L’écrivain et son chef d’oeuvre (Paraboles)

Vous trouverez ci-dessous le dernier conte de Paraboles.

 

« L’écrivain et son chef d’œuvre » est sans doute mon préféré, sinon le vôtre car vous l’avez tous aimé.

 

Tandis que je l’écrivais, c’est cette image que je voyais…

 

Paraboles_p84.jpg

 

 

L’écrivain, assis dans la chapelle, réfléchissait…

Ses pensées l’avaient emporté bien loin mais ses yeux parcouraient le décor, se posant, plus longuement parfois, ici ou là, en quête d’un objet à décrire. Il était à cours d’inspiration, comme devant une page blanche. Il savait qu’il lui faudrait se présenter devant le roi, le soir venu, avec une nouvelle histoire. Il aurait voulu l’illustrer… le roi aimait les images ! Mais il avait fait le tour de tout le royaume enchanté sans trouver ce qui conviendrait. Il n’y avait rien qui soit digne d’un chef d’œuvre… et le roi devenait exigeant.

L’écrivain réfléchissait… à son chef d’œuvre en gestation.

Depuis plus de trois mille ans, il se rendait chaque soir au palais… et depuis plus de trois mille ans, il assistait au même cérémonial. Le roi, trônant sous le dôme de glace semblait s’y ennuyer à mourir. Les courtisans inquiets et inutiles guettaient la moindre de ses réactions pour l’imiter aussitôt, pour lui complaire…

Si le roi bâillait il y avait cent courtisans qui se décrochaient la mâchoire. Si le roi soupirait, la salle du trône se transformait en antichambre du mur des lamentations. Si le roi riait, c’était un tumultueux concert de rires de toutes sortes qui fusaient de la foule des courtisans qui se seraient roulés sur le sol s’ils avaient pu montrer ainsi leur solidarité avec leur seigneur. Mais ils reculaient devant le ridicule d’une telle situation.

Il était arrivé que le roi pleurât… Ce soir là, aux cuisines, les marmitons avaient failli ne plus pouvoir rallumer le feu. Les larmes des courtisans solidaires avaient couvert les dernières braises, et tout le bois du palais en était détrempé ! Depuis, l’écrivain évitait les histoires tristes. Parce qu’il avait failli quitter le château sans dîner ce qui n’était pas pour lui plaire. Le roi seul lui donnait de quoi subvenir à ses besoins. Lorsqu’il était content, il priait l’écrivain à sa table et celui-ci pouvait se régaler de mille friandises. Lorsque le roi n’était pas totalement satisfait, il envoyait l’écrivain aux cuisines. Il y glanait les quelques restes du dîner de la veille que les chiens avaient refusés. Il n’y avait pas de juste milieu.

L’écrivain devait s’appliquer, sans qu’il y eût d’alternative possible ou imaginable à son zèle.

L’écrivain était assis dans la chapelle… Il s’y rendait souvent quand il ne savait plus à quel saint se vouer. Il n’y a pas vraiment de Dieu dans le monde des lutins, mais ils fréquentent de nombreuses chapelles… ce sont celles que nous désertons. Dès qu’il n’y a plus personne, un lutin s’installe et fait venir les siens. C’est ainsi depuis la nuit des temps. L’écrivain avait choisi l’une d’elle, parce qu’elle n’était pas encore tout à fait déserte, seulement de temps à autre… et que donc il était le seul lutin à oser s’y aventurer. Il connaissait ses heures d’ouverture et il en profitait pour l’occuper lorsqu’il n’y avait personne.

L’écrivain réfléchissait à son chef d’œuvre.

Comment le réaliser ? Un chef d’œuvre a toujours besoin de brouillon… et l’on ne le réussit pas souvent du premier coup ! Pour l’instant, il n’avait écrit que des brouillons, de petits contes qui n’avaient pas atteint la perfection nécessaire pour plaire suffisamment au roi ou à sa cour.

D’un autre côté, l’écrivain se disait qu’il fallait qu’il en fût ainsi. Le jour où il écrirait son chef d’œuvre, le roi le nommerait à la tête de tous les écrivains du royaume et il n’aurait plus le droit d’écrire. Il serait en charge des autres jusqu’à ce qu’un lutin plus jeune, plus adroit ou original soit nommé à sa place. Alors, il serait relégué au classement des œuvres, dans la grande bibliothèque du palais.

Un lutin « écrivain en chef » ne redevenait jamais simple écrivain. C’était tout à fait prohibé. Il lui fallait retomber dans l’anonymat, ne plus se montrer à la cour et surtout ne pas se risquer à écrire la moindre histoire.

Un écrivain avait un jour désobéi… le roi, n’avait pas voulu se laisser apitoyer. Malgré les supplications de la reine, des petits princes qui étaient pourtant à l’origine de sa faute, car c’est pour eux et à la demande de la reine que l’écrivain avait désobéi, le pauvre contrevenant avait été envoyé en prison et avait été décapité au cours d’une cérémonie exemplaire. Tout le monde s’en souvenait !

Lorsque l’écrivain aurait trouvé son chef d’œuvre, il devrait l’annoncer au roi et à sa cour, en grande pompe. Ce jour-là serait jour de fête. Il y aurait un grand festin et tous les écrivains du royaume y seraient convoqués.

Alors bien sûr, le roi organiserait le concours. Le roi aimait bien les concours. Il s’arrangeait pour qu’il y eût toujours de nombreux participants, cela le distrayait de les voir s’escrimer dans des joutes orales et d’ouvrir les portes du palais au grand jury. Il se prêtait à mille folies pour en impressionner les membres.

Le grand jury était composé des frères et sœurs du roi de la forêt. Il y avait la reine de la montagne, sa sœur aînée, et le prince des mers, le plus jeune de ses frères. Le roi du désert était un peu en froid depuis que l’on n’avait pas voulu tenir compte de ses avis sous prétexte qu’il ne pouvait pas comprendre que l’on gâchât de l’eau… Le roi de la forêt rêvait de réunir tout le monde ce qui serait l’occasion de démêler ce quiproquo. Depuis quelques jours, il se faisait pressant et menaçait d’organiser un concours uniquement pour décider de celui qu’on conduirait en prison !

Depuis trois mille ans, l’écrivain accumulait les brouillons. Il avait réussi à ne pas lasser le roi, à le tenir en haleine avec des contes qui étaient plus que passables, honorables, et bien que n’ayant jamais obtenu les félicitations à l’unanimité, il avait toujours remporté les joutes contre les quelques émules qui avaient osé se présenter à la cour. C’était un bon écrivain, le meilleur, et le roi le gardait auprès de lui. Mais, là, il était temps. Il devrait renoncer à sa charge s’il ne produisait pas un chef d’œuvre. Le roi l’en avait informé la veille. Il était las d’attendre indéfiniment. Trois mille ans, c’était assez de brouillons !

Sur le mur, à gauche du transept, le soleil dessinait un nouveau vitrail, reflet provisoire de celui que l’artiste avait créé sur sa droite.

L’écrivain se mit à écrire, sans répit. Lorsque la nuit effaça le second vitrail, il se leva. Son histoire achevée plairait au roi, sans aucun doute. Il y avait mis toute son âme, sans plus se protéger.

Il remit le parchemin à l’un des gardes du palais et disparut dans la brume qui montait du marais tout proche…Il ne reviendrait pas.

[Quichottine, Paraboles, 2007] …

209 réponses à “L’écrivain et son chef d’oeuvre (Paraboles)

  1. j’ai bcp aimé…
    besos
    tilk

  2. Noisette

    Pour laisser mon adresse enfin pour ne pas venir en « cachette  » pour les échanges je trouve que cela les favorises.
    Je n’ ai pas lu le texte bien trop long a l’ heure qu’ il est .La vue qui baisse ça arrive.
    En attendant une autre fois bien amicalement Noisette

    • Pour la vue…. tu sais que tu peux améliorer l’affichage et le rendre plus agréable en appuyant sur les touches « Ctrl + » ?

      J’espère que tu reviendras… merci, Noisette !

  3. Chute très inattendue… et illustrations d’une grande poésie ! Bravo à toutes les deux ! Pour que tu ne sois ni décapitée, ni obligée de disparaître, je t’ai laissé en com deux titres de futures histoires possibles : « le colibri qui n’avait pas de doigts » (ou: « qui s’était fait  croquer les doigts ») et « certaines perles luisent mieux dans le noir ». 🙂
    Sais tu que mon ami Marc vient de créer le verbe « ptitsatiner »? N’est-ce pas mignon ? Dans ptisatiner, il y a le satin d’une plume de colibri… Je te la prête pour écrire tes zistoires ! 🙂

  4. J’aime ce conte qui illustre l’envie irrésistible d’écrire pour quelqu’un qui aime les mots

  5. Cette parabole est terrible ! Si l’écriture est une telle déchirure, un tel soucis de perfection ce n’est plus un plaisir. Je suis bien content de n’avoir été que compagnon, car même si une oeuvre nous tient à coeur, ce n’est pas à ce point là.Et mon dieu,c’est bien mieux ainsi !!

    Bises !!

  6. Je venais vous remercier de votre visite et je découvre un blog qui mériterais quelques heures d’attention… que je ne pourrai pas lui consacrer ces temps-ci.
    De retour après une absence d’une semaine, suite à un décès je suis débordée, de formalités à terminer, de commentaires, de messages… et d’images pour de nouvelles publications. J’essaierai de repasser lorsque tout ce sera apaisé… A+

    • Merci Foise… Je sais que tout le monde manque de temps, et il n’était pas dans mes projets que de trouver un nouveau visiteur…

  7. Ah, le souci de bien faire, le souci de perfection, le souci de se surpasser ! Cette volonté de plaire, de séduire les autres avec de belles histoires, t’honnore. Mais tu n’as plus rien à prouver, tu as bel et bien ta place dans nos coeurs de lecteurs. Tu nous as déjà conquis depuis bien longtems et on ne s’en lasse pas.
    Ne pars pas, on a besoin de ton imgination, de ta fraîcheur pour nous faire rêver. Ta plume légère nous entraine dans ton univers et on en redemande.
    Le lutin c’est ton côté modeste ou timide ?
    Charly…

    • Morte de rire, je ne suis pas écrivain, j’aime seulement raconter des histoires, et il m’arrive d’être un peu triste, mais heureusement ça ne dure pas !

      Je pars en vacances, Charly, je ne ferme pas mon blog.
      Merci de ton attention…

  8.  Bien que nous ne soyons plus en Monarchie, Le roi me fait penser à quelqu’un. Très beau conte Quichottine….. J’aime bien sa fin

  9. J’ai vraiment BEAUCOUP BEAUCOUP aimé.
    Au début, je trouvais de nombreux liens avec notre époque, cette cour me faisait penser à Internet, aux blogs, à notre socité en général.
    Ensuite je me suis laissée emporter par ce lutin.
    Merci Quichottine, c’est un vrai moment de bonheur.
    Si mes enfants étaient plus jeunes je leur lirai, ils sont à cet âge bête où il est impossible de les attraper (l’adolescence) mais je vais quand même essayer.
    Décidément, tu me vais voyager à chaque fois que je te lis, tu m’emportes,
    Carie

  10. Que c’est beau, un peu triste la fin .Mais je crois que je vais ranger ma plume trop peur de finir en prison ou la tête sous le bras .Vois-tu pas facile d’être un Lutin…..
    Ton ami le Lutin te souhaite une très bonne semaine je passerai de temps en temps , j’attendrai ton re…….our.
    Gros bisous à toi Quichottine Gardienne de tous ces chefs d’oeuvre….
    Ps j’aime les illustrations c’est un peu ça qui me fait défaut.

    • Merci pour ta visite, Guthin !

      Je sais que j’ai beaucoup de chance… pour les illustrations !
      Tu trouveras sans doute quelqu’un qui t’aidera.

      À très bientôt !

  11. J’espère que ce n’est pas un message caché en tout cas ;-))
    L’angoisse de la page blanche, l’angoisse aussi quand on écris « son » chef d’oeuvre (parce que je me suis rendue compte les textes que je préfère ne sont pas forcément ceux que mes lecteurs préfèrent et inversement… même si je n’ai pas écrit mon chef d’oeuvre lol) de ne plus pouvoir faire mieux, de ne plus pouvoir se renouveller.
    Dans ce sens, l’idée qu’il n’y ait plus d’écriture après le chef d’ouvre pour le lutin écrivain est une réponse à la page blanche, mais comment vivre sans écrire quand on s’en est nourri et enrichi depuis longtemps?
    Bonne journée Quichotine et bon voiyage si j’ai bien lu hier ;-))

  12. Tu pars…  J’en suis toute remuée…
    Des chefs-d’oeuvre tu en écris tous les jours…
    Qu’est-ce que je me sens nulle…
    Tu as pris une telle place dans mon petit univers…
    Je crois que je vais aussi mettre une fin sans tarder à mon blog d’écriture… qui ne vit pas… ou plus: j’en ai assez de courir après le … vent….
    Bon dimanche Quichottine
    Bisous.

    • Je t’ai répondu… en partie, sur ton blog.

      Je crois que tu as tort et que tu te dévalorises. Mets-le en sommeil si tu veux. Tu sais que tu y reviendras…

      Bon dimanche à toi, Eolina.

  13. Merci pour ce conte Quichottine ! Je l’ai lu avec un grand plaisir, moment suspendu dans le temps … J’espère que ce petit lutin n’est pas toi et que tu nous reviendras bientôt … Mes pensées t’accompagnent … Je t’embrasse bien fort …

  14. Ben oui… Superbe !
    Moi, les histoires d’écrivains et de pages blanches, tu sais… J’aurais tellement à dire que j’ai plus le temps de participer au tag culinaire, alors je sais plus où donner de la tête, là…
    Bon dim’… ;-)))

    • Patrice, tu sais bien que tes visites me font toujours plaisir… surtout parce que je sais que tu n’as pas vraiment le temps !

      Bonne journée à toi aussi… Merci d’être là !

  15. c’est beau !!! peut être pas le mot approprié mais tu comprendras.
    Emmènes moi au fond de ta poche faire un ti coucou à Chris. Toutes mes bonnes pensées pour vous.

    • Je comprends, Ptitbouchon !… et cela me touche beaucoup !

      Je voudrais bien t’emporter, te mettre dans ma poche, mais je ne suis pas sûre que les hôtesses me laisseraient passer. (sourire)

      Je l’embrasserai pour toi !

  16. Magnifique les illustartions de Anne .A
    Un conte qui rend hommage à la liberté d’expression ! Car que sert à l’écrivain de plaire au Roi ? Juste de quoi manger les restes du chien, alors mieux vaut écrire ce qui fait plaisir à soi …
    LIZAGRECE

    • Je crois que tu as raison, Liza… Il faut faire ce qui nous fait plaisir, et décapiter le roi ! (rire)

      Merci pour Anne… je lui dirai !

  17. Trés belle histoire qui ne peut pas être autobiographique. A+

  18. bonne soiree à toi et à bientot !
    bises d’auvergne !

  19. Aime pas trop la fin…

    (les illustrations d’Anne sont très réussies)

    • Oui, mais elle ne pouvait être autre ! ;-p

      Merci pour Anne… ses illustrations sont magnifiques, moi, je les aime beaucoup !

  20. Belle histoire, même si la fin est un peu triste. A bientôt. Bizzzzz

  21. Dominique Le Boucher

    Bonjour,

    Je voulais juste passer te remercier de prendre le temps comme tu fais toujours de passer pour une visite sur notre blog des Cahiesr des diables bleus et d’y avoir lu regardé tant de choses comme ton commentaire sur un article publié il y a  plus d’un an le prouve… Il y a peu de lectrices et de lecteurs qui font ce job de découvrir l’écriture des autres avec la délicatesses la sensibilité et l’attention que tu portes à tes découvertes… C’est une chance pour les gens comme moi les scribouillardes nocturnes aux yeux hiboux qui n’sont pas lues et chouette alors ! si j’ose dire… par les estropiés de l’intuition fragile les qui n’ressentent rien ou presque ou y leur faut au moins de l’épouvante pour que ça leur dérouille l’émotion… les vaseux qui lisent nos manuscrits comme Chris en cause si bien ou plutôt qui n’les lisent pas et s’en font des essuies pompes ça on connaît on n’a que ça qui nous attend alors jes êtres du ressenti et de la proximité avec le monde des autres c’est le pur bonheur !
    Moi je n’ai pas rien le temps de faire ce que je voudrais c’est-à-dire terminer ma réponse à celles et ceux qui ont si génialement réagi à mon article sur Céline j’ai commencé mais pas abouti et je n’veux pas bâcler c’est clair… Y’a des gens pour qui l’écriture comme pour ton p’tit personnage c’est du miel d’abeilles sorcières bonnes et sacrées faut pas toucher j’en fais partie alors les mots il faut les tenir doucement par la queue comme des poissons d’argent pas qu’ils se sentent prisonnés sinon ils fouteront le camp et on sera très malheureux !
    Ton personnage m’a fait resouvenir d’un que j’adore et qui est un de mes compagnons quand ça n’va pas trop l’écriture des poèmes et ça arrive souvent c’est Fançouille le bouffon des Petits poèmes en prose de Baudelaire… J’imagine qu’il t’es familier à toi aussi et peut-être que tu as songé à lui en écrivant ton conte ? En tout cas je trouve que ça serait une très extra « suite » ou plutôt une façon très moderne très actuelle de répondre à Baudelaire et de faire ce qui est magique en écriture rebondir sur un texte par un autre qui en appellera à son tour de nouveaux dans quelques années… et ainsi se déroulent les parchemins de nos histoires qui ne sont en réalité qu’une longue chanson humaine…
    Fançouille lui pris par son chant oublie complètement qu’il est condamné à mort et ton personnage s’en va sur la pointe des pieds dans la brume matinale vers une renaissance qui est celle des poètes des enfants et des fous…
    Donc je comptais juste passer te dire merci de ton travail de bibliothécaire généreuse et en relisant des poèmes pas publiés cet après-midi afin de faire du nettoyage dans tout ça j’ai déniché ces quelques lignes que je voulais t’envoyer depuis que nous avons échangé au sujet des vers de Boris Vian dans son recueil J’voudrais pas crever… Tu te souviens tu m’avais répondu que les mots qu’on écrit  » parce que c’est joli  » ne sont pas forcé ceux que tu préfères…
    En voici un ou deux que j’ai notés comme ça vite fait comme on fait quand on écrit tout le temps sur une feuille brouillon et qui disaient pour moi ce que c’est qu’écrire au fond rien d’autre que  » miraginer » selon le joli mot de Céline et j’aurais aimé le faire aussi simplement et aussi merveilleux que Prévert…
    Poète

    Paris, Buttes-Chaumont
    Deux petits brins d’herbe verte entre mes pieds

    Deux petits brins d’herbe souvent m’ont dit

    M’ont dit en relevant la tête Poète

    Tu es poète alors pas de soucis

    Violet le vent violet les chatouillait

    Poète la vie quand on l’écrit

    Quand on l’écrit elle est bien plus jolie

    Poète souvent pour rien on s’inquiète

    Manèges guignols et marionnettes

    Les mots les mots aussi sont des jouets

    Poète qu’on garde quand on a grandi
    Deux petits brins d’herbe verte entre mes pieds

    Tiens c’est vrai je n’y avais pas pensé

    Deux petits brins d’herbe pour moi ont écrit

    Avec de l’encre de lune les mots cachés

    Depuis je ne fais rien d’autre que recopier

    La vie quand on l’écrit elle est si jolie.

    Voilà ce sont juste des mots comme ça et je n’ai pas réussi à les copier-coller en police plus petite mais ils se roulent dans l’herbe comme des vers luisants sur le chemin de ton écrivain…
    Bonne route et à bientôt… Dominique 

    • Merci, Dominique !
      Tu vois, je n’ai pas non plus voulu bâcler ma réponse à ton long commentaire…
      Je partais, et là, je ne suis qu’en « escale », une halte qui ne va pas me permettre de faire tout ce que je voudrais.

      Je ne connais pas Fançouille… encore une lacune ! Il faut que je lise tant et tant de choses que je ne sais plus par quel bout commencer…

      Je suis heureuse que tu aies pu relier mon texte à celui de Baudelaire, c’est un grand compliment pour moi.

      Merci aussi pour ce beau poème… C’est un très beau cadeau que tu me fais en venant ainsi miraginer dans la bibliothèque, en venant déposer tes mots !

      Ils me sont précieux…

      Des vers luisants, il y en a eu plein là-bas, au loin… je n’en avais pas vus autant, depuis bien longtemps !… J’ai pensé à toi en voyant leur ballet de lumière.

      Merci…

  22. coucou, magnifique ce conte mais je crois avoir compris que tu vas partir qelques temps
    Bonne soirée
    Bisous

  23. Bonjour,
    A peine revenue de moin chemin de Saint Jacques et te voilà repartie !
    Bonnes vacances.
    D@net.

  24. Je n’ai pas l’habitude d’écrire longuement.Mon émotion est tjs très concentrée…Tu me embles être ds un tourbillon d’écriture et peut-être est-ce un peu dévoreur.Fais un peu de vide ds ta tête et n’écris que si tu en as envie.Ne te laisse pas dévorer.Bises VITA

  25. Oh les illustrations sont bien peu de chose comparé à ce que j’ai trouvé ici , chez toi Quichottine.Une Amie ,une conseillère . Tu as su me donner l’envie de continuer à écrire moi le petit scribouillard du net pour qui placer trois mots l’un derrière l’autre n’était pas son met quotidien.je n’ai reçu de ta part que des encouragements et je sais que je suis maintenant sur une de tes étagères, même si c’est la plus haute là où personne ne va ce n’est pas grave.
    Tu as toujours était de bons conseils et je n’ai qu’une hâte c’est de pouvoir te retrouver parmi nous….
    je te fais de gros bisous
    ton Ami
    GG

    • Non, tu n’es pas un scribouillard, tu es un rêveur, un qui sait raconter des histoires… et moi, tu vois, les histoires, j’aime !

      Après, il y a toujours des choses que l’on peut améliorer, mais l’idée de départ, si tu ne l’as pas, qui te la donnera ? Toi, tu l’as, tu sais… et c’est bien !

      Gros bisous à toi aussi, Guthin. Je te remercie d’être là…

  26. Un petit bonjour du mercredi. Le moral revient…
    J’ai reçu des nouvelles d’un ami qui m’est très cher et ça me remplit de joie…
    Tu sais, celui de « mon histoire »… celle de « fileuse de Lune »…
    C’est absolument incroyable…
    J’adore la chanson que Muad t’envoie. Je l’écoute en t’écrivant. J’ai failli la mettre aussi sur mon blog. Elle est sublime. Merci Muad!
    A bientôt amie Quichottine. Repose-toi bien,  je reviendrai te voir.

    • J’en suis heureuse pour toi… c’est génial !

      J’adore la chanson de Muad… je ne la connaissais pas !

      Merci d’avoir été là en mon absence, Eolina…

  27. Bisous où que tu sois Quichottine et re bonnes vacances
    Tendresse, Flo

  28. A lire la fin je pense à celle  de A. de Saint-Exupéry qui s’est aussi envolé vers son « marécage » en laissant son grand-oeuvre derrière.
    Belle histoire et belles illustrations.
    Au fait, nous ne sommes pas des courtisans et il n’y a pas de roi à OB alors un « écrivain en chef » continue  à écrire, écrire, écrire et encore écrire…

    • J’adore ton commentaire, Alphomega.

      Tu as bien raison, il n’y a pas de roi, et aucune raison de ne pas revenir !
      Bisous, plein !

  29. Je me suis laissée captiver par cette histoire d’écrivain et de chefs-d’oeuvre, la chutue est inattendue.
    A bientôt
    Bises
    Santounette

  30. tu me manque …une bibliothèque sans sa bibliothèque c’est comme don Quichoote sans Sancho…..
    besos
    tilk

  31. Petit coucou pour prendre de tes nouvelles… Promis, j’ai essuyé mes pieds avant de rentrer, j’ai pris un bon livre dans ta bibliothèque et je vais tout remettre en place avant de partir lol…
    J’espère bientôt te retrouver chez toi mais en attendant, je t’embrasse bien fort.
    Syl

  32. Laurent blogueur de cergy organise un dîner au restaurant à cergy entre blogueurs de cergy-pontoise le 17 juin. J’y serai. Est ce que tu pourras venir ? Bises

  33. patricia 11

    Très beau conte Quichottine…Je reviendrais avec plaisir. Bisous.

  34. Très Joli

    Bisous

  35. Mais t’es passée où?
    Bisous…

  36. Un petit coucou pour te souhaiter une bonne soirée
    Les vacances se passent bien ?
    Bisous

  37. Bonne promenade Quichottine !
    On a de la chance que la bibliothéque reste ouverte !!
    Bonne fin de semaine
    Bisous
    a+

  38. Bonnes vacances, à Yeur?

  39. Le lutin écrivain , ça alors !… Et depuis 3000 ans au service d’un roi quelque peu exigeant  pour e pas dire despote …
    La création littéraire … mais c’est donc inépuisable , elle,pr contre, nous épuise … pauvre lutin !…

    Mais en quoi l’a inspiré ce second vitrail , reflet du premier ? …
    Et puis c’était son oeuvre ultime il semble …
     Ah mystère !
    Les farfadets sont curieux et aiment les belles histoires aussi …

    Merci Quichottine

    En ce moment moins présent sur la blogospshère … le jardin a aussi besoin de ses lutins … 😉

    Bises des Farfadets

    • Le jardin a toujours besoin de ses lutins…

      Merci à vous, les Farfadets… vous êtes fidèles même dans l’absence, et même lorsque vous n’avez plus le temps…

      Gros bisous à vous !

  40. Un petit coucou de fin de semaine !!! Bises !

  41. Bon week-end
    Amitiés, Flo

  42. bon week-end à bientôt

  43. un très beau conte et un écrit superbe, quel talent Quichottine, j’ai pris beaucoup de plaisir à lire cette histoire même si le final est empli de tristesse.

    Bisous et bon week-end. Bien cordialement.

  44. A bientôt Quichottine.

  45. Bonjour depuis Canton en Chinetrès belles illustrations d’anne d’ailleurs,je te souhaites une bonne fête des mères. ,bon dimanche et bonne fête à toutes les mamans bye A bientôt sur http://dany.enchine.over-blog.com/

  46. A quand le retour ? Ben oui, je m’impatiente ! lol. J’espère toutefois que tu profites pleinement de cette petite pause sans nous…
    Bisous à toi et doux dimanche,

    Syl

  47. Bon dimanche et bonne fête des mamans

  48. Que tu les gardes ou que tu les offres …

    Bonne fête aux mamans

    bonne fête aux MAMANS

      Pascaly Ecole pour les parents

  49. Coucou, j’espère que tu passes un bonne journée avec ce grand beau temps.
    J’ai rencontré hier une « auteure » qui m’a dédicacé son livre, je t’en parlerai bientôt. Pour l’instant je savoure…Je reprendrai la lecture de Quichotte pour les grandes vacances.

    • Je suis contente que tu aies découvert une auteure qui te plaise ainsi… c’est magnifique !

      J’adore les livres que l’on peut savourer…

  50. Oups! j’ai bien trouvé la cléf sous le paillasson mais j’ai oublié de m’essuyer les pieds avant d’entrer…
    J’espère que tu passes de bonnes vacances.
    Gros bisou
    Santounette

    • Tant pis… il n’avait pas beaucoup plu et la poussière ne colle pas !

      Tout va bien, Santounette ! Merci d’être là.

  51. Je passais fouiner un peu… Comme ça… A+..

    • Tu ne faisais que passer… et tu as trouvé quelque chose, en fouinant ainsi ?

      Dis-moi, je te manquais ?

      Merci, Patrice… Moi, ça me fait plaisir que tu sois là !

  52. Bien ,parfait ,je vois , la Blibliothèque n’est pas fermée mais où est donc la fée de ce lieu? Ah je sais ……Alors je prends un livre et je vais le lire adossé à mon vieux chêne.Je laisserai flotter mon imagination au gré des mots et le doux chant  des oiseaux en guise de concerto.
    gros bisous Quichottine

  53. BESOS TE HECHO DE MENOS
    TILK

  54. Je m’étonnais de ne plsu la croiser nulle part mais… hé, c’est qu’elle est encore en vadrouille, la bibliothécaire – abeille qui a du miel plein ses rayons ! Je repasserai, alors… bisous, où que tu sois. 🙂

  55. Bonne journée.

  56. Je viens t’annoncer l’ouverture de mon nouveau blog : http://quaidesrimes.over-blog.com/.
    Je viens souvent ici et laisse des coms sous un autre nom. C’est l’énigme du jour mais surtout ne me réponds pas sur mon autre blog. Je ne veux pas que mes lecteurs habituels (à l’exception de quelques rares privilégiés dont tu fais partie) arrivent sur ce nouveau blog très perso. Si tu trouve utilises le formulaire du nouveau blog pour me dire que tu as trouvé (l’adresse email est fausse sinon avec mon vrai prénom tu trouves trop facilement). Amicalement

  57. Quand je vois le nombre de commentaires tu vas avoir un travail d’écriture  en guise de devoirs de vacances …..sourires.
    te fais de gros bisous

  58. date prisa que si no voy yo a buscarte
    besos
    tilk

  59. Ouh, Ouh… Il y a quelqu’un ??? Là c’est la méga pause dis donc ! Bon, j’espère que tu en profites pleinement… Tu vas en avoir à nous raconter à ton retour, j’ai hâte.
    Bisous et à tout bientôt,

    Syl

    • Je suis revenue, pour une courte pause entre deux valises… le temps d’une lessive et de quelques messages… mais après, les vacances seront finies.

      Gros bisous, Sylviane ! Merci…

  60. Alors, t’as fait bon voyage ? 😉

    • Mais oui… à l’heure où tu m’as écrit, j’étais encore à Naples, attendant mon avion…

      Bisous amicaux, Monsieur mon Écrivain… j’ai terminé le dernier de tes livres que je n’avais pas encore lu… je ne suis pas déçue !

  61. Bonsoir quichottine
    Merci de ta visite
    Bonne fin de soirée
    A+++++++++++

  62. Un lien de ce mardi 3 août 2010, et me voilà ici, au lieu  » originel  » de cette parabole qui me serre l’âme … Liberté de l’écriture plus forte que tout, même si l’écrivain doit y laisser sa chair

     

    Merci de partager ce beau texte, Quichottine.

    Bisous, beaucoup.

  63. Encore un très beau texte, Quichottine. Pas facile d’être écrivain et de produire un chef d’oeuvre ! Bisous

    • L’un de mes préférés.

      Je crois qu’on n’écrit pas un chef d’œuvre, c’est le lecteur qui décide de ce qui l’est ou pas.

       

      Bisous

  64. C’est un magnifique conte comme je les aime, Quichottine. Ah écrire son chef-d’ouvre, quel beau rêve ! Bisous

  65. J’ai relu avec plaisir cette parabole, finalement il y a mis toute son âme et c’est le plus important à mes yeux 🙂
    J’espère que tu vas bien petite âme tranquille au milieu des livres, dans la poussière des rêves …
    Marcelle

  66. Eh bien, je découvre ce texte avec énormément de plaisir ma Quichottine. En mai 2008, je n’étais pas encore « incrinquée à ch’linternet » !!!
    J’ai le sentiment que ce texte te ressemble beaucoup… et j’attends que tes brouillons soient propres 🙂
    Douce journée ensoleillée et GROS BISOUS..

    • Un sourire… Je crois aussi qu’il était temps de recopier mes brouillons.

      Douce et belle journée, Marité.

      … Tu ne connaissais donc pas mon lutin bleu… Je vais y remédier dès que possible.

      Gros bisous à toi.

  67. C’est comme un suspense, on se demande si le roi va aimer ce texte ou si il fera intervenir ses archets ! C’est bien écrit comme tu sais le faire, Quichottine…
    En 2008 je n’étais pas encore sur les blogs…
    Bisous zibous

  68. C’est assez marrant de relire les commentaires , il y a des noms d’anciens blogopotes et c’était aussi le temps où on utilisait beaucoup les codes smileys 😉
    Bisous Quichottine :*

    • C’est vrai… mais je crois qu’on les utilise encore…

      Parmi les anciens, certains me manquent beaucoup… que sont-ils devenus ?

      Bisous et douce soirée  à toi.

  69. Je te connais trop bien, toi, désormais….
    J’avais déjà compris depuis pas mal de temps…
    Je t’ai répondu sur mon blog…

    Je t’ai déjà mis de coté deux claques (en pensée, bien sur…)

  70. j’ai suivi le lien de Chris…
    me voilà toute chamboulée. Je ne commente pas encore. Je reviendrai.

  71. Parfois (souvent) les brouillons sont si craquants dans leur spontanéité…
     Bon dimanche!

  72. michka dit le pirate

    je te dis donc à très bientot Quichotine

  73. Magnifique … Quichottine, tu m’ensrcelle, serais-tu magicienne? Je t’embrasse

  74. Si, si, le lutin bleu troubadour va revenir, ressourcé au printemps de voyages au pays de l’amitié. Beau dimanche, Amielle. 

    http://idata.over-blog.com/0/51/76/70/-puce/printemps-02.JPG

  75. Si, si, le lutin bleu troubadour va revenir, ressourcé au printemps de voyages au pays de l’amitié. Beau dimanche, Amielle.

     

  76. La chute est bien triste mais comme toujours tu nous tiens en haleine et ce petit conte a été superbement illustré par ton amie Anne.

    Bon dimanche Quichottine.
    Tu m’as dit que tu partais quelques jours ? Tu ne feras pas comme ton lutin, hein, tu reviendras ? ;o))
    Bisous

    • Merci pour ces compliments, Cali !

      Bonne journée à toi aussi… ne t’en fais pas, je ne suis pas mon lutin, je reviendrai !

  77. Arff comme d’hab je sens qu’il se passe quelque chose, a la vue des commentaires, mais je ne passe pas assez régulièrement , pour en saisir toutes les nuances.

    J’ai vu que tu partais pour un long voyage, ça j’ai bien imprimé. Quichottine et ces mots et textes à double sens. arfff faudrait que je suive un peu mieux, et que la haut on rallonge un peu les jours pour que j’ai le temps de pouvoir tout lire . ^^

    J’espère seulement qu’il n’y a rien de trop « grave »

    Ton conte est une petite merveille au fait. 😉

    • Mes lecteurs ont peur que mon départ soit définitif, mais il ne faut pas le craindre, je reviendrai, après les vacances !

      Le temps, malheureusement, n’est pas extensible !

      Merci pour tes compliments !

  78. Muad' Dib

    Coucou Quichottine, l’histoire est très belle comme d’habitude mais je ressens un certain malaise par ce que je peux lire entre les lignes.
    Je ne te pose pas de question mais je m’inquiète pour Cervantine et pour toi.
    Je sens de la résignation dans ce voyage/départ …
    Voilà, je te renouvelle toute mon affection et bien plus encore.
    Donne vite de tes nouvelles surtout !
    Je t’embrasse,

    • Ne t’inquiètes pas, ami Muad, je suis seulement fatiguée et je pars en vacances… ce qui est normal.

      Gros bisous à toi… je reviendrai, bientôt !

  79. BIDUDULE

    Coucou du dimanche et bonne fin de week-end.

  80. Bonne soirée et bon voyage! bises.

  81. j’aime ce premier dessin…la solitude devant la feuille blanche….

  82. Bravo pour les illustrations!

    Je reviendrai à un autre moment pour lire l’article…

    Re big Quichottine.

    Très bon voyage et à bientôt

    ;O))

  83. Muad' Dib

    Bonjour Quichottine, je t’installe une petite chouette ici pour veiller sur ton blog en ton absence.
    Gros bisous du lundi et très bonne journée,

    • Merci Muad ! Tu as raison, elle veillera sur la Bibliothèque en mon absence… Athéna, c’est une excellente idée !

  84. Comme hier j’avais lu le billet de Chris et qu’il disait déjà tout et si bien, qu’il était devenu difficile d’ajouter quoi que ce soit, sinon l’émotion ressentie.
    Il est vrai que le chef d’oeuvre en gestation peut être obsesionnel, et si c’est le cas, ça ne peut que mal finir, soit on l’a écrit donc plus rien ne peut surgir désormais, la vie s’arrête, soit on lui court après et ce n’est pas mieux, car rien d’autre ne compte, donc la vie est un enfer.
    Tu décris avec un tel talent cette souffrance.

    Passe un bon séjour là où tu vas (si j’ai bien compris chez Chris).
    Amusez-vous bien.
    Je t’embrasse.

    • Merci pour tes mots, Polly… ils me touchent beaucoup !

      Oui, je vais chez Chris une semaine… et nos vacances se poursuivent ensuite.

      Je reviendrai te voir dès mon retour !

  85. dche tribill

    c’est une belle histoire, mais quitte de me faire décapité, il y a longtemps que j’aurai envoyé le roi…à la pêche aux gros mots….comme ça, il m’aurait retrouvé dans les brumes des marais…bisous-pat

  86. pourquoi disparaître après avoir écrit son chef d’oeuvre? De toute façon qui décide de nos jours de ce qui est un chef d’oeuvre? Un chef d’oeuvre  n’est-il pas ce qui va se vendre le mieux?

  87. Alors comme ça la bibliothécaire est en vacances … J’espère que le soleil sait lui faire honneur et que ses journées sont douces et ses nuits pleines d’histoires de lutins … A bientôt Quichottine !

  88. c’est triste !
    Pour ça je ne supporte pas que l’on « adore » un roi, un chanteur, ou qui que ce soit… on ne vit plus pour soi…
    enfin,
    bonnes vacances et profite bien…
    bizzzzz

    • Merci, Estelle…

      Non, tu sais, ce n’est pas si triste… Tu ne sais pas ce qui l’attend, peut-être un grand bonheur…

      Gros bisous à toi

  89. Bonne pause et à bientôt ! Bisoux.
    dom
  90. Je n’ aime pas vraiment la fin ….
    Par contre l’ histoire et les dessins sont superbes.
    Gros bisous et à bientôt

  91. Muad' Dib

    Coucou Quichottine, un gros bisous pour toi et cet extrait à écouter …
    Je t’embrasse,

    • C’est une merveilleuse image et la musique me plaît beaucoup, merci, Muad !

      Je fais toujours de somptueuses découvertes grâce à toi ! Je ne connaissais pas du tout Jeff Buckley… Merci !

  92. Michka dit Le Pirate
  93. Je passe te faire un p’tit coucou ma chère Quichottine, ton blog n’a qu’à bien se tenir pendant ton absence.
    Bisous et à très bientôt

  94. J’espère  que vous avez beau temps ….les filles ! ah! …tenez pour la pêche ….

  95. Il fait beau ! Le soleil est revenu…

    Par contre, pour Quichottine, le mode d’emploi est là

  96. Je viens ma p’tite fleur à la main souhaiter à toutes les mamans une excellente fête.

    Bisous

  97. AU CAS OU TU NE SERAIAnimation3petitprinceS PAS VRAIMENT MOURRUE …

  98. eolina/korrigane

    Je viens juste pour allonger la liste des coms…
    Un coucou du lundi… J’espère que tu nous oublies bien…

  99. Je te souhaite une agréable semaine ma reine des histoires.
    A bientôt.
    Bisous

  100. très joli ! je me demande si je ne fais pas que des brouillons aussi moi
    bisous a toi / Iris

  101. bisous quichottine

    bonne vacances  😀

    Qu’il est dur d’écrire parfois…

    Et qu’il est pénible de ne pas le faire, aussi  😉

    • Nous sommes toutes contradiction !… Il paraît que c’est le propre des écrivains… et pourtant, je ne suis pas écrivain !

      Merci pour ta présence, Mme Aga !

  102. Comment pourrais-je oublier ce lutin bleu et les illustrations de ton amie ? Gros bisous, Quichottine 

  103. Je me souviens de cette histoire….
    Et je me souviens aussi que je n’ avais pas vraiment aimé la fin. Un sentiment d’ inachevé, de ce qui aurait dû être et qui n’ avait pas été. (bizarre cette portion de phrase ) 
    Bisous ma Quich’ et bon dimanche 🙂 

    • C’est peut-être bizarre, mais c’est un peu ça… J’aime bien la façon dont tu ressens ce que j’écris.

      Bisous, Clo. Bonne journée à toi aussi.

  104. Quichottine

    Nouvelle publication ce jour en date du 26/03/2012

  105. Paraboles… Tu sais que je ne l’ai pas lu encore en entier, car il est de ces livres qui se laissent découvrir au compte goutte, au moment où l’on a envie de faire un brin de chemin avec un petit lutin bleu….