Janvier (Le Voyage, 1)

Photographie © AA

Photographie © AA

Clément s’en était allé… Il eût fallu bien peu de choses, en somme, pour qu’il restât.

Il avait hésité, très longtemps, comme si tout pouvait changer, comme s’il suffisait de lui parler de temps à autre, de lui écrire, de la rêver. Et puis, un soir de chagrin, il était parti, sans plus se retourner.

Le chemin qui s’ouvrait devant lui fut à ses yeux soudain paré de toutes les splendeurs de l’espoir retrouvé.

Devant lui, l’infini, et derrière, le néant, comme une page qu’il n’aurait jamais plus envie de parcourir.

Le soir était tombé, une nouvelle fois, avec son cortège de chagrins épars, de vérités non dites, de soupirs retenus.

Il était temps. Il ne voulait pas nommer ce qui s’était brisé en lui. Il savait seulement qu’il fallait réagir.

Il ne pouvait rester. Il y perdrait son âme.

Ses mots, de plus en plus, se refusaient à lui, comme s’il lui restait désormais le silence, silence rêveur, silence rageur, silence de neige engloutie !


Pour laisser un message…. (clic)

Les commentaires sont fermés