Dangereuse rencontre

Si vous pensiez que j’allais vous laisser choir avec ce petit bout de chapitre -quelques lignes à peine- que je vous ai montré hier, vous vous trompiez.

Je ne suis pas comme ça, moi ! (quoique…)

– Malheureux que je suis ! répondit Sancho, si c’est une aventure de fantômes, comme elle m’en a tout l’air, où trouver des côtes pour y suffire ?

– Tout fantômes qu’ils puissent être, s’écria don Quichotte, je ne permettrai pas qu’ils te touchent seulement au poil du pourpoint. S’ils t’ont fait un mauvais tour l’autre fois, c’est que je n’ai pu sauter les murs de la basse-cour ; mais nous sommes maintenant en rase campagne, où je pourrai jouer de l’épée tout à mon aise.

– Mais s’ils vous enchantent et vous engourdissent comme la fois passée, répliqua Sancho, que vous servira-t-il d’avoir ou non la clef des champs ?

[Don Quichotte, I, 19]

L’écuyer est inquiet, et, son maître, quoiqu’il en dise, pas très rassuré.

Vous le seriez, vous, en pleine nuit, en un lieu que vous ne connaissez pas, ne sachant même pas s’il vous sera possible de trouver un abri ? Pas moi… ça c’est sûr. Vous ne le voyez pas mais je tremble de tous mes membres, comme Sancho.

(Image de Davy Durand)

Lui, il commence sérieusement à avoir peur. Il sait bien qu’à chaque fois que don Quichotte lui a dit qu’il ne craignait rien, il a subi les pires ennuis… C’est comme ça depuis le début de ses aventures. On dit que chat échaudé craint la pluie… Ce que craint notre Sancho, ce sont les coups de bâtons…

Ils aperçurent bientôt un grand nombre d’hommes enchemisés dans des robes blanches, et cette effrayante vision acheva si bien d’abattre le courage de Sancho Panza, qu’il commença à claquer des dents comme dans un accès de fièvre tierce ; mais la peur et le claquement augmentèrent encore quand ils virent enfin distinctement ce que c’était. Ils découvrirent au moins une vingtaine de ces gens en chemise, tous à cheval, tenant à la main des torches allumées, derrière lesquels venait une litière tendue en deuil, que suivaient six autres cavaliers habillés de noir jusqu’aux pieds de leurs mules, car on voyait bien, au calme de l’allure de ces bêtes, que ce n’étaient pas des chevaux. Ces fantômes blancs cheminaient en murmurant d’inintelligibles paroles d’une voix basse et plaintive.

[Don Quichotte, I, 19]

Et voilà ! Sancho en était sûr ! il ne peut s’agir que de fantômes et l’épée de don Quichotte ne pourra rien contre ces esprits enchemisés…

Imaginez la procession… ces pénitents en robes blanches, ces derniers cavaliers vêtus de noir… Les dessinateurs d’aujourd’hui pourraient traduire pour vous l’image cauchemardesque qui assaille aussitôt l’esprit de Sancho… La mort est là partout, les cavaliers, ce sont certainement ses serviteurs effrayants et squelettiques, au orbites vides… qui hantaient nos terreurs adolescentes !


Merci à Davy qui a réalisé pour vous et moi les personnages qui illustrent ce chapitre dix-neuf de Don Quichotte. N’oubliez pas de lui rendre visite…

Ce serait  une bonne idée… Parce que voyez-vous, il a pris du temps pour me faire plaisir, comme vous en prenez pour venir me lire. Merci !

52 réponses à “Dangereuse rencontre

  1. Que vois-je ?! Passé minuit, les fantômes font les quatre cent coups dans ta bibliothèque ? Et les lutins ? Où sont-ils ? Je comprends maintenant pourquoi tu blogues toujours si tard… pas moyen de rester à lire tranquillement chez toi avec cette farandole de fumeux fantasques qui farfouille parmi les fétafères (c’est juste pour l’allitération…)! Ce sont eux qui fabriquent le miel de tes rayons, alors ? Des zabeilles zombies ? Hou, hou ! Attention, Quichottine, j’ai percé le secret de ton talent ! Je m’enfuis vite avant qu’ils ne m’attrapent. Merci d’avoir mis mes trois adresses dans ton carnet ! Fffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffrrrrrrrrrrrt !…

    • Bravo pour ces allitérations qui me accentuent le pfffffffffffffffffffff de la fin de ton commentaire…

      Tu voulais me faire peur, Ptitsa ? C’est réussi ! Je tremble de tous mes membres… je vais vite me coucher !

      Bonne nuit à toi…

      (mes lutins… reviendront bientôt)

  2. Bonjour de Canton en Chine,je vois que tu prends ton rythme de croisière avec don quichotte, « et sancho sachant .. », oh la la , dur dur le matin, les neurones sont pas encore bien en place… petit coucou du vendredi et bonne journée bye A bientôt sur http://dany.enchine.over-blog.com/

    • Je ne sais pas… pour le rythme de croisière, nous verrons bien !

      Merci pour ton coucou du vendredi ! Passe une bonne journée, Dany !

  3. Bonjour,
    C’est avec un peu de retard que je voulais vous remercier pour votre visite et petit mot sur un de mes blogs. A mon tour de découvrir ce nouveau blog que je ne connaissais pas, très littéraire de surcroît !
    Amitiés en vous souhaitant un bon week-end,
    Christian

  4. On finirait bien par y croire ..à ces fantômes,l’image de Davy est très belle

    • L’image est splendide ! Je suis gâtée par mes ami(e)s ! … ce qui est grave, c’est que je finis par y croire aussi !

  5. Et bien voilà ! Maintenant j’entend des osselets s’entrechoquaient. Ma pauvre carcasse :PPPP

  6. C’est super ce que fait Davy.
    A propos, j’ai toujours en tête ce que tu m’as suggéré dans un com (une sanchette) et j’y réfléchis…

  7. Il a raison d’avoir les chocottes Sancho… parce que c’est Hadès en personne le boss des enchemisés. Et le vieux DQ, il va avoir du mal avec sa râpière mal aiguisée…

    • Tu as bien raison… moi, pour l’instant je tremble tant que je n’arrive plus à écrire ! (morte de rire) Gros bisous… et belle journée un peu spéciale…!

  8. Coucou Quichottine…c’est bien d’avoir un dessinateur qui illustre ce que tu écris..;c’est du luxe…je passe le voir de ce pas…gros bisous…j’ai commencé à lire la bibliothécaire et le début m’emballe…Affaire à suivre…

  9. Hé hé, dans la folie de Romans j’avoue ne pas avoir le temps de lire tout ton article ce soir, mais je n’ai pas pu résister aux bisous laissés chez Bandoléra lol
    Merci tout plien et reçois les miens en directe de la Drôme.
    Bonne soirée à toi,
    Syl

  10. ça marche les affaires par là
    Bon WE !

  11. Comme c’est agréable de voir « commentaires » MDR….ce sont les fantômes de ta bibliothèque qui ne veulent pas de moi en premier..lol.. comme je te connais je ne me faisais pas de souci, qqs lignes sur Don Quichotte, c’est impossible.
    Pauvre Sancho tout grelottant.. moi aussi je grelotte si j’ai une grosse frayeur et également quand j’ai très froid, comme maintenant.. il fait un froid..
    Davy et toi faîtes une belle équipe tous les deux.
    Plein de bisous ma chère Quichottine, je suis obligée de te Quichottine-laisser car depuis deux jours je n’ai pas pu faire de visites..
    passe une douce nuit sans fantômes et essaye de consoler Sancho pour qu’il n’ait pas peur de son maitre.
    chantal

  12. La Mort qu’on voit danser le long des lourds cercueils.
    Sancho a des raisons de craindre le pire de la part de son maître.

    Bonne soirée

  13. Ah ! Enfin un peu d’aventure ! J’ai le pressentiment que ça va être une rencontre qui va encore laisser des traces sur ce pauvre Sancho. Bises

  14. Ma Cocotte aussi veut des belles n’images comme ça.
    Quoi ???

    Jalouse ????

    Moi ??? *Innocente*

    euh…

    oui 😀

    • Morte de rire !

      Tu peux toujours demander… Si tu le fais très gentiment, qui sait ?
      … et surtout si Davy a le temps… Il a déjà tant à faire !

      Gros bisous…

  15. Trouillards !!!!!!!!

  16. Muad' Dib

    Coucou Quichottine, j’imagine qu’il ne s’agit pas d’une histoire de fantômes chinois mais je me demande bien de quelle manière notre héros compte-il s’y prendre pour lutter contre ces forces de l’ombre qui pourraient vite se changer en esprits frappeurs ….
    Gros bisous,

    • Ben… je ne sais pas. Il faudra que j’attende la suite de mon histoire (rires)… Merci pour ta présence, Muad ! Gros bisous à toi aussi

  17. Prends garde à toi…. les fantômes trimballent avec eux des boulets qui font un bruit d’enfer!
    A moi Sancho!

    • T’en fais pas, j’ai mis mes boules Quiès ! … Sancho s’est caché dans le bois, il a oublié qu’il y avait des loups… (rires)

  18. il est très beau cet extrait de don Quichotte! il me fait penser à un passage « d’elephant mann » il me semble dans lequel on voit un enterrement passer au loin le long d’une rivière. mais je me trompe peut-être de film et cette image est vraiment somptueuse.
    bises

    • Tu as tout à fait raison, Azalaïs… en plus, tu anticipes un peu sur la suite du chapitre…
      J’aime bien l’ambiance que Davy a donné à mon épisode avec cette image… et la suivante est encore plus belle, tu verras !

  19. Je crois que je serais morte de trouille, finalement je ressemble plus à Sancho.

  20. Je n’ai pas lu  les autres chapitres,donc je suis un peu parachutée dans le texte…..,et puis j’ai tourné la page précédente..ça va déjà mieux!Belle  histoire comme une fresque

    • Tu sais, Orphea… il faudra sans doute que j’organise un petit résumé pour ceux qui arrivent en retard. Mais ce n’est pas si facile. Et j’ai commencé l’histoire au début de mon blog. Alors, je conçois que tu aies du mal.
      Tu vois, Don Quichotte, c’est le feuilleton de mon blog… Personnage récurrent.

  21. Dois être un peu dyslexique moi !
    Au lieu de  :  » où trouver des côtes pour y suffire ? « 
    J’ ai lu :  » où trouver des côtes pour y fuir ? « 
    Bravo à Davy pour cete image !!
    Bisous Quichottine et bonne après-midi

    • Ben… c’était sans doute l’idée ! Davy me fait de beaux cadeaux… Bon après-midi à toi aussi, Clo et gros bisous !

  22. J’en étais sûre !!! et voilà que tu t’arrêtes encore ! C’est pas juuuuuuuuuuuuuuste !!!! Gros bisous

  23. Bonne soirée bises, merci pour ta fidélité de la nuit.

  24. bon, je crois que je vais dormir la lumière allumée cette nuit !
    bizzz

  25. Oups, je vois que ceci est une suite au petit bout de chapitre dont tu parles en préambule. Je ne lis donc pas avant de commencer par l’autre. A tout de suite.

  26. Mon quichottinage fut agréable et je regrette de n’avoir pas commencé par cet article car ainsi j’aurais pu, en préambule, lancer un « coucou d’un fantôme qui se fait rare ». Bravo et merci à Davy pour les illustrations. Je ne manquerai pas d’aller lui rendre une petite visite. Je suis comme toi, j’aurais eu peur aussi. Bouhhhhhhhhh