Alfred Stevens

Comme je ne fais, c’est bien connu, rien comme tout le monde, voici, trop tard et « hors concours » ma participation à un jeu d’écriture, un concours, lancé par Hi Thi sur son blog…. à l’occasion de la Saint-Valentin.

Moi, ce jour-là, je parlais de Quichottine et de ses amours enfantines !

Heureusement que Sogo en a parlé… Sinon, je n’aurais sans doute pas pensé à publier ce Tableau.

Mon aimée

Je suis devant ma page, elle n’est déjà plus blanche.
Les mots s’alignent, sans que je sache même pourquoi je vous écris.

Nous ne nous parlons plus depuis longtemps, vous ne me regardez plus.

Nous vivons côte à côte, et il me semble que ces années de vie commune nous ont fait entrer dans un moule que je trouve aujourd’hui trop petit.

Je m’endors près de vous, et je m’éveille de même, comme si la nuit entière n’avait pas semé en moi son cortège de rêves.

Je me demande souvent : « Si ne ne rêvais plus ? » …

Je me demande si en restant auprès de vous pendant ce demi-siècle que je vous ai donné, je ne vous ai pas offert plus que ma vie.

Je vous ai donné tout ce que je pouvais… et là, je ne peux plus.

Je voudrais ne plus être votre reflet, votre ombre.
Je voudrais retrouver mes rêves, ma liberté.

Je veux me retrouver moi.

Alors, lorsque vous rentrerez… je ne serai pas là.

…..

Stevens_rupture_1867.jpg
Alfred Stevens, La Lettre de rupture, vers 1867,
(huile sur toile H. 0,745 m ; L. 545 m,)
Paris, Musée d’Orsay

 

82 réponses à “Alfred Stevens

  1. Elle est vraiment émouvante, cette lettre de rupture. Et si parlante…
    Dommage que tu ne l’ai pas su plus tôt pour le concours de Mary j’dan !
    Le tableau de Stevens aussi est très expressif…

    Je passais juste pendant une petite insomnie et je retourne me coucher. Bonne nuit !

    • Tu vois, je ne sais pas si j’aurais participé à ce moment-là, je ne sais jamais…

      Réponse de Normande : p’t’êt’ ben qu’oui… p’t’êt’ ben qu’non ».

      J’adore ce tableau… On peut l’interprêter comme on veut. Jeune, vieille, la femme n’a pas vraiment d’âge et c’est bien.

      Bonne nuit, Sogo.

  2. Bonjour de Canton en Chine,très belle toile de Stevens, mais la femme à une posture de femme enceinte ? , bonne fin de semaine bye

    • Ce pourrait… mais pas forcément. C’est aussi la posture de certaines femmes qui ont gardé de leurs grossesses des rondeurs qui ne s’éffacent pas.

      Bonne fin de semaine à toi.

  3. Joli. Que ce 29 février, jour en plus, soit un jour entre parenthèse, un jour unique rien que pour toi. bises

  4. Franchement écrit … Mais c’est violent quand même … Comme toutes les ruptures !
    LIZAGRECE

  5. Hello ! Cette lettre de rupture aurait eu largement sa place au cœur de ce concours 😉

    Mon objectif était de mettre en lumière, ou de faire découvrir, les talents des blogoverpotes, qu’ils soient dans l’écriture, l’originalité ou l’humour.

    Chère Quichottine, la prochaine fois, je ferai un peu plus de « tapage » afin de n’oublier personne et laisser une chance aux retardataires. C’est promis ;)))

    • Comme je le disais à Sogo, il n’est absolument pas sûr que j’aurais participé… à ce moment-là. Peut-être…

      Mais tiens-moi informée des prochains concours, qui sait ?… Un sujet d’écriture, c’est toujours envisageable.

      Merci…

  6. En lisant ta lettre, j’ai pensé qu’elle aurait pu être écrite par une femme…
    pourquoi les lettres de rupture serait-elle l’apanage des hommes… 

    Je te souhaite une belle journée malgré ce ciel gris et triste.
    Je t’embrasse Quichott’

    • Tu vois… je suis touchée… parce que j’avais hésité entre les deux tableaux.

      Ma lettre alors aurait été celle-ci :

      Mon aimé

      Je suis devant ma page, elle n’est déjà plus blanche.
      Les mots s’alignent, sans que je sache même pourquoi je vous écris.

      Depuis ce jour de l’an où je vous ai dit « oui », j’ai toujours été là, pour vous…
      J’ai été pour vous l’épouse, la mère, la servante et, dans vos bras, quand vous le désiriez, l’amante qui oubliait sa fatigue, ses douleurs, pour vous et pour votre plaisir.

      Je vous ai donné de beaux enfants, je les ai élevés, jusqu’à ce qu’ils quittent votre maison.

      Je ne me suis jamais inquiétée auprès de vous de vos silences, de vos absences… en acceptant votre « jardin secret » dont je n’avais aucune clef.

      Je n’ai jamais empiété sur votre vie… me contentant de ces moments où vous étiez présent, où vous m’adressiez encore l’un de vos merveilleux sourires… ces regards enchanteurs… ces choses où je voulais lire votre tendresse ou votre amour pour moi.

      Tant d’années… j’ai vainement attendu, je crois, j’ai perdu ma fraîcheur. Vos étreintes se font plus rares, vous ne me voyez pas, vous ne regardez plus.

      Un jour, j’ai arrêté de chanter… j’ai regardé par la fenêtre et je me suis demandée ce qu’il y avait de l’autre côté, ailleurs.

      Il n’y a sans doute rien de plus, mais ce rien m’apparaît plus souhaitable que ce qui m’attend près de vous.

      Lorsque vous rentrerez, ne me demandez pas.
      Je ne serai plus là.

      Le ciel est gris, Kinou… c’est vrai. Mais je te souhaite une belle journée…

  7. Ta lettre a dû m’émouvoir plus que je ne le pensais…
    tu auras rectifié les fautes 😉

    • Ce qui est important pour moi, c’est que tu sois passée… les fautes, si fautes il y avait, n’ont aucune importance. 😉

      Merci pour ce second tableau… Grâce à toi, les deux sont maintentant sur ma page…

  8. Jolie lettre de rupture, mais on sent que la fin de leur vie commune était lattente. Ni la femme ni l’homme ne semblaient encore éprouver quelque sentiment pour l’autre : « Nous ne nous parlons plus depuis longtemps, vous ne me regardez plus. » Du coup, on éprouve une légère tristesse car toute histoire d’amour qui se termine est triste, mais on se dit que cette séparation ne peut qu’être bénéfique pour les deux êtres.
    Bien plus cruelle serait la rupture si la femme était encore amoureuse de son époux.
    Grosse bise.

    PS: A force de voir de jolis tableaux sur les blogs je découvre des merveilles. Merci

    • Je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi… Qui sait si elle ne l’aimait plus ? D’ailleurs, si tu regardes le tableau, elle est triste…

      Ne plus être aimé ? C’est l’impression qu’il a. Et lui ? Je crois au contraire que certaines ruptures peuvent être le signe d’un très grand amour.

      « Je suis là, je ne sais pas te dire mon amour, je ne sais pas comment faire pour que tu puisses le voir… alors je m’en vais, pour ne pas te devenir insupportable. »

      Après, ne resteront que les regrets. On sait toujours ce que l’on a perdu, une fois qu’on l’a perdu.

      Merci à toi d’être là, Ruegy.

  9. Bonjour Quichottine,
    Une belle lettre d’amour émouvante et que certainement l’on n’écrirait plus de cette façon à notre époque.  Même hors concours tu as bien fait de nous enf aire profiter. Le tableau de Stevens est magnifique.. et si l’on regarde ce qu’il y a derrière cette femme, on peut lire aussi dans les couleurs.
    Alors il est temps de se poser la question, l’Amour éternel existe t-il ? cet Amour pour la vie que l’on jure le jour de ses noces..

    Je te souhaite une bonne journée et je t’embrasse
    chantal 

  10. Tu as raison, j’ai lu un peu trop vite cette lettre, je n’avais même pas fait attenntion le titre « mon aimée », c’est dire.  
    Rompre parce qu’on aime, quelle étrange paradoxe digne des humains.
    Je crois que ce genre de lettre me plongerais dans un abîme sans fond.

  11. Bonjour,
    Très belle lettre et beau tableau aussi.
    Merci de ta visite.
    Bonne fin de semaine.
    D@net.

  12. Cette lettre est magnifique
    tendre, emouvante, pleine de… nostalgie ?

    je comprends mieux pourquoi celle que j’ai écrit a mon ordinateur a pu te sembler si dure et froide 🙂

    bonne journée !

    • Ben… je dois dire que je n’avais pas imaginé que tu écrivais à ton ordinateur…

      Bonne journée à toi aussi !

  13. Fichier hébergé par Archive-Host.comil est beau ce tableau…je crois d’ailleurs l’avoir déjà dit..je me répète…gros bisous…Quichottine…

  14. J’ai lu durant mon adolescence « le feu sous la cendre  » de Ardel et j’en ai gardé un souvenir ému. L’expressione st très évocatrice de ce qui reste lorsqu’on ne se dit plus rien…et bien vois tu cette lettre de rupture est une lettre d’amour..le feu n’est pas éteint.
    Bises

  15. quelle belle lettre, meme si c’est une lettre de rupture
    je pense que si un jour on se quittait avec mon jules, j’aimerais qu’il me le dise de la meme facon
    pour la statue, moi aussi j’aimerais la meme, cet artiste en vend aux millionnaires de seattle, mais je ne suis pas encore dans ce cas
    bisous

    • Ne quittes pas ton Jules, Oursonne, ce serait dommage !

      … merci pour ta réponse sur la statue… (c’est seulement la photo que je voulais t’emprunter… si tu veux bien.)

  16. Etrange d’avoir envie de te dire que cette lettre de rupture est belle mais c’est pourtant le cas… Etrange parce qu’une rupture à tout sauf du beau mais exprimé au travers de tes mots, on aurait presque envie d’en recevoir une pour la garder (lol)… enfin, le plus tard possible quand même !
    Bises,

    Syl

    • Ben… je ne te souhaite pas d’en recevoir… et à vrai dire, je ne me le souhaite pas non plus.

      Comme tu dis… même le plus tard possible serait un peu tôt pour moi.

  17. Cruel ! Pourquoi l’appeler « mon aimée » ?

  18. Elle est bien émouvante cette lettre, je pense que c’est le genre même de lettre que l’on a pas envie d’écrire à son bien aimé. Il est très beau ce tableau.
    Santounette

  19. Le tableau est de Lippi, peintre florentin du 17e… l’Allégorie de la Simulation.

    Et si ce n’était pas un article de rupture, peut-être était-ce un article de déclaration de flamme ? Qui sait ? ;-Þ

    • Merci pour le renseignement… (Chouette ! je vais même pourvoir en faire un tableau… !!!… non, je plaisante !)

      Personne ne sait, sauf celui ou celle qui a écrit l’article. ;-Þ

      En tout cas, moi, je ne hasarderai pas à l’interpréter dans un sens ou dans l’autre. 😉

      Bonne soirée, Maître Po.

  20. Tout est beau, le tableau, le texte et même les commentaires…

  21. Une lettre qui, même si elle signe la mort d’un amour, est douce, un petit cri/soupir de désir de vie, de liberté, un mot d’excuse pour s’envoler, s’épanouir parce qu’on étouffe…

    Quitte à être quitté (!), autant que ce soit avec ces mots délicatement écrits et pour une raison qu’on comprend parce qu’elle nous concerne tous un jour…! Bravo!

    Dommage pour le concours!

    BIZZZ!

    • J’adore… Merci pour cette longue visite que tu as faite dans la bibliothèque aujourd’hui…

      Ce n’est pas grave, pour le concours… J’ai bien aimé écrire.

  22. As-tu lu « return » de joseph Conrad dont Chéreau a merveilleusement adapté la nouvelle dans « Gabrielle ». Ta lette que j’avais adorée déjà, fait écho à celle de la femme quii part. Sauf qu’elle revient. C’est une analyse très fine d’un couple dont la femme s’ennuie et dont l’homme campé sur ses certidudes de félicité va tomber de très haut.

    Bon week-end à toi.

  23. Vu celui-ci aussi, très expressif. J’ai bien retenu le titre du tableau, mais le peintre, non !

  24. Merveille, j’ai suivi ton lien et j’ai décidé de cliquer sur tous les liens que tu sèmes ici et là, au risque de me perdre définitivement dans tes allées…on verra bien où cela me mènera, peut être que demain matin, je serai encore en train de te laisser des petits coups de becs d’amitié un peu partout?

    • Si tu te perds, je te retrouverai !

      Je me régale en te regardant faire…

      Merci pour tes petits coups de becs amicaux… Reçois les miens en retour. 

  25. Une lettre qui fait mal….

  26. Oupsss, ça n’est pas trop pour moi ce thème en ce moment … Merci pour tes messages qui me font chaud au coeur … Je te souhaite un eau vendredi Quichottine !

    • Désolée, Bandolera… je suis vraiment navrée. Je n’ai pas choisi le thème de ce concours, mais peut-être que ce texte correspondait à un besoin… et puis, j’aime ce tableau.

      Demain, je te ferai sourire !

  27. Muad' Dib

    Coucou Quichottine, le tableau est superbe et j te remercie de nous le proposer.
    Il y a des lettres qui sont bien difficiles à écrire, surtout si les larmes s’en mêlent et diluent le cours de nos pensées …
    Bonne journée et gros bisous,

  28. Belle lettre de rupture que personne ne devrait oublier, y compris certaines épouses oublieuses. J’aime surtout l’endormissement qui peu à peu s’installe. Un demi siècle: oui, j’ai donné. Maintenant je suis réveillée.
    Merci Quichottine.

    • … parfois, il n’est pas besoin d’un demi siècle… et parfois, ça dure plus longtemps.

      Merci à toi, Polly, d’être là.

  29. Rainette

    Cette lettre me touche plus que je ne saurais le dire… 
    Après des années de vie de couple on se remet souvent en question, et les mots là ben me font m’en poser encore plus des questions. 
    Le tableau que je ne connaissais pas est magnifique, mais me laisse dans ma tristesse… comme quoi ton article de l’autre jour était bien vrai. Je ne sais pas à quoi tu pensais en écrivant celui là mais pour moi il me raconte une histoire qu’en ce moment j’ai un peu envie d’oublier…

    De gros bisous à toi Quichottine.

    • Ne te pose pas trop de questions.
      Une vie de couple, ça a toujours ses hauts et ses bas… Peut-être que ce qu’il faut, c’est de ne pas oublier la parole. Il ne faut pas laisser de place au silence, à l’indifférence.

      Gros bisous à toi, Rainette… Merci d’être là.

  30. dche tribill

    cou-cou en attendant le soleil….(je croyais que l’huile se mettait dans les moteurs, ils en mettent aussi sur des toiles??????) bises-pat

  31. Michka dit Le Pirate

  32. J’aime cette peinture…dans ce regard, nulle amertume: douceur, mélancolie, un brin de tristesse, et un brin d’espérance dans les rêves… sourire

  33. Michka dit Le Pirate

    pour répondre à ta question…..quand je l »ai cru que c’était un loup!! j’ai eu comme un frisson qui m’a parcouru le dos! c’est quand il s’est approché que j’ai su que c’était un chien!!!
    bisous

  34. Bonjour, bonne fin de journée et merci pour ta réponse!
    Bises.

  35. J’AI LU TA LETTRE EN COM…..merci d’être passée …je fais un petit tour..bisettes

  36. Lorsque le rêve est terminé je crois bien que le rideau peut tomber. J’aime beaucoup cette lettre qui me fait entrevoir de la détermination teintée de douceur et de résignation aussi. Mais vois-tu, en observant le tableau j’ai l’impression que cette femme dit au revoir à quelqu’un qui la quitte. Comme si elle regrettait, comme si elle attendait.
    Le rêve peut disparaître en laissant des souvenirs vivaces. On peut vouloir partir en regrettant de le faire (l’inverse est aussi vrai)  mais le faire quand même parce que c’est nécessaire.
    Belle soirée pleine de rêve et de magie chère Quichottine. Je t’embrasse.

    • Tout ça… et plus encore. Les séparations peuvent être nécessaires, et ce n’est pas seulement parce qu’on ne s’aime plus.

      Belle soirée à toi aussi, Chana.

  37. ce sont 2 lettres de rupture assez douces, pas de colère,pas de rancoeur, tendres presque.
    (j’ai remis le billet SMS dont l’image avait curieusement disparue, merci de me l’avoir fait remarquer).
    Bonne soirée

  38. Elle est magnifique cette lettre, et sans doute reflète t’elle bien le sentiment que l’on peut avoir quelque fois 😉

    dommage que tu n’es pas participé, mais ravie que tu nous la présente. doux week-end à toi ^^

  39. J’ai vu un jour ceci sur un blog :


    Pardonne-moi, mon amour, je ne t’aime plus.

    Oui, je sais, ce n’est pas une lettre de rupture, mais un article de rupture. Ou peut-être que ce n’en était pas un… ;-)  

    • L’image est très belle… Tu sais de qui est ce tableau ?

      En tout cas, c’est celle qu’il fallait pour un blog. Dans ce monde « virtuel » (je vais me faire tuer par Chris !) ne sommes-nous pas tous, plus ou moins, cachés derrière un masque ?

      Il arrive que le masque tombe. Ce qui reste, c’est la réalité…

      « Pardonne-moi, mon amour, je ne t’aime plus »…. C’est très beau.

      On pourrait le rapprocher des vers de Cyrano : « Non, non, mon cher amour, je ne vous aimais pas! » (Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, V, 5)

      Te voilà bien ! 😉
      En tout cas, tu m’as fait rire… Si ce n’étais pas une lettre de rupture, pas un article de rupture… c’était quoi ?

      (J’opte pour : « un beau tableau »)

  40. Muad' Dib

    Bonsoir Quichottine, je voulais juste t’apporter une petite touche d’optimisme en photo …
    Je t’embrasse,

    • L’amour donne des ailes !!! Merci Muad.. j’adore  cette statue que j’avais pu contempler dans ton musée…

      Passe une belle soirée…