Album photo (3)

Dans l’album des photographies d’Emmanuelle, c’est la troisième image.

Le soleil brille, l’ombre de ta chaise de bébé, de ce « Baby relax » que les jeunes générations de parents ne connaîtront plus, se projette sur les dalles de béton de la terrasse.

Derrière toi, le chèvrefeuille monte à l’assaut des croisillons de bois qui nous séparent de notre voisin.

Est-ce le soleil qui t’oblige à fermer les yeux ?

Il fait très chaud, sans aucun doute. Tu n’es vêtue que de tes couches… Je me souviens de la marque… Les couches jetables s’appelaient « Tendresse » et j’ai encore, ici ou là, des cartons cubiques qui servent désormais à remiser ce qui ne sert plus. « Tendresse », écrit en rose vif sur le carton blanc.

Toi, tu agrippes de la main gauche le cou de Sophie. Sophie ? C’est la girafe de caoutchouc, celle qui a vu grandir tant de bébés, et qui existe toujours.

Tu manges Sophie, comme tu manges tout ce qui passe à portée de tes mains… Nous apprendrons plus tard que rien ne peut te résister, et tu auras tant de « Sophie » que nous aurions sans doute pu faire une commande à un grossiste en jouets.

Ton bras droit ne bouge pas, il ne bougera plus, sauf lorsque tu vas le chercher à l’aide de ta main gauche.

Ta main droite est fermée, crispée. Il est de plus en plus difficile de t’obliger à l’ouvrir.

Tu as neuf mois.

Moi, à côté de cette image ensoleillée, j’ai écrit :

« Août 1981… J’ai découvert ma girafe. »

10 réponses à “Album photo (3)

  1. De l’émotion à l’état pur, que dire de plus ?

  2. Tendres et amicales pensées pour toi, Quichottine…

  3. Qu’il y ait ou non miracle , toute la force de l’Espèrance est à activer …quel que soit le chemin de cette petite Vie innocente …inch’Allah ! Toi tu sais ….J’ai feuilleté ton petit album , je sais qu’elle a grandi , je sais l’intérieur d’un coeur de mère … La Vie ordonne qu’on ne se retourne pas trop sur le passé , tu es très courageuse , ton blog nous en donne la preuve …et c’est un bonheur de pouvoir t’y rejoindre , même si les visites ne sont pas aussi nombreuses qu’on le voudrait faute de temps – Je t’embrasse tout tendre La Douce  .

  4. je suis perdue pour la chronologie…mais en ouvrant ce premier article je sais déjà je crois et…je continue en silence

    • Le lien te conduisait au billets « Emmanuelle »… ensuite, tu lis comme tu le peux, comme tu le veux…

      Merci pour ce silence.

  5. C’est très poignant et on reste sans voix . Tu as beaucoup de force en toi pour écrire ces souvenirs.