Âmes en peine (réédition)

Âmes en peine…

Voilà…

à droite ou à gauche, il y a des âmes en peine,
des personnes qui hésitent…
qui se cherchent sans se trouver
et qui pensent qu’elles ne trouveront pas
de raison pour exister.

15606760

Photo de Quichottine, 2008

La vie, c’est comme cet escalier…
parfois, on a du mal à grimper.

On voudrait un peu d’aide,
un bras charitable,
un appui…

Photo de Quichottine, 2008

Photo de Quichottine, 2008

Et puis, on se sent un peu nul,
un peu seul.

Mais ce n’est pas vrai,
jamais.

Il y a toujours autre chose
quelque part.

Un ami qui attend.

Un « soi » un peu plus grand.

Alors, pensez bien à ce que j’ai dit,
ailleurs…

La vie,
c’est quelque chose
de merveilleux.

Comme un étalon sauvage.

Il faut l’apprivoiser,
lui montrer que,
quoi qu’il fasse,
c’est toi qui en seras le maître.

Photo de Quichottine

Photo de Quichottine

La vie,
c’est comme une rose.
Il faut parfois en accepter les épines.

Elles ne sont là que pour mieux t’obliger
à la saisir doucement,
sans à-coup,
tendrement.

La vie,
c’est un défi qu’on te lance,
pour ne pas en crever d’ennui.

Alors, il faut s’en repaître,
la dévorer à pleine dents,
faire de chaque jour qui passe
une pièce de plus dans ton puzzle.

A toi de le reconstituer,
sans te prendre la tête,
sans écouter ceux qui te disent
que tu n’en vaux pas la peine.

Toi seul sais ce que tu vaux,
les autres ne savent rien,
rien du tout !

N’écoute pas ceux qui t’agressent,
ils sont jaloux !

Montage de Quichottine

Montage de Quichottine

Publié le 29 juilllet 2007 dans « Le Pays de Quichottine »

24 réponses à “Âmes en peine (réédition)

  1. Je l’avais lu, relu ce matin, relu chez Chris… je m’en imprègne et à vrai dire, il me fait du bien.

    Je t’embrasse très très fort.

  2. C’est bon de relire tes mots quand le jour est triste et que l’on perd confiance, merci…

  3. Je parle d’un bouquet de roses jaunes qui fut offert à une personne en grande détresse …elle est très belle cette rose , oui , comme la Vie , pleine d’épines ,mais personne n’y résiste ! Tu vois j’aime bien venir ici te retrouver …je m’y sens plus proche de toi , d’autant plus que je suis une grosse paresseuse qui lit de moins en moins …il faut dire que les yeux n’ont plus vingt ans ! Bisous La Douce

  4. Affecteuses pensées, Amielle. Pour toi , mon coucher de soleil de ce dimanche. Gros bisous, tout plein.

    • Merci…

      Si tu savais combien ta présence affectueuse m’est nécessaire aujourd’hui !

      Merci pour ce soleil que tu partages avec moi.

  5. Cet escalier est fort joli pour illustrer cette vision de la vie. Il a une âme.

    Symbolique de la vie qui passe aussi par des tunnels c’est ce que je ressens en lisant ce billet, je ne sais pas comment tu te sentais à l’époque…

    Cette vie qui est si difficile à vivre et qui est aussi si merveilleuse, quel paradoxe…s’offrant à nos propres paradoxes

    Ce que je sais ce jour, c’est que dans ma vie tu es apparue

    • Je ne sais pas comment tu le ressens.

      Je me souviens que lorsque j’ai écrit, cela me paraissait évident. J’étais comme toujours entre deux… mais j’avais quelqu’un à rassurer. Il me fallait lui montrer que la vie vaut la peine d’être vécue.

      Je me suis souvenue de ce que l’on m’avait dit… au même âge. « La vie, c’est quelque chose de merveilleux »… et j’ai développé, en choisissant des images qui me parlaient.

      C’est toujours vrai. Même s’il m’arrive encore de penser qu’à chaque joie qu’elle nous apporte correspond un chagrin, peut-être encore plus grand…

      Tu as raison, les paradoxes abondent. J’ai souvent du mal à faire le tri.

      Merci d’être là aujourd’hui.

  6. petite elfe

    Je suis allée faire un tour dans ton « pays » mais le lien que tu nous donnes n’est pas bon…..
    La vie, il faut  » l’apprivoiser »… c’est comme les amis…. ceux qui deviendront les vrais. Ceux qui ne font pas semblants…  il y en a qui écrivent avec ferveur, et tu le crois, tu es un(e) véritable ami(e), mais ça ne va plus loin…. Ils l’écrivent parce que ça fait bien, mais ce ne sont que des mots.
    Ce qu’il y a de bien avec la vie, elle se vit (évidemment…) , se construit et s’écrit, sans faux-semblant. On ne peut pas tricher.
    J’aime ta mosaîque qui symbolise la vie.
    Bonne journée Quichottine
    PS- je viens faire un tour dans une orangeraie où tu as planté quelques orangers tout récemment….

    • Merci !

      Grâce à toi, j’ai modifié le lien, j’espère cette fois avoir le bon.

      … Je crois que même dans la vie on peut tricher, mais, j’espère que c’est plus facile de s’en rendre compte.

      Tu sais, les orangers, ils ne sont plus vraiment ce qu’ils étaient (sourire).

      Passe une belle journée, Petite Elfe !

  7. patdelapointe

    rien de rien…mais il faut rester dans son chemin. bisous

  8. je monte l’escalier comme la vie parfois difficile et je trouve une porte de lumière, la rose de son parfum et de sa couleur nous offre la joie et le montage nous montre la vie….
    tes photos résument si bien ton texte…. Merci!

  9. patdelapointe

    et ne regarde jamais derrière, car l’avenir est devant, et nul ne saura jamais de quoi il sera fait…bisous, vous

  10. Heureusement que la vie n’est pas comme un escalier roulant.
    J’ai cherché « Elle » de Quichottine à la librairie, je n’ai pas encore trouvé.
    Je me suis permis de te mettre en lien.
    A bientôt.

    • Sourire…
      Je crois que les écrits de Quichottine attendront encore un peu avant de se trouver en librairie.

      … pourtant, je crois qu’ils y seront un jour prochain.

      Merci pour ce lien. J’aime ton conte. Je ne sais pas pourquoi je m’y retrouve autant.
      Quand le lirai-je sur papier ?

  11. Sourires aussi !
    Il faudra d’abord que je finisse ce conte, je ne pense pas être au bout avant un certain temps, c’est une 1ère expérience de ce genre.

    • En tout cas, je suis contente de pouvoir le suivre au jour le jour en attendant. J’aime bien la façon que tu as de tout faire vivre. Monde étrange mais attachant.

      Passe une belle journée, Pierre-Louis.

  12. Corine Caporlan

    Bonjour Quihcottine,

    Le hasard doit aussi être un maître, car c’est aujourd’hui après une semaine particulièrement difficile que je tombe sue ce texte pourtant de 2008. Si tu savais comme il me parle et me répond. Il y a aussi dans tes mots des choses que j’essaie de me dire souvent mais auxquelles je ne crois pas toujours tout simplement parce que quand c’est la propre voix qui me parle de moi, je sais qu’elle a raison pour pas mal de choses mais je ne me crois pas toujours.
    Il y a aussi cet « autre plus grand que soi »…. cela me touche aussi beaucoup car répond à une autre vérité à la fois à une chance et un regret : il y a des gens qui vous veulent du bien mais ne peuvent pas vous accompagner et ce n’est pas leur faute. C’est déjà une énorme chance de pouvoir trouver une profonde sympathie mutuelle. Je n’en connais pas 36, mais une.

    La vie est souvent surprenante.
    Je ne m’y ennuie jamais, mais les épines sont parfois vraiment des dents acharnées. Certaines périodes arrivent à les chasser, d’autres…

    Merci infiniment pour tes mots.
    Gros bisous Quichottine.

    • C’est sans doute l’un de mes textes préférés, je suis heureuse qu’il trouve écho en toi.

      Je crois que ces partages sont importants.

       

      Merci encore à toi pour ta présence et tes mots amicaux.

      Gros bisous, Corine.