pas déçus.

      Merci d’être là, Flo. Gros bisous à toi aussi

  6. Coucou Quichottine, je suis comme toi, mes petits neveux et nièces sont près de Valence.. mais leurs parents sont de grands voyageurs alors ils viendront dans la région.

    Je suis obligée de prendre l’ascenceur pour aller dans tes étagères ??? je suis un peu claustrophobe…je préfèrerais emprunter l’escabeau que tu as tu cacher quelque part…
    je te souhaite un bon week end.
    le matelot de la terre ferme
    ps Victor Hugo est l’homme de ma vie !!!

    • Non, tu n’es pas obligée de prendre l’ascenseur. Il n’est que sur la page d’accueil, les autres pages sont les mêmes qu’autrefois, avec tout ce que tu peux atteindre en cliquant deci delà.

      Sourire… je suis aussi un peu claustrophobe…

      Je suis contente que tu puisses voir tes petits jumeaux. Voir grandir des enfants, c’est magnifique !
      Et pour Victor Hugo, il est aussi un peu le mien.

      Bonne semaine à toi, Chantal. Gros bisous…

  7. Jolie toile!
    Bises et bonne soirée!

  8. Allez, je vais te laisser entrer, le thé est prêt, ne reste pas dehors, il « neigeotte » ici. Ravie de te voir ma chère Quichottine, enfin te voilà!

    Je vais prendre le temps de lire , je suis très en retard, trop occupée ces jours-ci par les soucis familiaux. Heureusement tout est rentré dans l’ordre!
    Je t’embrasse très fort.
    Sophie

    • Merci, j’en avais bien besoin, il faisait froid…
      Je n’ai pas pu m’attarder, j’ai beaucoup de travail en ce moment et je prends du retard partout !

      Tu vois, tu n’es pas si en retard…

      Je suis heureuse de voir que tout est rentré dans l’ordre. Je t’embrasse très fort aussi

  9. bonsoir quichottine , nous avons de la lecture, bon week-end…bisous

  10. Merci pour ce sommaire j’avais perdu le fil. A+

  11. Merci  Quichottine de ton aide pour mon blog.
     A très bientôt.
    Je repasserai lire ton récit à un moment plus calme.

  12. Merci. Je vais revenir me mettre à jour dans la lecture.
    Bon dimanche, bises de Tokyo.

  13. Je ne connaissais pas ce tableau de Picasso, il est impressionant.

  14. Quelle bonne nouvelle ma chère Quichottine ! Clément est un annonceur de bonnes nouvelles … Je te souhaite plein de bonheur dans les allées de la bibliothèque … Je sais que nous, nous en aurons … Allez, je file lire l’avant-propos ! Beau dimanche à toi. Je t’embrasse

    • Je te réponds bien tard. J’ai vu que tu avais mis ton blog en pause… j’en suis désolée, mais j’espère que tu pourras republier lorsque tes occupations te laisseront un peu souffler.

      Passe une belle semaine, Bandolera, surtout, prends soin de toi.

  15. J’avais tout lu M’dame la Bibliothécaire, je peux avoir la suite alors ?
    LIZAGRECE

    • Ah oui ?
      … Oui, c’est vrai, tu avais lu ce qui était paru, mais pas le billet que je donnais en avant première ici… et qui ne paraît qu’aujourd’hui

      … Je ris. C’est vrai que tu es là lors de chaque article. Et puis, tu as le droit de ne rien me dire

      Gros bisous, Liza. En tant que l’une de mes plus fidèles abonnées, je t’ai réservé une place de choix ici, pour chaque fois que tu en auras envie !

      Passe un bon lundi

  16. quand j’étais prof d’espagnol c’est un des tableaux que je faisais étudier …je l’adore
    besos
    tilk

    • Tu étais prof d’espagnol ?
      J’en suis heureuse ! J’adore…

      C’est l’un de mes tableaux préférés.

      Merci d’être là, Tilk.

  17. très bien cette présentation et tes paragraphes courts permettent de bien ce mettre à jour… tu peux continuer mon amie… belle illustration..même si de la regarder me donne mal dans le cou… gros bisous…

  18. Me revoilou! J’ai tout lu! C’est pratique car tu nous guides bien pour trouver la suite de l’histoire. 
    Elle est bien partie cette histoire…La suite, la suite!!

    • Bientôt… et en plus tu as lu un épisode en avant première si tu as tout lu… alors, tu vas devoir attendre un peu

      Merci

  19. Bonne semaine dans la bibliothèque, bises!

  20. Cet enfant ne va pas naître ds la sérénité..Elle pas vraiment heureuse, lui pas vraiment chaleureux..Peut-être une bonne fée va-t-elle remédier à tout cela? Bises   VITA

    • C’est le moins que l’on puisse dire…

      La bonne fée… tu verras bien, mais j’ai idée que ce sera plutôt un presque-lutin

      Merci, Vita !

  21. Je ne comprends pas: je ne peux ouvrir que deux rubriques chez toi: Commentaires et Ajouter un commentaire…
    Mais ce n’est pas facile de commenter ce qu’on ne peut pas lire!…A bientôt, j’espère…

    • Hier, il y avait un bug, et, tu aurais pu voir aussi chez d’autres… les pages « articles » étaient blanches…

      Je sais que c’était dur et tu es passé à ce moment-là.

      J’espère que tu pourras revenir. Merci d’avoir essayé.

  22. Le guitariste du tableau a l’air bien éprouvé. Clément aussi a eu des débuts difficiles.
    Bonne soirée

  23. Pauvre guitariste il semble épuisé
    Très jolie peinture
    bisous et bonne nuit

  24. J’ai eu des envies de meurtre à ma dernière séance. A cause des pop corns !:

  25. Mon conseil cinéma : les salles art et essai ! Au moins, il n’y a là personne avec du pop-corn.

  26. Alors me voilà partie pour une bonne lecture et j’irai sans aucun doute lire le chapitre 1, puis le 2 dans les jours à venir pour ne rien manquer.
    Bisous à toi et douce semaine, Syl

    • Merci, Sylviane ! Pardon d’avoir tardé à te répondre…

      Douce semaine à toi aussi… Même si ce n’est plus la même !

      Gros bisous

  27. je viens lire dès que j’ai une mn……

  28. tu as eu bien raison de continuer l’histoire de clément c’est envoutant 🙂
    big bisous

  29. oui j’ai été prof d’espagnol durant plus de 10 ans…dans une école de viticulture..et dans un lycée expérimental et autogéré qui s’appelle  J. Prévert..j’en garde un souvenir extraordinaire c’est un vrai moment de ma vie…
    besos
    tilk

  30. Je suis entrain de me perdre dans tes allées (lol) Ta Bibliothèque est si riche …Je découvre avec ravissement cette toile de Picasso – elle est si belle que je viens de te l’emprunter – Je ne résiste pas à ce qui est beau – j’ai bien noté qu’elle vient de ton blog si par cas je l’utilisais pour faire référence – Merci chère Quichottine pour ton amitié , surtout en ce moment – Mais tu sais je suis très philosophe et ne fais pas un drame de ce qui n’en est pas un – Je reste MOI tranquillement , sans plus ! J’ai vu ton sourire tout à l’heure – j’ai fait effort en faveur de la Paix mais seul l’avenir dira …en attendant je t’embrasse bien fort La Douce , confidente timide et discrète , comme les fleurs que tu affectionnes  ;-))

    • Tu pouvais me l’emprunter, pas de souci…

      Je préfère la paix à la guerre.. mais tu le savais déjà, je crois.

      Merci pour ce que tu as fait.

  31. L’histoire de Clément est si belle que je veux prendre le temps de la tranquillité pour la lire – il me faut attendre encore un peu ( la famille oulah…qué boulot par moment ! sans compter le chat ! ) Bref je retrouverais Clément dès que je pourrai et j’en suis impatiente – Bon , La Douce , je sais que tu suis les événements et que ton petit coeur est satisfait par la Paix rétablie et que ça continue tranquillou dans le petit groupe – Bisous reconnaissants à la vigilante amitié  ;-))

    • Merci…

      Il faudra que tu oublies pour un temps le Clément du jardin.

      J’aime bien savoir que tout va bien de nouveau entre vous…

  32. Le Boucher Dominique

    Bonsoir,

    J’ai lu tes commentaires sur notre blog des Cahiers des Diables bleus et j’ai choisi cette toile de Picasso qui est une de celles que j’ai le plus regardée et même consommée des heures pleines quand je commençais à apprendre la peinture y a de ça bien longtemps… pour te répondre quelques mots si j’y arrive…
    Je suis vraiment en trop bonne compagnie cette nuit entre Picasso le sublime et à la radio Léo qui chante  » Je vous aime d’amour… » comment ne pas retrouver la légèreté des piafs du printemps avec de tels compagnons nocturnes pour border mes petites écritures ?
    Picasso c’est encore et encore le peintre moderne qui m’éblouit le plus et la dernière expo où ses peintures et celles des peintres qu’il a aimés se frôlent m’a mise à nouveau dans l’envie de me gaver d’images de toiles de dessins… ces couleurs qui me manquent… cette envie de partir pour l’Espagne… Madrid Le Prado Tolède la maison du Greco les églises pleines de ses toiles immenses son musée… Goya Velasquez tous les autres… les peintres espagnols qui sont mes frères de vie à moi et que pourtant je n’ai découvert et aimé passionnément que très tard dans ma petite errance…
    Enfin tu sais tout ça on en a déjà causé et tu en connais un bout toi aussi. J’ai senti dans tes derniers coms une grande lassitude presque de la tristesse… Je me trompe ? Tu parles d’un projet que tu ne sais comment mener à bien… Nos projets sont parfois de drôles de polissons et il faut souvent les apprivoisier encore et encore pour qu’ils ne nous plantent pas au bord du chemin mais surtout n’abandonne pas le tien car c’est en faisant route ensemble que souvent on s’aperçoit soudain bien étonné que « ça » nous porte alors qu’on croyait que c’était le contraire !
    Bon je cause sans savoir et sans connaître la nature de tes inquiétudes ou de ton désarroi mais j’ai tant et tant lutté et recommencé avec la peintue et puis lâché prise pour me coltiner l’écriture et là à nouveau c’est le haut combat… que je commence à croire que seule la ténacité nous donne la force de persévérer dans ce qu’on est et de rejoindre quelque part les autres qui ont la même passion et les mêmes désirs créateurs et généreux…
    Moi j’ai été énormément secouée par cette période « de fêtes » où on y a pas été à la fête avec le massacre de Gaza qui nous a beaucoup touchés nous autres qui avons des amis en Palestine et dans le Monde Arabe et qui ne pouvons regarder ces choses infâmes sans réagir au moins par les mots : notre unique arme pour un combat toujours perdu et toujours à poursuivre là aussi…
    Mais en dépit de la répétition des mêmes conneries et des mêmes boucheries de siècles en siècles je me dis que nous avons réussi au moins à nous relier entre créateurs poètes écrivains grâce à la toile et que même si nous avons été comme toujours impuissants à agir nous avons partagé la souffrance et communiqué entre nous et avec d’autres de nombreux autres… Ouais… le monde change…
    Mon étonnement et mon espoir reposent sur le nombre assez grand d’artistes d’historiens de philosophes israéliens et juifs de toutes origines qui ont réagi avec justesse et sans hésiter face à cette barbarie et qui aujourd’hui sont à nos côté dans ce refus de continuer à détruire le présent et l’avenir des gamins de Gaza et d’ailleurs par la famine la haine l’exclusion et le reste !
    En tant qu’écrivains nous ne pouvions pas… c’était impensable… nous en laver les mains… Et à ce moment de l’année en plus où nous croyons naïvement à la trève et au bonheur…
    Cela a été dur et j’ai vécu avec mes amis d’Algérie un Salon du Maghreb des Livres qui vient d’avoir lieu ce week-end qui nous a rapprochés dans l’angoisse que nous partageons désormais je crois sans rien en dire que cela recommence et qu’à nouveau ces images nous fracassent… Ce Salon qui m’a pris le peu d’énergie que j’avais encore a été beau plein de rencontres riche et humain… 
    Mon nouveau bouquin D’Aden à Alger Petites chroniques vagabondes était là alors que mon amie Marie Virolle qui l’a publié m’avait annoncé un retard de l’imprimeur ! J’ai eu de la chance et cet échange de paroles avec des écrivains algériens et un poète qui est devenu aussi un ami et un correspondant assidu Jean-Claude Xuereb me donne quand je le regarde envie d’écrire encore encore avec les autres ! C’est ce que j’aime par dessus tout et des projets j’en ai plein ma hotte mais je ne sais si je pourrai les réaliser car la vie est de plus en plus déchirée et elle fait mal ! Trop mal souvent mal aux autres…
    Le travail d’écriture ne cesse jamais tu vois… Je me dis le salon est passé ouf ! je vais me reposer un peu et voilà… il faut aller à celui du Livre de Paris dans à peine un mois pour parler d’autres écrivaines… d’Algérie bien sûr mais je m’étais jurée… et mes écritures alors ! Et Camus que tu as juste effleuré dans ce texte qui n’est que le début d’une nouvelle chronique… et Céline et Buko et mes poèmes et mes cinq ou six manuscrits pas finis et tout ça !
    Tu sais pour cette incroyable histoire roman feuilleton avec l’ANPE… je pourrai bientôt écrire un récit là-dessus mais là en réalité ça n’est pas drôle ! Ils me cherchent des poux et je dois inventer à chaque rendez-vous avec le monsieur censé me faire trouver absolument un job avant mars foi d’animal des rendez-vous qui n’existent pas et je perds mon temps à faire des choses insensées mais ma liberté de créer est à ce prix…
    De quoi me plaindrai-je vu que c’est moi qui ai choisi de ne pas faire autre chose qu’écrire ? Et aboyer évidemment… Ouaouf ! Ouaouf ! Dès que j’ai fini mon nouveau texte sur Céline je te l’envoie en priorité et celui sur Camus aussi…
    Quant à Louise Michel alors là c’est impossible que tu restes dans l’inconnu avec cette femme qui est un être unique d’intelligence du coeur et de l’esprit et de révolte généreuse et poétique et personne ne me contredira là-dessus j’en suis sûre… Je prépare quelque chose et je te l’expédie dès que possible ! Et surtout ne lâche pas l’affaire comme on dit en banlieue ! On continue ! Dominique qui ne t’oublie pas 

    • Bonjour Dominique,

      Tes visites me font toujours plaisir, même si je sais que ni toi ni moi ne pouvons y consacrer autant de temps que nous le voudrions, j’aime nos rencontres !

      Je suis allée à l’expo… deux sur trois.
      J’aurais peut-être pu t’y rencontrer, mais j’avoue ne pas avoir vraiment regardé ceux qui étaient là, j’y étais pour les toiles…

      Je n’ai pas tout aimé… mais je me suis fait plaisir.

      Comme je te comprends pour l’Espagne !… T’ai-je dit que les deux années que j’ai passées là-bas m’ont vraiment marquée ? Je sais que j’y retournerai avec plaisir… pour Velazquez, pour Le Gréco, pour d’autres aussi…

      Tu ne te trompes pas, pour la tristesse de ces derniers temps, je me battais contre des moulins et j’ai dû abandonner une partie de mon rêve… Mais pas tout, heureusement. Il reste un projet cohérent, surprennant aussi. J’aime bien, et, lorsque je pourrai en parler ici, je t’inviterai.

      J’aime bien ce que tu dis du partage… tu verras combien cela me touche.

      Je sais bien pour Gaza, pour tes luttes, je dois dire que tout cela me rend triste aussi. Pourquoi ne peut-on pas réussir aujourd’hui à vivre en bonne intelligence entre tous les peuples ? Pourquoi ces luttes, ces souffrances ? Pourquoi ces guerres où périssent des enfants, des personnes dont le seul désir serait de vivre en paix ?

      J’espère que tu as raison et que le monde change vraiment… en bien, si possible. Je l’espère…

      Je crois que personne ne peut s’en laver les mains… à moins d’être d’une hypocrisie sans mesure !

      Je suis contente que ton nouveau livre soit sorti… à temps pour le salon. J’espère que je pourrai le lire bientôt.

      Tu débordes de projets… et je crois que quoi que tu en dises, tu débordes aussi d’énergie. J’avoue que cela me plaît !

      Je sais que d’être au chômage n’est pas forcément la meilleure chose… mais cela te donne du temps pour la création. Profites-en au maximum, la liberté de créer est quelque chose qui n’a pas de prix.

      Je suivrai avec attention tout cela sur ton blog… je sais que je n’y passe pas chaque jour, mais régulièrement, dès que je peux.

      Je ne lâche rien, ne t’en fais pas.

      Bien sûr que je continue !

      Tous mes voeux pour toi… je suis sûre que tu sauras mener à bien tes projets !

  33. Me voici disponible. Je commence donc par le début! J’ai donc 7 chapitres à lire.
    Je vais donc prendre mon temps et me glisser doucement dans les aventures de Clément le troubadour.
    Bon dimanche Quichottine, je t’embrasse.
    Sophie

  34. Ah voilà j’ai trouvé je reviendrai…
    Mais je m’attarde devant ce Picasso mon Dieu que je « ressens » devant Picasso à chaque fois…
    C’est toujours assez fort même puissant
    Merci pour ce bon moment passé auprès de toi…
    Tu n’es pas là mais ton âme est partout en ce blog…tous les blogs ne respirent pas ainsi, certains sont inertes.
    Je t’embrasse

    • C’est fait !

      Celui-ci est sans doute l’un de mes préférés… Je n’étais pas vraiment là aujourd’hui, j’ai eu des imprévus.

      Mais j’étais avec toi, c’est certain.

      Merci pour ta longue visite.

  35. JE viens de voir cette toile.
    JE me suis dit  » C’est de Picasso » dans sa période dite « bleue ».
    Un click sur l’image et …confirmation.
    JE suis contente de ne pas avoir tout perdue de mes leçons scolaires 😉
    J’aime beaucoup cette peinture et je pense même un jour caresser une toile vierge et faire naître ce musicien…qui sait ce qu’il me dira.

    • Merci, Sarang. C’est vrai que c’est une toile que j’aime beaucoup aussi.

      S’il te parle, je sais que tu sauras traduire en mots ses silences. Je viendrai les lire chez toi.

      Merci d’être là.

  36. Superbe tableau qui fait partie de la période bleue du peintre, une période que j’aime particulièrement … J’avoue que les mois d’été m’ont tenue éloignée de l’écran, travaux, soucis, parfois l’esprit n’est pas en repos mais je suis passée vous voir silencieusement au détour d’un clic malgré tout !
    Bisous ma Quichottine, je reviens doucement, et j’ai un petit reportage qui j’espère vous plaira, bientot, bientot … Corry

  37. Je n’ai pas de mots pour dire combien ce Troubadour en peinture est bouleversant …j’en suis amoureuse de cette peinture  ! quant à l’histoire de Clèment …pas encore réussi à tout lire – il me faudrait le calme et je suis souvent plutôt en tourbillon (mental ) avec tout ce qui se passe chaque jour dans le monde – C’est un conte magnifique Quichottine , je te l’ai déjà dit , une histoire merveilleuse – J’espère bien que jamais tu ne renonceras à ce blog – même si je m’y perds dans les allées  –  affectueusement à toi La Douce et merci de ton passage chez moi – je t’embrasse tout doux 

    • C’est l’un de mes tableaux préférés…

      Je ne vais pas tout laisser tomber. Et, en tout cas, ce blog ne mourra pas.

      Merci pour tes passages.

  38. j’aime bien le tableau !!

     

    un petit bonjour de nous deux. toujours pas d’eau et cette chaleur m’irrite le pharynx, là où s’est logée mon « orpheline ». je suis toujours en train de racler et de boire de l’eau. je ne veux pas retourner à la pris de « Mestinon », car j’en ai bavé pendant presque 3 ans avec des crampes et de tressautements musculaires, au point d’en pleurer. Alors j’espère qu’avec les immunosuppresseurs, ça tiendra le coup. En 2006, le 1er Août, j’avais fait un séjour au CHU, c’est mon gendre qui m’y a amené le jour même de mon anniversaire. J’espère que cela va tenir !! tant que je peux avaler, ça va bien !!!

     

    Bises et belle journée !!

    • Ce sont des nouvelles inquiétantes… J’espère que tu vas avoir un peu d’eau et que la météo va te permetre de moins souffrir.

      Prends soin de toi surtout.. Il ne faut pas que ton « orpheline » prenne toute la place !

      Je t’embrasse fort. Passe une belle soirée.

  39. Avec le sommaire, je comprends mieux : je reviendrai lire la suite ! Bisous

  40. Bonsoir Ma Dame Quichottine
    Comme c’est drôle la vie!
    Après avoir rassemblé mes bêtes, je me disais que j’allais aller me coucher et relire quelques pages d’un livre déjà lu mais que j’avais particulièrement aimé. Un film en a été tiré et je l’ai vu depuis peu « Un jour tu comprndras » et je n’avais pas trop aimé ce qu’ils en avaient fait d’où ma relecture!
    Oh je délaye ce soir.. enfin bon je vais voir mes messages et vois ton commentaire… et aussi un article… je suis venue dare dare  étant donné qu’il s’agissait de Clément! Du coup je suis retourné en arrière pour lire les trois premiers chapitres et tout est parfait!
    L’enfant va naitre donc!
    Et je vais te répondre et retrouvé l’autre Clément! hi hi mais celui là est dit Jérôme!
    Bises
    Dany

    • Tu as donc découvert en avance le troisième épisode…
      Je l’avais mis là pour ceux qui suivent mes liens…

      Tu t’es avancée dans la lecture, et c’est bien. Sourire… je t’imagine dans toutes les activités de la journée et je sais que le soir, tu dois être bien fatiguée.

      Gros bisous et bon dimanche ! Prends soin de vous…

  41. ~~ Kri ~~

    Je m’en vais lire (ou relire) le début…
    Bon Week-end!

  42. la suite! la suite !!! gros bisous

  43. tiens tiens…..une Quichottine…..vous ici??? je vous croyais ailleurs …..…hihi^^ c’est sympa de savoir que tu continues un peu …donc, ça vaut bien ça et ça

    • Michka ! Vous ici aussi mon pirate préféré ?

      Je ne me souviens plus si j’ai mis des pirates dans mon histoire, des brigands, oui…

      Gros bisous

  44. coucou la belle … c’est chouette que tu continues !

    Passe un bon week-end, à plus tard

    La Goutte Mu

    • Je suis contente si ça te plaît.

      Passe une bonne semaine… Pardon pour ce retard que j’ai pris dans mes réponses.

  45. Un livre, une histoire ! Vite je saute à pieds joints dans les trois chapitres et reviendrai me promener dans tes allées pour te faire savoir ma sensation. Il me tarde donc ! Bon week-end à toi Bise Betty

    • Merci…

      Je vais pour ma part te souhaiter une bonne semaine. Nous sommes lundi et je suis en retard pour mes réponses.

  46. Petite Elfe

    Eh bien attendons la suite. Et cette peinture de Picasso est très touchante. Je ne lui  connaissais pas ce style… On le connaît plus pour ses peintures… » puzzle », un peu fouillis. Bonne journée.
    PS-Merci pour ton commentaire de ce matin…

    • C’est vrai que l’on parle beaucoup de Picasso autrement, mais c’est plutôt celui de ses débuts que j’aime, avant que son public ne l’ait fait évoluer vers quelque chose que je ne comprends pas toujours et qui me touche moins.

      Merci à toi d’être là, Petite Elfe.

  47. grrrr il mérite de finir dans la marmite bouillante !!!! mais je la trouve aussi trop effacée… que diable ! et, et… ? dis moi, la petite souris qui était partie de la bibliothèque.. est-elle revenu ???
    bizzzz et à lundi

    • La souris ? Je ne sais pas, peut-être. Je suis en train de la chercher… 

      Je sais bien que François mériterait le pire, mais je sais que ça va lui arriver. Oups ! Qu’est ce que je dis là ? Tu verras bien si tu viens lire les chapitres suivants

      Gros bisous Bidulette, nous sommes lundi, passe une bonne semaine !

  48. J’ai lu depuis le début et je dis : chapeau bas. Je suis entrée dans l’histoire de Clément ou plutôt dans l’histoire de Aude et François pour le moment. J’adore cette période et c’est avec un énorme plaisir que je t’ai lue. Je suis impatiente de lire la suite car, ça y est…je suis piquée ! Il n’a pas l’air commode François. Quant à Aude, je sens déjà en elle une femme pleine de douceur. On verra si les suites me donneront raison.
    P.S : tu diras au sieur François que l’on ne peut pas tout contrôler dans la vie et certainement pas les étoiles et la lune. Quant à l’arrivée du bébé, il n’aura d’autre choix que de se plier à Dame Nature. Na !
    Je suis très heureuse de te retrouver ici Ma Dame et je t’embrasse.

    • Sourire… Merci pour ta lecture attentive.

      J’ai transmis à mes personnages tes recommandations et avis

      La suite est écrite, mais elle arrivera peu à peu. C’est un feuilleton après tout !

      Je suis contente que tu sois là, Chana.

  49. 🙂

  50. Chouette !!! Chouette !!!

  51. revenant d’une balade sous le ciel gris du jour, j’ai bien esuyé mes chaussures avant de m’installer dans la bibliothèque, je choisis un confortable fauteuil et je vais attendre Clément.
       Bigs bises, bonne fin de journée

    • C’est vrai que le ciel était gris… et il l’est encore aujourd’hui !

      Merci de penser à moi… Gros bisous, Lili !

  52. Je viendrai lire la suite de l’histoire de ce petit troubadour. Son père était ciseleur ,je crois.
    Bises et bonne fin de dimanche Quichottine

  53. Ah! Le Moyen Âge, quelle période étonnante, madrigaux, fabliaux, amour courtois, rien que je n’aime tant…

    • Oui, j’aime aussi… beaucoup.

      Mais il y avait pourtant de grands inconvénients, surtout lorsqu’on n’était pas du bon côté de la barrière…

      Merci pour ta présence

  54. ok
    ainsi je reprendrai tout du début
    bisous d’iris

  55. Roland Ivy

    Alors; c’est parti…

  56. Roland Ivy

    Je suis revenu après une eptite recherche pour te poster ce texte :

    Saltimbanque – Maxime le Forestier

    Enfant de clown et d’écuyère,
    Il était né sous chapiteau.
    Entre la lionne et la panthère,
    On mettait son berceau.

    Il a grandi parmi les nôtres.
    Dès que son âge lui permit
    De poser un pied devant l’autre,
    Une voix lui a dit :

    « Petit, tu es né Saltimbanque.
    De ville en ville, tu iras.
    Jongle avec tout ce que tu as
    Et si tu manques,
    Cent fois, tu recommenceras. »

    Quand il voulait lancer des balles,
    Elles ne tombaient pas dans ses mains.
    Quand il sautait sur un cheval,
    C’était toujours trop loin.

    En équilibre sur la table,
    Il était pris par le tournis.
    Chacun le disait incapable
    De gagner sa vie.

    « Petit, tu es né Saltimbanque.
    Il faut qu’ils rient, il faut qu’ils pleurent,
    Qu’ils applaudissent, qu’ils aient peur
    Mais si tu manques,
    Pour nous, tu seras un voleur. »

    Alors, en désespoir de cause,
    Il a jonglé avec des mots
    Et la musique et d’autres choses.
    On a crié : Bravo !

    On le réclamait à tue-tête
    Sur les pistes du monde entier.
    Dans son numero de poète,
    Il était adoré.

    « Petit, tu es né Saltimbanque.
    Méfie-toi de ces pistes-là.
    Quand ton numéro passera,
    Si tu le manques,
    On ne te ramassera pas.

    Car tous les mots, quand on les jette,
    Ils rebondissent n’importe où
    De cœur en cœur, de tête en tête.
    Ils en deviennen

  57. Bonsoir Dane Quichottine, je viens à nouveau me balader dans vos allées et vos rayonnages…

    Bonne soirée à vous!

  58. et, et, et, et, Chapitre 12, et, et, et, et, Chapitre 13, et, et, et, et, et The end? oh noooon pas déjà ! Dis-moi à quand la publication? 😎

    • Ben non, pas déjà, ne t’en fais pas, il y a d’autres chapitres.

      La publication pour de vrai ? J’y pense, mais, pour la mettre sur papier, il faut que je l’arrange un peu…
      Et que je me trouve quelqu’un pour l’illustrer. J’y pense… aussi !

  59. Alain-Julien BENITEZ

    Image and video hosting by TinyPic

    -………..Le SOMMAIRE ..Ok

  60. Vois tu Quichottine, j’ai lu bien de tes commentaires ça et là, et la curiosité ne m’avait pas encore attirée chez toi, merci d’être venu à ma rencontre…
    Je persiste et signe, je reviendrai me laisser bercer par les douces vagues de ton blog.

    • Merci à toi, Cosaque.

      Cela me fera plaisir. J’ai aimé tes interventions ici ou là. J’ai ton blog à découvrir.

  61. Hélène, le-calame-et-la-plume.

    Elle est belle et poignante, ton histoire…
    Tu vois, je me suis accordé le plaisir d’aller jusqu’au 6è chapitre…
    C’est pour moi une facilité énorme de lire un conte sur le net, car j’ai du mal à tenir un livre…
    L’histoire de Clément me fait un peu penser à Clavel, et je la lis comme cela existait autrefois, lorsque Zola et les grands auteurs de l’époque publiaient leurs livres en épisodes dans les « quptidiens » de l’époque, et tout cela me ravit… Merci pour ce très beau voyage, Quichottine.
    Je t’embrasse,
    Hélène.

    • Je suis contente que cette histoire te plaise, même si je sais que je ne l’ai pas encore travaillée et qu’il le faudrait si je veux la publier un jour sur papier.

      Clément est un personnage que j’aime beaucoup, dont il faudra un jour que je te raconte comment il m’a semblé si évident d’écrire son histoire.

      Merci d’avoir pensé en me lisant à ces grands auteurs, cela me touche beaucoup.

      Je t’embrasse fort. Passe une belle journée.

  62. Hélène, le-calame-et-la-plume.

    Ca se corse, comme dirait Napoléon…
    Pourquoi Clément n’a-t-il pas donné de nom à son chien? Pourquoi perd-il sa liberté pour avoir suivi le mystérieux troubadour?
    Je cours lire la suite… Mais c’est vrai, Quichottine: tu nous donnes tant dde choses! Comment après cela pouvoir faire le tour des autres blogs?
    (Il y a des choses que tu sais… Cela ne m’étonne guère…
    Je t’embrasse,

    • Merci, je suis heureuse que tu aies posé ces questions.

      Il faudra sans doute que j’y réponde en corrigeant mon manuscrit.

      Quant à la visite d’autres blogs, le problème reste entier. Il me faudrait des journées de soixante-douze heures.

      Je t’embrasse fort. N’oublie pas le jardin, c’est là que tu pourras me retrouver lorsque je ne serai plus ici.

  63. mon avis serait….. pâle devant tant de beautés,

    dans l’écriture,

    les pensées et la résonnance du coeur d’un écrivain hors pairs.

    tu sais, je suis un petit chat tout gris d’antan éperdu de sourires…de regrets et d’ailleurs

    et un diadème d’agent qui ne s’illumine que quand le solstice est haut dans le coeur des poètes

    je t’embrasse

    pour Pâques, un soleil magnifique remontant les aurores….du coeur…….

    pas de crise de foie, je n’ai pas mangé d’oeuf, seulement les poules ..rires il y avait plus de chocolat

    bisous mon amie

     

    • Un petit chat tout gris… tu devrais avoir plus confiance en toi, Iriwin.

      Pourtant, je sais que ce n’est pas si facile d’écrire ainsi, sans savoir si l’on sera lue…

       

      Ton avis n’est pas pâle du tout…

      Je t’embrasse