Exbrayat, « Un joli petit coin pour mourir »

Est-ce que la quatrième de couverture d’un roman policier est importante ?

Vous savez que je n’ai jamais lu de roman policier…
Quoique…

Bon, il faudra que je regarde dans ma bibliothèque.
D’ici là, voyons un peu celui-ci.

Le titre, vous le connaissez. L’auteur, j’en ai déjà parlé, pour un roman magnifique, que j’ai beaucoup aimé.

Reste cette quatrième de couverture dont je vous montre d’habitude un aperçu.


— C’est pas grave, M’sieur… je crois bien que la balle est restée dans le bras… faut que je vous mène chez le médecin. Qui vous a tiré dessus ?
— Vous !
— Moi ? et pourquoi je vous aurais tiré dessus, M’sieur ?
— Ce révolver que vous tenez…
— Je l’ai trouvé à une trentaine de mètres d’ici, M’sieur, lorsque je me suis précipité après avoir entendu le coup de feu.
— Et vous n’avez vu personne ?
— Personne sauf vous, M’sieur.
— MacNamara, qu’est-ce que vous fichiez dans les parages ?
—Je désirais ramasser un beau bouquet pour la petite Anne, M’sieur, parce qu’elle est vraiment gentille avec moi…
— Montrez-moi le révolver ?
L’Écossais le lui tendit, l’Anglais l’examina.
— Vous le connaissez, M’sieur ?
Phil eut un petit rire amer.
— Je pense bien que je le connais. C’est le mien.

Un extrait du roman, rien d’autre, quelques lignes qui sont censées nous donner l’envie de le lire.

Deux personnages sont en présence. On peut supposer que l’un d’entre eux est le héros.
Un Anglais, qui a dû être blessé, et un Écossais qu’il accuse d’être le responsable de cette blessure.
Deux personnages ?
Si vous avez bien lu, il y en a un troisième, de sexe féminin, « la petite Anne ».

En lisant cet extrait, on ne peut pas savoir si cette « petite Anne » a cinq, quinze ou vingt-cinq ans, elle pourrait même en avoir cent et être seulement « petite » par sa taille.

Les femmes aiment recevoir des bouquets, ne croyez-vous pas ? Les petites filles aussi, qui passent leur temps à en cueillir dans la moindre parcelle de verdure. Les pâquerettes et les pissenlits de mon jardin ne résistent jamais au passage de ma petite-fille. Après, il reste à trouver un vase qui puisse accueillir des tiges de moins de deux centimètres…

Si vous êtes curieux, vous allez ouvrir le livre pour essayer d’en savoir plus sur ces trois-là ! Anne est-elle vraiment gentille ? Qui sont ces deux hommes et pourquoi ce pistolet retourné contre son propriétaire ?

J’ouvre donc mon livre et je commence la lecture.

Surprise. Il y a un « Prologue« … Je souris. Il y en avait un aussi dans Don Quichotte, mais, vous vous rappelez ? J’ai sauté les préliminaires pour me rendre sans attendre au premier chapitre !

Ici, il ne faut surtout pas le faire.

Ouvrant la porte qui donnait sur la rue, Phil Rothesay s’immobilisa sur le petit perron et respira avec avidité. Même à Londres, le printemps est une belle saison. Si Laura avait été là, elle se serait sentie heureuse rien que de voir le soleil et les branches des arbres de Tavistock Square aux feuilles d’un vert tendre. Mais Laura n’était pas là… Laura ne serait plus jamais là.

Là, je vais tout de même sauter quelques lignes, pour ne pas m’attirer les foudres des âmes sensibles. Laura a été tuée. Lui, Phil, c’est son mari. Mais, ce n’est pas n’importe qui.

Rothesay referma avec soin la porte derrière lui. C’était un homme qui faisait bien tout ce qu’il entreprenait, les choses les plus simples comme les plus compliquées. Consciencieux. Chaque fois qu’il sortait de son appartement de Bloomsbury, il le laissait en ordre parfait, car il ne savait pas s’il rentrerait et il ne tenait pas à ce qu’on ramenât son corps, le cas échéant, dans un endroit où tout serait sens dessus dessous.

Nous voilà bien !

Un homme respectable sortant de chez lui chaque matin dans l’idée qu’il risque de ne pas y rentrer le soir, ce n’est quand même pas habituel !

À partir de ce moment, rien n’est habituel.

Lui, c’est un agent secret, aux ordres de sa très gracieuse Majesté, la reine d’Angleterre bien sûr. Il a démantelé un réseau d’espionnage russe en Allemagne et il a tué son chef.

Les russes se sont mis à ses trousses, la première victime, c’était Laura, sa femme.

Ce jour-là, Phil Rothesay sort de chez lui… pour se rendre chez son chef. Moi qui ne suis jamais allée à Londres, j’aurais pu suivre le parcours, les noms des rues, des places, les stations d’autobus, tout y est !

Pour l’instant, nous savons seulement que la perte de sa femme l’a traumatisé, et qu’il ne fait pas attention à qui le suit ou non.

L’entrevue avec son supérieur, souhaitée, obtenue, et racontée, va nous en apprendre davantage.

— Bonjour Rothesay.
— Bonjour, Sir.
— Asseyez-vous… Je ne pense pas vous avoir convoqué ? Est-ce que je me trompe ?
— Nullement, Sir. Je suis venu de mon propre chef.
— Puis-je savoir pourquoi ?
— Pour vous faire mes adieux.
— Vos adieux ?
— Je pars ce soir.
— Vous partez ? Où cela ?
— Permettez-moi de ne pas vous le dire.
— Vraiment ?
— Vraiment.
L’homme à l’allure de notaire tapota nerveusement son bureau.
— Je vous rappelle, Rothesay, que vous êtes sous mes ordres.
— Plus maintenant, Sir.
— Première nouvelle !
— Je quitte le service, Sir.
— Voyez-vous ça ! Vous avez décidé et…
— J’ai décidé irrévocablement, Sir.

[…]

Et voilà ! L’agent secret va donner sa démission, décliner toutes les propositions d’aide, de protection, tout cela parce qu’il sait qu’il va mourir, qu’il sait qui va le tuer (sans pourtant savoir à quoi ressemble son assassin, ni même s’il s’agit d’un homme ou d’une femme, ce sera d’ailleurs l’objet de l’énigme, de la première page à la page 184, soit deux pages avant la fin du roman) et qu’il veut donc décider de l’endroit où aura lieu le crime.

Ce sera dans un endroit qu’il connaît bien… « Un joli petit coin pour mourir ».

••••


— Dis, Quichottine ? Tu ne vais pas nous en dire plus ?
— Ben non. Vous n’avez qu’à le lire !



D’autres renseignements dans la bibliothèque de Shéhérazade
Un autre extrait du roman, chez Morbiflette

On trouve encore le livre d’occasion sur Internet, par exemple ici.

71 réponses à “Exbrayat, « Un joli petit coin pour mourir »

  1. bisous du matin ! christel
    nb: semaine chargée , conseils de classe tous les soirs , je ferai comme je pourrai pour passer régulièrement

  2. Merci pour ces extraits qu campent bien la situation !
    LIZAGRECE

    • Je ne pouvais pas, et je le regrette, faire de vrai résumé… mais il y en a sur le lien que je vous ai donné.

      Merci à toi, Liza.

  3. C’est ce que j’ai le plus à la maison des romans policiers. Fille aînée me les donne après les avoir lu. j’en ai une flopée à la maison.

    Bonne après midi. Bises x2

    • Tu as de la chance, je crois… Je vais m’installer chez vous deux pour les lire !

      Gros bisous et bonne soirée, Patriarch

  4. Quoi qu’il advienne Phil Rhotesay a au moins raison sur un point. C’est que lorsqu’il sort il est sûr d’au moins une chose… c’est qu’il n’est pas sûr de rentrer.
    Et pour une telle certitude nul besoin d’être agent secret, ni même poursuivi par d’implacables tueurs. Fussent-ils russes. Ce qui est moins évident,en revanche, c’est de savoir dans quel joli petit cin on va mourir. A moins de s’asseoir dans un fauteuil et d’attendre tranquillement le passage de la Grande Faucheuse.
    Ce qui n’a pas l’air d’être son cas.
    Pour ce qui est de la « petite Anne » j’opterais pour le fait que MacNamarra soit un jardinier au service d’un lord (oui tiens pourquoi pas un lord) et de ce fait quel que soit l’âge de la fameuse Anne (entre 5 et 30 ans) il l’appellerait immanquablement « la petite Anne »afin de marquer par cela son affection respectueuse et courtoise; à moins que ce ne soit la pire péronelle (je reste courtois eu égard à l’auteur et à la valeur des oreilles qui me lisent… oui parce qu’il m’arrive de parler en écrivant) donc je reprends, la pire péronelle que la Terre ait porté.

    • Sourire…

      C’est vrai, pour beaucoup. Mais lorsqu’on vit dans cette optique, on ne vit plus.

      Il faudra que tu le lises, je crois… J’aime bien ce que tu dis mais tu te trompes, pour MacNamarra et pour Anne.

      Cependant… merci pour ce partage ! J’adorerais écrire avec toi à mes côtés !

      Passe une belle soirée, Alphomega, bisous à partager…

  5. J’ai lu tous ces romans, sauf les plus récents, j’aime beaucoup sa manière d’écrire et ne suis pas du tout surprise de le trouver chez toi

    • Je viens de le découvrir, grâce au blog.

      Je suis vraiment passée à côté de nombreux plaisirs dans ma vie. Lire un Exbrayat en est un !

      Merci, Florence.

  6. Voilà un billet qui donne envie de lire ce livre!
    Je suis bien d’accord avec Aza et j’ai bien aimé son coup de gueule: on est libres de lire les livres dont on a envie, et de le dire sans fausse pudeur, la lecture restant avant tout un plaisir! Depuis longtemps je ne suis plus les conseils des critiques littéraires qui font du « parisianisme ». Je ne vois pas pourquoi un genre littéraire serait plus recommandable qu’un autre! Les gouts et les couleurs après tout! …

    • Bien sûr, Nickyza ! Heureusement !

      La lecture est avant tout un plaisir pour moi, un incomparable moyen d’évasion.
      Je parle de ce qui m’a plu, je ne suis pas critique littéraire non plus.

      Et je n’oblige personne a avoir les même goûts que moi, heureusement aussi… ce serait si triste !

      Merci, Nickyza pour ce partage.

  7. si j’osais,je dirais »tu nous mets en appétit »,je voudrais bien savoir la suite;..et pourtant,moi aussi,je ne lis presque jamais de policier,j’ai l’impression que je ne vais pas trouver ce que je cherche…mais sais-je seulement ce que je cherche?

    • Tu peux seule répondre à cette question, Gazou.

      Si je me la posais à moi, je ne saurais pas répondre. Ai-je le droit, à mon âge, de dire que je suis ce que je cherche ?

      Sourire…

      Tu vois, pourtant, dans celui-ci, j’ai aussi trouvé certaines réponses. Je crois que j’aurais dû ne pas limiter mes lectures.

      Merci pour ce partage

  8. Merci pour ce livre cadeau, on approche des fêtes, on le voit bien…

  9. C’est vrai que tu sais tenir en haleine Quichottine chère Tisseuse de rêves, un chouette cadeau quoi qu’il en soit… T’embrasse

  10. Qu’il est bon d’avoir un livre dans ses mains.
    Je passe te souhaîter une belle soirée.

  11. Je me demande si je n’ai pas lu ça…mais ça ferait longtemps…fan de romans policiers je lisais tout ce qui me tombait sous la main et cet auteur est si célère que je me dis que je n’ai pas dû passer à côté…mais bien sûr la mémoire se perd aussi dans les romans policiers, surtout dans les romans policiers d’ailleurs…et voilà comment on a envie de lire ou de relire Exbrayat… j’ai vu comment ce livre a échoué dans ta bibliothèque .. c’est original et encore un histoire d’amitié virtuelle… enfin l’essentiel est que tu ne cherchais pas un coin pour mourir….hihi… bisous…                                                                                               

    • Il y a des chances, oui…

      Sourire… il y a toujours de belles choses à raconter lorsque l’on veut les voir.

      Merci pour ta longue visite ! Bonne journée à toi

  12. Ton petit résumé me convient bien étant un peu fatigué. Mais, je note que, d’une manière générale, on sait qu’on va mourir lorsqu’on est agent secret et que l’on donne sa démission (on ne quitte jamais un service) … (enfin, en général, cela ne concerne que les agents secrets).

    • Sourire…

      Il a démissionné parce qu’il savait qu’il allait mourir, de toute façon.
      Il choisit le lieu, et c’est quelque chose qui me plairait bien, de pouvoir choisir où.

      Prends soin de toi, Orion.

  13. Tu piques ma curiosité, j’aime bien les policiers et celui-la à l’air bien intéressant. Merci.

  14. du coup je suis allée voir pour les occasions, en plus il n’est pas cher. Et oui, moi aussi j’ai eu de la neige, mais 2 heures après tout était fondu avec la pluie. Bonne fin de journée avec des bigs bisous

  15. je suis de retour dans un meme style, je te conseille (les enquetes du juge Ti) cette serie fait decouvrir la chine ancienne auteur: Robert van gulik…paru chez:10/18 Bonne journée du mercredi amitiés de canton Qing et rene A bientôt sur: http://belgique-chine.over-blog.com La Chine hors des sentiers battus, par le tourisme.

  16. Je l’ai lu, il y a longtemps…

  17. J’aime bien Exbrayat…. mais cela fait très longtemps que je ne l’ai lu…. Pourquoi pas le découvrir avec un autre regard … Bises

  18. J’ai lu plusieurs livres de cet auteur et je les classe en 2 catégories : ceux que j’ai adorés, qui sont bien ficelés et qui vous tiennent en haleine jusqu’au bout et ceux que je juge légers, faciles, pas très intéressants, … comme s’il y avait deux Exbrayat !

    • Je ne peux pas répondre.

      Je n’en ai lus que deux dont un seul roman policier. Je découvrais Exbrayat pour faire plaisir à un ami qui les a tous lus.

      Avous-vous lu celui-ci ? Dans quelle catégorie le classez-vous ?

  19. Tu m’as donné envie de le lire ! Mon étagère de livres à lire grossira-t’elle encore ? Bisous

    • Je ne sais pas… Mais, toi, oui.

      Je commence à me dresser des listes plutôt que de les acheter…

      Sinon, je ne vais pas arriver à tout lire.

  20. du coup je suis allée voir pour les occasions, en plus il n’est pas cher. Et oui, moi aussi j’ai eu de la neige, mais 2 heures après tout était fondu avec la pluie. Bonne fin de journée avec des bigs bisous

  21. Tu es sûre que tu ne veux pas raconter plus… j’ai toujours du mal à entrer dans un policier, mais quandj’y suis je me laisse avoir chaque fois.
    Bonne journée Quichottine, je t’embrasse.

    • Si je te dis que je l’ai beaucoup aimé, ça te suffit ?

      L’histoire est magnifiquement menée, pleine de rebondissements divers.
      Je m’y suis laissée prendre.

      … complètement !

      J’espère que tu auras passé une bonne journée, Polly, je t’embrasse très fort.

  22. Dans un roman policier il y a presque toujours une intrigue amoureuse. Mais étant donné que tu as décidé de ne pas en raconter plus je vais devoir lire…Lol.
    En tous les cas j’ai envie d’en savoir plus et je vais essayer de me procurer le livre, il fait partie de ceux de Exbrayat que je n’ai pas lus.
    Merci pour cette mise en appétit comme toujours réussie. Je ne sais pas ce que tu mets entre tes lignes mais ça marche toujours. Re lol.
    Je t’embrasse chère Quichottine et te souhaite de passer une très belle journée.

    • C’est vrai… tu vas devoir

      Je ne sais pas ce que je mets entre les lignes… sourire… peut-être est-ce le lutin bleu qui y mets son grain de sel ?

      Bonne soirée, Chana… merci d’être là

  23. Dans un roman policier il y a presque toujours une intrigue amoureuse. Mais étant donné que tu as décidé de ne pas en raconter plus je vais devoir lire…Lol.
    En tous les cas j’ai envie d’en savoir plus et je vais essayer de me procurer le livre, il fait partie de ceux de Exbrayat que je n’ai pas lus.
    Merci pour cette mise en appétit comme toujours réussie. Je ne sais pas ce que tu mets entre tes lignes mais ça marche toujours. Re lol.
    Je t’embrasse chère Quichottine et te souhaite de passer une très belle journée.

  24. Petite Elfe

    J’aime beaucoup les policiers… et la science fiction..
    Il me faut de l’action et du rêve…  évidemment…
    Bonne journée Quichottine.

    • J’ai découvert très tard les romans de Science Fiction… Que de choses que je ne connais pas !

      Merci, Petite Elfe. Bonne soirée à toi

  25. pourquoi les gens qui lisent beaucoup ont-ils toujours un petit coup de patte pour les romans policiers! Excuse moi, là c’est moi qui donne le petit coup de patte mais ce « je ne lis pas de roman policier » ou Polly qui dit  » j’ai toujours du mal à entrer dans un policier » et je pense que pour faire « style », comme dirait ma petite fille, d’autres le diront aussi du bout du coeur et des lèvres en lisant ton billet,comme ceux qui disent lire les revues chez le docteur ou être tombés par hasard sur une émission trasch à la télé! Bref ça m’agace, je le dis, tout comme je dis qu’il y a d’excellents policiers, bien mieux écrits que certains bouquins dont on fait la promo pour faire « style », « branché », » monsieur et madame Machouère » comme je disais moi quand j’étais petite! Cette normalisation de connivence entre gens de même culture, je n’ose pas dire intellos m’énerve! voilà! c’est dit, j’espère que tu ne m’en voudras pas mais franchement, je t’ai vue faire la promo de bouquins qui selon moi, ne valait pas tripette! donc moi, j’aime lire des romans policiers et je n’en ai pas honte! je pense que ceux qui ont déserté mon blog parce que j’avais osé donné un coup de patte de même ordre dans un blog très très branché, vont encore plus me bouder mais je m’en fou!
    bises et bon mardi!

    • Merci, Azalaïs.

      Je dois dire que tu as raison et je ne voulais pas donner de coup de patte aux romans policiers.

      Si je n’en lis pas, c’est parce que je préfère les romans à l’eau de rose, c’est vrai, et j’en ai déjà parlé. Ce n’est pas une question de convention, de snobisme, ou de quoi que ce soit d’autre.

      Un ami m’a dit « lit Exbrayat ». Je lui ai dit que je le ferai, parce que j’ai confiance en lui.
      Je n’en ai pas trouvé dans ma librairie habituelle, c’est pour cela que j’ai commencé par « Rachel et ses amours », c’était le seul disponible. Mais je m’étais juré de chercher davantage.

      L’envoi de D’Ocean a abrégé mes recherches. J’ai aimé lire ce roman. Il est extrêment bien écrit, le suspens est conservé jusqu’à la fin, les personnages sont vrais et hauts en couleur.

      J’aime beaucoup et je sais que j’en lirai d’autres, mon ami avait raison, c’est un très bon écrivain. C’est sans doute pour cela que ses policiers ne sont plus disponibles. Il a trop de succès.

      Je n’ai jamais eu honte de dire que je lisais du Barbara Cartland, ou des Harlequins. J’en ai plein chez moi et c’est mon coin « fleur bleue », des moments de rêve pur, où je vais me réfugier quand tout va mal et que même mon Don Quichotte ne suffit plus.

      Je souhaite que personne ne te boude à cause de moi. Ce serait vraiment idiot. Tu sais bien que tu as le droit de dire ce que tu penses, c’est le privilège de la blogosphère, Dieu merci !

      Je t’embrasse fort, Azalaïs. Merci pour ta franchise. C’est ce que j’attendais.

  26. Pourtant comme le dit chana , il y a toujours une histoire d’amour dans un roman policier!
    http://www.lemda.com.fr/
    je suis de feu, et j’ai parfois du mal à me contenir, excuse moi!
    bises

    • Oui, mais, tu vois, je ne le savais pas avant d’en lire un…

      Je suis sûre désormais que j’en lirai d’autres. Celui-ci m’a beaucoup plu !

      Tu es de feu… je sais bien, moi qui suis de terre, j’ai du mal à suivre tout parfois, mais je fais ce que je peux.

      Tu n’as pas à dire excuse-moi, il n’y a pas eu d’offense. Au contraire. Cela m’a fait plaisir de voir que tu t’exprimais sans contrainte, et c’est sans contrainte que je t’ai répondu.

      Tu vois, ce qui me fait encore plus plaisir, c’est que le site de Pierre Maignan vers lequel tu m’envoies m’avait été conseillé par ma meilleure amie. C’est un auteur qu’elle aime bien et que je n’ai pas encore pris le temps de découvrir. Je le ferai après les fêtes, quand j’aurai plus de temps.

      Merci, Azalaïs.

  27. As tu reçu mon mail avec une photo jointe?

  28. Je lis très peu de roman policier, alors c’est chouette tes présentations, pour donner l’eau à la bouche, mieux qu’une quatrième de couverture même!
    je t’embrasse

  29. Jamais lu de roman policier ?

    mon dieu si tu savais tout ce que j’ai lu, en particulier les Agatha Christie. Je crois que j’ai tout lu d’elle d’ailleur. c’est savoureux, je te les conseille si jamais tu as envie de lire un génie ^^

    ce n’est pas possible de ne pas l’aimer, c’est une magicienne du suspens, le seul truc c’est que quand tu commences, tu ne peux plus arrêter jusqu’à la fin du bouquin ,imagines le temps que je pouvais y passer lol

    Ce livre me dit décidement quelque chose, et maintenant oui je suis quasiment sure de l’avoir lu, mais doit y’avoir un bail  😉

    Tu me donnes envie de le redécouvrir, faut juste que je trouve le temps .

    Bises du soir ^^

    • Je n’ai lu que « Dix petits nègres »… d’Agatha Christie. J’ai vu les films tirés de ces romans. Pourtant, je dois dire que j’adore Hercule Poirot et Miss Marple. Je devrais les lire !

      C’est fou… Pourquoi n’ai-je pas fait de relation entre les séries TV et les romans jusqu’à les lire ? Je l’ai fait pour d’autres…

      Il faudra que je m’y mette, je vais me régaler…

      Mais après les fêtes seulement. J’aurai plus de temps !

      Merci, Loralie. Bises du matin

  30. je viens rassurer Aza, je ne vais pas la bouder pour sa franchise, moi les policiers j’en ai lus mais mon problème c’est que quand j’en lisais 1) je ne pensais plus qu’à le finir, ça m’angoissait ce suspense et 2) que je l’oubliais aussi vite que je l’avais lu (à quelques rares exceptions,genre le nom de la rose ou « l’enfer » de René Belletto…).
    Et j’ai comme toi lu des histoires à l’eau de rose et toutes sortes de récits qui m’ont distraite quand je ne pouvais lire autre chose.
    C’est vrai que pour le policier et la science fiction plus encore, j’ai aujourd’hui plus de mal qu’avant.
    Bisous à toi et à Aza.

    • Je comprends ce que tu ressens.

      C’est vrai qu’en commençant, tu as envie de savoir comment ça finit… Alors, je vais à mon tour t’avouer quelque chose. Il m’est arrivé très souvent de lire les dernières pages… … avant !

      Mais cela ne gâtait pas mon plaisir. Ensuite, je finissais le livre pour voir comment l’auteur réussissait à passer de ce début qui m’avait plu à cette fin le plus souvent surprenante.

      … et, tu vois, ça, ça me plaisait bien !

      J’avais encore beaucoup de livres à mettre dans ma bibliothèque…

      Bisous à toi aussi, Polly

  31. j’ai aimé la réaction d’azalais…Moi, j’aime lire des policiers, ils sont ma détente…Il y en a des bons et des moins bons, comme tous les livres…En ce moment, je me régale avec Harlan Coben… Les romans « à l’eau de rose », il m’arrive d’en lire, peu, parce que je n’en ai pas ici…mais quand je suis triste ou fatiguée, je me réfugie dans les livres « jeunesse »… ( comme puck ou le prince Erik… des livres que j’adorai qd j’etais ados) et puis… oui, chacun est libre de lire ce qu’il veut sans se soucier du regard d’autrui, parce que vraiment, « c’est pas du dernier chic que de ne pas connaitre certains livres » ce’st n’imp…. ces réactions… Exbrayat… souvenir…mon père les avait tous lu… ils sont « son souvenir »…. Bisous Quichottine

    • Je comprends pour les livre « jeunesse »… Je dois dire que j’aime bien aussi.

      Je ris, vois-tu, parce que si l’on parcourait les livres de ma bibliothèque, on verrait combien je n’ai pas d’idée toute faite sur ce que l’on doit lire ou pas. Il y a seulement des livres que je garde parce qu’ils m’ont plu ou parce qu’ils représentent quelque chose pour moi. Et puis, il y a ceux que je lis et relis, qui finissent par s’ouvrir seuls à certaines pages.

      Pour les livres « souvenir », je sais ce que c’est… moi, c’est mon Don Quichotte

      Bisous à toi, Mahina

  32. Quichottine, ne vois pas dans mon message , cette phrase: « si l’on parcourait les livres de ma bibliothèque, on verrait combien je n’ai pas d’idée toute faite sur ce que l’on doit lire ou pas« ce n’etait pas le sens de mon propos mais de ce que l’on relève parfois dans les commentaires… Ah…ces commentaires… sincère ou non? faire croire que l’on ne lit que le dernier Renaudeau ou autre.. mais finalement…oui, les coms sont lus et interprétés vis à vis de soi…. hummm
    Bonne journée Quichottine

    • Mais non, Mahina. Je ne faisais qu’appuyer ce que tu disais.

      Je suis d’accord.

      Bien sûr que l’on interprête souvent les commentaires que l’on reçoit par rapport à soi… c’est parfois source de malentendu. Mais heureusement, on peut toujours s’en expliquer.

      Je t’embrasse fort… Bonne nuit, Mahina

  33. d’accord avec René, les enquêtes du juges Ti, de petites merveilles et surtout, surtout ne pas oublier la merveilleuse Fred Vargas dont chaque livre est un bijou de drôlerie mais aussi de philosophie et de tendresse avec des personnages hors du commun comme ces historiens qui ont décidé de vivre dans la même maison en occupant chacun un étage qui correspond à leurs recherches du préhistorien qui occupe le sous sous au spécialiste de la guerre de 14 qui occupe le 4ème!
    un de mes préférés (je les ai tous lus!) c’est « Sans feu ni lieu dans lequel un acordéonniste pas très fut fut , mais avec des trouvailles de langage extraordinaire est accusé de crime et protégé par une prostiruée qui croit en lui!
    eh! bien, tu vas en avoir de la lecture si tu nous écoute tous!

    • Je note aussi… Fred Vargas, Sans feu ni lieu

      Tu crois que je vais avoir le temps d’écrire si je lis tout ça ?

      Ma PAL augmente à vue d’oeil !

      Merci Azalaïs.

  34. et voilà ! j’ai déjà lu EXBRAYAT et je suis en train de me torturer les neurones pour me souvenir lequel !!!!!! grrrr et ça va me trottiner dans la tête encore tte la soirée, ça c’est sur… zut alors… mais j’aime bien ce genre de policier… bizzz

  35. jackline

    Moi je lis toujours les 4è de couverture avant de choisir un bouquin, dont je ne connais pas l’auteur ou bien si c’est un titre nouveau..Pour Exbrayat, je crois que j’ai vraiment beaucoup lu ces bouquins, tous sont à la fois très amusants (castagne dans les villages irlandais très bien imagés dans le texte !) et les intrigues vraiment très prenantes..C’est un auteur complet…bisous

    • Je n’ai pas encore suffisamment d’expérience, mais je suis certaine que ce que tu dis correspond à la réalité.

      Pour l’instant, ce que j’ai lu me plaît.

      Merci, Jackline !

  36. jackline

    Moi je lis toujours les 4è de couverture avant de choisir un bouquin, dont je ne connais pas l’auteur ou bien si c’est un titre nouveau..Pour Exbrayat, je crois que j’ai vraiment beaucoup lu ces bouquins, tous sont à la fois très amusants (castagne dans les villages irlandais très bien imagés dans le texte !) et les intrigues vraiment très prenantes..C’est un auteur complet…bisous

  37. ben moi, je lis et j’écris, l’un ne va pas sans l’autre, sans lecture, on n’a pas de nourriture!