Le tableau

Dans la chambre d’Emmanuelle, il y avait un grand mur blanc… un mur vide, un mur sans vie.

Il me fallait l’habiller… je ne supportais plus cette absence, ce silence.

Vous pouvez imaginer ?

Un mur vide, au-dessus d’un lit vide, dans une chambre où jamais personne ne vient marquer son territoire en laissant traîner un vêtement, un jouet, un petit rien, un quelque chose qui vous dit « je suis là, cette chambre c’est moi, j’y fais ce que je veux »…

Une chambre trop belle, trop parfaite… comme aseptisée.

J’aurais aimé y voir traîner une montagne de livres. J’ai mis là tous nos livres d’enfants, les albums que plus personne ne feuillette… mes enfants ont grandi. Leurs enfants les liront, plus tard.

J’aurais aimé y voir… A quoi bon ?

Tout ce que j’y mettrais serait un peu vain, comme cette quête que j’ai faite d’une image pour cacher ce mur vide.

Et puis, je l’ai trouvée, l’image qu’il fallait !

Elle était comme Emmanuelle, un peu fragile, toute brisée, mais pleine de tout ce qui aurait pu être la vie, tout ce qui aurait pu faire un merveilleux tableau : la couleur, la lumière, et même la musique… Le jour, la nuit, de quoi remplir l’espace.

De quoi gommer ce vide, ce silence.

Et ça m’était bien égal de savoir si je l’aimais ou pas, cette image, c’était celle qui devait être là, sur ce mur.

Regardez… la voilà.

Kandinski-Gelb-Rot-Blau-1925

Vassily Kandinsky, Gelb-Rot-Blau, 1925.

34 réponses à “Le tableau

  1. Oh Quichott’.. encore tellement d’émotion en lisant tes mots… je comprends mieux … mais je reviendrai…

  2. ….deux claques pour Chris !
    Ce tableau, morcelé, est, effectivement, une explosion de couleurs, de formes et de musique…..une explosion, un hurlement…….
    ….le contexte particulier fait qu’il soit une remise en équilibre.
    Je m’incline devant le choix !   

    • Pas de claque… Chris ! Il ne manquerait plus que ça !

      Un tableau, ça s’impose parfois. Celui-là s’est imposé. Je ne sais toujours pas comment c’est arrivé, mais c’est comme ça. Il était évident que ce devait être celui-là et pas un autre.
      J’aime bien lorsque tu parles de remise en équilibre, c’est tout à fait comme ça que je le vois.

  3. Beaucoup d’ émotion dans ce texte pudique…….
    Il est des objets qui s’imposent à nous, non par choix délibéré de notre part, mais simplement parcequ’ ils croisent  notre route au moment choisi et qu’ ils sont ce qu’ ils sont.
    C’ est eux qui nous choisissent et pas l’ inverse.

    • « Les objets nous choisissent » aussi… j’aime assez ce concept.

      Merci Clo. Je suis heureuse que tu sois là.

      Passe une belle soirée

  4. J’étais surprise de le trouver dans ta bibliothèque.
    Ici, sur ce mur blanc, il a bien toute sa place, il ne cache rien.
    Jaune comme la vie, rouge comme la douleur, bleu comme l’espérance.
    Gros bisous affectueux, amie Quichottine 

  5. Je t’envoie plein de soleil breton, amie !
    Si, si, il donne un air de vacances à l’automne.
    Sans doute faudrait-il que je nettoie un peu plus mon jardin (le vrai, sous mes fenêtres)…Tout à l’heure peut-être…
    Gros bisous, Quichottine 

    • Je veux bien de ton soleil, Siratus !

      Mon jardin commence à ne plus ressembler à rien ! Mais bon… il va falloir que je m’y mette !

      Plein de bisous, Dame de l’Océan. Belle nuit à toi !

  6. Désherbons, désherbons…Il ne restera que l’essentiel sous le ciel bleu et toujours des fleurs, même virtuelles, à partager.
    Heu, ménage du jardin, ménage du bureau, ménage des photos…Il me reste fort à faire !
    Gros bisous, amielle Quichottine 

  7. Je viens faire un tour après une semaine sans Internet et  tes propos m’inquiètent. 🙁

  8. Je reviens, et cette fois, je ne regarde que le tableau et sais-tu ce que je viens de voir… une aurore au style géométrique et un couchant tout en lignes courbes… intimement mêlés… l’une devient l’autre…
    Il est beau ce tableau !
    Passe une belle nuit… je t’embrasse

  9. J’ignore si le silence que tu déplores durera ou non , tout ce que je comprends c’est la tristesse dans ton coeur et cette image sur laquelle tu as arrêté ton choix est SUPERBE ! Elle explose …elle a quelque chose de cosmique. Je remarque le nom du peintre qui semble être Russe (?) Nous ignorons trop , ici , la magnifique peinture russe – j’en ai eu vu , très peu , à la télé , une unique fois et j’ai été conquise . Amitié.

    • Je ne sais pas…
      Parfois, le silence est préférable.

      Ce tableau est dans ma bibliothèque aussi. Tu peux aller l’y voir. Il y a des liens pour en apprendre un peu plus sur Kandinsky.

      http://quichottine.over-blog.com/article-13497558.html

      Je dois dire que je suis moi-même très ignorante, j’essaie d’apprendre. Je crois que c’est toujours important de pouvoir le faire.

      Merci pour ta longue visite…

  10. En effet, il est mis en valeur ici. On devine toute la lumière dont tu parles.
    Moi j’aime flâner dans les musées, à Marseille, toutes les années je vais au musée Cantini, et en partage avec une amie, on s’assoit et on commente nos impressions. A Grenoble aussi… avec une autre amie. Ce sont des moments intenses, chaque fois. Je n’ai encore jamais vu de toiles de Kandinsky, mais peut-être que ça viendra un jour.
    merci pour ce cadeau.

    • Sois la bienvenue au jardin, Polly !

      Merci d’être là…

      J’aime aussi les musées, mais j’ai avec eux un rapport un peu bizarre… je vais les visiter, je file à travers pièces le plus souvent, jusqu’à l’oeuvre qui m’attend… alors, je peux y passer des heures, sans bouger…

      C’est frustrant pour ceux qui m’accopagnent ou pour moi si je vais à leur rythme…

  11. Je vais partir à la recherche d’Emmanuelle  (quel prénom magnifique ) Tant de délicatesse en toi chère Quichottine …quelle insignifiance mes petits problèmes à côté de ce que je crois avoir un peu compris …Bisous tout doux à toi

  12. Je n’ose te poser des questions par pudeur, il y en a tant en tes écrits.
    En lisant ces articles je n’ai pas tout saisi de l’histoire complète de cette petite Emmanuelle, mais je reviendrai si tu me dis comment faire à partir de ton blog principal…

    Ce tableau, t’a trouvé toi je crois, le jaune devait être présent pour la lumière, la vie, le rouge pour la douleur et la violence de cette douleur, le bleu pour l’apaisement, enchevêtrement de sentiments douloureux sur un fond plus calme qui sera…un espoir…

    Je comprends.

    • Un jour nous en parlerons peut-être.

      Ici, ce n’est pas le lieu.

      Lorsqu’on est dans la bibliothèque, il y a plusieurs portes, la plus simple étant par un lien dans mon pied de page (l’ombre de mes livres). Maintenant, le jardin n’est plus vraiment secret…

      Il est un peu « en friche » mais il n’est pas abandonné.

      Merci pour l’explication que tu donnes à ce tableau et à ce qu’il fut pour moi.

      Ce billet, ce tableau, c’est parce que je l’avais mis dans la bibliothèque et que certains de mes amis se demandaient pourquoi. C’est vrai qu’il ne ressemblait à rien de ce que je mets d’habitude dans ma galerie de tableaux. Mais il était là-bas, et il y est toujours, même s’il est ici aussi, autrement.

      Je sais que tu comprends. Il te suffira d’aller lire là-bas aussi pour savoir à quel point nous sommes « en phase »…

  13. Je retournerai à cette galerie…j’ai aperçu beaucoup de visages, de femmes…je dois y retourner mais ce soir je dois finir les préparatifs de mon départ
    Je te serre fort et t’embrasse

  14. Bonne soirée Quichottine et surtout merci de te promener sur mon blog à faire parler des images qui n’ont suscité que peu d’intérêt à l’époque. Il est vrai que j’étais nouvelle, ma place n’était pas encore faite. Et maintenant qu’elle est faite, je ne sais plus si j’ai envie d’y rester… Si jamais je pars, tu resteras longtemps dans mes pensées.
    Ce tableau de Kandinsky qui a amené tant de discussions, il est sûrement très bien là où tu l’as mis. 
    Nous sommes là pour t’écouter parler et lire à travers ces mots tellement  remplis d’émotions. A très bientôt.

    • J’aime aller sur tes pages, Eolina. Parfois, il m’arrivait de ne rien écrire. Mais ça ne voulait pas dire que je n’aimais pas.

      Je ne sais pas ce que tu décideras, mais quoi que ce soit, je respecterai ta décision, je sais que tu l’auras mûrement réfléchie.

      … mais c’est vrai que d’un point de vue strictement personnel et très égoîstement, je dirai « ne pars pas »…

  15. Un petit passage dans ton jardin pour y cueillir une fleur, une pensée, cela va de soi…. A bientôt.

  16. Je n’ai pas été surprise de le voir dans ta bibliothèque mais tu sais quoi, je trouve que la meilleure place pour ce tableau est ici!

    Bon début de semaine Quichot’
    Bisous

  17. Qui est quichottine. pleine de pudeur, mais aussi de tristesse ? …qui cache ses sentiments dans ce jardin..plus je te lis et plus je me pose de questions…;-)

    J’ai savouré ce texte plus que je ne l’ai lu..il est très émouvant .

    Bonne soirée