L’Homme de la Mancha : Jacques Brel

Avertissement

Ce billet comporte des liens que l’on peut visiter.
Ils apportent un « plus »
mais ne sont pas indispensables à la compréhension.
***

Sogo, aujourd’hui, m’a fait un immense cadeau…

Pour moi, sur son blog, l’une des rares vidéos qui existent de Jacques Brel dans L’Homme de la Mancha.

mancha.jpg

Cet Homme de la Mancha, je vous en ai déjà parlé à maintes reprises, sans oser vous en faire … non, pas « tout un plat » mais un billet, un vrai, un truc qui lui permette de s’étaler en grand sur ma page.

Oui, c’est vrai, je vous en avais déjà dit deux mots… Vous ne vous en souvenez plus ?

Le 4 août de l’an dernier… à cause de (ou grâce à) Marie.

Elle n’est pas revenue très souvent, Marie, mais c’est de ma faute aussi, je l’ai peut-être un peu, beaucoup, moins visitée que d’autres… et pourtant… Sur son blog, tout à l’heure, j’ai été accueillie par Dalida en fond sonore… Le temps des fleurs, j’aime bien !

Donc, le 4 août, je publiais une « transposition » d’une fable de Jean de La Fontaine, pour Clerval… et je vous parlais de Marie, et de L’Homme de la Mancha.

Elle a écrit hier qu’elle associait Don Quichotte à Jacques Brel.
Moi aussi.

Jacques Brel, « L’Homme de la Mancha« , j’ai eu la chance de pouvoir assister à l’une de ses représentations, au Théâtre des Champs-Élysées, à Paris. Depuis, ce grand seigneur de la chanson est resté pour moi, Don Quichotte, et aucun de ceux que j’ai pu voir depuis n’a pu le remplacer dans ma mémoire.

J’avais promis de vous en reparler, en suggérant que je pourrais le faire dans mon petit carnet…

Le temps a passé… Le 21 août, j’ajoutais un grand personnage dans mon dossier « auteurs ». J’évoquais pour vous, Edmond Rostand. Vous me direz qu’il n’y a rien à voir…

(Vous savez… chaque fois maintenant que j’utilise cette expression, je pense à elle… son blog, le premier, celui où je l’ai rencontrée, s’appelait comme ça : Rien à voir.)

Mais si ! Comme chez Clerval, il y avait tout à voir. Rostand a créé un personnage magnifique, que j’adore… Cyrano. Vous savez bien qu’il est pour moi l’un de mes chevaliers préférés… J’en suis amoureuse depuis moins longtemps que de don Quichotte, mais il me fait toujours vibrer, comme si j’avais dix-huit ans… Cyrano, c’est un homme selon mon cœur, courageux, fort, fidèle, en amitié et en amour… et laid !

(Tant mieux, les autres ne me le prendront pas…)

Donc… sur ma page, ce jour-là, il y avait Cyrano… et le grand Jacques, aussi !

Je trouvais les vers de Rostand sublimes… Je l’avais vu au théâtre… sur l’écran d’un téléviseur en noir et blanc. L’acteur n’était pas laid. Mais combien de courage et d’abnégation dans les mots qu’il disait. J’admirais… Je le voyais aimer jusqu’à la déchirure…

…Ah… d’accord ! ça, c’est Brel, et « L’Homme de la Mancha » qui revient au galop. Il faut dire que don Quichotte est toujours volontaire quand il s’agit de défendre de bons sentiments.

Je suis d’accord, c’était à peine une allusion… un coin de page soulevé pour laisser s’échapper quelques mots de « La Quête » :

[…] Aimer jusqu’à la déchirure
Aimer, même trop, même mal, […]

Il y a tant de façons d’aimer… mais j’entends déjà Chris me dire que l’amour, ça ne peut pas durer, parce que l’amour, c’est la passion pour elle qui fait tout passionnément. C’est vrai que la passion peut exister…

Et justement, pour moi, cette passion, c’était Brel, ce grand monsieur, sur les planches d’un théâtre, jouant le rôle du Quichotte comme personne ne l’avait joué auparavant, comme nul ne saura jamais plus le jouer… enfin c’est ce que je pense aujourd’hui … plus de … oublions les années !

Il faut croire que ce n’est pas si facile d’oublier…

Le 3 septembre, j’évoquais Dulcinée, et, par conséquent, j’en revenais encore à ces mots…

Dans les mots de Jacques Brel, aimer, c’était « aimer trop, aimer mal »… mais il aimait, « jusqu’à la déchirure ».

(Ah, mon « Homme de la Mancha » à moi,
il résonne encore dans mon coeur
plus de trente ans plus tard !)

J’ai failli tenir ma promesse le 10 octobre… Ce jour-là, je vous ai donné un lien pour vous rendre chez Pol, qui venait de publier un article pour l’anniversaire de la mort de Jacques Brel, le 9 octobre.

Ce n’était pas le bon moment… alors, du tiroir aux secrets, j’ai extrait un poème… « Bonheur »… un poème de ces années-là.

… et le temps, comme toujours, a passé.

Aujourd’hui, chez Sogo, je me suis dit que c’était le moment, qu’il fallait que je vous raconte…

Installez-vous… vous aurez quelques jours pour tout lire… encore.

Souvenez-vous, j’avais reçu à treize ans mon premier don Quichotte, en version originale, non sous-titrée. C’est un livre difficile à lire, pour moi qui ne faisais qu’apprendre cette langue qui est aujourd’hui encore chère à mon coeur.
J’en ai fait mon livre de chevet.

J’ai été placée dans un internat où tout est contrôlé… même les livres que l’on lit, surtout eux d’ailleurs. Celui-ci, en espagnol, est passé à travers les mailles du filet de la censure. Il est trop connu, trop estimé par tous. On me le laisse. Ce sera ma liberté.

Me voilà en classe de première… Je ne quitte l’internat qu’aux vacances. Je fais partie de celles qui ne sortent pas le dimanche. Je suis pourtant devenue bonne élève. On m’apprécie malgré mes réparties qui frisent souvent l’insolence et que l’on me pardonne car j’ai l’excuse d’avoir perdu mes parents à six mois d’intervalle l’année précédente.
Orpheline, j’ai certains droits. Droit de perdre de temps en temps la mesure de ce qui se fait ou qui ne se fait pas. On me pardonne donc, et l’on essaie de me distraire.

Ce cadeau d’une soirée au théâtre des Champs-Élysées, cette année-là, restera à jamais gravé dans ma mémoire. Au programme, Jacques Brel.

Je ne suis pas très au courant de la carrière de ce monsieur. Je le découvre. C’est une révélation.

Sur scène, il y a mon Don Quichotte, celui qui est capable d’émouvoir, de faire rire ou pleurer. Il chante avec ce quelque chose qui est plus que la voix et qui émeut jusqu’aux larmes. Il vit son rôle plus qu’il ne le joue. Il est Cervantès et il est aussi le chevalier un peu fou qui avait parsemé mon enfance de ses rêves.

Je ne serai jamais fan de Jacques Brel, dans le sens que l’on donne à ce mot aujourd’hui. Je ne vais pas me jeter à son cou, je ne vais pas hurler mon adoration pour lui. Ce que je ressens ce jour-là, cela ne s’explique pas.

Ce sont les premières images réelles que je peux voir de Don Quichotte.

Bien sûr, j’avais admiré quelques œuvres d’art, des reproductions de Daumier ou de Picasso… mais ce n’est pas pareil.

Ici, Don Quichotte est vivant, il vibre, il chante.
C’est un mélange de son et de lumière, une image impossible à décrire.

Quelques jours plus tard, je parlerai de L’Homme de la Mancha avec mon professeur d’espagnol. Ce sera notre premier désaccord. Elle refuse l’adaptation qui a été faite. Don quichotte ne peut pas tomber amoureux d’une putain. Moi, je pense que si.

A l’époque de Cervantès, qu’un gentilhomme puisse prendre pour dame une paysanne est inadmissible. C’est la preuve même de sa folie. S’il n’était pas fou, il ne pourrait même pas la regarder. Nous vivons au vingtième siècle. Les spectateurs n’ont pas les mêmes références. Un conte de fée moderne ne marie plus le fils du roi à la bergère.

Nous ne sommes qu’en 1969… mais vingt ans plus tard, le cinéma américain va actualiser le débat : le milliardaire tombera amoureux de la putain et leur amour en fera une dame (Pretty woman, 1990).

Je pense que le contraste parle plus au public de Monsieur Brel. Il est plus vraisemblable. La paysanne n’aurait aucune raison de se retrouver dans une geôle avec Cervantès, la putain oui.

Brel chante « Écoute-moi, pauvre monde, insupportable monde… », il chante son amour pour Dulcinée, il chante son espoir insensé d’atteindre l’inaccessible étoile… Je vais faire de ce chant mon hymne personnel.

« Rêver, un impossible rêve », c’est aussi mon histoire.

La vidéo que Sogo m’avait offerte a disparu. Il faudra rechercher La Quête, de Jacques Brel, sur Youtube.

128 réponses à “L’Homme de la Mancha : Jacques Brel

  1. Chouette article, je pense l’avoir déjà dit quelque part ici, j’ai découvert Don Quichotte sur l’enregistrement sur vinyl de ce spectacle, je crois que ce n’était pas la totalité de l’enregistrement. Mais j’ai eu également l’occasion d’en écouter la totalité, faites en catimini par mon très ancien professeur de français. Je peux confirmer le commentaire que j’ai lu chez Sogo, il n’existe aucun enregistrement du spectacle, à part l’extrait qu’elle propos sur son site. J’ai eu l’occasion de demander il y a quelques mois, aux archives de la télévision Belge, ayant certains liens professionels, ils n’ont rien de complet, des interviews lors de la première en 68 à La Monnaie, à Bruxelles.
    Je peux témoigner que entendre la voix de Don Quichotte et de son fidèle écuyer sortir d’un haut-parleur, une semaine après la lecture du Roman, ça marque.

    • Comme tu dis… et pas seulement après avoir lu le roman… Tu sais, c’était absolument… je n’ai pas de mots !

      Merci, Madame Yoyo !

  2. Gros bisous de la nuit, amie Quichottine.
    J’ai pu tout lire. C’est très émouvant.

    • Tu n’aurais pas dû… Amielle. Fais attention à tes yeux !!!!

      … mais ta fidélité et ton amitié, si réelles, me touchent infiniment !

      Gros bisous chaleureux pour toi !

  3. Bonjour de Canton en Chine,c’est bien d’évoquer Jacques Brel, un immense artiste , bon week end bye

  4. C’est toujours fort bien fait et fort bien bien conté !

    bravo l’artiste. Bisous et bon week-end

  5. Très émouvante ton histoire Quichottine…… J’aime Brel comme toi..
    Atteindre l’inaccessible étoile et même si on ne l’atteint pas on aura beaucoup appris et gagné à l’avoir tenté. Bises

  6. On oublie que Jacques Brel avait crée cet « homme de la Mancha » – qui a l’époque n’avait pas fait l’unanimité au nveau des critiques … Comme quoi avec le temps …Comme aurait dit Léo … LIZAGRECE

  7. un plaisir de  lire un « secret » bonne journée @+(je suis venue direct de pause café .

  8. M. Brel a été et est toujours un homme pour qui j’ai une profonde admiration… comment ne pas être touchée par sa carrière, ses chansons, son oeuvre… Sans doute impossible, tout comme j’ai été touchée par ton billet. 
    Bisous à toi et doux week end, 

    Syl

  9. Bonjour,
    Ah oui, et dans le Londres du 19ème le Barbier égorge tus ses ennemis…(Sweeney Todd)
    Bonne fin de semaine.
    D@net.

  10. Brel avait ce pouvoir rarissime ( pour moi ) de rendre ses personnages REELS .
    Il ETAİT Don Quichotte au lieu de jouer à être Don Quichotte…..
    Troop émue….

  11. Bonjour Quichottine, je viens de boire ton article.. du petit lait.. c’est très amusant car Brel, incarne aussi pour moi Don Quichotte..  donc je comprends… cette histoire que tu racontes, ton histoire, est très émouvante et je réalise encore mieux ton amour pour cet homme et son cheval et son inaccessible étoile… mais c’est bien ce que tout homme recherche non !!   et Cyrano, que j’ai vu à Paris et revu tant j’aimais cette pièce mais pour moi il n’était pas laid.. un nez peut-il gâcher un beau visage?? même si c’est un pic, un cap, une péninsule… et l’on dit qu’un grand nez est une marque de sensualité…
    Je te souhaite un bon week end et merci pour ce billet qui ce matin est tombé à pic…
    mille baisers
    chantal

    • Merci à toi, Chantal…

      Je suis d’accord, c’est Cyrano qui se trouve laid !… et la sensualité… bon, il la range, je crois bien, ce qui m’arrange, moi !

      Bon week-end à toi aussi…

  12. j’aimerais avoir plus de temps pour venir lire dans ta biblio mais le petit nouveau demande sa GM …bon WE

  13. Ahhhhh BREL, encore un vide impossible à combler… Irremplaçable!
    Don Quichotte –> QUICHOTTINE?! Ahhhhhhhh! Bon samedi la miss!

  14. Quichottine, je suis très touché par ce que tu nous avoues dans cet hommage au rêve.
    Tu nous prends par la main pour nous parler plus intimement d’une toute autre histoire. J’entrevois mieux cet amour que tu éprouves envers ce roman, ce héros, ces interprètes et tous ceux qui l’ont aussi bien compris.
    J’ai une réelle admiration pour ce que tu nous livres au fil des jours.
    Toi, tu as grandi sans mettre au placard l’ours en peluche qui tenait compagnie à la petite fille, ce nounours que tu as tant bercé et qui t’a tant faite rêver.
    Je crois que je pourrais le lire des milliers de fois, c’est Quichottine que je verrais à travers ses pages, alors pour le moment je préfère me caler dans mon coussin et t’écouter en parler avec cette pointe d’émotion qui le rend si réel.
    Tu causes de lui, de ce chevalier errant avec tant d’affection que je le devine, certes un peu usé, mais tellement fier.
    Merci Quichottine. Gros bisous.
  15. Fichier hébergé par Archive-Host.comje suis une inconditionnelle de Brel…et je crois que la quête est ma chanson préférée..j’aurai beaucoup aimé le voir sur scène….un bien bel article pour ton retour de pause….bisous…

  16. bonsoir Quichotine

  17. Moi aussi,j’aime beaucoup Jacques Brel et la vidéo que Sogo a mis sur son blog m’a ravie…J’ai bien aimé ton article aussi qui m’a permis d’un peu mieux te connaître

  18. L’Homme de la Mancha n’était pas le seul à « chasser » les moulins.
    Je viens de lire les commentaires à mes articles et c’est sans aucun problème que tu peux piocher dans les photos.

    Bon dimanche

    • Merci pour les deux images que tu as déposées chez toi à mon intention… Ce  moulin est très beau, de près comme de loin.

      Merci de me permettre d’emprunter tes images…  Bon dimanche à toi aussi

  19. J’ai découvert l’homme de la Mancha en 1972, j’étais dans la Drôme … J’adorais écouter ce 33 tours que d’ailleurs j’ai toujours …
    L’inaccessible étoile et ce grand Jacques Brel à n’en plus pouvoir faire mieux que briller plus fort qu’elle … La voix de Joan Diener … incomparable et qui vous faisait tressaillir jusqu’à faire s’entrechoquer en rythme vos métatarses !…
    Oui , on est loin d’une farce, sinon tout près d’une oeuvre majeure .
    C’est beau à pleurer jusqu’à en mourir d’extase …
    Farfancho de la Pansa
    Bises à toutes les Dulcinea de la terre !

    • Ah ! J’en suis bien contente.

      Tu vois, le mien s’est usé, à force de l’écouter… et j’en ai racheté un second. Le 33 tours grince parfois un peu mais je n’arrive pas à ne plus l’écouter !

      Comme tu dis… c’est beau à pleurer…

      Merci, Farfadet !

  20. Un petit salut avant de m’éloigner quelques jours de la blogosphère

    @ bientôt

  21. Bon dimanche et bises.

  22. Tu choisis bien tes chevaliers servants, Quichottine ! Bon dimanche !

  23. J’adore ton histoire, j’attends la fin pour la mettre en forme
    Merci ma quichottine tu es merveilleuse de bonté
    Amitiés, Flo petite sépienne 🙂

  24. Fichier hébergé par Archive-Host.com avec ce beau soleil qui va m’envoyer de nouveau à la rencontre des ânes…je te livre plein de bisous…bonne journée Quichootine

  25. moi j’aime brel dans l’aventure c’est l’aventure de lelouch.

  26. les indiens disent que le rêve est la vraie vie  VITA

    • Je ne sais pas, Vita… La vraie vie est bien souvent très éloignée du rêve.

      Parfois, j’aimerais bien pouvoir les inverser. Mais, ça, c’est une autre histoire !

      Merci pour ta visite, Vita.

  27. Bonsoir Quichottine … Il est très émouvant ce billet. Quelle tendresse s’y trouve en filigrane. C’est vrai, tu as raison, Brel ressemble à Don Quichotte … Je ne crois pas avoir fait le raprochement un jour avant de te lire ce soir mais c’est maintenant d’une telle évidence … Je te souhaite une douce soirée avec l’homme de la Mancha …

  28. Aimer …jusqu’à la déchirure….. en voila une sacrée image et puis jacques brel ….

  29. Tu es mon ange gardien !
    Merci, amie Quichottine.
    Gros bisous de la nuit
    J’aime beaucoup cet article, pas seulement pour Jacques Brel 😉
    Loin de l’écran, mes yeux vont nettement mieux, mais quand je me connecte, c’est OB qui ne fonctionne plus à plein régime…Dur, dur !

    • Comme tu le dis si bien, Amielle, dur dur aujourd’hui sur OB !

      Prends soin de toi… et ne te fatigues pas les yeux !

  30. Comme Chris a raison : Les passions sont souvent éphémères.
    A trop aimer on se brise, on s’aveugle sur tout ce qui peut y avoir autour, on s’enferme……. Et un jour on brise tout cela pour retrouver sa liberté…… Jusqu’à la prochaîne passion.

  31. Bonjour,
    Je n’avais pas été le voir, et je le regrette beaucoup.
    Oui nous avons mangé beaucoup d’aligot, j’adore…
    Bonne journée.
    D@net.

  32. Coucou Quichottine…je vois que tu te reposes…je te fais des gros bisous…en passant…bonne journée

  33. Merci pour ce billet qui conforte mon regret de ne pas être assez vieille (pour une fois) pour avoir vu en vrai Brel sur scène. C’est mon chanteur préféré depuis toute petite et je connaissais presque tout son répertoire. Quand il est décédé en 78, j’avais 16 ans, j’ai eu la larme à l’oeil comme pour un proche. Brel a accompagné toute mon adolescence. Un grand.

  34. Ma chanson préférée de Brel: « Quand on n’a que l’amour »
    Probablement parcequ’il y est question de mots pour faire taire les tambours… On dit bien que la musique adoucit les moeurs.

    • C’est vrai qu’elle est sensationnelle… mais tu vois, moi, je n’arrive pas à me décider… je crois qu’il y en a peu que je n’aime pas.
      (Il a fallu que j’enlève la vidéo que j’avais mise là : un grand cadran noir la remplaçait.)

  35. Merci pour cet article, Jacques Brel le grand dans l’homme de la Mancha. Que dire de plus comme tu peux le citer « aimer même trop, même mal ». Quel texte, j’en ai des frissons. Merci de nous rappeler de si beaux moments de chanson, de texte et de vérité.

    • J’adore… c’est vrai ! Sans doute l’un de mes plus beaux souvenirs… si poignant que j’en tremble encore quand je l’entends…

      Merci Laure !

  36. Brel c’est un monument. Presque une philosophie.

  37. Tout comme toi je l’entends encore, je le revois encore…jamais non jamais je n’oublierai…
    Sans doute aussi pourquoi maitenant et presqu’un an après le décès de ma mère (qui vivait aux portes de Paris où je suis née) un désir de repartir à Paris s’empare de moi…pour vivre d’autres moments intenses comme celui-ci…
    Je me sentais proche de toi…et bien ce n’était pas un vain mot

  38. Non je ne crois pas au hasard du tout…
    La blogosphère est immense, et pourtant il suffit d’un mot d’un seul d’une personne…
    Les longs discours ne sont guère utiles souvent.
    Je te souhaite une douce nuit

    Je colorie en rouge car tes admirateurs sont si nombreux que je ne retrouve plus tes réponses !

    • Sourire… Merci encore, Lmvie pour cette soirée que nous avons passée ensemble.

      Douce nuit à toi aussi.

      (Tu colories en rouge… moi, j’ai mis un smiley dans ma signature pour les mêmes raisons.
      C’est vrai que j’ai de nombreux visiteurs, surtout lorsque je ne publie pas tous les jours… Mais je suis heureuse que tu sois là.)

  39. Contrairement à tous, je ne sais pas qui écrit avec une plume aussi sûre, agile et passionnée, mais que le moment que tu m’as permis de vivre aujourd’hui est intense. Je me suis glissé dans la manche, ta mancha. Je reviendrai sur ton site pour la place que tu donnes au rêve. Tu es le rêve.
    Serge

  40. Merci de ta réponse. Comme tu peux le constater, je suis allée ici ou là…

    • Tu n’y étais pas obligée… mais cela me fait plaisir. Merci, Val’r. J’ignore si tu auras eu les réponses aux questions que tu te posais.

  41. Muad' Dib

    Tu vois Quichottine, c’est ce que je te disais hier, tu nous écris un magnifique article / hommage à Jacques Brel et à cette interprétation de Don Quichotte, mais à la lecture de ton article c’est tout autre chose que je retiens et qui me touche …
    Je t’embrasse,

    • Merci, Muad… je suis contente que tu sois là. Merci pour ton amitié fidèle… et tes passages quand je ne publie pas !

      Je t’embrasse… très fort !

  42. Tu as parlé de Sogo, de bien d’autres, de L’homme de la Mancha, de Brel, de son interprétation, de cette comédie musicale qui t’a bouleversée, du prince et de la bergère, de Chris, de l’amour, de la passion et….je ris. Je ris tendrement car, toi aussi tu es une passionnée.
    Je ris car tu n’as pu t’empêcher de faire un article (alors que tu es en pause) sur ce qui te tient à coeur, sur ce qui te fait vibrer.
    Je ris parce que, dans ta générosité de mettre les autres à l’honneur et de partager avec nous ce que tu aimes (et ceux que tu aimes), tu t’es précipitée sur ton clavier.
    Je ris parce que tu es une boulimique de la vie, des autres, des belles choses (et de ton blog aussi) et que c’est plus fort que toi : il faut que tu en parles.
    Je ris et j’ai envie de rire encore.
    Je t’embrasse…et je ris encore.

    • Merci, Chana… je suis heureuse de voir que je t’ai fait rire… merci ! C’était bien agréable de te savoir là aussi, et de ne pas t’avoir fait pleurer… Je préfère !

      Plein de bises pour toi…

  43. Coucou, Quichottine !
    J’ai été très émue de voir que cet extrait de « L’homme de la Mancha », t’avait, au moins pour un instant, fait sortir de ton antre…
    J’ai été très émue aussi d’avoir les honneurs de ton article…
    Et je pense que si j’avais pu voir cette mise en scène avec Brel, j’aurais également été très émue… Comme tu dis, pas fan au sens où on l’entend (en se jetant à son cou, etc…) mais envahie par une profonde émotion. C’est déjà ce que provoque en moi, dès que je les entends : sa voix, ses mots, ses chansons. Quelques chose de profond et d’incontrôlable qui fait me vibrer et me donne des frissons…
    J’ai été très émue encore d’apprendre quelques morceaux de toi que j’ignorais…

    Merci à toi, Quichottine, de gros bisous et passe un très bon samedi

    Je repasserais publier chez moi ce soir, là je n’ai pas le temps…

    • Je suis sûre que ça t’aurait plu !
      Tu vois, ce n’était pas une mise en scène comme on en fait aujourd’hui, avec une montagne d’effets spéciaux, on entendait tout, comme aujourd’hui dans les petits théâtres non subventionnés…. les pas sur les planches, les grincements… mais si tu savais comme tout était vivant ! Les acteurs bougeaient, vibraient aussi. Et Brel, sur scène, dans ce rôle qui je crois a fini de brûler son énergie, c’était…

      Je crois que jamais je n’ai ressenti la même chose. Encore aujourd’hui, lorsque je passe les chansons qui ont été enregistrées alors, je le revois, lui… il est présent. Il vit.

      Gros bisous, Sogo… et merci à toi. Comme tu dis, tu m’as fait sortir de mon antre… tu as bien fait !

  44. Quel hommage, et j’en suis touchée pour plusieurs raisons. Brel fait partie de ma jeunesse, même si je n’ai pu le voir, parti trop tôt. Pour un de mes anniversaires, à sa mort, j’ai eu le coffret de tous ses disques (vynil) que je chéris comme un trésor. Et de don Quichotte que tu as eu l’immense chance de voir et d’écouter sur scène, je me souviens du flop médiatique. Je crois que Brel venait lâcher ses tripes dans un monde qui ne pouvait plus l’entendre. C’étaient les années de changement profond où s’installaient la société de consommation, les mouvements hyppies, la lutte des femmes… comment l’entendre dans la cacophonie qui braillait? Et puis tu m’as touchée, l’orpheline et l’internat avec censure (que j’ai connu aussi), nous donner ainsi beaucoup de toi à travers lui, c’est cadeau, d’autant plus qu’on sent tellement vibrer ta passion, cette force vive qui te traverse.
    Bisous.

  45. Bon samedi bises!

  46. Marie Soleil

    Merci de m’avoir citée dans ton article du jour, j’essaie simplement d’intéresser les personnes venant sur mon blog, par mes coups de coeur et mes photos.
    Je te souhaite un très bon week-end.
    Bises.
    Marie

  47. diche tribill

    c’est trop drôle : tu parles du 4 aôut et de Marie…Coïcidence : le 4 aôut retient-le dans un petit coin, c’est son anniversaire…j’espère ne pas avoir dévoilé un trop grand secret…bises-pat

  48. Brel………

    …..on ne s’en remet jamais !!!!!

    Et pis, d’abord, il est   A  MOI !!!!!

    • N’importe quoi !!!! Depuis quand ne veux-tu plus partager avec moi ????

      (mais je suis d’accord, on ne s’en remet jamais !)

      Bisous, Chris !

  49. Brel… Est-ce un hasard ?… Mon article a dû paraître vers 1heures ce matin… Bonne journée Quichottine.

    • Totalement hasard… J’avais programmé le mien pour minuit !

      Et je n’ai vu le tien que ce matin… mais il m’a infiniment touchée ! Merci….

  50. Je reviens ici  écrire ce que j’ai répondu chez moi : laquelle de nous deux est medium???
    PS- C’est aujourd’hui mon anniv de mariage et non pas l’autre jour… le bug…. tu t’en souviens?

    • Nous sommes « en phase » je crois, par moment ! Je l’ai constaté à de nombreuses reprises.

      Là, j’ai écrit grâce à Sogo. Et j’ai été heureuse de trouver chez toi la musique, les paroles, qui me tiennent tant à coeur.

      Merci, Eolina !

  51. Michka dit Le Pirate

  52. Je sais, ça peut faire « vieillot » mais BREL donne tjrs des frissons quand on prend le tps de se poser, le regarder en l’écoutant.
    bizzzz

  53. ma ptite quichottine!! enfin je m’attarde chez toi ton hymne a brel est un « hymne a l’amour » « (non je ne pense pas a piaf lol)
    je t’embrasse et te remercie tu a été mon 1er papillon!!!
    maud

  54. Bon dimanche bises!

  55. Michka dit Le Pirate

  56. C’est un bel hommage à Brel . Quichottine quand on commence à te lire, c’est difficile de s’arrêter en chemin, donc en général je lis tout d’une traite. ^^

    j’ai aimé ton histoire très touchante, comme tout ce que tu écris. ^^

    Prend soin de toi , bonne semaine. 😉

  57. Petit coucou en revenant de séjour santé !
    tu « quichottes » toujours beaucoup dis donc !

    on ne passe pas « pour rien » -  ton « avertissement » m’a fait sourire !
    mais bien sûr que tes liens sont des « plus » !!

    +++  à plus !

  58. vagabond57

    J ai lu , tout .
    Il y a des references que je ne connais pas , c est normal , je decouvre , mais dire que j adore cette facon d ecrire …c est peu dire … sourire .
    Je dois un grand merci a Blanche , ici la Bernache , c est grace a elle que j ai fait ce voyage perilleux , de l univers  tchatcheblog a celui ci !

    • Merci pour ta visite, Vagabond…
      Je ne te connais pas, mais j’espère que tu écriras un peu plus sur ton nouveau blog pour que j’en sache davantage sur toi.

  59. fleurdemars

    Bel article hommage en effet…

    A bientôt ! Je suis nouvelle dans la communauté, donc je me balade un peu partout ! lol

  60. Brel le magnifique!tout comme ta plume et ta sensibilité;tu es un etre de passion!
    je t’invite à écouter « the impossible dream » de Presley,morceau de Brel en anglais.
    C’est un bel hommage du King à notre Magnifique Brel et c’est tiré de ce récit que tu aimes.
    amities

  61. Marie Soleil

    Je reviendra quand tout sera réparé.
    Bonne journée.
    Marie

  62. Marie Soleil

    Bises et bonne journée.
    Marie

  63. Marie Soleil

    Je te souhaite une très bonne journée.
    Marie

  64. Rostand, et Brel ! Des hommes de ma vie. Lorsque j’étais lycéenne je faisais partie d’un théâtre amateurs; L’Aiglon et Cyrano ce fut moi. Chanteclerc, je n’ai pas aimé… Quand au grand Jacques, il est l’unique  !

    Je t’embrasse Quichottine. J’ai souvent l’impression que l’on est pleine de points commun

    • J’ai de très bons souvenirs de L’Aiglon… Cyrano, j’ai adoré. Je n’ai découvert Chantecler que beaucoup plus tardivement.

       

      Je suis contente que tu partages mon admiration pour Jacques Brel… c’est vrai. Nous avons plein de points communs et cela me touche.

       

      Bisous, Nettoue. Merci pour tes mots.