Le voyage immobile

Dans le tiroir aux secrets, vous vous souvenez ? Il y a un petit carnet…

Ce pourrait être un carnet de voyage. Il ressemble à ces carnets de moleskine que les voyageurs d’antan glissaient dans leurs bagages pour pouvoir y noter ce qu’il pensaient être digne d’intérêt.

Dans celui-ci, une écriture tourmentée, des ratures, des mots difficiles à déchiffrer.

C’est comme si l’auteur ne voulait pas vraiment être lu… ou lue ? Je ne sais toujours pas… Il faudra que je poursuive ma lecture.

 

Mais en voilà déjà une autre page.

Il suffit d’un rien parfois, pour partir en voyage.

C’est si facile ! Un livre, une photo, une image… et l’on s’en va bien vite, trop vite quelquefois !

Tout se passe comme si l’on pouvait s’échapper, oublier nos racines, ce qui nous maintient là, malgré tout.

Le temps n’existe plus. Il n’est plus nécessaire de ponctuer sa journée des mille petites choses qui occupent malgré tout.

Le ciel est toujours bleu et les fleurs éternelles.

Le nuage qui nous plaisait tant ne se dissipera pas, il est là, immobile.

Un petit coin de ciel bleu

On s’invente un chez soi parfois bien différent.

Le livre reste ouvert à la page où l’on se sentait roi, le sourire reste radieux sur le visage de l’aimée, malgré l’absence et les chagrins. L’image est là, toujours vivante, et garde le souvenir des jours heureux.

Tout est parfait.

Pourtant… dans ce voyage immobile, il y a dans mon cœur un zeste de regret.

Le mouvement me manque, et me manquent les voix de l’aimée, de l’amant, lorsque loin du bruit de la ville ils échangeaient des rêves et des serments d’amour que le silence a emportés.

44 réponses à “Le voyage immobile

  1. ah ! l’imaginaire c’est bon mais rien à voir avec une bonne dose d’amour, d’attention, un amant amoureux,qui surrure des mots qui vont partir! ça vaut tous les voyages intérieurs et extérieurs du monde

  2. Salut Quichottine, Je découvre ton blog via celui de Kinou et je dois dire que je ne suis pas décue… J’avoue que je n’aime pas lire, mais je me retrouve dans tes écris… Je retrouve une part de mes sentiments… Biz, Bonne Journée, TATIANA

    • Merci Tatiana. C’est un beau compliment. J’espère qu’un jour je pourrai aussi te donner le goût de lire. Bonne soirée à toi.

  3. Les retours en arrière sont souvent nostaliques… il manque toujours quelqu’un… si ce n’est pas l’être aimé, c’est peut-être la présence rassurante de Grand-mère… le rire d’amis disparus… c’est la vie… comme dirait Catimini !!!

    • Catimini dit de très belles choses… Parfois, ce qui manque n’est pas si loin. Parfois, c’est plus qu’une présence. Bisous Kinou !

  4. S’inventer un chez soi… J’aime bien l’idée.

  5. Ah quand même, les commentaires sont ouverts. Choir et se relever.

  6. Ce matin, oui !

    • Ah ! l’autre jour, c’était chez toi que je n’ai pas pu mettre de commentaire !… et je me demandais pourquoi !!!!

  7. « comme si l’on pouvait s’échapper… » comme si… Jolie page de ton carnet, Quichottine Bisous

  8. Quichottine : moi, c’est beaucoup plus grave !!!!!……je vis dans le voyage perpétuellement mobile, exactement dans ce beau nuage…. et la réalité n’arrete pas de me tirer par les pieds pour m’obliger à redescendre !!!!

    • Vivre dans les nuages, je ne crois pas que ce soit si grave. Tu ne serais pas artiste si tu vivais ailleurs.

      … Il faut dire à tous ceux qui te tirent par les pieds de te laisser un peu rêver. C’est vital !

  9. j’avais un beau carnet Moleskine… Je l’ai perdu, quelque part à Londres…

    • Oh quel dommage ! Je suppose qu’il n’a pas été perdu pour tout le monde… tu écris bien ! Il a dû faire un heureux ! (oops ! et s’il y avait des secrets… désolée !)

  10. En voyant le titre de ton article, je ne pouvais que sauter dessus puisque c’est également le nom de mon blog « Voyages Immobiles ». Des voyages immobiles j’en fais chaque jour à travers mes écrits, nouvelles et poèmes, alors je suis à même de comprendre le sens de ton article. Et en réponse à ta guerre des bisous et bien je te … bizouille aussi.

    • Amusant… je suis allée te rendre visite pour la même raison. Le nom de ton blog m’avait interpelée. Maintenant j’ai le lien pour me rendre chez toi, je reviendrai.

  11. J’aime bien les voyages immobiles mais ceux où l’on change de décor,de lieu, pour de vrai sont nécessaires aussi

  12. qUAND JE TERMINE UN LIVRE J’AI TOUJOURS CE REGRET DES PAGES TOURNEES – UN VOYAGE IMMOBILE TERMINE ….
    LIZAGRECE

  13. On dirait un récit reflet de mon quotidien. Depuis le handicap, je voyage autrement, livres, films, net… Mais le mouvement, les chocs du corps me manLe vent, le soleil, la mer…. La manif à Paris aura été mon voyage de l’année! Avec le peu de succès qu’on sait…
    Mais mes pays inttérieurs, personne ne peut me les prendre, ni me réclamer de l’argent pour m’y rendre… BIZ

    • Handi@dy !

      Tu vois, j’étais sûre que tu écrirais… Je crois que même sans le handicap, je pourrais voyager avec toi !

  14. J’ai relu cette page avec plaisir, Quicchottine. Un an après, toujours « un zeste de regret »…alors que défilent les nuages de l’image.
    Gros bisous, Amielle.

  15. Cette mélancolie…douce tristesse légère, vague et diffuse, au goût de regret qui s’éveille à la vue d’une beauté éphémère…Je continue mon périple quichottien doucement, mais sûrement, avec un grand plaisir.

    • Comme je suis contente de te voir sur mes pages…

      Cela me fait relire des billets que je pensais oubliés !

      Merci d’être là…

  16. c’est beau, un ciel nuageux! bisous

    • Moi j’adore ! Mais c’est beau aussi un ciel bleu intense comme on peut le voir en Provence par exemple… Bisous à toi aussi Michka !

  17. lacalmette

    que de plaisir à te lire ma quichotine, que du plaisir ! je devrais plus souvent te laisser des petits mots mais promis, je vais le faire.

  18. Ce que j’aime c’est lire un bouquin à plusieurs et comparer ce que l’on a imaginé des personnages, des lieux ….. En général, tout est différent !!

  19. Voyage immobile, certes ! Je suis pour et je sais bien l’appliquer, mais je n’aime pas stationner trop longtemps dans les allées. Mes neuronnes finissent par s’embrouiller et même se disputer 😉

  20. Bonjour Quich’

    voyager dans sa tête, s’ inventer d’ autres lieux, d’ autres cieux….. mais toujours ce goût amer du rêve éveillé ….. ce vide immense.

    Bisous ma Quich’

    • Bonsoir, Clo…

      Je voudrais surtout te remercier, d’être allée visiter ce billet, c’est l’un de mes préférés…

      Il y a des vides difficiles à remplir…

      Je t’embrasse fort. Merci pour ta présence chaleureuse.

  21. Merci de m’avoir envoyé par là… sourire, entre moi, pélerine immobile, et toi, faisant le voyage immobile…. que de rencontres…immobiles…qui du virtuel..nous rapprochent ainsi!
    Quand je dis que je voudrai le faire seule, ce’st vrai…mais pourquoi pas avec…une âme soeur amie… chacun faisant le chamin mais en communion ausii…

    Merci Quichottine

    • Rencontres virtuelles…

      Pourtant, elles me semblent si réelles, parfois !
      Avec l’âme sœur, oui, ce serait bien aussi !

      Un chemin à partager… Merci à toi !

  22. Hélène, le-calame-et-la-plume.

    Mais ne sont-ce pas, parfois, les rêves teintés de regrets qui nous empêchent de partir…