Les escaliers de Fancri

Ils auront fait partie de ma vie de blogueuse depuis que j’ai fait leur connaissance… il y a très longtemps.

Le premier août 2007, je lui envoyais mes escaliers à moi… les seuls que je lui ai confiés vraiment.

Ils étaient importants pour moi, je les avais mis dans un billet où j’expliquais ce qu’était la vie pour moi.


Âmes en peine…

Voilà…
À droite ou à gauche, il y a des âmes en peine,
des personnes qui hésitent…
qui se cherchent sans se trouver
et qui pensent qu’elles ne trouveront pas
de raison pour exister.

La vie, c’est comme cet escalier…
parfois, on a du mal à grimper.

On voudrait un peu d’aide,
un bras charitable,
un appui…

Et puis, on se sent un peu nul,
un peu seul.

Mais ce n’est pas vrai,
jamais.

Il y a toujours autre chose
quelque part.

Un ami qui attend.

Un « soi » un peu plus grand.

Alors, pensez bien à ce que j’ai dit,
ailleurs…

La vie,
c’est quelque chose
de merveilleux.

Comme un étalon sauvage.

Il faut l’apprivoiser,
lui montrer que,
quoi qu’il fasse,
c’est toi qui en seras le maître.

La vie,
c’est comme une rose.
Il faut parfois en accepter les épines.

Elles ne sont là que pour mieux t’obliger
à la saisir doucement,
sans à-coup,
tendrement.

La vie,
c’est un défi qu’on te lance,
pour ne pas en crever d’ennui.

Alors, il faut s’en repaître,
la dévorer à pleine dents,
faire de chaque jour qui passe
une pièce de plus dans ton puzzle.

À toi de le reconstituer,
sans te prendre la tête,
sans écouter ceux qui te disent
que tu n’en vaux pas la peine.

Toi seul sais ce que tu vaux,
les autres ne savent rien,
rien du tout !

N’écoute pas ceux qui t’agressent,
ils sont jaloux !

Publié le 29 juillet 2007 dans « Le Pays de Quichottine »

J’ai ensuite republié ce billet. Je crois qu’il est important pour moi.

Alors, lorsque chaque matin je me rendais chez Fancri, depuis que je me suis abonnée pour ne pas oublier, je regardais ces escaliers, qui venaient de tout près, ou de très loin, et, chaque fois, je repensais à ce que j’avais écrit ce jour-là, comme pour mieux me persuader que la vie est si jolie quand on a un(e) ami(e) qui peut vous aider à gravir ces marches qui nous attendent chaque jour dans la nôtre.

Parfois, c’est facile, parfois non, mais, toujours, il y a cette main qui se tend au moment où l’on voudrait s’arrêter.

Bientôt, à la fin de l’année, chez Fancri, il n’y aura plus de billets, plus de visite quotidienne à faire.

Lorsque je l’ai appris, je lui ai dit, là-bas :

J’ai lu ton en-tête avec un peu de tristesse.

Tu vois, cela peut paraître bizarre, mais j’aime bien tes escaliers, et ce qu’ils représentent pour moi.

On peut voyager de différentes façons, on peut regarder ou non des images. Moi, depuis longtemps, j’avais décidé de venir ici.

M’abonner pour ne pas oublier de passer, de prendre mon moment de rêve, parfois si rapide.

Et choisir ce qui me plaisait, aller voir ailleurs parfois, chez celles et ceux qui t’envoyaient des images… le plus souvent silencieusement, parce que ce n’est pas facile de parler sur des images.

Revenir, sourire, et laisser quelques mots, juste parce que j’avais aimé.

Cependant, je sais combien c’est difficile de tenir à jour une collection pareille.

Cela prend du temps. Tu as un autre blog aussi, qui prend du temps… et je sais qu’on ne peut pas tout faire.

Aujourd’hui, je voulais te remercier, pour ta gentillesse, pour ces voyages que tu as partagés ici avec tes visiteurs, pour les découvertes que tu m’as permis de faire.

… et je voulais te remercier aussi pour ce que tu ajoutes, que « tu feras des mises à jour » pour éviter la pub, que tu ne vas pas supprimer cette collection…

Merci, Fancri. Commentaire n° 6 posté par Quichottine
le 05/12/2008 à 17h06

… J’aurais dû le faire bien plus tôt ici aussi, pour expliquer pourquoi ces mots si brefs qu’il m’adressait aussi chaque jour, en réponse aux miens, étaient si importants, pourquoi je ne les aurais pas supprimés, même contre un trésor… Même pour pouvoir conserver cette main qu’une autre m’avait tendue un jour.

Personne ne peut savoir ce qu’il y a dans les pensées d’autrui, les « pourquoi » que l’on ne comprend pas.
Il m’arrive de ne pas savoir les dire.

Ce jour-là, Fancri, qui laissait d’habitude un « bon lundi, bises » ou mardi, ou mercredi… les jours de la semaine auraient tous dû être si beaux si une fée avait veillé sur lui… Ce jour-là, il a déposé dans la bibliothèque autre chose qu’un simple « bonjour »…

Bonsoir Quichottine, merci pour ton com qui fait craquer un cinquantenaire.
Je le garde sous le coude pour le ressortir en temps voulu.
Bises
Le blog des escaliers ne va pas disparaître, tu as compris que je me consacre plus à mon travail et aussi je reviens plus sur mon premier blog car j’aime la photo.
Bon WE et RE-bises.
Commentaire n° 54 posté par Fancri
le 05/12/2008 à 18h58

Aujourd’hui, Fancri a publié mon commentaire. Il y a joint une chanson magnifique, qui complèterait à merveille mon billet. Moi, je publie ici le pourquoi…

Il y a toujours un « pourquoi ».

Passez une bonne journée.

66 réponses à “Les escaliers de Fancri

  1. Je n’ai rien à ajouter, ni le :pourquoi? Ni le : il faut !!! Juste que la vie est pleine d’aspérités, qu’il faut savoir absorber en douceur, rien ne sert de ruer, mais avancer à son pas, selon ses moyens et ses capacités. C’est vrai aussi qu’à deux, c’est plus facile. Le rôle de « canne » étant interchangeable !!

    Ciao ma belle et bonne fin de journée !!

    • J’adore quand tu t’arrêtes sur mes pages, Patriarch !

      Tu as raison, il faut toujours avancer à son pas.
      (J’allais ajouter « avec la bonne canne »…)

      Merci ! Bisous à partager

  2. J’ai suivi le lien Quichottine.
    Il est parfois bien difficile d’accepter les épines de la vie et les « pourquoi » que l’on ne comprend pas qui peuvent faire aussi mal que les épines. 
    Bon dimanche
    Bises 

    • J’ai vu…. J’adore, parce que tu le fais souvent. Tu es adorable !

      Je sais qu’il n’est pas toujours facile d’accepter… mais il faut bien s’y résoudre !

      Bonne fin de journée à toi…

  3. un super article plain d’émotion et de tendresse…
    bien sûr il y a aussi la tristesse …j’aime pas voir des blog disparaître…
    besos
    tilk

    • Le blog de Fancri ne va pas disparaître… Il ne grandira plus, mais Fancri va veiller à le garder en bon état. Tant mieux !

  4. On peut être essouflé(e) en montant les escaliers …C’est^peut-être pour cela que Fancri a besoin de repos mais visiblement il sera là qand même pour le partage et les images ..
    Ainsi va la vie !!!
    Bises
    LIZAGRECE

    • Il garde son second blog, et il maintiendra en état les escaliers…

      Je crois que c’est ainsi que c’est bien. Je crois qu’il manque surtout de temps, comme nous tous.

      J’aime bien ton image… C’est vrai qu’à force de les grimper quatre à quatre… !!

      Merci, Liza.

  5. C’est un bien beau billet. C’est vrai qu’on s’attache aux personnes que l’on visite tous les jours, elles deviennent des amies et si elles partent on s’ennuie. Mais un bloque c’est beaucoup d’entretien.

  6. Beaucoup d’émoton dans ton billet, mais je comprends que parfois nous avons besoin de nous retouver, et Fancri avait aussi un autre blog que j’avais délaissé pour le suivre dans ses escaliers de partout. Moi aussi je lui avais tansmis des escaliers et quans j’étais en vacances je pensais toujours à lui en prendre. Bonne fin de journée, bigs bises

    • Fancri va continuer sur « Feuilles », et nous pourrons continuer de l’y retrouver.

      Je crois que nous étions nombreux à penser à sa collection.

      Merci pour ta présence, Lili ! Bonne soirée à toi

  7. C’est tjs difficile de « quitter » un blog ou autre chose ou qq qu’on aime. Et ds la vie , il n’y a que de l’éphémère et c’est qqchose que j’ai du mal à accepter. Et pourtant,! Bises   vITA

    • C’est vrai que peu de choses durent vraiment, et au mieux, pour nous, elles durent le temps d’une vie.

      Je crois qu’il faut l’accepter et profiter au mieux de ce que la vie peut nous offrir de plus beau… en essayant de rendre le reste plus léger.

      Je t’embrasse, Vita, passe une bonne soirée…

  8. c’est toujours difficile d’accepter le départ d’un ami, même virtuel, je comptrends….
    La vie est ainsi faite Quichottine….
    bisous et bonne soirée

    • Là, il ne part pas vraiment… il arrête un blog que j’aimais bien, je le comprends, il manque un peu de temps.

      Mais il ne l’efface pas. C’est ce qui me fait plaisir.

      Merci… Bonne soirée à toi aussi

  9. les emmerd… c’est le sel de la vie, nom de… non !!
    bises

  10. Je passe, comme une ombre, sans déranger. Sans même faire bouger les rideaux.
    Après mon passage? juste un billet comme une plume, pour quoi? mais pour dire bonne soirée, bonne semaine et bonnes fêtes.

    • Une ombre, Alphomega… Mais une ombre amicale et fidèle !
      Merci pour tout, Alphomega.

      Bonne fin de soirée… et très bonnes fêtes à toi aussi

  11. Un très bel hommage à Fancri….. J’aime son blog des escaliers bien sûr et j’en ai monté des marches. mais j’aime aussi et peut être encore plus son second blog , ses photos sont superbes…. Je peux comprendre qu’à force de diffuser les photos des autres, on puisse avoir envie de créer soit même surtout quand on a du talent comme fancri.

    • Il y avait aussi de ses photos, parmi les escaliers de Fancri.

      Catégorie « mes escaliers ».

      Mais je comprends qu’il ait eu envie de se consacrer davantage à son second blog. Le temps n’est pas extensible. Et, tu as raison, il a du talent !

      Merci, Martine, passe un bon Noël.

  12. Dans l’ensemble, un billet plein de sensibilité, comme toujours…

    Le texte sur la vie, oui, il est beau… Les épines? elles sont quelque fois trop nombreuses, trop grosses et trop dures, trop douloureuses… et puis il faut surmonter quand même… dur dur…

    Bisous de Tokyo.

    • Merci pour ta visite, Mimisan !

      Il faut toujours grimper les marches… même quand elles nous semblent trop hautes.

      Bisous à toi aussi, passe de bonnes fêtes de fin d’année avec ta fille !

  13. Le Boucher Dominique

    Bonsoir,

    Je voulais absolument te répondre avant la pause de fin d’année et puis je l’ai fait à la suite de ton com et je ne sais pas si mon message est lisible vu qu’il n’apparaît pas quand j’ouvre sur le blog… tout ça trop compliqué pour une p’tite ouistiti comme moi donc je recopie ma réponse chez toi… plus simple ! Et je tombe sur cet article où tu parles de ce blog en voie de chnagement ou d’errance peut-être c’est drôle…
    Je ne sais pas ce qu’il en sera de celui de nos Cahiers après les fêtes ou ce qu’on appelle comme ça vu que jai plus trop d’énergie pour m’y mettre et que dès notre retour de Saint-Malo où on va ouf ! oublier ce monde de dingues quelques jours… je dois prendre le rythme des passages répétés à l’ANPE pour formation accélérée à… du rien… Je poursuis ma piste d’écriture mais sans doute autrement… enfin moins sur la toile ça c’est sûr…
    J’ai besoin des livres en vrai… les objets qu’on prend dans les mains dont on coupe les pages qu’on regarder vieillir et qu’on trimballe partout comme des frangins familiers… et aussi d’échanges physiques vivants pas virtuels ça n’me suffit pas… alors comme faut choisir ben c’est fait… Continuerai à envoyer des bouteilles à l’océan et celles et ceux qui aiment pourront les découvrir de temps en temps…
    Et d’abord voici la réponse et un peu de Camus… encore quelqu’un qui nous touche mais pas frocément de la même façon… Bonne fin d’année et à bientôt…

    Bonsoir,

    Un petit mot… peut-être le dernier de cette année qui aura été difficile par tant de rêves perdus ou… égarés et par tant de doutes sur nous-mêmes car bien sûr que les gens comme toi et aussi un peu comme moi qui se demandent parfois s’ils sont vraiment à leur place là où ils se sont posés comme des papillons ou s’ils ont une place dans ce drôle d’univers pas très humain ce sont des êtres qui doutent et qui ont envie de donner du sens…
    C’est drôle qu’on ait un peu causé de Camus dans nos coms et nos réponses aux coms mais sans trop approfondir car Camus passait beaucoup de son temps d’écriture à se remettre en question et à revenir dans ses textes et ses correspondances sur ses propres interrogations intimes. Et comme il était un écrivain qui s’engageait même s’il le faisait à sa façon très critique et très distanciée des émotions pour ne pas entrer justement dans la spirale du ressenti à outrance et des réactions trop émotives il nous est proche et ce dont il parle aussi…
    Je crois vraiment qu’aucune des questions qu’il pose n’est ni datée ni dépassée et bien que parfois ( parce que j’ai la même façon de faire de l’autocritique et que ça m’emmène souvent à freiner mes réactions ) je trouve qu’il faut arrêter de tout analyser sinon on n’agit pas… j’ai envie de relire ses livres alors que je les ai tous lus des dizaines de fois… Pourtant je suis loin d’adhérer à son refus de la violence mais ça c’est une autre question qui nous mènerait très loin…
    J’ai acheté et dévoré le bouquin qui vient de paraître Albert Camus et les libertaires et j’ai ressenti comme à chaque fois un double effet de proximité mêlé d’agacement mais ses lettres aux ouvriers du livre qu’il fréquentait assidûment et qu’il respectait beaucoup ( ce qui me le rend attirant et encore plus proche ) sont sublimes d’humanisme et de respect pour les gens qui ne sont pas des intellectuels… ceux qui travaillent de leurs mains et souvent dans quelles conditions… Par ailleurs et en dépit de son côté très moraliste que je n’aime pas follement il était vraiment en relation avec les anars et il avait du mérite à l’époque de s’impliquer ainsi car les anarchistes ont toujours été haïs d’une manière frontale et bornée par la plupart des scribouillards excepté de Céline sans doute parmi les plus grands…
    C’est drôle car justement dans une de ses lettres Camus précise ce qu’est le travail d’écrivain ( enfin de l’écrivain qui veut donner du sens par ses livres et non pas faire du commerce ) et il explique que ce travail très solitaire et intime demande qu’on y consacre une grande part de sa vie mais que comme les écrivains dont il fait partie ne peuvent pas vivre de leur écriture alors il faut un second métier qui est pour lui le journalisme… mais qu’il n’aime pas du tout avoir à consacrer son temps à ça…
    J’ai souri en lisant que Camus ne pouvait pas vivre de ses écrits en me disant que moi alors qui n’arrête pas d’aboyer parce que je ne touche jamais un sou pour mes articles ni pour mes bouquins je frise le ridicule… Comme quoi on peut être quelqu’un de très exigeant dans la pensée et dans la création quelqu’un qui ne songerait pas une seconde à faire autre chose et ne pas arriver à en vivre ce qui est sacrément douloureux bien sûr…
    Je crois qu’on n’a pas fini de se chamailler au sujet de Camus et de ses prises de positions particulières alors qu’on ne devrait pas en faire des références immortelles mais plutôt des repères vrais et solides pour avancer et continuer sur ses traces… ce qui prouve qu’on est dans un monde vieillissant qui n’est plus capable de créer de nouveaux concepts comme le proposait Deleuze aux philosophes…
    Et au fait de philosophes ils ont une drôle de dégaine aujourd’hui les philo… ( sophes ) je mets les parenthèses parce que pour ce qui est de la sagesse tu repasseras et moi aussi en lisant par exemple Michel Onfray dans Siné Hebdo excellent journal mais Onfray sur ce coup-là il est en dessous de tout… C’est toujours au sujet de Camus et il oppose de manière absurde et sans profit pour personne les personnalités de Sartre et de Camus en alignant des lieux communs qui s’ils ne sont pas là pour provoquer sont d’une rare bêtise… Quand donc saurons-nous prendre chez les gens d’une telle qualité d’âme de coeur et d’esprit ( je pense à Camus et à Sartre ) la grandeur la force l’intuition la sensibilité et les multiples trouvailles qu’ils ont jeté entre nos mains pour nous en servir ( comme le disait Bourdieu aux jeunes de la cité du Val Fourré en parlant du savoir ) au lieu de susciter de la haine et de la séparation des années après leur mort ?
    Ceci pour te dire aussi que même les plus grands sont utilisés et manipulés… qu’on détourne leurs propos et leurs intentions alors qu’ils ne sont plus là pour pouvoir répondre et que bien que ça soit souvent très dur en ce moment de ne pas prendre le parti de s’en aller comme disait Baudelaire… on doit sans doute pour celles et ceux qui en ont besoin et envie continuer… qu’en penses-tu ? Alors sans doute à très bientôt. Et bonne fin d’année avec toutes les petites lumières des lampes à huile des conteuses pour t’accompagner. Dominique   

    • J’espère que vos cahiers bleus continueront, quoi qu’il arrive…

      Même si je sais que ce n’est pas facile !

      Pour ce qui est du besoin de papier, je le comprends, je suis pareille !

      … et puis, ton message… J’ai besoin d’y penser un peu avant de te répondre. Je le ferai sur ton blog.

      Je ne veux pas ces jours-ci, parce que je vais avoir un peu trop de monde autour de moi pour pouvoir écrire et discuter longuement… mais je pense à toi, c’est sûr. Et je vais tout faire pour arriver à ce que tu ne partes pas !

      Je t’embrasse, Dominique. Prends soin de toi… et passe de très belles fêtes de fin d’année !

  14. Je me suis éloignée un peu de la blogosphère, happée par mon travail  et un séjour à Paris, tu avais trouvé chère Quichottine ! J’étais en famille, c’est pour ça que je ne t’ai pas fait signe. Entre ce que voulaient faire les uns et les autres, le temps a filé comme neige au soleil … Je viens vers toi pour lire une triste nouvelle ! Fancri que j’ai découvert sur le tard … Je vais lui dire bonjour et je reviens te voir dans la journée … Beau mardi et gros bisous !

    • Le temps file à toute allure, je sais bien, et que tu sois là aujourd’hui me touche beaucoup !

      Passe de bonnes fêtes, Bandolera !

  15. bonjour quichottine
    j’ai noté l’adresse du second blog de Fancri. Mais je ne comprends pas le fonctionnement de la carte voyageuse ? doit-on s’inscrire ?
    en attendant je te souhaites d’excellentes fêtes de Noël et de fin d’année.
    Amitiés

    • Pour la carte voyageuse, c’est le hasard qui décide. Elle passe de main en main, au hasard de rencontres entre blogueurs… En ce moment elle semble être au ppoint mort. J’espère que Ptitsa arrivera à la donner à quelqu’un d’autre.

      Je te souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année aussi, Charline !

  16. Tes mots pénètrent jusqu’au coeur et y font leur nid…

  17. Plaisir de relire cet article 🙂

  18. cerisette et l'art

    merci pour cet encouragement qui fait vraiment du bien dans de telles circonstances
    bisous
    cerisette

    • Merci pour ce retour… mais c’est de bon coeur que j’étais passée chez toi… Je suis navrée par ce drame que vous devez subir.

      Courage à vous.

  19. Fancri-bis

    Bonjour Quichottine,
    Merci pour cet article. « La vie » comme tu la racontes n’est pas tous les jours facile.
    Bises.

  20. Coucou ma Quich’
    une rose sans épines, un chemin sans embûches ou une vie à l’ encéphalogramme aussi plat que celui d’ une feuille de salade seraient-ils plus agréables ??
    Non. Je n’ en suis pas sûre du tout.
    Mais savoir que là où le pied se tord sur un accident de terrain, une rampe ou une main amie sera là pour éviter la chute, et l’ entorse est déjà moins douloureuse ….
    Bisous ma Quich’ et bonne fin de dimanche 🙂

    • Non, je ne crois pas que j’aimerais une vie différente.

      J’aime bien ton image de l’entorse… C’est tout à fait ça !

      Bisous à toi aussi, Clo, passe une bonne soirée…

  21. Muad' Dib

    Coucou Quichottine,
    C’est vrai que c’est une drôle d’aventure que celle des blogs. On y entre par la petite porte, en catimini, sans trop savoir où cela va nous mener.
    Puis on se laisse prdre au jeu, une idée en chasse une autre …
    L’ennui c’est qu’on est bien vité débordé par cet espace virtuel qui ne demande qu’à s’étendre comme un conquérant qui ne fait aucune concession.
    Et puis il arrive un moment où il faut faire un choix, un choix douloureux sans aucun doute …
    Tu sais, même si Fancri met son blog sur les escaliers en pause, je suis sûr que le mystère de ces marches, ces pointillés entre la terre ferme et le domaine du rêve, continueront d’exercer leur attrait.
    Je te souhaite un très agréable week-end.
    Gros bisous,

    • Comme tu le dis… On ne sait jamais en ouvrant un blog où l’on va aboutir…

      Je sais qu’il ne faut pas se laisser envahir… même si ce n’est pas facile de trouver la juste mesure.

      De toute façon, je continuerai à aimer les escaliers…
      Je m’en faisais la réflexion tout à l’heure. Le premier tableau qui m’ait séduite chez Joëlle, c’était un escalier aussi… Brocéliandre…

      Tu fais une belle analyse… Merci !

      Bonne soirée, Muad !

  22. bisous et bon dimanche Quichottine

  23. Petite Elfe

    Je me souviens très bien de ce billet. Il m’avait touchée. Il fait un peu écho à celui de mon blog aujourd’hui…(merci infiniment de tes visites d’aujourd’hui d’ailleurs, je vais y répondre tantôt…)
    Je connais le blog de Fancri. Je n’ai jamais envoyé d’escaliers… il y en avait  tant que je me suis dit qu’il devait en avoir assez…
    Bonne fin de journée .

    • C’est vrai… J’aime ton billet d’aujourd’hui… Il m’a beaucoup parlé !

      J’ai pris d’autres photos d’escaliers en pensant à lui, mais je ne lui en ai pas envoyé de nouvelles… je ne sais pas pourquoi.

      Passe une belle soirée…

  24. Durgalola

    ton message est mélancolique – c’est vrai que comme toi, je vois qu’avec le temps, les blogueurs changent, s’arrêtent, se posent …
    mais n’est ce pas pareil dans notre vie de tous les jours, de voir notre monde bouger et quelque part certaines amitiés changer.
    bisous et bonnes fêtes de Noël

    • Il est vrai que je l’étais un peu…

      Mais tu as raison, ceux qui passent changent… et c’est bien normal.

      Merci, Bonnes fêtes de Noël à toi aussi

  25. bonsoir , des mots avec le coeur , voilà et bien de la chance a celui a qui ils sont destinés , j’ai des escaliers en pagaille pour francri il faut que je lui envoie ,
    bisous d’iris

    • Il a demandé sur son blog qu’on ne lui en envoie plus. Il ne va plus avoir le temps de les publier. Il arrête là, à la fin du mois.

      Merci d’être passée, Iris. Gros bisous à toi

  26. c’est vrai qu’une main est bien plus importante que tous les mots qu’on pourrait dire.
    mais les mots aussi font du bien surtout quand on ne les attend pas et qu’ils sont là comme un étonnement.

  27. Bonjour à toi depuis la grande Ourse!
    J’avais escaladé de temps en temps les escaliers de Fancri! c’est une belle idée!
    Merci pour toutes tes visites où tu as escaladé mes articles!
    Faudra que je revienne ! j’ai sauté plusieurs marches dans la bibliothèque( non non je te jure je n’ai pas fait de bruit et je n’ai pas dérangé tes lecteurs!)
    J’ai lu en diagonale et donc faut que j’y retourne!
    Gros bisous
    Dany

  28. Hephaestion

    Ca m’est arrivé plusieurs fois aussi de fermer un moment la porte…mais je suis revenu à chaque fois…ce besoin de communiquer sans doute et puis…quelques personnes chères aussi…et puis créer, écrire…enfin tout un ensemble de sentiments qui tournent autour de l’amitié ma foi et qui font que l’on revient avec joie…car il faut que cela en soit une ! A bientôt !

    • Oui, je sais bien…

      Et je suis contente que tu continues à écrire…

      Il faut que le plaisir soit partagé… et qu’il reste plaisir.

      Merci… 

  29. Ah Fancri et ses escaliers! Je lui en ai envoyés pas mal. Tu lui rends un bien bel hommage. Tenir deux blogs, ça prend du temps. Mais je suis contente qu’il ne l’arrête pas entièrement.

    Chaque jour qui passe est comme une marche supplémentaire de l’escalier que tu gravis. Personne d’autre ne le gravira à ta place ! Alors que l’on nous laisse aller à notre allure !

    Merci pour ton inscription à ma Newsletter. C’est un honneur pour moi! Jamais je n’aurais pensé cela ! Je prends ce geste comme cadeau de Noël.
    Gros bisous Quichottine!

    • Nous sommes nombreux à le connaître, je crois, et à apprécier ce qu’il fait.

      J’aime bien… et je voulais ne pas oublier d’y passer !
      Merci à toi.

  30. Je visitais quotidiennement son blog d’escaliers mais depuis quelques Fancri se consacre + à son autre blog…difficile de mener les deux

  31. oui, je connais (un tout petit peu) Fancri et ses escaliers, je suis allée le visiter quelques fois, trop rares..; mais je ne peux pas visiter tous les blogs que je rencontre au hasard des billets… malheureusement ….
    bonne journée à toi aussi
    (au fait les roses, je leur coupe les épines comme ça, pique plus)
    bizzzz

  32. j’avais aimé cet article, et j’ai aimé le relire…

  33. Ce grand escalier de la vie que l’on ne cesse de monter avec ou non, difficulté, mais plutôt avec!!